En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Pegida

Samedi 26 novembre, à l’initiative du Parti de la France et du SIEL, s’est déroulé à Péronne (80) un rassemblement anti-migrants afin de dénoncer la colonisation migratoire de nos campagnes.

Malgré un dispositif de gendarmerie délirant (et un fichage en règle de chaque manifestant), les nationalistes et patriotes ont pu se réunir pour démontrer qu’il existe encore des Français qui se dressent contre l’invasion. Parmi les participants, on a pu remarquer la présence de Sabrina Le Corronc (Déléguée départementale du PdF), Loic Perdriel (PEGIDA France), Laurent Spagnol (représentant des Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen), d’Yvon Flahaut (Conseiller municipal d’Abbeville) et du représentant départemental de Civitas. On notera l’absence regrettable du pathétique Conseiller municipal néo-FN de Péronne qui a décliné l’invitation sous prétexte de ne pas se mélanger à « l’extrême droite » (sic). A croire qu’il avait plus sa place avec les contre-manifestants d’extrême-gauche, venus d’Amiens pour la plupart, et qui ont tenté, en vain, de perturber la manifestation des patriotes.

David Martin, Délégué départemental adjoint du PdF, a été le premier à prendre la parole pour expliquer les raisons de ce rassemblement et présenter les deux autres orateurs. C’est tout d’abord Xavier Jésu, représentant régional du SIEL, qui a rappelé à l’assistance le danger que représente le remplacement de population organisé par nos gouvernants. Ce fut ensuite au tour de Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, d’expliquer que les Français sont en droit de se révolter face à la submersion migratoire et qu’il s’agit avant tout d’un combat de civilisation que tous les patriotes ont le devoir de mener, pour que la France reste française.

A l’issue du rassemblement, des militants d’extrême-gauche, déambulant dans les rues de Péronne, ont tenté d’agresser les derniers participants qui regagnaient leurs véhicules, les membres du SEP sont alors intervenus avec sang-froid et efficacité avant que les gendarmes ne s’interposent.

Pour info, un article (très partisan) du Courrier Picard :

Source: Thomas Joly

Le 9 avril dernier, à la Maison de la Chimie de Paris, s’est tenu le troisième colloque (le deuxième sous son nom) de l’Institut Iliade sur le thème, ô combien d’actualité et d’une éternelle vitalité, de la lutte pour la préservation de notre identité : « Face à l’assaut migratoire, le réveil de la conscience européenne »

Près de 1200 personnes se sont retrouvées pour écouter les nombreux intervenants venus partager leur constat et surtout proposer des pistes alternatives au suicide collectif que représente l’invasion migratoire. Autre preuve du succès grandissant de cet événement annuel : le colloque se déroulait sur la journée entière, et non plus sur une demi-journée comme l’an dernier.

François Bousquet, Renaud Camus, Philippe Conrad, Jean-Yves Le Gallou, Jean Raspail, Tatjana Festerling… les voix étaient venues nombreuses de toute l’Europe pour encourager les Européens à défendre leur continent menacé d’engloutissement.

Le poète Mallarmé disait : « Ce n’est pas avec des idées qu’on fait des vers, c’est avec des mots ». Pour poser les premières pierres d’une reconquête, ces voix ont su trouver des mots. Pas n’importe quels mots, pas ces mots rabâchés d’une langue de bois convenue. Mais les mots de la réalité, fût-elle brutale et dérangeante, et du courage.

Notre identité menacée

Pour « rendre les Européens à l’Europe », il convient de replacer ceux-ci dans leur identité spatiale et ethnique, socle de toute civilisation. Comme le déclara Jean-Yves Le Gallou : « Rester nous-mêmes est le préalable à toute reconquête ».

C’est ce à quoi s’est attaché notamment Jean-François Gautier, venu évoquer « la pérennité de l’âme européenne », à travers cette formule si expressive : « Nos identités sont d’abord des identités spatiales. Nous devons en priorité reconquérir notre espace. »

L’africaniste Bernard Lugan, pour qui « on ne ment pas avec la démographie », a ainsi rappelé quelques vérités premières. Tandis que « les invasions barbares, mouvements entre Européens, n’ont rien changé à notre substrat biologique », il a souligné qu’aujourd’hui « nous ne sommes pas en présence d’un mouvement d’immigration mais d’un mouvement d’invasion de peuplement ».

Renaud Camus a abordé frontalement la question de ce Grand Remplacement, dénonçant le « remplacisme, cette fabrique de l’homme remplaçable ». D’après lui, « Le mot “race” est indispensable à la défense de l’identité » ; « ceux qui prétendent que les races n’existent pas sont sans doute de très mauvais linguistes ». Et l’écrivain de conclure : « La seule ligne de partage qui compte est celle qui sépare les remplacistes et les antiremplacistes ». François Bousquet s’est joint à cette dénonciation : « L’antiracisme est un nouveau marxisme passant de la lutte des classes à la lutte des races. » Continuer la lecture


PEGIDA à Dresde, bastion de la Résistance allemande – PEGIDA in Dresden, Hauptstadt des Widerstands

Alors que l’Allemagne fait face depuis des mois à un afflux massif de migrants, PEGIDA organise chaque lundi à Dresde dans l’Est de l’Allemagne une manifestation contre “l’islamisation de l’Occident” qui rassemble des milliers de personnes.
Une équipe de TV Libertés, conduite par Lionel Baland et Nicolas de Lamberterie, s’est rendue en janvier 2016 à Dresde afin d’interroger Tatjana Festerling, figure de proue de PEGIDA et ancienne candidate de ce mouvement à la mairie de Dresde.

Während Deutschland seit Monaten unter einem massiven Zustrom von Migranten leidet, demonstrieren in Dresden jeden Montag Tausende “Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes” (Pegida).
Ein französisches Fernseh-Team von TV Libertés, geführt von Lionel Baland und Nicolas de Lamberterie, ist im Januar 2016 nach Dresden gefahren um Tatjana Festerling, die Sprecherin von PEGIDA und Kandidatin dieser Bewegung zum Amt des Dresdner Bürgermeisters, zu interviewen.

www.tvlibertes.com

Dans un esprit d’unité patriotique face à la submersion migratoire et l’islamisation qui en découle, une conférence est organisée à Beauvais samedi 26 mars à 18h. Interviendront Thomas Joly (Secrétaire général du Parti de la France), Pierre Cassen (Fondateur de Riposte Laïque) et Loïc Perdriel (Président de Pegida France).

La participation aux frais est libre.

Réservation obligatoire au 06.09.96.44.37 ou thomasjoly60@yahoo.fr Continuer la lecture

Natatcha Bouchart, maire (LR) de Calais, vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ancienne sénatrice puis collaboratrice de son ex-suppléant pour contourner la loi sur le cumul, puis démissionnaire de ce poste sous la pression du scandale :

Image3

Image6

Source: Le Salon Beige

Ivan a tout vu.

Des femmes pourchassées, terrorisées par des hordes alcoolisées, en rut, qui le supplient de les laisser entrer dans l’hôtel. Les crachats sur les clients sortis fumer sur le trottoir, les passages à tabac, les bagarres au couteau, les personnes piétinées, les tirs de fusées en direction de la foule et des policiers, sur les voitures et même vers la cathédrale. Continuer la lecture

Dimanche 13 décembre 2015 à 14h. Grand rassemblement à Aix-la-Chapelle en Allemagne : PEGIDA Flandre, PEGIDA Liège/Lüttich, PEGIDA Pays-Bas et PEGIDA Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW). Une partie des discours se tiendront en français. En savoir plus cliquez là Continuer la lecture

Depuis le début de la crise des migrants, le mouvement anti-immigration allemand Pegida ne cesse de prendre de l’ampleur. Pegida (patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident, en allemand), qui attirait à ses débuts essentiellement des militants nationalistes,  est en train de réunir des modérés, notamment déçus par l’absence de fermeté de la chancelière allemande, Angela Merkel. Ce lundi 19 octobre, le mouvement a réuni ses troupes à Dresde pour fêter sa première année d’existence. Continuer la lecture

• Une semaine après les attentats, le système répressif se met en place. Mais pas contre les auteurs potentiels d’attentats, mais contre ceux qui en dénoncent les causes ! En France, on défile pour la liberté d’expression, mais surtout on l’encadre…
• Bruno Mégret, ancien député européen et Président du MNR  nous livre ses impressions sur, je cite, « la plus grande opération d’endoctrinement des masses » jamais conduite en France. Une parole rare, trop rare et d’autant plus remarquable.
• Face à la vague de sympathie à l’égard des terroristes qui submerge les collèges et lycées de France, Najat Vallaud-Belkacem a la solution : de la laïcité, plus de laïcité, encore de la laïcité. Qu’on se dise dans les chaumière, l’éducation nationale sera une fabrique de crétins, oui, mais de crétins laïcs !
• Immigration-colonisation. En Allemagne, les manifestations de PEGIDA, die Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes, prennent de l’ampleur à chaque édition. Les autorités civiles et religieuses ont beau éteindre l’éclairage publique… rien n’arrête le mouvement qui s’exporte en France et en Espagne.
• Viktor Orban participait à la manifestation obligatoire de dimanche dernier, mais il n’était pas à l’unisson avec le « vivre-ensemble » de rigueur. Tout au contraire, il demande à l’Europe de fermer ses frontières à l’immigration parce que, je cite, « elle ne fait qu’apporter des troubles et des menaces aux peuples européens ». Voilà qui n’es pas politiquement correct…
• Russie… On nous l’annonçait mourante, agonisante avec un rouble qui ne valait plus rien, isolée sur la scène internationale… Dîtes vous bien que si on ne vous en parle plus dans les médias dominants, c’est que le scénario originel a du plomb dans l’aile et que la réalité est toute autre…

et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, son actualité et l’élection législative partielle dans le Doubs, avec une interview d’Alde Vinci qui portera, avec Christophe Devillers, nos couleurs les 1er et 8 février prochain.

Conférence de presse européenne de résistance à l’islamisation de nos pays

Le préfet Boucault, sous la pression de son ministre Cazeneuve, du maire écolo du 2e arrondissement Boutault, d’organisations musulmanes et de l’extrême gauche, a donc, avec un dossier totalement vide, décidé d’interdire le rassemblement du 18 janvier, organisé par Résistance républicaine et Riposte Laïque. Cette décision, hautement politique, a été cautionnée par les juges du tribunal administratif, qui ont considéré, de manière étrange, qu’appeler à expulser des islamistes qui sèment la mort dans notre pays était « un appel à la haine et à la division ». Continuer la lecture

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives