En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Pierre Hillard

Médias-Presse-Infos vous propose de suivre l’intégralité de la conférence de presse donnée hier jeudi 15 septembre à Paris par Alain Escada, président de CIVITAS, accompagné de ses principaux conseillers, Anne Brassié, Claude Meunier Berthelot, Marion Sigaut, Valérie Bugault, Claire Colombi, Jean-Michel Vernochet, Pierre Hillard, Youssef Hindi, ainsi que de Thierry Bouzard, délégué CIVITAS pour l’Ile-de-France.

Dans le contexte tumultueux que connait la France, et tandis que politiciens et médias dominants entretiennent la confusion pour pouvoir manipuler plus facilement un peuple soumis au conditionnement d’un nouvel ordre mondial qui ne tolère ni Dieu, ni Patrie, ni Famille, il nous parait que le rassemblement d’hommage à Sainte Jeanne d’Arc le 8 mai prochain nous offre une belle opportunité pour tenter d’obtenir une véritable convergence autour d’un modèle de chef courageux et vertueux incarné par Jeanne d’Arc, à la fois sainte, héroïne et patronne secondaire de la France.

Depuis 2010, Civitas organise chaque deuxième dimanche du mois de mai un hommage à Sainte Jeanne d’Arc. Et, dès le début, la question s’est posée de savoir quelle forme donner à ce défilé très particulier qui n’est ni une procession religieuse ni une manifestation tumultueuse et désordonnée. J’ai providentiellement pu découvrir des numéros de L’Illustration et du Figaro des années vingt et trente qui, au mois de mai, dressaient un compte-rendu détaillé du cortège traditionnel de Sainte Jeanne d’Arc à Paris.

Le cortège démarrait avec les fanfares envoyées par des écoles catholiques. Ensuite prenait place la Fédération Nationale Catholique du général de Castelnau. Les Scouts de France en uniforme et tous leurs étendards défilaient avec à leur tête le général Guyot de Salins, le chanoine Cornette et le R.P. Doncœur. Il y avait là aussi les Guides de France. Et puis défilaient les anciens combattants de la première guerre mondiale, et notamment les Croix de Feu ovationnés par le public.
Suivaient toutes les organisations de la droite nationale et nationaliste, ensuite des groupes de jeunes filles en costumes provinciaux, des associations d’étudiants et, bien sûr, l’Action française conduite par Charles Maurras, Léon Daudet et l’Amiral Schwerer, et enfin les Camelots du roi qui fermaient la marche.

Tout au long du défilé, parmi différents groupes, on voyait des prêtres, certains étaient des anciens combattants et arboraient leurs décorations sur leur soutane. Des religieuses participaient également.
Cette manifestation grandiose symbolisait le culte des Français pour leur sainte patronne. Voilà le modèle de défilé dont Civitas veut s’inspirer pour convier tous ceux qui, en 2016, souhaitent à leur tour rendre hommage à Sainte Jeanne d’Arc.
Ce qui est frappant, c’est qu’à l’époque on ne rencontrait pas les exclusives auxquelles nous sommes trop souvent confrontés aujourd’hui. Ce défilé, à son apogée, réunissait plus de cent mille personnes. Le clergé, les écoliers catholiques, les scouts, les guides, les étudiants, les anciens combattants, les milieux associatifs et politiques (des royalistes aux nationalistes) ne formaient qu’un long et impressionnant cortège. On ne craignait pas la « confusion des genres » entre politique et religieux. Les différences (voire les rivalités) entre les organisations étaient surpassées au profit du bien supérieur.
C’est vers cette unité réussie autrefois autour de Sainte Jeanne d’Arc que veut tendre le défilé organisé par Civitas le 8 mai prochain. C’est le message que nous voulons faire passer : quiconque se reconnaît dans le triptyque Dieu – Patrie – Famille et veut honorer Sainte Jeanne d’Arc est le bienvenu.

N’ergotons pas, ne dévisageons pas le voisin, ne cherchons pas l’uniformité, laissons-là à la pensée unique. Ce 8 mai 2016, il y aura des scouts, des anciens combattants, des étudiants, des pensionnés, des prêtres, des élus, des chrétiens d’Orient, des ouvriers, des patrons, des artisans, des commerçants, des paysans, des royalistes, des électeurs du Front National, des sympathisants d’Egalité & Réconciliation, des sentinelles, des nationalistes et des anonymes, et ils viendront tous communier dans une même ferveur pour honorer Sainte Jeanne d’Arc.

Ce défilé a pu obtenir le soutien de gens aussi différents que Béatrice Bourges, Pierre Hillard, Marion Sigaut, Elie Hatem, Damien Viguier, Anne Brassié, Youssef Hindi, Stéphanie Bignon, Roger Holeindre,…
Et cette synergie a été obtenue autour d’un projet foncièrement catholique et patriote !

J’ajoute que nous avons encore besoin de volontaires, notamment pour l’accueil, le service d’ordre etc. Ils peuvent se signaler auprès de notre secrétariat (01.34.11.16.94). D’autre part, l’organisation de ce défilé coûte cher. Que ceux qui le peuvent veuillent bien nous aider à couvrir ces frais. Enfin, que ceux qui ne peuvent être des nôtres se joignent à nous par la prière.

Alain Escada, président de CIVITAS Continuer la lecture

Le 19 mars 2016 Civitas organisait un colloque ayant pour thème : « De la guerre au Proche-Orient à l’immigration et au terrorisme en Europe ».
À cette occasion, Pierre Hillard (géopolitologue et ancien professeur en relations internationales) est intervenu pour évoquer : « Le plan mondialiste de remodelage des frontières du Moyen-Orient ».

Pierre Hillard est l’auteur de « Chroniques du mondialisme » (2ème édition augmentée, octobre 2015) : http://www.leretourauxsources.com
Source de la vidéo : https://www.facebook.com/noashow/videos

Le Retour aux Sources Éditeur :
Scriptoblog : http://www.scriptoblog.com/
Boutique en ligne : http://www.leretourauxsources.com/

Samedi 19 mars 2016, CIVITAS organise avec le Rassemblement pour la Syrie et Alliance for Peace and Freedom, un colloque à Paris de 14h à 18h, au Forum de Grenelle. Jean-Marie Le Pen, Pierre Hillard, Elie Hatem, Mère Agnès-Mariam de la Croix, Jean-Michel Vernochet, Youssef Hindi, Damien Viguier, Alexandre Marchenko et Alain Escada débattront sur la guerre au Proche Orient, l’immigration et le terrorisme

avec notamment

Introduction (Roberto Fiore, ancien député européen)

. « Le plan mondialiste de remodelage des frontières du Moyen-Orient » (Pierre Hillard, géopolitologue, ancien professeur en relations internationales)

. « Ce que nous vivons en Syrie aujourd’hui » (Mère Agnès-Mariam de la Croix, supérieure du monastère de Qara en Syrie)

. « L’étincelle libanaise » (Elie Hatem, avocat à la Cour, docteur en droit et chargé d’enseignement à la Faculté Libre de Droit, d’Economie et de Gestion de Paris)

. « Le rôle du wahhabisme » (Jean-Michel Vernochet, journaliste et géopolitologue)

« Le terrorisme : instrument du Choc des civilisations au service du sionisme » (Youssef Hindi, écrivain et historien marocain)

. « L’engagement russe contre le terrorisme » (Alexandre Marchenko, Conseiller de l’Ambassade de la Fédération de Russie en France)

. « Chaos au Proche-Orient et en Europe Les responsabilités du gouvernement français » (Damien Viguier, avocat aux barreaux de l’Ain et de Genève, docteur en droit privé et sciences criminelles, chargé d’enseignement à l’université)

. « Les conséquences migratoires » (Jean-Marie Le Pen, député européen)

Conclusion (Alain Escada, président de Civitas)

+ Stands de livres et séances de dédicaces
Outre les intervenants, Marion Sigaut et Claire Séverac y dédicaceront leurs livres.

Continuer la lecture

Depuis 2007, la crise ne fait que s’accentuer. La récession s’impose et les États étouffent sous le poids de l’endettement. Cependant, il existe un monde parallèle qui agit comme une sève pour irriguer la gouvernance mondiale en formation : les paradis fiscaux. Ils sont définis par le journaliste économique Nicholas Shaxson comme un « lieu qui se propose d’attirer des activités économiques en offrant à des particuliers ou à des entités un cadre politiquement stable permettant de contourner les règles, les lois et les réglementations édictées dans les autres pays ». Appelés aussi « juridictions du secret », ces paradis fiscaux s’emploient à manipuler les mouvements d’argent internationaux. Continuer la lecture

Claire Séverac donnera deux conférences, à Avignon puis à Nice, les 23 et 24 janvier 2016 pour présenter son ouvrage La Guerre secrète contre les peuples, publié aux éditions Kontre Kulture.

La bande-annonce :

 

 

Conférence à Avignon le 23 janvier 2016

 

Claire Séverac donnera une conférence à Avignon le samedi 23 janvier 2016 à 15h.

 

Réservations :

- en remplissant directement le formulaire de réservation ;

OU

- en envoyant un courriel à cette adresse : severac.avignon@gmail.com

La demande de réservation par courriel doit obligatoirement mentionner le nombre de places demandées ainsi qu’une adresse électronique (ou numéro de téléphone portable).

Le lieu de conférence sera indiqué par courriel (ou SMS) quelques heures avant l’horaire indiqué.

 

Entrée : 7 euros, à payer sur place en espèces.

Les organisateurs se réservent le droit de refuser l’entrée pour des raisons appropriées.

 

Conférence à Nice le 24 janvier 2016

 

L’association Culture Populaire est heureuse de vous annoncer la venue de Claire Séverac en conférence à Nice le dimanche 24 janvier 2016 à 14h.

Les thèmes qui seront abordés : la géo-ingénierie clandestine, les armes bactériologiques, les implants, les nanotechnologies, les manipulations mentales, etc.

Claire Séverac a mené trois ans d’enquête pour écrire son dernier livre. À l’instar de Sylvie Simon, elle a le courage de chercher des vérités que le pouvoir et les médias dissimulent, ridiculisent et renient. Pierre Hillard, docteur en sciences politiques et dénonciateur connu du nouvel ordre mondial, a préfacé son dernier livre, La Guerre secrète contre les peuples. Une vingtaine d’exemplaires de cet ouvrage seront proposés à la vente le jour de la conférence et dédicacés par l’auteur.

L’intervention de Claire Séverac sera suivie d’une séance de questions-réponses avec le public.

 

Pour réserver votre place, rendez vous directement sur : www.cultpop.fr

Vous serez informé 48h à l’avance de l’adresse exacte de la conférence. Pensez à réserver rapidement car les places sont limitées.

 

Entrée : 7 euros.

Un bar avec des rafraîchissements ainsi que des produits sucrés et salés (gâteaux, quiches, pissaladières, etc.), le tout bio, acheté chez des producteurs locaux et préparé par nos membres, seront à votre disposition. Nos artistes peintres et caricaturistes, membres de l’association Culture Populaire, exposeront leurs œuvres ; certaines seront proposées à la vente. Toutes ces initiatives serviront à financer l’activité bénévole de l’association.

Merci pour votre aide et votre générosité !

Le Cercle Jacques Bainville recevra Pierre Hillard le vendredi 23 mai à 19h30 pour une conférence sur le thème :


« Aux origines du mondialisme »

Adresse : 10 rue Croix-des-Petits-Champs, 75001 Paris

Entrée : 5 euros

Réservation : cerclejacquesbainville@gmail.com Continuer la lecture

Avec Laurent Louis, Dieudonné, Alain Soral, Marion Sigaut, Hervé Ryssen, Pierre Hillard, Kemi Seba, Jacob Cohen, Tepa, Salim Laïbi et Joe Le Corbeau

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Chroniques du mondialisme aux éditions Le Retour aux sources, la librairie Contretemps organise une rencontre-dédicace avec Pierre Hillard le samedi 5 avril 2014 de 17h à 19h30, au 41 rue Cler, Paris VIIe. Continuer la lecture

N° spécial de la revue Civitas consacré à la christianophobie

Edito – Déferlement christianophobe : Civitas prépare la riposte
Dossier : Répondre à la christianophobie
. Intro
. La christianophobie en France : analyse détaillée d’un antichristianisme multiforme
. Collectivités locales et financement du Hellfest
. Du journal Libération au Golgota Picnic : Pierre Bergé et quelques réseaux d’influence
. Observatoire de la christianophobie : un chrétien est tué pour sa foi toutes les 5 minutes dans le monde

+ des articles de géopolitique, des brèves d’actualité, un entretien avec Arnaud de Lassus, etc.

Un numéro réalisé grâce à la collaboration de François Burle, Jean-Yves Clouzet, Alain Escada, Daniel Hamiche, Pierre Hillard, Pierre Martin, Jean-Claude Philipot,…

Prix : 7 euros (+ 2 euros de frais d’envoi)

A commander auprès de Civitas : 17 rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil – 01.34.11.16.94 – secretariat@civitas-institut.com

N° spécial de la revue Civitas consacré à la christianophobie

Edito – Déferlement christianophobe : Civitas prépare la riposte
Dossier : Répondre à la christianophobie
. Intro
. La christianophobie en France : analyse détaillée d’un antichristianisme multiforme
. Collectivités locales et financement du Hellfest
. Du journal Libération au Golgota Picnic : Pierre Bergé et quelques réseaux d’influence
. Observatoire de la christianophobie : un chrétien est tué pour sa foi toutes les 5 minutes dans le monde

+ des articles de géopolitique, des brèves d’actualité, un entretien avec Arnaud de Lassus, etc.

Un numéro réalisé grâce à la collaboration de François Burle, Jean-Yves Clouzet, Alain Escada, Daniel Hamiche, Pierre Hillard, Pierre Martin, Jean-Claude Philipot,…

Prix : 7 euros (+ 2 euros de frais d’envoi)

A commander auprès de Civitas : 17 rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil – 01.34.11.16.94 – secretariat@civitas-institut.com

Jacques Attali avait prévenu : “Après la mise en place d’institutions continentales européennes, apparaîtra peut-être l’urgente nécessité d’un gouvernement mondial.” (Dictionnaire du XXè siècle). Il est cité par Pierre Hillard dans son ouvrage intitulé “La Marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial.”

Historien passionné de géopolitique, l’auteur y compile, cartes et documents à l’appui comme d’habitude, toute une série d’analyses publiées par ailleurs et ici mises à jour, sur l’émergence d’un bloc euro-atlantique, les “frontières de sang au Moyen-Orient”, l’évolution de l’Espagne, de l’Écosse, de la Belgique, la question allemande, sans oublier bien sûr la France dont Pierre Hillard décrit le début d’une “fragmentation”… “
Continuer la lecture

eu_usaPar Pierre Hillard

La Fondation Bertelsmann évoque peu de choses auprès des Français. Nous serions même tentés de dire que cela n’évoque rien du tout. Pourtant, le lecteur doit prendre conscience que les grandes décisions sont toujours conçues par une minorité. Le peuple prétendu souverain n’a aucune prise sur l’évolution interne et externe du pays. Le choix qu’il porte sur tel ou tel candidat du système ne change rien à la donne parce que ce dernier est, en fin de compte, le produit de l’oligarchie. Parvenu au pouvoir, le « poulain » issu de la matrice financière se voit servi tout frais une série de rapports et de documents qui conditionnent sa politique dans tous les domaines. Ceci est patent dans le cas de la Fondation Bertelsmann.

En fait, il faut distinguer l’entreprise de la Fondation. A l’origine, l’entreprise a vu le jour en 1835 grâce aux efforts de son fondateur Carl Bertelsmann. Ce dernier et ses successeurs ont su développer leurs affaires au point que la petite imprimerie de la première moitié du XIXè siècle était devenue le premier fournisseur du IIIè Reich à la veille de la Seconde guerre mondiale. A partir de 1945, son jeune président, Reinhard Mohn (descendant de la famille Bertelsmann, mais par les femmes), reprend en main l’affaire familiale et donne à son entreprise la taille d’un empire. En effet, c’est un véritable empire des médias et de l’édition qui a vu le jour. Fort d’un chiffre d’affaires de plus de 18 milliards d’euros, Bertelsmann est à la tête de filiales comme RTL (radio), M6 (télévision) et d’une variété de journaux et de revues comme GEO, Femmes Actuelles, VSD, Stern, Gala etc. A cela, il faut ajouter que la plus grande maison d’édition américaine, Random House, est sous la coupe de cette entreprise germanique. Ainsi, lorsque Barack Obama a publié son livre en 2006 L’audace de l’espoir chez Random House ; en fait, c’était sous l’égide de Bertelsmann. Enfin, précisons que le groupe de distributeurs de livres, France Loisirs, est coiffé par Bertelsmann même si ce dernier, selon certaines indiscrétions, tente de se séparer de sa filiale française. Cette simple énumération suffit à souligner le poids incontournable de ce grand média allemand en Europe mais aussi dans le monde. Cependant, ce poids est d’autant plus renforcé que les dirigeants de Bertelsmann ont su profiter des succès de l’entreprise pour financer la création d’un « laboratoire à idées » : la Fondation Bertelsmann.

Celle-ci a vu le jour en 1977. Ses objectifs sont clairs. Il s’agit d’œuvrer dans trois domaines : la construction européenne, le renforcement du partenariat transatlantique et élaborer une politique au Proche-Orient subdivisée en deux parties ; Israël et le monde musulman.

Dans le cas européen, les efforts de la Fondation Bertelsmann sont probants puisqu’elle a joué un rôle décisif dans la relance du projet de constitution européenne après les non français et hollandais en 2005. En effet, un rapport a été adopté par le Parlement européen en janvier 2006 appelant à remettre sur les rails l’idée d’une constitution dotée de la personnalité juridique (droit accordé à l’Union européenne d’être un acteur reconnu sur la scène internationale). Malgré le non irlandais en juin 2008, le projet de constitution est maintenu. Or, les deux rapporteurs, les députés anglais et autrichien au Parlement européen, Andrew Duff et Johannes Voggenhuber, ont travaillé en liaison étroite avec la Fondation Bertelsmann. Celle-ci a bénéficié de relais au sein du Parlement européen comme les présidents des commissions des Affaires étrangères et constitutionnelles (Elmar Brok et Jo leinen) pour remettre en vigueur l’idéal politique de Valéry Giscard d’Estaing. Ce texte doit théoriquement voir le jour en 2010. Parallèlement à l’évolution de la politique européenne, la Fondation Bertelsmann s’active dans le renforcement des liens transatlantiques. En fait, cette Fondation se démène pour réussir à créer un bloc transatlantique unifié pour 2015. Ces ambitions vont très loin puisqu’il est spécifié qu’une « arène monétaire » doit voit le jour de part et d’autre des rives de l’Atlantique. C’est l’annonce en filigrane d’une monnaie transatlantique. Dans ce cas bien précis, l’Europe contre puissance est un vain mot.
Continuer la lecture

hillard_pierrePar Pierre Hillard

La Trilatérale est une organisation méconnue du public français. Croyant que le suffrage universel représente l’arme décisive pour changer le cours des choses, les Français ignorent en fait que les véritables acteurs de la vie politique et économique se trouvent au sein de « centres de réflexion » nourris par des multinationales. Des groupes ultra puissants comme le Bilderberg, le Lucis Trust, le Council on Foreign Relations (le CFR pour les Etats-Unis concernant la politique étrangère), l’European Council on Foreign Relations (l’ECFR pour l’Union européenne), la Fondation Bertelsmann pour ne citer que ces cas représentent les relais du pouvoir mondial en gestation. Coopérant étroitement entre eux, ces groupes élitistes constituent les différents musiciens permettant à l’orchestre mondialiste de jouer une partition intitulée : « Vers une gouvernance mondiale ». Dans cette affaire, un groupe solidement implanté joue aussi son rôle en faveur d’une unification planétaire : la Trilatérale.

Créée en 1973 par Zbigniew Brzezinski (conseiller du président Obama) et David Rockefeller (ancien président du CFR pour ne citer que ce cas), la Trilatérale est constituée de trois entités : l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon. L’objectif de la Trilatérale comme l’affirme Brzezinski dans un article du Figaro est de permettre aux Etats de « faire face à des problèmes de plus en plus partagés – financiers, économiques et stratégiques – et qu’ils sont de moins en moins en mesure de régler, sans au moins se concerter plus étroitement dans leur propre intérêt et dans celui du reste du monde (…). D’où l’idée d’un groupe non gouvernemental de réflexion et de proposition, une centaine d’hommes et de femmes – d’Etat comme d’affaires, de syndicat comme d’université -, qui pourrait nous habituer à travailler ensemble et à mieux réconcilier nos politiques. Un groupe qui a eu le bonheur de compter dans ses rangs des Français tels que Paul Delouvrier, Robert Marjolin, Raymond Barre, Simone Veil, François de Rose, Hubert Védrine, parmi tant d’autres … (…). La Trilatérale a beaucoup fait en son temps pour nous rapprocher – nous Américains, Européens et Japonais (…). L’un de ses rejetons a été le groupe des Sept (le G-7) » .
Continuer la lecture

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives