En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Thomas Joly

5e JOURNéE RéGIONALE DE SYNTHèSE NATIONALE
LILLE – FLANDRE – ARTOIS – HAINAUT

FERME DE L’EPINETTE à NIEPPE (59)
776, rue de l’Epinette (A 25, Lille / Dunkerque – sortie n°9) Continuer la lecture

A l’invitation du Parti de la France, samedi 25 mars (12h) à Amiens, Jean-Marie Le Pen, fondateur et Président d’honneur du Front National, présidera un déjeuner patriotique aux côtés de Thomas Joly (Secrétaire général du PdF) et d’Alexandre Gabriac (cadre de Civitas) qui prendront également la parole. Continuer la lecture

Samedi 26 novembre, à l’initiative du Parti de la France et du SIEL, s’est déroulé à Péronne (80) un rassemblement anti-migrants afin de dénoncer la colonisation migratoire de nos campagnes.

Malgré un dispositif de gendarmerie délirant (et un fichage en règle de chaque manifestant), les nationalistes et patriotes ont pu se réunir pour démontrer qu’il existe encore des Français qui se dressent contre l’invasion. Parmi les participants, on a pu remarquer la présence de Sabrina Le Corronc (Déléguée départementale du PdF), Loic Perdriel (PEGIDA France), Laurent Spagnol (représentant des Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen), d’Yvon Flahaut (Conseiller municipal d’Abbeville) et du représentant départemental de Civitas. On notera l’absence regrettable du pathétique Conseiller municipal néo-FN de Péronne qui a décliné l’invitation sous prétexte de ne pas se mélanger à « l’extrême droite » (sic). A croire qu’il avait plus sa place avec les contre-manifestants d’extrême-gauche, venus d’Amiens pour la plupart, et qui ont tenté, en vain, de perturber la manifestation des patriotes.

David Martin, Délégué départemental adjoint du PdF, a été le premier à prendre la parole pour expliquer les raisons de ce rassemblement et présenter les deux autres orateurs. C’est tout d’abord Xavier Jésu, représentant régional du SIEL, qui a rappelé à l’assistance le danger que représente le remplacement de population organisé par nos gouvernants. Ce fut ensuite au tour de Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, d’expliquer que les Français sont en droit de se révolter face à la submersion migratoire et qu’il s’agit avant tout d’un combat de civilisation que tous les patriotes ont le devoir de mener, pour que la France reste française.

A l’issue du rassemblement, des militants d’extrême-gauche, déambulant dans les rues de Péronne, ont tenté d’agresser les derniers participants qui regagnaient leurs véhicules, les membres du SEP sont alors intervenus avec sang-froid et efficacité avant que les gendarmes ne s’interposent.

Pour info, un article (très partisan) du Courrier Picard :

Source: Thomas Joly

Secrétaire général du Parti de la France :

Contre toute attente, Donald Trump remporte l’élection présidentielle américaine. Face à l’oligarchie, les médias quasiment tous pro-Clinton, les lobbies, les minorités ethniques, le show-bizz, etc.

C’est clairement un réveil du peuple blanc américain qui adresse un énorme coup de pied aux fesses de l’Establishment qui le méprise depuis tant d’années. Continuer la lecture


Émission spéciale consacrée au Conseil National du Parti de la France du 24 septembre 2016.
Avec les interviews de :

  • Roger Holeindre, président du CNC et président d’honneur du PDF
  • Myriam Baeckeroot, trésorière et mandataire financier du PDF
  • Thomas Joly, secrétaire général du PDF
  • Martine Lehideux, vice-présidente du PDF
  • Carl Lang, président du PDF

Dans un esprit d’unité patriotique face à la submersion migratoire et l’islamisation qui en découle, une conférence est organisée à Beauvais samedi 26 mars à 18h. Interviendront Thomas Joly (Secrétaire général du Parti de la France), Pierre Cassen (Fondateur de Riposte Laïque) et Loïc Perdriel (Président de Pegida France).

La participation aux frais est libre.

Réservation obligatoire au 06.09.96.44.37 ou thomasjoly60@yahoo.fr Continuer la lecture


Rivarol : Pourriez-vous expliquer pour quel motif vous avez été placé en garde à vue pendant 6 heures vendredi 19 février ?

Thomas Joly : J’étais convoqué à la gendarmerie de ma commune de résidence vendredi dernier pour être entendu à propos d’une soi-disant « diffusion de message violent accessible à un mineur ». On m’a signifié ma garde à vue dès mon arrivée. Il s’agissait en fait d’une procédure engagée par l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication) visant l’utilisation de deux photos pour illustrer des articles de mon blog (www.thomasjoly.fr) consacrés aux atrocités commises par DAECH et au meurtre par décapitation commis par l’islamiste Yassin Salhi en juin 2015. Les gendarmes qui m’ont reçu ont été extrêmement corrects et m’ont confié que ma garde à vue avait été réclamée par le Parquet. Lors de mon audition, j’ai signifié que je n’étais ni l’auteur de ces photos (trouvables en moins d’une minute sur Internet), ni l’auteur des crimes qu’elles illustraient. J’ai également déclaré que je n’avais fait qu’user de mon droit à la libre expression de mes opinions politiques tout en rappelant que la diffusion de ces photos n’avait pour objectif que d’accompagner en images des articles dénonçant la barbarie islamiste. Enfin, j’ai précisé que la diffusion jusqu’à la nausée de la photo d’un enfant mort échoué sur une plage turque n’avait semble-t-il pas scandalisé l’OCLCTIC ni le Parquet aux ordres de l’engeance socialiste, alors qu’elle était bien plus « accessible à un mineur » que celles que j’ai diffusées.

Cette minable petite intimidation politico-judiciaire est évidemment sans effet sur ma détermination à dire la vérité aux Français sur le danger islamiste dans un pays ravagé par la colonisation migratoire et dirigé par des irresponsables.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, ayant diffusé ces mêmes photos sur son compte Twitter, il sera intéressant de voir si elle subit le même traitement que moi.

Depuis l’instauration de l’état d’urgence, le Parti de la France semble être une cible privilégiée du gouvernement socialiste puisque certains de nos militants ont subi des perquisitions, d’autres une interdiction d’exercer dans le domaine de la sécurité (entrainant la perte de leur emploi). Des pressions ont aussi été exercées sur les établissements qui accueillaient nos réunions et nos activités sont étroitement surveillées par les services de renseignement.

Pendant que le terrorisme islamique prospère en France et en Europe, la police politique de Manuel Valls veille à traquer ceux qui entendent alerter les Français et résister à ce fléau. Le gouvernement socialiste et la justice française semblent avoir leurs priorités. Continuer la lecture

• Beaucoup de bruit pour rien. Un remaniement sans intérêt à un an et demi de la présidentielle. 38 ministres et secrétaires d’état contre 32 dans le précédent gouvernement Vals, ce doit être la nouvelle méthode de M. Bricolage, pour inverser la courbe du chômage, avant 2017.

• Politique française. Des primaires à droite, comme à gauche, qui se font attendre. Un séminaire au FN mariniste pour remettre la ligne du parti sur le cap Philippot. A défaut d’un programme ou d’un idéal pour la France, quel que soit le parti politique, la guerre des égos est belle et bien engagée.

• Burkina Faso. Les produits OGM, la nouvelle arme contre la souveraineté des états nations, mettent en péril l’économique du pays. Les acteurs de la filière du coton burkinabé partent en guerre contre Monsento.

• Le retour de la guerre froide.  En imposant au Européens, une présence avancée de l’Otan aux frontières de la Russie, les USA relance la guerre froide. La Russie, par la voix de son premier ministre, tend une nouvelle foi, une main vers l’Europe.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France avec la garde à vue de Thomas Joly et les prochains rendez-vous du mouvement.

Samedi 16 janvier à 15h, une galette des rois aura lieu à Amiens, conjointement organisée par le Parti de la France, le FDF-Picardie et le Picard Crew qui fera là son grand retour. Je prendrai la parole à cette occasion. La participation aux frais a été réduite à 5 € (au lieu de 10) afin que le plus grand nombre de militants puissent venir.

Réservation obligatoire au 07.83.52.55.83 ou pdfdu80@yahoo.fr

Continuer la lecture

Samedi 21 novembre, à 12h30, à Saint-Just-en-Chaussée (Oise – 1h15 de Paris, 25 minutes de Beauvais, 45 minutes d’Amiens) se déroulera un déjeuner patriotique, sur le thème « Éradiquons le terrorisme islamique », animé par Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France et un invité « surprise », pamphlétaire décapant bien connu des nationalistes.
Réservation obligatoire au 06.09.96.44.37 ou thomasjoly60@yahoo.fr

Continuer la lecture

Suite à l’interdiction inique de la manifestation organisée dimanche prochain par Sauvons Calais et le Parti de la France par les autorités préfectorales, un recours en référé va être déposé pour casser en justice cette décision politique et permettre aux Calaisiens de se rassembler dimanche pour dire non à la submersion migratoire. Continuer la lecture

Nombreux stands : mouvements, associations, délégations étrangères, journaux, livres, artisanat, vêtements, musique…

Bar et restauration sur place.

De nombreux intervenants prendront la parole, dont Yvan Benedetti (directeur de Jeune nation), Alexandre Gabriac (fondateur des Jeunesses nationalistes), Daniel Conversano (polémiste), Johan Livernette (écrivain contre-révolutionnaire), François Ferrier (président des Amis de Pierre Sidos), Pierre-Marie Bonneau (avocat du CLAN), etc.

Banquet avec animation musicale (20€).

Le groupe de musique nationaliste Northmen Impakt donnera un concert le soir.

Thomas Joly est secrétaire général du Parti de la France et candidat aux élections départementales dans l’Oise dans le canton de Beauvais 2. Il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir.

R&N : Vous privilégiez une « organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral » ; ce qui a conduit le Parti de la France (PDF) à ne présenter ses candidats que dans un nombre restreint et ciblé de cantons. Comment ce choix s’est-il opéré ? Combien de candidats présentez-vous ?

Thomas Joly : En effet, le Parti de la France ne fait pas de ces élections départementales une priorité. La réforme territoriale créant des conseils départementaux et divisant par deux le nombre de cantons – tout en maintenant le même nombre d’élus – n’est comprise par personne et n’intéresse pas les Français. Nous avons toutefois décidé de tester quelques candidatures dans des cantons spécifiques où il semble possible de tirer notre épingle du jeu.

Le Parti de la France présente ainsi les candidats suivants :

  • Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise
  • Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais
  • Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord
  • Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente
  • Dominique Chalard et Jean-Claude Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme
  • Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme

Et le Parti de la France soutient les candidats suivants :

  • Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var
  • Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse
  • Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère

R&N : Vous êtes vous-même candidat sur le canton de Beauvais 2 avec Monique Thierry. Comment comptez-vous défendre les valeurs du PDF à l’échelle départementale ? Quelles sont les domaines de compétences qui relèvent des départements et sur lesquels il est possible d’influer ?

Thomas Joly : Outre le fait que nos candidatures servent de tribune politique pour le programme de reconquête nationale du Parti de la France, il est tout à fait possible d’appliquer le patriotisme social, par exemple, à l’échelle départementale. Nous prônons l’exclusivité nationale pour l’attribution des aides sociales (distribuées par le département) ainsi que pour les logements sociaux qui doivent bénéficier, selon nous, uniquement aux Français. Autre exemple : en matière de sécurité, nous nous engageons à aider les communes qui souhaitent s’équiper de matériel de vidéo-surveillance ou armer leur police municipale.

Nous avons choisi de nous présenter dans le canton de Beauvais 2, avec Monique Thierry (Conseillère municipale de Beauvais et Conseillère communautaire) pour nous opposer à l’UMPS mais aussi à la candidature de Sébastien Chenu qui portera les couleurs du Rassemblement Rose Marine. Symbole effrayant de la mutation du néo-FN, ce militant gay (co-fondateur de l’association GayLib, organisateur de l’Europride à Marseille en 2013) est une véritable girouette politique, islamo-compatible et européiste.

R&N : Vous incarnez une « droite nationale des valeurs ». Comment exister à coté du Front National dans un pays où toute l’attention médiatique se porte sur les gros partis politiques, en laissant peu de place aux formations plus modestes ?

Thomas Joly : Il est clair que le casting républicain est médiatiquement et électoralement verrouillé afin que les marionnettes du Système, trop heureuses de se partager mandats et prébendes, maintiennent un semblant d’illusion démocratique pour les Français. Il est évident que tous ces gens n’ont aucun intérêt à ce qu’émerge une nouvelle force de droite nationale prônant la décolonisation migratoire, la désislamisation ou encore l’arrêt de la dissolution des mœurs. Nous sommes les parias de la classe politique française. Néanmoins, il n’est pas question d’abandonner le terrain électoral à tous ces imposteurs qui trompent les Français. Nous devons demeurer un recours et une structure d’accueil pour les plus lucides. Les choses peuvent vite basculer en politique, l’Histoire nous l’a montré. A nous de nous tenir prêts et de savoir saisir notre chance quand elle se présentera. Les événements nous donnent hélas raison. Nos compatriotes n’auront bientôt plus d’autre choix que de collaborer avec les responsables de la destruction de la France et de ses valeurs de civilisation ou bien de rejoindre les véritables défenseurs de la France française. A force de se renier, de s’aplatir avec zèle devant les diktats des lobbies de la pensée unique, le Front National de Marine Le Pen n’est plus ce pôle anti-Système qu’il a pu incarner autrefois.

R&N : La gauche invoque à tout bout de champs les « valeurs de la république » et reprend en ce moment cette expression jusqu’à l’overdose. Mais y a-t-il vraiment des valeurs de la république ? Si oui, quelles sont-elles réellement ?

Thomas Joly : En effet, quelles sont-elles ? L’immigration-invasion ? Le socialisme ? Le mondialisme ? L’athéisme ? L’avortement ? Le fiscalisme ? L’islamophilie ? Le laxisme judicaire ? La falsification de l’Histoire ? La laïcité ? Le mariage homosexuel ? J’aimerais que l’on m’explique en quoi les prétendues « valeurs de la République » ont jusqu’alors protégé la France de quoi que ce soit et la protégeront des défis que nous devrons relever avec les autres peuples européens au cours du XXIe siècle. De Mélenchon à Marine Le Pen, ils se revendiquent tous des « valeurs de la République », pratiquant une surenchère sémantique digne des loges les plus hystériques. Au Parti de la France, nous ne souscrivons pas à cette vision maçonnique de la Nation française.

R&N : Le monde de la culture est profondément ancré à gauche. La droite nationale peut-elle seulement gagner la véritable bataille politique, et non uniquement la bataille électorale si le pouvoir culturel lui échappe entièrement ? Comment reprendre le contrôle de cette sphère culturelle et médiatique dans laquelle la droite dans son ensemble est généralement absente ?

Thomas Joly : Le milieu dit « culturel » est gangréné par la gauche parce que celle-ci se l’est octroyé comme une chasse gardée grâce au copinage et au clientélisme, l’arrosant de subventions avec l’argent des Français. Seulement, tous ces gens se sont tellement éloignés du beau, du bien, du vrai qu’ils se sont déconnectés du pays réel. Leur art n’est pas destiné au peuple français mais à une pseudo-élite qui s’autocongratule au sein de son propre microcosme. En guise de culture populaire, les Français subissent un matraquage idéologique à base d’antiracisme, de repentance, de culpabilisation, de métissage, de pornographie, d’homosexualisme, d’antichristianisme, etc.

Il suffira de couper les vivres à ces pseudo-artistes pour qu’ils retournent se terrer dans les égouts dont ils n’auraient jamais du sortir. En cas de basculement politique, le milieu culturel actuel sera balayé comme toutes les émanations de ce Système vermoulu qui s’écroulera dans son ensemble.

Néanmoins, en attendant ce jour béni, il est absolument nécessaire de proposer et de soutenir toutes les initiatives s’opposant à la culture d’État et s’inspirant des valeurs de la France éternelle. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives