En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Valls

1 2 3 6

Le combat qu’avait engagé Manuel Valls contre Dieudonné vient de se terminer. Et le vainqueur est… Dieudonné ! Par KO !

Imaginez la joie de notre humoriste national. Tel un taureau, Valls avait pourtant mis toutes ses tripes dans la bataille. Il avait mobilisé tout l’appareil de l’état, et bien plus encore, pour tenter de remporter la victoire finale. Police, justice, hauts fonctionnaires, francs-tireurs, médias, il a tout utilisé. En vain. Aujourd’hui, c’est lui qui est à terre, complètement groggy.

Continuer la lecture

Pourquoi une résolution aussi rapide et une peine symbolique face à ce que Nolan risquait?

Eh bien c’était une affaire qui risquait de faire très rapidement tâche d’huile à cause des facteurs suivants:

-les réactions « populaires » et notamment sur les réseaux sociaux ont démontré une immense majorité de gens qui auraient bien aimé être à la place de Nolan, qui soutiennent, et pire, qui justifient ! Les blagues, les caricatures, les pages de soutien, et même les internautes qui se sont spontanément portés volontaires pour remplacer le jeune Nolan lors de la reconstitution ont mis Facebook et Tweeter en surchauffe ce mercredi 18 janvier ! Continuer la lecture

Jamais sans doute un Président et son gouvernement n’avaient, sous la Vème République, fini en pareille capilotade.

Jamais, sans doute, un Président et son gouvernement n’avaient, sous la VeRépublique, fini en pareille capilotade. Certes, les sondages remontent pour François Hollande, tant les Français sont heureux de le voir partir, mais quelle que soit l’habileté des thuriféraires des fausses gloires de la gauche qui encombrent notre Histoire, on aura du mal à faire passer une retraite contrainte et honteuse pour un geste magnanime de sacrifice à l’intérêt supérieur de la patrie.

De même, l’air placide, l’habit bourgeois et la parole mesurée de Cazeneuve rassurent, mais de manière trompeuse. Voilà le calme gestionnaire de la chienlit qui a proliféré sous le prétendu état d’urgence, le ministre de l’Intérieur qui a mobilisé contre lui les policiers ulcérés de ne plus pouvoir défendre leur propre vie contre des criminels que, placide, il nommait des « sauvageons », le comptable compatissant des centaines de morts victimes du terrorisme imprévu et impuni, le voilà donc enfin qui, en raison de son « sérieux », remplace le tumultueux Valls à Matignon.  Continuer la lecture

Vendredi 21 octobre 2016, plusieurs centaines de policiers en civil se sont rassemblés sur le parvis de Notre-Dame de Paris, avant de défiler rue de Rivoli jusqu’à la place de la Bastille. L’équipe d’ERTV était sur place.

Source: egaliteetreconciliation.fr

Invité de Jean-Jacques Bourdin jeudi sur BFMTV et RMC, Nicolas Dupont-Aignan a vivement critiqué la gestion du gouvernement sur le dossier Alstom. Le candidat à la présidentielle a clairement visé l’ex-ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. « M. Macron a accepté que les deux plus hauts fonctionnaires de Bercy partent dans des banques étrangères. J’appelle ça de la haute trahison », a-t-il déclaré. Le président de Debout la France s’est également dit « prêt à débattre de l’affaire Alstom » avec l’ancien membre du gouvernement Valls :

Source: ndf.fr

En visite à Israël le mois dernier, le Premier ministre a été prié de laisser son téléphone sécurisé de côté, sans surveillance par des agents français. Le chef du gouvernement a accepté, au risque de faciliter l’espionnage.

L’information est étonnante et révèle, soit une extrême confiance dans les talents des ingénieurs français qui travaillent pour l’État, soit un certain amateurisme de Matignon. L’Express révèle ce mardi qu’à l’occasion de sa visite en Israël, du 21 au 24 mai 2016, le Premier ministre Manuel Valls et ses collaborateurs ont été priés de «  laisser leurs téléphones sécurisés avant d’être reçus en haut lieu », et qu’ils ont… accepté de les perdre ainsi de vue, au risque qu’ils soient subtilisés par des agents israéliens.

Du coup, les agents de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) sont aujourd’hui priés de mener des investigations poussées, puisque « en les reprenant, la délégation a eu la mauvaise surprise de constater que plusieurs d’entre eux présentaient des signes « d’anomalie » » qui auraient alerté les services français. Continuer la lecture

France 2016 : un humoriste incarcéré pour un sketch


Condamné à une peine de jours-amendes pour son spectacle La Bête immonde, l’humoriste Dieudonné a choisi de ne pas céder au racket et ira donc en prison. 

Depuis des semaines, des affrontements entre casseurs d’extrême gauche et forces de l’ordre sèment le chaos dans Paris et plusieurs autres villes à chaque manifestation contre la loi Travail. De nombreux témoignages de policiers attestent qu’ils ont reçu des ordres pour ne pas réprimer ces violences, comme le montrent d’ailleurs des vidéos, où l’on voit des unités de maintien de l’ordre se tenir à distance pendant que les casseurs saccagent tout alentour.

Depuis des semaines, le gouvernement répète que ces violences sont intolérables, qu’il doit y être mis fin, et que, si ça continue, on va voir ce qu’on va voir…
A un tel niveau d’incurie, on ne peut plus plaider l’incompétence. Nous sommes donc dans une manipulation… Il se pourrait même qu’elle soit une double manipulation. Pourquoi faire ?

Le premier niveau de la manipulation répond à un médiocre calcul politicien. Incapable de faire voter une loi devenue inutile depuis qu’elle a été vidée de sa substance, le gouvernement se trouve condamné à faire donner le 49-3 lorsqu’elle reviendra devant les députés début juillet. Comment un gouvernement de gauche pourrait-il justifier une telle décision ? Il a trouvé l’astuce : sommer les députés de choisir entre la loi ou les casseurs. En obligeant toute la classe politique à se démarquer des opposants à la loi El Khomri, sauf à se voir accusé de soutenir les casseurs, le gouvernement espère bloquer une motion de censure qui s’apparenterait à une reddition sous la pression de la rue. Le calcul est risqué, mais il mettra les frondeurs en position d’accusés. Il y a donc tout à parier que, malgré ses menaces d’interdiction, le gouvernement laissera se tenir les prochaines manifestations des 23 et 28 juin, avec leurs cortèges de violence dont il a tant besoin.

Le deuxième niveau de cette manipulation vise les élections présidentielles. La retenue de la police pourrait bien s’expliquer parce qu’elle a pour but de laisser les casseurs s’entrainer. Il est à craindre que nous assistions à des grandes manœuvres en terrain libre, où le gouvernement, sciemment, laisse les milices d’extrême-gauche s’entrainer, s’aguerrir et perfectionner leurs tactiques. Conscient que le Front National sera un acteur majeur de la prochaine campagne électorale, le gouvernement préparer dès maintenant ses « tontons macoutes » à semer le chaos et provoquer la terreur. Il pourra, de cette manière, enjoindre l’opposition à se démarquer de la droite nationale, toute complaisance envers ses thèmes et son programme étant vouée à être dénoncée comme le sont aujourd’hui la CGT et les opposants à la loi Travail. Continuer la lecture

1 2 3 6
Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives