En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

orange

Selon Minute :

Jacques Bompard restera-t-il député ? La réponse est non et c’est une question de semaines. A la tête de la ville d’Orange depuis 1995, il n’a pas envie, mais alors pas du tout, de quitter sa mairie… Dans une courte vidéo postée sur le site de« La Provence », il affirme : « Je me suis engagé auprès des Orangeois à rester auprès d’eux, donc je reste auprès d’eux. »

Pour conserver son fauteuil de maire, tout en laissant son siège de député à sa suppléante, Marie-France Lohro, Jacques Bompard a trouvé une faille dans la loi sur le non-cumul des mandats. Il l’explique d’ailleurs très clairement à « La Provence ». Selon la loi, c’est le dernier mandat qui prévaut sur les autres. Elu député le 18 juin, Jacques Bompard sera donc démissionné automatiquement de son poste de maire le 18 juillet prochain, ce qui le laissera conseiller municipal de base, sans responsabilité ni indemnité. Dans ce cas, un conseil municipal devra être convoqué pour élire un nouveau maire. Et le tour de passe-passe est là. Lors de ce conseil municipal, Jacques Bompard pourra alors être réélu maire. Résultat : son mandat le plus ancien sera celui de… député ! Et comme le prévoit la loi, sa suppléante pourra donc siéger à l’Assemblée, sans nouvelle élection.

Unknown-10Encore une fois, ce n’est pas nous qui le disons, mais Jacques Bompard lui-même, dans cette fameuse vidéo. Légal ? Sans aucun doute. Moral vis-à-vis des électeurs ? Beaucoup moins sûr, mais, au moins, le tour de passe-passe est-il politiquement sécurisé : Marie-France Lohro, actuelle premier adjoint de Bompard à la mairie d’Orange, est un ardent défenseur de la civilisation européenne et chrétienne, et des valeurs traditionnelles. En meeting, elle prônait « cette belle Europe qui fit des femmes des saintes ou des reines, et non pas des fantômes masqués par des voiles », « cette belle Europe romaine grecque et chrétienne qui trouve son apogée au plus près de nos vies », comme au Théâtre antique d’Orange, et vantait l’« homogénéité dans nos racines et nos fiefs » »

 

La percée du FN leur fait-elle perdre le sens commun, la retenue la plus élémentaire ? Depuis que le journaliste militant anti FN Renaud Dély a établi un parallèle oiseux entre le FN et l’Etat islamique, cette analyse assez répugnante a fait florès dans les rangs des adversaires de l’opposition nationale. En réponse à une nouvelle attaque sur ce mode comparatif,  émanant de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-RMC,   Marine a publié sur son compte Twitter des photos des exactions commises par  les fous d’Allah…Que n’avait-elle pas fait ! Les médias  qui ont diffusé en septembre  la photo du petit Aylan Kurdi, noyé sur une  plage turque, pour appeler à l’accueil massif des migrant en Europe,  les membres de ce gouvernement qui a armé et soutenu les djihadistes massacreurs pour liquider le régime laïque syrien,  jouent aux vierges effarouchées ! Ils  se piquent désormais de nous donner des leçons de bon goût…on aura tout vu, tout entendu! Manuel Valls, tremblotant de colère,  ne se contente pas  de promettre la guerre civile aux mauvais Français qui votent FN. Comme l’a relevé Bruno Gollnisch dans un tweet, avec son complice Bernard Cazeneuve «ils veulent nous faire endosser les exactions islamistes que nous seuls (au FN, NDLR)  avions prévues et dénoncées. Les misérables… ». « Cazeneuve et Valls horrifiés » ? « . Pas par le parallèle de Bourdin entre Daesh et le FN. Mais par le fait qu’ on leur montre la réalité. Nul… ».

Continuer la lecture

Le député-maire d’Orange Jacques Bompard a adressé le 20 septembre 2012 une lettre à tous les maires de France. Jacques Bompard regrette que le gouvernement n’organise pas de référendum sur la question. Il demande à tous les maires de France de se mobiliser, notamment auprès de leurs députés et sénateurs, afin que soit inscrite dans la loi une clause de conscience. Les maires ou leurs adjoints qui ne souhaitent pas célébrer de mariage homosexuel doivent pouvoir invoquer cette clause de conscience. Dans cette lettre, Jacques Bompard écrit aussi :


« Cette loi n’est pas une loi parmi d’autres. Il ne s’agit pas de changer les règles de l’urbanisme ou d’ajouter une taxe supplémentaire. C’est une loi qui touche à la structure même de notre société, en même temps qu’à la conscience de chacun. À ce titre, il n’est pas admissible qu’un élu se trouve privé de cette liberté primordiale. Je propose donc d’introduire, dans cette loi, un article instituant un droit au retrait, en vertu d’une clause de conscience, pour les maires et les adjoints aux maires qui le souhaiteraient.

Afin de favoriser le vote de cet article de loi, je crois important que tous les maires se mobilisent et sensibilisent les parlementaires de leur circonscription à ce droit au retrait. C’est la raison pour laquelle je vous adresse ce courriel en vous demandant de ne pas attendre que la loi soit votée pour vous préoccuper de ses conséquences directes pour nous les maires, nos adjoints et l’ensemble de nos conseillers municipaux.

Il ne s’agit pas, ici, d’entrer dans le débat de fond sur le mariage civil des homosexuels. Il s’agit de garantir un équilibre entre, d’un côté, ce que cette loi va promouvoir sur le plan moral et, d’un autre, la liberté de conscience de chaque citoyen et donc de chaque élu. »
Source: Michel Janva

j-bompardOrange, le 13 janvier 2009
Communiqué de presse de Jacques Bompard, Maire d’Orange

Aujourd’hui, mardi 13 janvier, je tiens à faire le point sur l’affaire qui m’a valu, ainsi que mon épouse, d’être entendus hier par la brigade financière.

1 – Contrairement à ce qu’a pu prétendre une certaine presse, je n’ai pas été mis en examen, ni mon épouse. Il n’y a pas également de « poursuites contre le couple Bompard pour des prises illégales d’intérêt » comme une télévision a pu le dire.

2 – Contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, nous n’avons pas « passé la nuit à la police ». Mon épouse a terminé son entretien vers 18 h, moi vers 21 h 30.

3 – Contrairement à ce qui a été affirmé par une radio, le terrain que j’ai acheté n’était pas un terrain communal mais un terrain privé.

4 – J’ai été interrogé sur de nombreux points. Certains d’entre eux concernaient ma campagne électorale des Législatives de 2007. Il semble que le député Mariani ait porté plainte dans le cadre d’un contentieux électoral, ce que j’ignorais jusqu’à hier. Il me serait reproché, notamment, d’avoir laissé publier dans le journal municipal d’Orange, un article sur la police municipale qui aurait soi-disant fait ma promotion. On m’a aussi questionné à propos de ma carte de vœux à certains Orangeois en 2007.

Bref, comme on le voit, il s’agit de points dérisoires, qui valaient bien la peine d’alerter la France entière. Mais surtout, je m’étonne qu’un dossier qui relève seulement du contentieux électoral se retrouve entre les mains d’un juge d’instruction qui instruit au pénal.

5 – J’ai également été interrogé sur un terrain vendu par la commune à mon gendre. Or, il se trouve que cette vente est passée en délibération lors d’un conseil municipal, et donc a été soumise au contrôle de légalité du Préfet, lequel n’a jamais fait la moindre observation. Il se trouve également que cette vente avait fait l’objet d’une publicité auprès de plusieurs agences immobilières. Il s’agit donc d’une vente publique. Enfin, il se trouve que le prix de vente était supérieur à l’estimation des services de l’Etat. Bref, tout est parfaitement normal.
Continuer la lecture

Communiqué de Jacques Bompard

Il existe depuis plus de vingt ans une mosquée dans le centre ville d’Orange. Celle-ci est dirigée par une association qui est propriétaire des lieux. La présence de ce lieu de prière crée, régulièrement, des problèmes de voisinage et de circulation du fait de son caractère bruyant et du manque de stationnement. La commune qui continue son travail de rénovation du centre a décidé d’exproprier cette association – mais pas seulement elle – pour pouvoir assainir l’ensemble de cet îlot insalubre.

L’association musulmane s’est émue de ce départ obligatoire. Elle a donc cherché des solutions de remplacement, notamment dans le centre. Afin de permettre un règlement rapide du problème – un procès aurait retardé la nécessaire rénovation du quartier – la commune a proposé plusieurs sites de remplacement. D’abord, à proximité de la Z.A.C. Sud. Mais les locaux n’ont pas convenu à l’association musulmane. Puis, des locaux dans la cité de l’Aygues, à deux pas de la cité de FourchesVieilles, en bordure de l’Aygues, à la sortie Nord de la ville, qui semblait convenir à l’association. Ce projet n’a pu aboutir car le terrain appartenait à l’O.P.H.L.M. Mistral Habitat qui, après un accord verbal, a souhaité ne plus vendre.

La Ville a alors décidé de proposer un terrain de 4.000 m2, à proximité de l’autoroute et en vis-à-vis de l’aire aux nomades. L’association musulmane a accepté ce terrain, dont la taille résout notamment le problème du parking pour ses membres. Le projet de ce bâtiment est naturellement sans point commun avec celui d’une mosquée traditionnelle. Sa capacité d’accueil sera de 299 personnes.

Connexion
Art. récents
juillet 2017
MTWTFSS
« Jun  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
Archives