En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

prix Nobel

obama24Quand Krugman se dit “désespéré” par Obama

Le Prix Nobel d’économie n’est pas tendre envers Obama et son équipe. Il leur reproche en particulier leur gestion de la crise financière.

Paul Krugman possède tous les attributs d’un membre éminent de l’establishment progressiste de la côte Est : une tribune dans le New York Times, une chaire à Princeton, un prix Nobel d’économie. Mais dans ses chroniques, et peut-être au plus profond de lui-même, il est antiestablishment. Après avoir été l’un des plus farouches contempteurs du gouvernement Bush, il se montre au­jourd’hui critique, si ce n’est hostile, envers la Maison-Blanche d’Obama. Dans sa chronique bihebdomadaire et sur son blog, intitulé Conscience of a Liberal [Cons­cience d’un progressiste], il reproche à Obama et à son équipe d’essayer de redresser un système financier qu’il juge moribond. Il considère le ministre des Finances Tim Geithner et d’autres hauts responsables comme des instruments de Wall Street. Ces hommes et ces femmes “ne sont pas vénaux”, tempère Krugman, mais ils pèchent par “osmose”, car ils passent trop de temps à côtoyer les banquiers d’affaires et consorts. Le jour où Geithner a détaillé son plan de sauvetage des banques, le 23 mars, Krugman s’est dit “désespéré”, dans le New York Times, de voir qu’“Obama […] est parti du principe que les banques sont fondamentalement saines et que les banquiers savent ce qu’ils font. A croire que le président fait tout pour confirmer le sentiment que lui-même et son équipe économique sont coupés des réalités.” Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

_wiesel_elieSelon Elie Wiesel, prix Nobel de la paix, le pape devrait « passer des paroles aux actes » en excommuniant à nouveau l’évêque intégriste Richard Williamson.

Interrogé par le journal italien La Repubblica, l’écrivain, souligne « n’avoir jamais douté que le pape ne partage pas les opinions » des négationnistes. Mais il estime que pour « rétablir un climat serein », Benoît XVI devrait « revenir en arrière » et « annuler la levée de l’excommunication » de Richard Williamson.

On constate q’Elie Wiesel, si silencieux devant les massacres
d’enfants palestiniens de Gaza à retrouvé sa langue. On commençait à être inquiet de ne plus entendre la voix de « cette autorité morale ». Les mauvais esprits prétendent que c’est l’argent perdu chez Madoff qui l’avait rendu un temps aphone.

Rappelons qu’Elie Wiesel qui avait joué les va-t-en guerre contre l’Irak a regretté publiquement avoir glorifié Colin Powel pour avoir exhibé des preuves d’ »armes de destruction massive » qui se sont révélées tronquées.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

m-alaisLa crise se cherche ses prophètes. Les économistes qui, au milieu de l’aveuglement général, avaient prédit le pire, c’est-à-dire la réalité économique et financière actuelle. La presse américaine loue la clairvoyance des universitaires Nouriel Roubini (New York) et Robert Shiller (Yale).

Bien avant eux, un économiste français avait prédit l’apocalypse. Maurice Allais. Pour preuve, ces extraits d’une longue tribune que le Prix Nobel avait publiée dans Le Figaro, en octobre 1998, en pleine crise financière asiatique, et qui fut reprise, un an plus tard, dans son ouvrage La Crise mondiale d’aujourd’hui (Editions Clément Juglar, 240 pages).

Suite de l’article du Monde

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
août 2014
LMaMeJVSD
« juil  
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Archives