En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

vaccins

Australie: des vaccins aviaires se transforment en virus tueurs


C’est le journal le Monde des 14, 15 et 16 juillet qui s’en fait notamment l’écho: les vaccins vivants atténués massivement administrés aux volailles ont fait pire que bien et induisent ainsi jusqu’à 20% de mortalité dans les élevages!

Une étude, publiée le 13 juillet dernier dans la revue Science fait état de l’effet particulièrement pervers des vaccins à virus vivants atténués utilisés chez ces volailles (tout en sachant que d’autres vaccins à virus vivants atténués sont aussi utilisés chez l’Homme): la recombinaison des virus vaccinaux atténués avec d’autres pour former des virus bien plus corriaces et destructeurs encore.

Les volailles, qu’on vaccinait ainsi contre la laryngotrachéite infectieuse aviaire (sic!), une épizootie soumise à déclaration obligatoire et causée par un virus de l’herpès spécifique de l’espèce, IL-TV, sont à présent touchées par deux nouveaux « super virus » dont les séquences génétiques constituent en fait un « mix » de celles des trois virus vaccinaux utilisés (d’origine australienne et européenne), ce qui prouve donc bien que les souches vaccinales ont ainsi trouvé, via l’hôte vacciné, un terreau favorable pour se recombiner et donner lieu au pire.

Au lieu toutefois de comprendre qu’il est absurde de vacciner contre tout et de tirer ainsi de vraies leçons, il est probable que les changements de pratique vaccinale consisteront à recourir sous peu à un autre type de vaccin (tué ou inactivé mais plus à virus vivants atténués).

Pendant ce temps, de nombreux vaccins à virus vivants atténués continuent d’être massivement utilisés chez les humains (ROR, rougeole, oreillons, rubéole, fièvre jaune, varicelle, rotavirus, typhoïde etc) sans que personne ne s’interroge jamais sur les mêmes types de conséquences graves possibles en termes de facilitation de nouveaux virus émergents et possiblement épidémiques. Pourtant, plusieurs spécialistes, comme le Pr Delong, immunologiste et virologue américain (auteur du livre « Live Viral Vaccines, biological pollution), avaient déjà mis en garde et dénoncé cette introduction non nécessaire de virus infectieux dans des organismes sains au départ, et qui consiste en fait à faire des être vivants de véritables « réservoirs de virus latents », sortes de bombes à retardement en puissance… pour le plus grand Bien de tous, cela va sans dire!

On maltraite la nature, on agit en dépit du bon sens?….. C’est simple: LA NATURE SE VENGE!

source: Initiative Citoyenne

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

« Silence, on vaccine »

Les vaccinations obligatoires ou encouragées représentent un énorme pactole pour l’industrie pharmaceutique.
Pourtant, l’inocuité vacicnale est un mythe et les injections provoquent parfois de lourds dégâts sur la santé des enfants, entraînant à l’occasion séquelles ou même décès.
Ce documentaire, sans être hostile au principe de vaccination, s’interroge et met en garde.
Il est en tout cas certain que les enfants sont sur-vaccinés.
De nos jours, l’enfant nord-américain reçoit environ 48 doses de 14 vaccins différents avant l’âge de six ans, soit le double du nombre prescrit 25 ans auparavant.
Un documentaire qui donne la parole à des victimes de la vaccination, ainsi qu’à des chercheurs et des spécialistes des domaines médical et juridique au Québec, en France et aux États-Unis. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Le A/H1N1 de la grippe nord-américaine : un bien mystérieux virus

OFRTP-GRIPPE-FRANCE-BACHELOT-20090427«Le Mexique a fermé les écoles, les musées et les bars, et annulé des centaines de manifestations publiques dans sa tentaculaire capitale de 20 millions d’habitants pour tenter de prévenir de nouvelles infections», rapportait Reuters.

Ce qui n’empêche nullement le président Felipe Calderon de dire que la situation est sous contrôle, tout en demandant un crédit de 200 millions de dollars à la Banque Mondiale pour acheter du Tamiflu. Mais de quelle sorte de contrôle parle le président Mexicain ? De celui de l’OMS, qui recevra directement cet argent pour sortir quelques millions de boites de Tamiflu stocké en Suisse ? L’OMS conserve en effet 5125 millions de boites de ce médicament. Il faut bien qu’elles servent à quelque chose avant la date de péremption…

A propos de médicaments, de l’OMS et de multinationales pharmaceutiques, rappelons qu’il y a un mois, la presse canadienne nous apprenait que, lors d’une expérimentation sur des vaccins, le virus de la grippe H3N2 avait été contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire, entrainant le risque de produire un virus hybride qui pourrait se transmettre à l’homme. Cette manipulation avait été faite dans les laboratoire Baxter en Autriche. Ce produit contaminé avait ensuite été envoyé à des sous-traitants en Slovénie, en Allemagne et en République Tchèque, qui a découvert l’anomalie après avoir fait une injection sur des furets, qui en seraient morts.

La compagnie Baxter avait ensuite confirmé que son vaccin expérimental avait été accidentellement contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire.

L’idée d’une erreur de laboratoire est accréditée par le Dr. John Carlo, directeur du Medical Dallas Center, qui s’interroge dans une vidéo disponible sur le site the globe and mail.com : « Comment cette souche de la grippe porcine, qui n’a jamais été vue nulle part dans le monde, pourrait survenir tout d’un coup ? Seul un laboratoire peut transformer si rapidement un virus ».

Source: Mecanopolis et Toronto Sun

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
avril 2014
LMaMeJVSD
« mar  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Archives