Dans cet article publié le 8 décembre 2014 sur le site du mouvement Evrazia, Alexandre Douguine tente de formaliser, rationnellement, mais sur le mode dramatique qui lui est propre, le lien lui paraissant incontestable entre l’action politique globale du Président et les idées de base du mouvement eurasiste.

–  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –

Au plus les idées eurasistes deviendront puissantes, au plus elles se traduiront clairement en des mesures politiques réelles, au plus elles susciteront la haine de l’ et de ses agents en Russie.

Les facteurs ayant motivé l’écriture de cet article sont les suivants: la déclaration de Vladimir Poutine devant l’Assemblée fédérale, avec laquelle fut synchronisée la ratification de la résolution anti- 758 par le Congrès des États-Unis d’Amérique, commentée ainsi par Hillary Clinton: «Les États-Unis commencent une guerre de l’information contre la Russie». Et le congressiste Eliot Engel ajouta : «Le temps est arrivé d’admettre que la Russie dirigée par Vladimir Poutine est une menace pour la sécurité européenne et pour les intérêts des États-Unis dans cette région».

Continuer la lecture