En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

patrimoine

Questionné par le journal La Croix du 12 mars 2017 sur la faiblesse de ce patrimoine après avoir gagné tant d’argent, l’ancien ministre répond : « Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts ». Il signe là un double aveu :

• de mensonge d’abord car le revenu indiqué n’est pas un revenu brut, avant cotisations, mais un revenu net imposable. Il n’a donc pas eu à imputer le revenu indiqué de cotisations qui en ont déjà été soustraites pour déclarer son revenu imposable ;

• de faiblesse ensuite car s’il ne sait pas prévoir le paiement de ses impôts, comment peut-on lui confier la direction de la France ? Et s’il ne parvient pas à vivre sans emprunter alors qu’il se situe dans le 0,1% des Français qui ont les plus hauts revenus, quelle impéritie dans sa gestion personnelle !

« Par ailleurs, ajoute-t-il encore en réponse au journal La Croix, j’ai procédé à des travaux dans la maison de famille de mon épouse, partiellement financés par des emprunts bancaires qui ont tous été déclarés, en 2011 et 2012. » Lesdits travaux auraient donc représenté des montants de l’ordre, selon les informations délivrées par ailleurs, d’au moins 500 000€. Il y a donc là une omission grave dans la déclaration de Monsieur Macron, tant d’ailleurs dans celle du 24 octobre 2014 que dans celle déposée le 16 mars 2017 ès qualités de candidat à l’élection présidentielle. Continuer la lecture

Dans une interview à La Croix, le candidat d’En Marche ! s’explique sur son patrimoine financier. Comme secrétaire général adjoint à l’Elysée, payé 12 000 euros brut, il ne gagnait “plus assez pour payer ses impôts”, dit-il.

Suite aux rumeurs de fausses déclarations de patrimoines, Macron s’est expliqué auprès du journal La Croix, et Valeurs Actuelle. Pour rappel, Macron n’avait déclaré que 200 000 euros de patrimoine.

Extraits :

“J’avais le statut d’indépendant” dit-il dans le quotidien. Sur son salaire, il devait retirer “cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu”. 

Continuer la lecture

Les promoteurs éoliens,  relayés par les élus  du groupe Europe Écologie les Verts et plus particulièrement  le député Denis Baupin et la sénatrice Marie Christine Blandin, ont réussi à interdire aux architectes des bâtiments de France la  possibilité de contrôler   les implantions  d’ éoliennes qui massacrent le territoire et le patrimoine des Français.

Le 26 mai 2016, dans  le cadre de l’examen en seconde lecture du projet de loi dit « CAP » (Création, Architecture et Patrimoine), les sénateurs ont retiré l’amendement(*)  qui leur  aurait permis  de donner un avis sur le bienfondé de la construction d’éoliennes  géantes dans un rayon de 10 km autour des monuments historiques.

En écartant la compétence du corps des architectes et urbanistes de l’État, garants d’une partie essentielle de la richesse culturelle de notre pays, ces parlementaires  ont manqué à leur devoir de représentation de l’intérêt collectif à long terme, au profit d’intérêts particuliers à court terme.  Par cette décision ils  ont donc choisi d’abandonner  notre patrimoine  commun aux promoteurs du vent. Ces élus cèdent la France à des affairistes et des spéculateurs ne poursuivant que la financiarisation avide de leurs intérêts.

La Fédération Environnement durable (FED) remercie  les centaines de milliers de citoyens bénévoles qui se sont regroupés pour refuser cette  infamie ainsi que tous les élus lucides qui les ont soutenus.

Elle leur demande d’ores et déjà de se mobiliser  afin qu’aux prochaines échéances électorales, tous les élus  ayant accepté  la destruction de notre patrimoine culturel et paysager  ne soient plus jamais réélus. Continuer la lecture

Elysée, ministères, assemblées, ambassades, préfectures et autres administrations abritent des œuvres d’art et du mobilier d’époque. 307 000 objets prêtés par l’Etat à l’Etat pour orner l’intérieur de ses bâtiments officiels. La Cour des comptes rapporte la “disparition” pour l’année 2012 dans les résidences présidentielles, de 32 œuvres (déposées par les musées nationaux) et de 625 meubles (du Mobilier national). L’horloge Boulle au Château de Maisons-Laffite, le dessin de Dufy au musée de Marseille, le Miro à l’ambassade de France à Washington ? « La République » du sculpteur Alexis André ? Disparus ! Continuer la lecture


Dans son discours du Bourget, François Hollande a répondu clairement à quatre des dix questions posées par CIVITAS.
Ces réponses éliminent d’office toute participation des catholiques à son élection.


Dans son discours du Bourget, François Hollande a répondu clairement à quatre des dix questions posées par CIVITAS.
Ces réponses éliminent d’office toute participation des catholiques à son élection.


CIVITAS a posé aux candidats à l’élection présidentielle française de 2012 les dix questions auxquelles tous les catholiques attendent une réponse claire.
Deux français sur trois se disent catholiques et plus de quatre millions sont pratiquants réguliers. C’est assez dire que notre vote vaut de l’or. Nous ne pouvons plus laisser les lois divine et naturelle bafouées sans réagir.

Connexion
Art. récents
mai 2017
MTWTFSS
« Apr  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Archives