En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

pédophilie

Mgr Pontier, président de la Conférence des évêques de France, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise et président de la Cellule de veille sur la pédophilie se sont exprimés ce mardi 15 mars 2016 lors d’une conférence de presse à Lourdes au premier jour de l’assemblée plénière de la conférence épiscopale. Ils ont également répondu aux questions des journalistes.

En décembre 2016, Marion Sigaut recevait Judith Reisman dans la chronique qu’elle anime pour Médias-Presse-Infos. Dans cette deuxième partie, Judith Reisman analyse les contenus des cours d’éducation sexuelle dispensés dans les écoles.

Une petite bombe médiatique a éclaté en plein Tradiland valaisan puisque le journal Le Nouvelliste s’est fait l’écho de cette terrible affaire… information également à suivre dans cath.ch

Continuer la lecture

Joachim Véliocas de l’Observatoire de l’islamisation s’est entretenu avec Farah Kay , belge-marocaine qui a renié l’islam après avoir étudié les « sciences islamiques » dans les mosquées bruxelloises.
La violence des texte,s, les appels à la haine et les justifications de la pédophilie d’ont définitivement vacciné de l’hérésie islamique. Cette courageuse femme libre sort un livre: Papa, maman, Allah et moi aux éditions de la Boite à Pandore (septembre 2016).
Entretien du 9 novembre 2016.

Le 17 août 1996, les corps sans vie de Julie et Mélissa, 8 ans, sont retrouvés dans la propriété d’un certain Marc Dutroux, ferrailleur inconnu du grand public (plus pour longtemps) mais très défavorablement connu des services de police, pour ses affaires de « mœurs ». Deux jours plus tôt, l’assassin restituait deux autres filles, cette fois vivantes, à la police. Mais deux semaines plus tard, deux nouveaux corps seront déterrés.
Le 17 août 2016, Carine Russo, mère de Mélissa, parle à la RTBF.

Carine Russo, la mère de Mélissa, est interrogée sur la RTBF par une journaliste belge, la sosie jeune de Mireille Dumas. Sans verser dans l’analogie morphopsychologique, ses questions sont malheureusement orientées vers la recherche de l’émotionnel, ce qui fait perdre de vue les contradictions brûlantes de l’affaire entière, relevées par les enquêteurs indépendants, et mises de côté par l’instruction officielle. Du tremblement de terre européen de 1996 (un choc équivalent à un 11 Septembre judiciaire), avec ses ramifications politiques – qui iront jusqu’à la Stasi est-allemande –, il ne reste rien.

Étrangement, Carine Russo croit encore dans les vertus du Système – c’est-à-dire qu’il peut s’améliorer – alors que ce dernier l’a écartée, elle et les parents des victimes, de toute information. À dessein ou pas, l’histoire le dira. Avec une journaliste qui respecte de fait la neutralisation d’un dossier toujours aussi explosif (des enlèvements d’enfants signalés à la police, des enquêteurs qui connaissaient la dangerosité de Dutroux, et des membres de l’élite belge mouillés dans des partouzes avec des mineures prostituées) et une mère qui remet pas en question le couple police-justice, qui a pourtant largement failli, pour ne pas dire plus, il reste une confrontation de deux ignorances, peut-être pas si involontaires que ça. Même quand tout le démontre, le public a du mal à admettre l’existence d’une oligarchie sans foi ni loi.

 Carine Russo : « Le politique, je crois qu’il n’a pas très bien compris…  »

La journaliste : « Y a quand même eu la réforme des polices, la commission d’enquête parlementaire, la création d’un centre de recherche pour enfants disparus… »

L’enchaînement des « dysfonctionnements » (on entend la même chose aujourd’hui dans le cas des attentats franco-belges) ont mené à la mort de quatre jeunes filles, sans compter les meurtres collatéraux. La pourriture – ou la faiblesse – d’un système judiciaire sanctionnée par une série de cadavres. De cette affaire emblématique, il ne reste rien, seulement une « condamnation » par le Roi des erreurs de l’enquête et des magistrats qui se sont succédé lors de son instruction. Tout finira en « marche blanche », ce qu’un pouvoir corrompu peut tout à fait supporter. L’explosion de colère populaire, qui aurait été justifiée, a été désamorcée par les promesses des politiques. Sans aller trop loin dans la spéculation, il est clair que Dutroux était un truand doté d’une « autorisation », c’est-à-dire un informateur bénéficiant d’une carte blanche dans sa spécialité, le vol de voitures. Une spécialité qui en cachait une autre : le vol d’enfants et leur « location » à des personnalités.

Pourquoi des personnalités ? Parce qu’elles seules peuvent payer. Pas la peine d’aller chercher du complotisme populiste anti-élite. Le viol d’enfant est un sport de riche, et tous les riches ne sont pas des violeurs, heureusement. Mais un pédocriminel pauvre, à moins de faire disparaître ses victimes, ne reste pas longtemps impuni : il ne dispose pas des protections suffisantes. Celles dont Dutroux a bénéficié, au travers de ses visiteurs puissants. En ne balançant pas ses clients – Émile Louis est mort sans avoir parlé – Dutroux a sauvé sa peau, et son réseau. Car réseau il y avait, et il y a toujours, probablement : le vice ne s’arrête pas avec une décision de justice, aussi conforme au droit soit-elle. Sauf que les hauts pédophiles du royaume de Belgique ne choisissent plus d’enfants du cru (les premiers enlèvements de Dutroux portaient d’ailleurs sur des enfants roumains).

« Les déclarations du témoin X1 ont conduit à la réouverture de dossiers de meurtres non résolus par les parquets de Bruxelles, Gand et Anvers : les disparitions et meurtres de Carine Dellaert, disparue à l’âge de 16 ans en 1982, et dont le corps est retrouvé en 1985 dans une fosse septique, le rapport d’autopsie révélant la présence de crayon laminaire, utilisé pour provoquer des accouchements ou des avortements, de Katrien De Cuyper (1991), de Hanim Mazibas (1988) et de Christine Van Hees, jeune Bruxelloise dont le corps brûlé avait été découvert le 13 février 1984 dans l’ancienne champignonnière d’Auderghem ; la description écrite par Régina Louf des lieux a été confirmée par le fils de l’ancien propriétaire. » (Extrait du Wikipédia du témoin X1)

L’affaire Dutroux à travers le témoignage de Régina Louf, dans Passé sous silence, un documentaire diffusé le 10 octobre 2002 sur France 3 :

La fermeture en 1998 de toute instruction à partir des témoignages de Régina Louf, pourtant corroborés par les premiers enquêteurs (Patrick de Baets, Aimé Bille et Rudy Hoskens), et dont la vie est un calvaire de viols, de prostitution, et de tortures, a définitivement coupé Marc Dutroux du réseau qui constituait sa clientèle. Le procès, qui a lieu en juin 2004, sera celui d’un seul homme, et de ses trois complices, l’ignoble Michelle Martin, le louche Michel Nihoul (libéré en 2005 et définitivement blanchi en 2010 !), et le pauvre Michel Lelièvre.

La montagne de l’affaire Dutroux accouchera d’une souris qui arrange tout le monde en haut lieu. À coups de dé-saisissements opportuns, de pressions sur les témoins-victimes fragiles et de reprises en main de la communication politico-judiciaire, l’élite belge sauvera sa tête. Il lui aura fallu 20 ans pour envoyer dans une impasse la colère populaire, en lui vendant un conte pour enfants en guise de vérité, et étouffer un scandale qui aurait arrosé politiques, hommes d’affaires, policiers et magistrats. Aujourd’hui, le schéma se reproduit avec les attentats terroristes.

Source: E&R

Élite et pédocriminalité avec Kontre Kulture

En octobre dernier, nous signalions:

l’existence d’un site consacré à la dénonciation d’affaires d’abus sexuels (et même de pédophilie) dans les milieux traditionalistes: stop-pedos-trad.is
En même temps, nous annoncions que nous allions suivre cette affaire, et nous l’avons fait au cours des mois, en particulier ici et la:
Nos propres vérifications nous ont confirmé qu’il existe bien un grave problème d’abus sexuels dans le monde traditionaliste et, surtout, que les autorités religieuses y pratiquent à peu près la même politique de l’autruche que la plupart des évêques. La hiérarchie de la FSSPX a eu alors un comportement typique des gens qui ont des affaires gênantes à cacher. Mgr Fellay aurait payé cher et vilain un gros cabinet d’avocat pour tenter de baillonner ce blog.
L’offensive juridique du supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X s’est lamentablement plantée, et ce blog continue à taper là où ça fait mal !
Entretemps, ce blog a publié de nombreux autres articles, et nous voudrions attirer votre attentions sur le tout dernier, que nous sommes aussi en mesure de confirmer.
Attention, personnes sensibles s’abstenir:
Pour ceux qui veulent s’informer directement aux sources locales, auprès des familles concernées, il existe ce forum: www.cathinfo.com
A suivre…

Continuer la lecture

L’acteur du Seigneur des Anneaux explique que les acteurs les plus jeunes sont des proies pour de nombreux pontes d’Hollywood, qui ne sont pas inquiétés.

Un scandale sexuel majeur pourrait se tramer à Hollywood, a prévenu l’acteur Elijah Wood (Frodon Sacquet dans la trilogie Le Seigneur des Anneaux) dans une interview au Sunday Times, ce dimanche. Son ampleur pourrait être égale à celle du scandale Jimmy Saville en Grande-Bretagne, du nom de ce présentateur de la BBC accusé de centaines d’agressions sexuelles sur des mineures, a-t-il indiqué.

Il assure que des jeunes acteurs ont été sexuellement abusé par des « vipères de l’industrie ». Si lui-même dit avoir été protégé de ces agressions par sa mère, il assure « avoir été entraîné dans des endroits sombres » ce qui lui a fait prendre conscience « que ces choses continuent probablement aujourd’hui ». « Si vous êtes innocent, que vous savez peu de choses sur le monde et que vous voulez réussir, des gens avec des intérêts parasites vous verrons comme une proie. Ce qui me chagrine avec ces situations, c’est que les victimes ne peuvent pas s’exprimer aussi fort que les gens qui ont le pouvoir », dit-t-il.

holly

« Ils peuvent être écrasés et voir leur vie irrémédiablement détruite ».

« Il y a une face cachée » d’Hollywood, assure-t-il. « Si vous pouvez l’imaginer, c’est que cela s’est sûrement passé ».

Elijah Wood n’est pas le premier à dénoncer un scandale d’abus sexuels à Hollywood.

Anne Henry, co-fondatrice de l’association Bizparents, un groupe d’aide pour les enfants acteurs, estime que Hollywood abrite une centaine de pédophiles actifs. Selon elle, un « tsunami » de plainte va émerger. Les trois quarts des enfants acteurs qui « finissent mal » ont été victimes d’abus sexuels, assure-t-elle.

Corey Feldman, qui enfant a joué dans Les Gremlins ou Les Goonies, a temoigné en disant avoir été « entouré » d’agresseurs sexuels lorsqu’il était adolescent. Il a ensuite connu des problèmes d’alcool, de drogues, ainsi que des troubles mentaux.

source: atlantico.fr

Livre Noir De La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X

L’AVREF avait été mise au courant par divers organismes de faits problématiques liés à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (faits de pédophilie dans des écoles de la Fraternité, avec jugements en cours, prescription dans certains cas).

Puis d’autres sortes de témoignages décrivant les pratiques coercitives d’un milieu très fermé sur lui-même, où les familles en viennent quelquefois à préférer la position de la communauté à l’écoute des leurs enfants.

Le présent Livre Noir ne s’est pas suffi des témoignages directs, mais profite aussi de documents et témoignages transmis par d’autres sites, après vérification, afin de donner un tableau plus complet des situations.

Il apparaît une institution où le financier a autant d’importance que la doctrine, ce qui peut être commun. Mais sachant l’attachement à la doctrine, cela peut faire peur. Et où, comme dans tout milieu fermé et jugeant de haut le reste du monde (dont du reste le reste de l’Église), les affaires de mœurs ou même criminelles, toujours critiquées quand elles sont à l’extérieur, sont étouffées quand elles sont en interne. Et où les victimes, évidemment ignorées, se trouvent exclues de ce qui a été toute leur vie leur société, leur famille, leur milieu identitaire.

Aymeri Suarez-Pazos

Livre Noir ici

Continuer la lecture

L’actualité – en l’occurrence les errements d’un évêque catholique – fait resurgir un grave problème de société, aussi vieux que l’humanité. Comme pour d’autres sujets, les pitres des media désinforment plus qu’ils n’informent.

La pédophilie, qui ne fut réprimée durant l’Antiquité que par des règlements de comptes entre familles ou individus, fut diversement punie ensuite selon les civilisations, les chrétiens étant les moins laxistes jusqu’à la disparition de l’influence du clergé sur la justice (en France, au milieu du XVIIIe siècle)… même un athée – c’est le cas de l’auteur de ces lignes – se doit de le reconnaître.

Au XXe siècle, elle fut considérée avec un certain détachement par les Occidentaux, lorsqu’elle était pratiquée en milieu exotique. Sa pédophilie menée auprès de jeunes Tunisiens n’empêcha nullement André Gide d’être nobélisé. Henry de Montherlant et Roger Peyrefitte firent un concours de « tableaux de chasse » pédophiles jusqu’aux années 1970. Seul le IIIe Reich lutta très vigoureusement contre la pédophilie incestueuse, les familles étant un haut-lieu de sa pratique, où l’on pratique volontiers l’omerta. Continuer la lecture

L’article ci-dessous rejoint le post de Philippe : les médias, très prompts à dénoncer la pédophilie lorsqu’elle concerne l’Eglise, sont curieusement peu diserts lorsqu’il s’agit de l’Education nationale ou du monde politique :

« En France, deux nouveaux cas de pédophilie présumée dans le corps enseignant ont été révélés. Il s’agit d’un professeur suspendu dans l’Est du pays et un autre en Bretagne. Ce dernier avait déjà été condamné. Les cas semblent se multiplier. La ministre de l’Education prend le problème très au sérieux, parait-il…

Comment des enseignants ont-ils pu continuer leur métier alors qu’ils ont déjà été condamnés pour pédophilie ou détention d’images pédopornographiques par le passé ?

« Il faut revoir la chaîne de signalement », répond la ministre de l’Education nationale.

Une référence au professeur de sport suspendu à Rennes, mercredi 1er avril ; et au directeur d’école écroué à Villefranche en Isère. Deux hommes qui ont continué d’exercer malgré leurs condamnations pour ces actes, depuis 2006 pour le premier, 2008 pour le second.5aM1qc9fLtzaiF8dHUVCHyxL1D8@250x408

Romain Farina, l’ex-directeur de l’école de Villefontaine (Isère) suspecté d’avoir violé ou agressé sexuellement des dizaines d’enfants, a été réformé de l’armée pour motifs psychiatriques et a échoué quatre fois au concours pour devenir professeur de collège. En 2001, il réussit celui d’instituteur et prend un poste à Vénissieux, dans la banlieue de Lyon, avant d’être muté en 2008 dans l’Isère.

On notera ses « ateliers du goût », dévoyés en viols et aux agressions sexuelles, qu’il ose qualifier de « dégustation », voire de « jeu » ce qui nous rappelle les écrits de M. Cohn-Bendith dans son livre « Le Grand Bazar », publié en 1975 chez Belfond, où Daniel Cohn-Bendit évoque son activité d’éducateur dans un jardin d’enfants « alternatif » à Francfort  […]

Il ne faut pas avoir la mémoire trop courte :

Le 26 janvier 77, dans le quotidien Le Monde, journal bien-pensant s’il en est, messieurs Lang, Kouchner, ou encore André Gluksmann estimaient que l’on ne pouvait considérer comme un crime, une histoire qui se réduisait somme toute « à une simple affaire de caresses et de baisers »...Qu’on ne pouvait décemment incarcérer des hommes pour « une simple affaire de mœurs »… « soit pour avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels »!!

De plus, il semblerait qu’à leurs yeux, la pédophilie soit monnaie courante, puisqu’ils estiment « qu’il y a une disproportion manifeste entre, d’une part la qualification de crime, qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire » 

Sans commentaire.

Qui a demandé des comptes à ces pervers dépravés pour apologie de la pédophilie ? »

Marie Bethanie dans Le Salon Beige

Suite à l’enquête de l’association Innocence en danger, il faut demander à Manuel Valls ce qu’il en pense : « Un an après l’affaire de Villefontaine, l’association Innocence en danger a dressé mercredi un bilan mitigé des mesures prises par le ministère de l’Education nationale pour prévenir les actes de pédophilie au sein des écoles, estimant que « l’omerta » prévalait encore.

Vingt affaires de pédophilie au sein de l’école sont actuellement en cours et traitées par les avocats de cette association de protection de l’enfance, a déclaré Homayra Sellier, sa présidente, lors d’un point de presse.

Trois directeurs d’écoles, dix enseignants dont une femme, un assistant maternel et quatre animateurs sont mis en cause dans ces dossiers, dans plusieurs académies du territoire.

Ces enquêtes n’ont entraîné que trois suspensions et aucune révocation, a dit Me Marie Grimaud, une des avocates de l’association. »

Bizarrement, les médias français sont muets sur ces affaires…

Philippe Carhon dans Le Salon Beige

« Les scandales de l’Église de France », affiche Marianne en couverture, le 18 mars. La semaine précédente, l’Obs titrait « Pédophilie, le silence de l’Église ». À en lire les gros titres, l’affaire est entendue : Mgr Barbarin serait forcément coupable et, au-delà, l’Église catholique tout entière, de couvrir les agissements de prêtres pédophiles. Qu’importe que Mgr Barbarin ne soit mis en cause que pour sa gestion de la carrière de prêtres accusés de faits très antérieurs à son accession à l’archevêché. Qu’importe que, lorsqu’il a eu connaissance d’abus récents, il ait à chaque fois suspendu le prêtre incriminé et alerté la justice. Qu’importe encore que, sous Benoît XVI, l’Église —première institution à prendre ainsi le problème à bras-le-corps —, ait mis en place, certes tardivement, une “tolérance zéro” sur ces questions : il faut absolument démontrer que, comme l’a dit la secrétaire d’État Juliette Méadel, « alors même que dans toutes les institutions de la République, la lutte contre la pédophilie est mise en place et assumée, l’Église continue de traîner les pieds »Continuer la lecture

Sans créer de polémique dans nos médias, que l’on a connu plus impulsifs…, la police britannique a annoncé l’arrêt, sans la moindre arrestation, d’une enquête sur le possible meurtre de trois petits garçons par un réseau de pédophiles impliquant des responsables politiques et des institutions publiques entre 1975 et 1984. Continuer la lecture

L’association Wanted Pedo se mobilise le vendredi 08 avril 2016 devant le Sénat à 10h00.

Wanted Pedo va remettre aux sénateurs des propositions de lois ainsi que des demandes bien précises en matière de protection des enfants.

La protection de l’enfant est la responsabilité de chacun. Nous devons tous porter un regard attentif à la protection des mineurs.

Force est de constater qu’aujourd’hui, de nombreuses peines ne sont tout simplement pas appliquées, en ce qui concerne les faits de pédocriminalité. Tous ensemble, faisons en sorte que les peines mentionnées dans notre code pénal soient appliquées.

Ensemble, unis et grandis par le combat que nous avons à mener, nous porterons la parole des citoyens conscients.

Pour nos enfants, pour notre avenir, le poids d’un peuple indigné et la force d’un cœur qui bat à l’unisson. Rejoignez-nous nombreux!

Des moyens de transports économiques se développent. Le covoiturage pour les rencontres ou l’autocar pour faire plaisir à Macron, nous vous annonçons la date dès aujourd’hui afin de vous organiser au mieux.

Le pouvoir en place est fébrile ; les élections ne sont pas bien loin… Il est temps de faire comprendre à tous les “professionnels” de la politique que les citoyens ordinaires s’organisent et agissent.

Merci à tous pour votre soutien, pour les partages d’articles, pour vos commentaires.
Nous le savons, vous êtes indignés, consternés, affligés, révoltés!

Venez en faire part aux sénateurs de la république française.

PS: Afin de préparer l’organisation de cette manifestation, l’association Wanted Pedo vous invite à notifier votre présence à l’événement. Merci de nous indiquer votre venue uniquement si vous prévoyez de vous rendre devant le Sénat le vendredi 08 avril à partir de 10h.
Des sites comme, BlaBlaCarLaRoueVerte, RoulezMalin, pour le covoiturage mais encore IdTGVOuiGO ou OuiBus pour les déplacements en train ou en car sont disponibles pour vous organiser et nous rejoindre nombreux.

Continuer la lecture

La police des polices britannique a annoncé lundi étudier les allégations d’un ancien policier prétendant qu’une enquête sur des abus sexuels sur enfants aurait été enterrée car elle aurait pu toucher l’ancien Premier ministre britannique Edward Heath (photo ci-contre).

« La Commission indépendante sur les plaintes à l’encontre de la police (IPCC) va enquêter sur des allégations concernant la gestion par la police de Wiltshire d’une plainte sur des abus sexuels sur enfants déposée dans les années 1990 », indique la police des polices britannique dans un communiqué publié lundi. « Il est présumé que des poursuites pénales n’ont pas été menées à terme lorsqu’une personne a menacé de révéler que Sir Edward Heath pourrait avoir été impliqué dans des crimes concernant des enfants », poursuit l’IPCC.

En plus d’étudier l’abandon de ces poursuites, « l’IPCC va examiner si la police de Wiltshire a ensuite pris des mesures pour enquêter sur ces allégations » (faites à l’encontre de M. Heath), indique encore le communiqué, alors que l’affaire faisait les gros titres de la presse britannique mardi.

Appel à témoin Continuer la lecture

Dans son dernier livre, Le Juge, l’acteur Christophe Lambert écrit :

L« Je vois que le monde est plus violent qu’a­vant. Vous seriez éton­née par exemple de voir le nombre de pseudo hommes d’af­faires, de pédo­philes proté­gés, qu’on connaît, dans la poli­tique, la finance… Les affaires sont très vite étouf­fées
On trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer ! »

Michel Janva dans Le Salon Beige

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives