En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

nationalisme

Tout le monde connaît la légende du roi Midas : le roi qui transformait le plomb en or. Au cours de cette campagne présidentielle, Marine Le Pen a réussi l’exploit de réécrire la légende à l’envers : elle a changé en plomb tout l’or qu’elle touchait. Au début de la campagne électorale, les sondages lui promettaient un score avoisinant les 30 % ; elle a fini à 21 %. Sa place au second tour était assurée ; il n’a pas manqué grand-chose pour que François Fillon et même Jean-Luc Mélenchon lui passent devant. Elle devait sortir première ; elle a fini deuxième derrière Macron. Au début de l’entre-deux-tours, on lui promettait 40 % des voix, voire davantage. Une dynamique pouvait la conduire, non à la victoire, mais à 45 % des suffrages. Une défaite honorable. Et qui préserve l’avenir. Mais avant, il y eut le débat télévisé : Marine Le Pen a fini à 33 % !

Ainsi commence la tribune du journaliste et écrivain. Selon lui, la candidate du FN bénéficie de l’héritage électoral du père qu’elle n’a pas su faire fructifier. Et sa grande faute serait d’avoir abandonné le combat contre l’immigration, qui était si porteur pour son parti. À travers Marine Le Pen, il est clair que Zemmour vise Florian Philippot, et derrière lui Jacques Sapir. Leur souverainisme de gauche ne sied pas au pamphlétaire du Figaro.

La leçon n’a pas servi. Un économiste brillant, Jacques Sapir, homme de gauche et pourfendeur talentueux de l’euro, a convaincu ses nouveaux amis, Marine et Florian, que tout était possible. Que le rapprochement des deux rives, comme disait Chevènement, pourrait s’opérer autour d’un ennemi commun : l’euro. Mais cette alliance avait un prix : il fallait mettre un bémol sur l’immigration. Renoncer à juguler l’islam et sa prétention à régenter des parties de plus en plus importantes du territoire français. Ce que Sapir appelait « un discours républicain », alors que c’est en vérité l’exact opposé. Toute la campagne de Marine Le Pen est inscrite dans ce funeste compromis : Jacques Sapir gère le cerveau de Florian Philippot, qui gère le cerveau de Marine Le Pen. Trio infernal. Trio de l’échec.

La charge est violente, et pas exempte d’arrière-pensées. Zemmour, sur sa ligne nationaliste de droite compatible avec le sionisme, cherche à agrandir le fossé entre la gauche et la droite à l’intérieur du FN pour le faire éclater, tendances qui sont incarnées par le duo Marine-Philippot d’un côté, et Collard-Ménard de l’autre. La nièce Marion ayant rendu son tablier, pour le moment.

En revanche, les attentats, les vagues migratoires, le retour de la lutte des classes, la dissidence des élites occidentales ont remis au premier plan les questions historiques du destin des peuples et des nations : les questions identitaires. C’est la leçon qu’il fallait tirer du Brexit et de Trump, et pas le départ de l’Union européenne ! Marine Le Pen a eu tout faux de bout en bout. Faux sur la stratégie, faux sur la tactique. Un fiasco intégral.

À entendre Zemmour, Marine aurait dû – soyons directs – taper sur les musulmans, pour ne pas dire les Arabes. C’est exactement ce que veut l’oligarchie, et en tirant à boulets rouges sur la candidate malheureuse du FN (11 millions de voix, c’est une défaite absolue, n’est-ce pas), l’auteur du Suicide français dévoile ses propres batteries. On avait tous compris que Zemmour militait pour faire exploser un parti national de plus en plus populaire. Un FN pas assez sous contrôle qui fait peur à l’oligarchie, une peur qui a été transmise aux médias, afin qu’eux la transmettent avec leur extraordinaire levier au peuple.
Et ça a marché : Zemmour devrait applaudir la victoire de l’antinationalisme, puisqu’il s’agit de ça, et seulement de ça.
Pourtant, en 15 ans, le rapport entre les forces nationales et les forces antinationales est passé de 20/80 (score de Jean-Marie Le Pen en 2002 face à Jacques Chirac) à 33/66. Et si l’on prolonge cette courbe, on obtient un renversement de tendance au mieux dans 15 ans. Mais entretemps, l’Internet sera passé par là, qui accélère les prises de conscience des citoyens sur l’oligarchie et ses méthodes…

Continuer la lecture

Français musulman et patriote,
je voterai Marine Le Pen aux élections présidentielles.

Une grande partie de mes coreligionnaires y voient une contradiction insoluble, usant d’un argumentaire qui est souvent une pure émanation de la longue mainmise du socialo-sionisme sur les esprits de cet électorat de remplacement que furent (et sont encore) les immigrés (et leur descendance) du Maghreb et d’Afrique subsaharienne pour la gauche parlementaire abandonneuse de sa base ouvrière depuis sa conversion libérale (1983 : virage de la rigueur, 1984 : création de SOS Racisme).

Toutefois, j’entends également des Français musulmans de bonne foi, aimant sincèrement leur pays – n’en déplaise à Éric « ex-Crémieux » Zemmour – prêts à voter Front national mais rebutés par certaines saillies islamocritiques un peu faciles de Marine. Je leur dis qu’il est parfois difficile de lui donner tort tant nous, Français musulmans, n’avons pas fait grand-chose pour nous rendre respectables aux yeux du camp national.

D’abord, je rappelle que traditionnellement les « musulmans » votent en masse pour le PS (86 % d’entre eux ont voté Hollande en 2012) ; ensuite, par facilité, désorganisation ou médiocrité chaque clan ethnique (Marocains, Algériens…) ou idéologique (Frères musulmans, salafistes…) au sein de cette abstraction qu’est la communauté musulmane s’est peu ou prou maintenu sous des influences étrangères suivant souvent un agenda contraire aux intérêts nationaux (réseaux FLN, Makhzen marocain, œuvres « bienfaitrices » qataro-saoudiennes…) ; enfin, quand bien même les esprits lucides ont compris que les attentats qui frappent la France sont pilotés par les services des États profonds impériaux, pour beaucoup exécutants et commanditaires sont de confession musulmane point barre, c’est là autant de coups de boutoirs contre la réconciliation nationale.

Par conséquent, je crois qu’il est plus que temps que les musulmans fassent eux-mêmes un peu le ménage dans leurs rangs notamment en s’autonomisant économiquement et intellectuellement, ce qui implique de rompre avec les influences précédemment citées, mais aussi en ne laissant plus voie au chapitre aux extrémistes de tout poil (quiétistes ou pas), ils sont un fardeau pour nous, leur autisme théologique et leur inculture crasse font d’eux (à l’insu de leur plein gré) des agents de déstabilisation et les jouets désignés de toutes les manipulations profondes ; en un mot, Français musulmans, chassons les brebis galeuses et montons le niveau, il en va de notre survie (physique) ! Continuer la lecture

« Je pense que nous sommes déconnectés de la classe ouvrière blanche »

C’est par ces mots riches de sens que Stephen Crabb, secrétaire d’État au Travail et aux Retraites, a reconnu la défaite du remain dans l’Union américaine, plus connue sous le nom aimable d’Union européenne.

L’assassinat de Cox aura donc été vain. C’est Cameron qui est mort. 
Enfin, il faut l’espérer, mais avec la Perfide Albion on peut s’attendre à tous les coups fourrés. Nous connaissons ça, nous autres, ayant dû avaler la couleuvre en 2005, et c’est saumâtre à digérer une couleuvre pour un « froggy ». Tout ça est trop squameux.
Il faut dire aussi que si la France entière ne fut qu’une clameur : NON !, en revanche dans la capitale, encore Delanoë-ville à l’époque, le vote OUI a frôlé les 80% ! C’est par là qu’on réussit à niquer le grand corps démembré de la France, par son pétulant Anus parisien.

Le ministre Crabb encore :
Lorsque nous avons essayé de leur expliquer à quel point le marché unique européen était bénéfique pour leurs emplois, leurs moyens d’existence, nous n’avons pas transmis ces messages avec succès. »

Continuer la lecture


Discussions sur la politique française et la… par LaPravdaCH

Joseph Navratil s’est entretenu pour LaPravda.ch avec Maître Pierre-Marie Bonneau et Yvan Benedetti lors de leur passage à Genève au sujet notamment des « interdits internet », la loi Fabius-Gayssot, la persécution des mouvements nationalistes et l’affaire dite « du détail » de JMLP.

A GAUCHE s’en étrangle d’indignation, la droite dite républicaine se montre passablement embarrassée et divisée : les propos de Nicolas Sarkozy selon lesquels la loi Taubira légalisant le “mariage” homosexuel devrait être « réécrite de fond en comble » ont suscité une avalanche de réactions car jusque-là tout le monde avait enregistré que l’opposition parlementaire ne reviendrait jamais, ni de près ni de loin, sur cette loi selon le fameux principe du cliquet qui veut qu’une législation votée par la gauche ne soit jamais remise en question par la droite, celle-ci une fois revenue aux affaires. Que l’on songe entre autres à l’abrogation de la peine de mort (1982), au remboursement de l’avortement (1982), au renouvellement automatique pour dix ans de la carte de séjour pour les immigrés présents en France (1984), à la loi Gayssot (1990), au délit d’entrave à l’IVG (1993), au Pacs (1999), à la loi Aubry libéralisant encore davantage l’IVG et créant explicitement un droit à avorter (2000). Ce que la gauche a fait, la droite ou prétendue telle ne saurait le défaire.

Suite de l’éditorial de Jérôme Bourbon dans Rivarol, disponible le 20 novembre  2014.

Site du journal  Rivarol

source: La Flamme

Entretien du 27 mai 2013 réalisé entre Yvan Benedetti et Florian Rouanet


Philippe Ploncard d’Assac – Le nationalisme Francais, la réponse au mondialisme

Les thématiques abordés :
Jean-Jacques Rousseau, la Vendée, 1789, franc-maçonnerie, histoire du nationalisme, révolution, complot, république dite française, droit de l’homme, mondialisme cosmopolite et apatride, patriotisme, monarchie, socialisme, marxisme…

Le « Renouveau français » a été convié en Russie pour le principal rassemblement nationaliste annuel.
« Le 4 novembre, jour de la fête nationale, les nationalistes russes organisaient leur désormais traditionnelle « Marche russe », dans une soixantaine de villes.
A Moscou, la manifestation a rassemblé environ 20 000 personnes.
A l’arrivée de la marche, se sont exprimés les principaux leaders nationalistes russes. Mais aussi un étranger : Thibaut de Chassey.
Le directeur du Renouveau français avait en effet été invité par les organisateurs (en particulier Alexandre Belov) et une délégation du RF s’est donc envolée vers Moscou pour quelques jours.
Le Renouveau français a toujours veillé à entretenir des relations avec les organisations nationalistes à travers toute l’Europe. Nous avons des partenariats dans la plupart des pays européens.
Nous avions déjà reçu en France des représentants du DPNI (principale organisation nationaliste russe, qui a été interdite récemment par le régime).
Cette fois-ci, il s’agissait pour la délégation française d’observer ce qui passe là-bas, de créer ou renforcer des contacts avec les nationalistes russes, enfin de leur témoigner de notre solidarité.
La présence et le message de Thibaut de Chassey ont été fort appréciés par la foule variée de la Marche russe.
Après avoir assuré nos camarades de la sympathie et de l’estime des nationalistes français, il les a encouragés dans leur combat afin qu’ils évitent à la Russie de connaître la situation de la France : une nation décadente et livrée au chaos ethnique et social.
Notons que la manifestation a connu une affluence en nette augmentation par rapport à l’édition précédente.
Même les médias, quasiment tous hostiles (en France comme en Russie), n’ont pas nié le progrès réalisé ni l’essor du nationalisme russe.
Après les discours, eurent lieu une succession de petits concerts aux genres là encore très variés : de la chanteuse « pop » au pope guitariste en passant par d’autres prestations.
La délégation française a répondu à de nombreux entretiens filmés ou radiophoniques.
Les échanges avec les militants russes ont été nombreux et fructueux tout au long du séjour.
Le réveil du nationalisme russe auquel nous assistons, malgré les brimades du régime, est une bonne chose pour tout le continent.

Note sur la situation russe:
Les nationalistes russes subissent une sévère répression : organisations dissoutes, environ 1200 militants en prison pour des activités de propagande, impossibilité de se présenter aux élections. Ils réclament un statut politique pour les « Russes ethniques », l’arrêt d’une immigration galopante et criminogène, d’une islamisation inquiétante, d’une corruption importante et de l’utilisation de l’argent russe pour les non-russes.

Note sur le drapeau utilisé pendant la marche:
Le jour de la fête nationale célèbre la victoire du 4 novembre 1612 sur les Polonais, qui marque la fin du temps des troubles et l’avènement de la dynastie des Romanov. De nombreux nationalistes et monarchistes emploient alors le drapeau de l’empire russe sous la maison Romanov (noir, jaune et blanc). »

voici une video prise lors de la mise en place du cortège, donnant une idée de la foule présente.

« Par "patriotisme", j’entends l’attachement à un lieu particulier et à une manière de vivre particulière, que l’on croit supérieurs à tout autre mais que l’on ne songe pas pour autant à imposer à qui que ce soit. Le patriotisme est par nature défensif, aussi bien militairement que culturellement. » (« Notes sur le nationalisme »)

Continuer la lecture

Alain Soral revient d’un séjour en Syrie où il a constaté, à sa grande surprise, qu’il ne s’y passait absolument rien. Les Forces Occultes en Occident auraient innondé les media d’info-intox pour légitimer une invasion du pays.

Voici son rapport tout à fait stupéfiant… mais pas tant que cela lorsque l’on connait les marionnettistes qui tirent les ficelles de ce monde.

Pour plus d’information sur cet intellectuel polémiste très politiquement incorrect, visitez ses sites web.

– Le site d’Alain Soral (livres, biographie) : www.alainsoral.com
– Le site de l’Association créée par Alain Soral, Egalité&Réconciliation : www.egaliteetreconciliation.fr

Alain Soral revient d’un séjour en Syrie où il a constaté, à sa grande surprise, qu’il ne s’y passait absolument rien. Les Forces Occultes en Occident auraient innondé les media d’info-intox pour légitimer une invasion du pays.

Voici son rapport tout à fait stupéfiant… mais pas tant que cela lorsque l’on connait les marionnettistes qui tirent les ficelles de ce monde.

Pour plus d’information sur cet intellectuel polémiste très politiquement incorrect, visitez ses sites web.

– Le site d’Alain Soral (livres, biographie) : www.alainsoral.com
– Le site de l’Association créée par Alain Soral, Egalité&Réconciliation : www.egaliteetreconciliation.fr

Par Serge Ayoub,

Avant de rentrer dans le vif du sujet il est important de définir de quelle nation on parle. De tout évidence, et cela m’est d’autant plus aisé que j’en suis issu, de la nation française.
Cette précision faite, il nous faut tenter de la comprendre afin d’extrapoler son avenir possible. Partant de l’adage que tout arbre ne se juge non pas à ses fruits mais à ses racines, un retour sur nous-mêmes en tant que peuple français constituant une nation spécifique: la nation française est nécessaire.
La nation est issue d’abord, comme l’affirme Aristote, d’un peuple homogène et qui a la volonté d’être Un dans le temps.
Donc pour saisir cette nation en marche, en devenir constant à travers les siècles, il faut en extraire les spécificités et les valeurs qui nous en donnent le sens historique propre.
Pour cela nous allons survoler son histoire et cette unité de volonté qui font ce  »sens ».
La troisième République assimilatrice et égalisatrice faisait tout partir de cette célèbre phrase si critiquée, à tort, que l’on répétait d’un bout à l’autre de notre ancien Empire: «nos ancêtres les Gaulois».
Pour faire un aparté sur cette expression, hautement édifiante à sa création, il y a plus d’un siècle, et savamment détournée et déviée par les tenants de l’idéologie dominante actuelle; cette introduction à nos anciens manuels historiques, loin de mépriser l’autre et sa culture tentait de la transcender par une vision assimilatrice républicaine et égalisatrice.

Continuer la lecture

Par Yvan Benedetti

Avec beaucoup d’impudence, Nicolas Sarkozy claironnait qu’il avait tué le Front national. Au lendemain des élections régionales, le système abasourdi, comme sidéré, dut en convenir : le mouvement national n’est pas mort. Mieux, il reprend sa marche en avant. Le bateau a de nouveau le vent en poupe. Ce redressement est l’œuvre d’un homme à qui il faut rendre hommage. Cet homme, c’est Jean-Marie Le Pen. Celui qui avait refusé de s’effacer après la déception de la présidentielle de 2007, avait déclaré être prêt à continuer le combat dans une chambre de bonne s’il le fallait, car le Front était confronté à une grave crise financière. Ces problèmes d’argent étaient la conséquence, il convient de le rappeler, du respect par son président, d’un engagement, d’une promesse tenue. En soutenant financièrement les candidats aux législatives qui n’avaient pas dépassé la barre fatidique des 5% , les comptes du FN s’étaient retrouvés dans le rouge. Jean-Marie Le Pen avait répété alors qu’en tant que capitaine, il restait à la barre du navire, malgré la tempête. Avec ténacité, pugnacité, combativité, il voulait redresser le mouvement. C’est chose faite aujourd’hui, tout du moins électoralement. Pour cela, il a su, avec le flair politique qui le caractérise, mener une campagne sur une thématique non pas régionale mais nationale dont l’élément le plus visible fut l’affiche contre l’islamisme. Dans la période difficile que nous traversons, les Français se tournent vers l’État, vers la Nation. Pas plus que l’Union européenne, les régions ne parlent aux citoyens car ces vastes ensembles artificiels sont sans lien charnel avec nos provinces traditionnelles. En période d’incertitude, les Français recherchent inconsciemment la protection d’un chef, d’un homme d’État, d’un père de la nation que le vibrion de l’Élysée incarne si peu et représente si mal.
Continuer la lecture

courtoisie1

A l’Espace Champerret, dimanche 14 juin, de 14h à 19h, les écrivains qui se sont exprimés à Radio Courtoisie vous dédicaceront leurs œuvres. Venez compléter votre bibliothèque. Venez acheter d’irremplacables cadeaux : offrez des livres dédicacés ! Venez à la rencontre de ces auteurs, et de toute l’équipe de Radio Courtoisie qui vous invite à partager ce moment d’intelligence et d’amitié.

Entrée : 10€ ; 5€ pour les étudiants ; gratuit pour les enfants de moins de 12 ans escortant leurs parents

olivier_carer14Par Olivier Carer

Le courant national qui fut en son temps un torrent, est devenu stagnant. Autrefois si prolixe et si conquérante, la famille nationale est entrée en hibernation ; lorsqu’elle en sort, généralement à l’approche d’une élection, c’est pour errer sans boussole stratégique, sans repère idéologique dans un désert thématique et conceptuel. Signe autant que conséquence de l’effacement de l’autorité légitime, l’absence de chef laisse le milieu aux affres du n’importe quoi. Privé de cadrage, nombreux sont les militants qui s’enlisent ou se noient dans le marigot boueux de la transition.

Quelque uns, très peu nombreux, ont cédé aux charmes corrupteurs de l’atlantisme américano-libéral. Comme tous les apostats, ils seront réduits, sur fond de repentance perpétuelle, à la condition de laquais. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
mai 2017
MTWTFSS
« Apr  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Archives