En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Rébellion

De multiples naturalistes, anthropologues, historiens et scientifiques ont étudié les phénomènes de migrations et remarqué qu’il existe un seuil de « tolérance ».

Que ce soit pour les oiseaux, les insectes, les poissons, les plantes ou même les humains, le niveau d’acceptation, d’assimilation, d’intégration de concentration ou d’assemblage se situe à 6%. Au-delà on assiste dans tous les cas à des situations conflictuelles qui conduisent à des perturbations et des évolutions préjudiciables aux espèces locales. Les recherches de l’éthologiste Konrad Lorenz (prix Nobel) ou du démographe Alfred Sauvy, parmi d’autres, en font état.

Au fil des siècles les migrations humaines ont toujours existées, au prétexte d’un meilleur « ailleurs ». La plupart d’entre elles, lorsque leur implantation a été définitive, l’a été au détriment des populations autochtones. Par exemple : les Etats-Unis d’Amérique où les Indiens ont été asservis ou tout bonnement exterminés. En Australie, les aborigènes ont été anéantis par l’alcool et les maladies. Au 16ème siècle, les Bantous avaient émigrés vers le sud de l’Afrique (pas encore considéré comme Etat) chassant les Boschimans et les Hottentots. On trouve d’autres exemples identiques aussi bien en Amérique du Sud, qu’en Asie Centrale, au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient, tel le royaume mongol de la Horde d’Or fondé par Batu Khân, petit-fils de Gengis Khân, par le fer et par le feu, en exterminant les populations russes et galiciennes.

Et, à l’exemple des algues invasives qui obstruent nos rivières et des insectes exotiques qui tuent nos oliviers, l’invasion des pays européens par des hordes de sans-papiers depuis des décennies conduit à des bouleversements indésirables. Sommes-nous suicidaires et voulons-nous disparaître ? Continuer la lecture

D’anciens hauts gradés de l’armée française interviennent de plus en plus en politique. Pourquoi ? Quels dangers veulent-ils contrer ? Sputnik a interviewé le Général Martinez. Un entretien choc.

L’expérience militaire précède-t-elle la sagesse politique ? Certains ont pu le penser mais la période récente pourrait les contredire. Nous avons en effet observé un phénomène ces derniers mois, phénomène associé à trois noms, ceux des généraux Tauzin, Picquemal et Soubelet. Ceux-ci semblent cependant avoir échoué à faire entendre leur voix.

Le premier en essayant de se présenter à l’élection présidentielle, le deuxième en participant à des manifestations contre l’accueil de migrants et le troisième en rejoignant Emmanuel Macron avant de le lâcher, déçu devant les ralliements de personnalités du gouvernement sortant.

Mais un quatrième haut gradé de l’armée française prend maintenant la parole : le Général Martinez vient tout juste de publier l’essai Quand la grande muette prendra la parole (publié aux éditions Apopsix). Son argument est clair : face à la crise que nous traversons, l’armée a un rôle à jouer.

Ceci pourra faire peur à certains, alors affrontons les choses… écoutez l’entretien dans son intégralité :

Briser le devoir de réserve

« Les forces armées exercent un sacerdoce. Bien sûr, elles sont à la disposition d’un gouvernement, mais le sacerdoce s’exerce avant tout au service du peuple. Nous avons dû subir des drames inacceptables sur notre sol. (…)

Je considère que le devoir de réserve à un certain moment doit être rompu, c’est le devoir d’expression qui doit avoir droit, compte tenu de la situation que nous connaissons (…)

Quel est le rôle du politique, au sens noble du terme ? D’assurer l’unité de la Nation et la protection de la collectivité dont il a la charge. Aujourd’hui, ça ne semble plus être la priorité de nos responsables politique. (…) je les rassure : les militaires sont légalistes et légitimistes, il ne faut pas voir en arrière-plan de ce titre des velléités de coup d’État ! [Mais] le moment est venu de briser le silence pour provoquer le sursaut qui est nécessaire. » Continuer la lecture

Cette semaine, Méridien Zéro vous propose deux entretiens successifs mais qui s’inscrivent tous les deux dans la même opposition au traité transatlantique de libre-échange, dit TAFTA, qui signifierait un échelon supérieur de l’arrimage de l’Europe aux Etats-Unis, avec tout ce que cela implique. Dans un premier temps, nous recevons des membres de la rédaction de la revue Rébellion, en la personne de Marie Chancel, Louis Alexandre et Louis Dulac, puis nous accueillons Alain de Benoist.

Comme toutes les semaines, l’émission est retransmise par RBN et Kebeka Liberata dont vous trouvez les liens ci-contre.

A la barre et à la technique, JLR.

mz 220 essai2.jpg

 

Pour contacter Rébellion :
Rébellion c/o RSE BP 62124
31020 TOULOUSE cedex 02

Abonnement 20 euros ( 6 numéros )

http://rebellion.hautetfort.com 
rebellion_larevue@yahoo.fr
facebook : Rébellion OSRE
Le Cercle Rébellion Paris/Banlieues
rebellionparis@yahoo.fr
Facebook: Cercle Rébellion Paris Banlieue

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives