En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Medias

Seuls certains civils auront reçu les honneurs, à la condition que leur mort serve un récit binaire et idéologique sur cette guerre interminable

Samedi, au moins 126 personnes – dont la moitié d’enfants – ont été tuées alors qu’elles attendaient à proximité des bus qui devaient les évacuer de leurs villes assiégées depuis cinq ans par l’opposition armée. L’attentat a eu lieu à Rachidine, non loin d’Alep. 75 bus attendaient sur le bord de la route avec des milliers de civils à leur bord, habitants des villages chiites de Foua et Kafraya.

Deux villages dont personne n’a parlé pendant cette guerre, et qui étaient pourtant assiégés par l’opposition simplement parce que leurs habitants sont chiites et loyalist.es. Leur évacuation vers Damas et Lattaquié était le résultat de longues discussions entre les différents acteurs de cette guerre, et la contrepartie était la libération des insurgés et habitants des villes de Madaya et Zabadani, assiégées par l’armée syrienne. Eux devaient être évacués vers la ville d’Idlib, dans laquelle se retrouvent tous les insurgés du pays chaque fois qu’une localité est reprise par l’armée arabe syrienne.

Ces évacuations marquaient donc la fin d’un long cauchemar pour ces très nombreux civils victimes d’un jeu de pression entre les forces armées. Mais un djihadiste a lancé sa camionnette piégée contre les bus près desquels attendaient les civils de Foua et Kafraya.

Plus précisément près d’une voiture qui distribuait de la nourriture à des enfants… Continuer la lecture

On aimerait bien que la même obstination s’appliquât aussi au ministère de l’Éducation nationale, dont on attend également les « chiffres de la honte ».

Depuis avril 2016, l’équipe de « Cash Investigation » (France 2) enquête avec les limiers de Mediapart sur le parcours des prêtres pédophiles dans l’Église catholique. Une enquête menée avec le professionnalisme des chasseurs de nazis, prêts à tous les moyens pour traquer les salauds qui échappent à la justice. L’émission, diffusée ce mardi 21 sur France 2, a été critiquée par la Conférence des évêques de France qui dénonce les moyens malhonnêtes utilisés pour établir un procès à charge, sans réel souci de la vérité.

Les enquêteurs n’ont, en effet, aucun scrupule ; l’horreur des crimes leur donne tous les droits. L’angle d’attaque est sommaire, mais efficace : l’Église est une « multinationale » qui fonctionne comme une technostructure ne maîtrisant pas ses turpitudes, quand elle ne les masque pas pour préserver sa réputation.

La thèse : ce ne sont pas des hommes qui ont failli, c’est le « système » qui est vicié, et donc l’enseignement de l’Église qui est hypocrite et malsain. La preuve : les responsables sont complices. « Cash Investigation » et Mediapart sont là pour vous le montrer, et pour cela, tous les coups sont permis, l’objectif n’étant pas de parler des initiatives engagées pour purifier la situation et lutter contre les fautes condamnées depuis toujours par les plus hautes autorités de l’Église, mais de décrédibiliser, sans véritable intérêt pour les victimes.

De son côté, Mediapart communique, avec son sens de la nuance inégalable : « 25 évêques, dont cinq sont toujours en poste, ont méthodiquement couvert pendant des années 32 auteurs d’abus sexuels, qui ont laissé derrière eux 339 victimes présumées. » Vous avez bien lu : « couvert ».

Il n’est évidemment pas question de disculper qui que ce soit. Nul n’ignore les cas lamentables de tant de prêtres pédophiles uniquement sermonnés sans considération pour les victimes passées et futures. Il aura fallu, par exemple, la fermeté incroyable du pape Benoît XVI à l’encontre de l’Église d’Irlande, où sévissait un réel système de recyclage des pédophiles, pour faire cesser une dérive monstrueuse. Continuer la lecture

 « J’ai été agréablement surpris de constater que cette ville était debout. Nous sommes très loin de l’anéantissement d’une ville dont on n’a pas cessé de nous parler. Contrairement à ce que les médias traditionnels ont affirmé, au moins 65  % de la ville d’Alep est debout. On n’est pas du tout dans une ville totalement rasée, totalement détruite. 20  % de la ville sont effectivement rasés mais pas tout. C’était une ville de 2,3 millions d’habitants; il reste 1,5 million d’habitants aujourd’hui et on considère qu’il y a eu 40.000 morts civils. On est très loin de l’anéantissement d’une population qui nous a été décrit  ! ».

Député « Les Républicains » de l’Aube depuis juin 2007, Nicolas Dhuicq s’est rendu à Alep le mois dernier. Aux côtés de deux confrères députés, Thierry Mariani et Jean Lassalle, Nicolas Dhuicq s’est rendu dans la ville syrienne à l’occasion du Noël arménien. Une initiative personnelle afin de s’informer de la situation sur place. Durant des mois, tant sur le plan géographique que politique, les médias ont présenté le conflit sous un regard niant cruellement la réalité des faits.
Continuer la lecture

Le combat qu’avait engagé Manuel Valls contre Dieudonné vient de se terminer. Et le vainqueur est… Dieudonné ! Par KO !

Imaginez la joie de notre humoriste national. Tel un taureau, Valls avait pourtant mis toutes ses tripes dans la bataille. Il avait mobilisé tout l’appareil de l’état, et bien plus encore, pour tenter de remporter la victoire finale. Police, justice, hauts fonctionnaires, francs-tireurs, médias, il a tout utilisé. En vain. Aujourd’hui, c’est lui qui est à terre, complètement groggy.

Continuer la lecture

« Et vous ne me ferez pas rentrer dans la pensée unique »

En l’espace de deux minutes, la réalisatrice Fanny Ardant – venue présenter son nouveau film Le Divan de Staline (avec Gérard Depardieu) sur le plateau de l’émission 28 minutes sur Arte – a envoyé ruer dans les brancards du conformisme et du politiquement correct le petit commissaire politique Thomas Legrand, éditorialiste de France Inter, sous les yeux médusés de l’inusable Élisabeth Quin.

Une petite démonstration d’indépendance dans le monde aseptisé du culturo-mondain, pour lequel l’usage de la carte « reductio ad hitlerum » semble de moins en moins efficace.

Je vous vois venir ! Quand on est à court d’argument, on dit : « Vous êtes pour Hitler ». Vous ne me ferez pas rentrer dans la pensée unique !

 

03:10 Cap sur l’Elysée
12:25 Politique / Alep, Paris, médias et manipulation
16:56 International / Etat des lieux des forces rebelles d’Alep
20:30 Economie / William Saurin truquait ses comptes
23:00 Santé / 10 millions de Français touchés par les maladies chroniques
25:24 L’actualité en bref
30:28 La France de Campagnol

tvlibertes.com

Ou comment éviter les raisonnements trop simplistes

Une Afro-Américaine s’exprime sur la victoire de Donald Trump et explique le vote des Noirs et des Latinos en faveur du candidat républicain qualifié de « raciste » par les médias tout au long de la campagne.

Une traduction ERTV.

Les efforts sincères et diligents du gouvernement russe, visant à éviter le chaos en Syrie et un flux massif de réfugiés supplémentaires en Europe, tout en évitant le conflit avec Washington et ses vassaux, ont été arrêtés par l’attaque intentionnelle de Washington contre une position connue de l’armée arabe syrienne. Cela a ainsi fait échouer l’accord de cessez-le-feu pour lequel la Russie s’est tant sacrifiée pour le mener à bien.

L’explication de l’attaque fournie par Samantha Power, ambassadrice du régime Obama à l’ONU, révèle que Washington mentira jusqu’au bout pour réaliser son ordre du jour : plonger la Syrie dans le même chaos qu’il a plongé l’Irak et la Libye. Washington, et Washington seul, est responsable de la guerre en Syrie. Quand le Parlement britannique et le gouvernement russe ont bloqué l’invasion que comptait lancer Obama en Syrie, pour envahir la Syrie, le régime Obama a armé et payé des mercenaires djihadistes qu’il a fait passer pour des rebelles syriens en lutte pour la démocratie là-bas. Samantha Power a tripatouillé l’histoire et mis la guerre sur le dos de l’intervention russe, qui a été demandée par le gouvernement syrien contre les djihadistes d’ISIL envoyés par Washington pour déstabiliser la Syrie. Ce que Samantha veut dire, c’est que si la Russie n’était pas venue aider la Syrie, Washington et ISIL auraient déjà détruit la Syrie, et il n’y aurait pas de guerre.

Continuer la lecture

Vous devez comprendre que les dirigeants bolcheviques qui ont conquis la Russie n’étaient pas des russes. Ils haïssaient les russes. Ils haïssaient les chrétiens. Poussés par la haine ethnique, ils ont torturé et massacré des millions de russes sans l’ombre d’un remord. On ne peut pas le souligner assez. Le bolchevisme a commis les plus grands massacres de tous les temps. Le fait que la plupart du monde soit ignorant et insensible à ce crime monstrueux est la preuve que les médias mondiaux sont aux mains des auteurs de ce crime. »

Alexandre Soljenitsyne

Continuer la lecture

L’équipe d’E&R Lille accueillera Francis Cousin
le samedi 30 avril 2016 à 15h pour une conférence sur la

« dictature démocratique du spectacle de la marchandise ».

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Entrée : 5 euros.

ER Lille accueillera Francis Cousin le 30 avril prochain pour une conférence « pour une critique de la dictature démocratique du spectacle de la marchandise terminale. De Marx à Debord, vers l’abolition de l’argent. »
Réservation : reservation.erlille@outlook.fr

 

La pédophilie est le crime parfait : la parole de l’enfant, ce témoin numéro un, est déstructurée par l’onde de choc psychologique provoquée par le viol. Une fois l’enfant perverti, sa parole sera pervertie, et considérée comme telle par les criminels et leurs avocats. Si en plus le violeur appartient à l’une de nos élites (économique, politique, médiatique, artistique ou judiciaire), c’est la double peine pour l’enfant, et la double protection pour le criminel, car le système le défend en se défendant.

 

Outreau, procès volontairement raté du réseau des lampistes

Continuer la lecture

Censée occuper le fauteuil du chroniqueur « de droite » (fonction longtemps incarnée par Éric Zemmour, puis Natacha Polony) de l’émission phare de France 2, On n’est pas couché, Léa Salamé est l’expression même du journalisme libéral-libertaire (également incarné par son alter ego Aymeric Caron). Dès sa nomination, elle assurait donc que « les réponses qu’apportent Zemmour et Polony ne sont pas les bonnes, ce pays est très dur à réformer, même si je suis très heureuse en France et très pro-européenne ». Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’elle n’est arrivée là ni par hasard, ni parce qu’elle aurait fait « péter le décolleté » (i>Télé, 28 août 2013) : toute son histoire, à commencer par celle de son père, membre du Siècle et des réseaux de George Soros, démontre qu’elle appartient à l’hyperclasse mondialisée.

 

« De sa bouche entrouverte, souriante, à l’américaine, sort par exemple ceci : “Le jour de l’élection, d’Obama, j’étais là-bas pour France 24 et c’est moi qui ai dit en direct : ’Le premier président noir américain est élu.’” Le vocabulaire n’est jamais tout à fait à la hauteur de la présence ni de la notoriété. Il accompagne les rondeurs vives et l’ingénuité carrossée de Léa Salamé, nouvelle reine intermédiaire des ondes et de l’image. […] Elle aime Bret Easton Ellis “à ses débuts”, Dalva de Jim Harrison et Emmanuel Carrère comme tout le monde. Quand elle parle de Lydie Salvayre, qu’elle interviewe le jour du Goncourt, elle emploie une expression à la mode et à la con : “C’est une grande dame.” » Continuer la lecture


« On peut tout dessiner, y compris un prophète… Parce qu’en France, dans la France de Voltaire et de l’irrévérence, on a le droit de se moquer des religions, en droit, oui, parce que le droit, c’est la démocratie et la démocratie, c’est le règne du droit, selon le philosophe Alain. »
singe qui pleure

Et pourquoi Christiane Taubira a-t-elle fait attaquer David Miège via un parquet à ses ordres et autres associations diversifiées?

Et pourquoi malgré un jugement de relaxe très étayé, via le même parquet et les mêmes associations, elle fait interjeter appel?

Faut-il faire assassiner David Miège pour que Madame Taubira cesse de le harceler?

Source: délit d’im@ges

Armel Joubert des Ouches est allé à la rencontre du journaliste Eric Zemmour à l’occasion d’une conférence que ce dernier a donnée à Rennes mardi 9 décembre. Le journaliste et chroniqueur a été interrogé sur son dernier livre a succès « Le suicide français » paru chez Albin Michel. Le chroniqueur de RTL a évoqué notamment ce qu’il appelle « l’uniformisation des médias ». Son livre, véritable phénomène de librairie – il s’en vendrait plus de 5000 exemplaires chaque jour – démontre s’il en était besoin, de quelle manière la France a perdu, depuis la signature du traité de Maastricht en 1992, toute identité culturelle, toute souveraineté au profit d’une Europe devenue tentaculaire. Cette Europe s’est appuyée sur le vieux rêve de nombre de personnalités politiques françaises : « le modèle américain ». Eric Zemmour répond sans détour aux questions de Réinformation Tv.

Laurent Guyénot présentera la conférence « Un siècle de manipulations » le vendredi 12 décembre 2014 à 19h30 à Lyon.

À cette occasion, il poursuivra la présentation de ses travaux entrepris pour E&R et Kontre Kulture.

Réservation obligatoire à l’adresse suivante :
confdecembre@gmail.com

La demande de réservation doit obligatoirement mentionner le nombre de places demandées, l’identité de tous les participants (prénom et nom, pas de pseudonyme) ainsi qu’un numéro de téléphone portable.

Le lieu de conférence sera indiqué par courriel et SMS quelques heures avant l’horaire indiqué.

Entrée : 5 € à payer sur place. Continuer la lecture

Mensonge et désinformationPlus précisément, désinformation, intoxication, subterfuge, mensonge, tromperie ou machination sont les outils de la ruse, une très vieille histoire. Souvenons-nous du cheval de Troie.

Plus près de nous, on se rappellera que le 3 avril 1943, à Katyn, les militaires allemands exhument les corps d’officiers polonais exécutés en 1940 par le NKVD sur ordre de Staline et du Politburo du Comité Central du Parti Communiste d’Union Soviétique, daté du 5 mars 1940. Trois commissions d’enquête et un film tourné entre le 10 avril et le 3 juin 1943 attestent de ce crime communiste. La désinformation anglo-américano-franco-soviétique tourne à plein régime et ce crime imprescriptible, selon la convention sur le génocide adopté par l’ONU en 1948, ne sera largement publié et porté à la connaissance du grand public qu’à la fin des années 90.

Intox encore, fin mai 1944 : opération FORTITUDE dans le Kent avec faux camions, faux chars, faux canons et des milliers de tentes et de réchauds de cuisine, destinés à tromper les armées allemandes vers un faux débarquement dans le Pas-de-Calais (juste en face). Bingo, Hitler tombe dans le panneau !

Désinformation permanente toujours, organisée et mise en œuvre par le Parti Communiste Chinois du 1er Octobre 1949 à aujourd’hui, mais plus particulièrement durant le règne de Mao-Tsé-Toung : « La longue marche » en 1934-35, la campagne des « Cent Fleurs » en 1956, le « Grand Bond en avant » en 1958, la « Révolution Culturelle » en 1966, avec la promotion du petit Livre Rouge, sont autant d’épisodes sanglants, vantés hier à la gloire du « Grand Timonier » avec la complicité des intellectuels collaborateurs-bourgeois de la caste politico-médiatique européenne. Aujourd’hui, les LAOGAIS (1.447 camps dans 33 provinces chinoises) continuent à être utiles au régime pour y parquer les « déviationnistes » et les « brigands ». RIEN n’a changé dans l’Empire du Milieu et à lui tout seul, le P.C.C est coupable de plus de 60 millions de victimes !

En décembre 1989, après la destitution de Nicolas Ceausescu, le monde entier sanglote en voyant les images du « charnier de Timisoara » et le chiffre de 4.632 victimes est avancé : grossier mensonge ! En vérité, il n’y en a pas une cinquantaine. Plus fort, on nous a montré les images d’un homme et les cadavres d’un nourrisson et d’une femme : l’homme qui pleure sur le corps du bébé, n’est pas son père et l’enfant est décédé de mort subite ; la femme mise en scène n’est pas l’épouse de l’homme, ni la mère du bébé et elle est morte d’une cirrhose du foie ! ! ! MANIPULATION et MYSTIFICATION ! !

Quelques mois plus tard, l’armée irakienne envahi le Koweït, le 2 août 1990 (territoire libéré en Février 1991). Le 10 octobre, une prétendue Nayirah déclare devant le Congrès américain qu’elle a vu les soldats irakiens entrer dans la maternité, arracher les bébés des couveuses et leur écraser la tête contre les murs… En réalité, le témoin est la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington et RIEN n’est vrai dans tout ce qu’elle raconte pour une campagne de désinformation qui a coûté 10 millions de dollars et destiné à tout mettre en œuvre pour une future intervention militaire américaine.

Durant la 2ème guerre du Golf, la tromperie s’est encore surpassée. Le 5 février 2003, le show devant le Conseil de Sécurité de l’ONU est assuré par Colin Powell, secrétaire d’Etat américain et ancien chef d’état-major de l’US Army. Tout y passe : les arguments « irréfutables » fondés sur des informations « sûres et fiables » et aussi des renseignements de « première main ». Et le clou de la représentation est un tube d’anthrax utilisé par les terroristes, brandit par Colin Powell, avant la projection de l’image d’un tube d’aluminium prouvant que les Irakiens enrichissent de l’uranium en vue de fabriquer un jour une bombe atomique…Les honorables représentants au Conseil de Sécurité en restent bouche bée. Mais ne croient pas un mot de ce qu’ils viennent d’entendre : l’Amérique n’arrivera jamais à rassembler les 9 voix nécessaires pour une résolution sous chapitre 7 autorisant à utiliser la force.

Car l’exposé de Colin Powell est un pur montage de bric et de broc. TOUT EST BIDON, les « preuves » en carton-pâte. Les fameux camions labos « bactériologiques » ne sont que des véhicules logistiques de ballons-sondes météos. Les bases « d’armes chimiques » ne sont que des déchetteries. Et le comble est que le fameux rapport « accablant » de 19 pages, distribué aux parlementaires 2 jours auparavant, n’est qu’une thèse de 3ème cycle publiée en 1991 par un irako-américain Ibrahim Al-Marashi, mais présentée comme un rapport britannique « irréfutable ». Le pot aux roses est dévoilé dès le 7 février et Tony Blair a dû s’en excuser. Précisons que Colin Powell avait déjà lu quelques jours avant son intervention devant le Conseil de l’ONU, le rapport rédigé par Lewis Libby, (directeur de cabinet du vice-président Dick Cheney) et avait conclu : « c’est de la merde » ; c’est pourquoi il a exigé que George Tenet -patron de la CIA- soit à ses côtés, pour ne pas porter seul le chapeau…TOUT EST FAUX ! Car ces va-en-guerre mentent, cyniquement, délibérément ; ils estiment que la fin justifie les moyens. Et après les attentats du 11 septembre 2001, Paul Wolfowitz, numéro 2 du département de la Défense, avait déjà créé une officine chargée de recueillir toutes les dépêches d’agences pour ne retenir et diffuser que celles qui pouvaient amener les naïfs à croire que l’IRAK possédait des armes de destructions massives, malgré les centaines d’inspections de l’ONU qui prouvaient le contraire.

Paul Wolfowitz a d’ailleurs reconnu, bien plus tard : « ce thème des armes de destruction massive a été retenu, parce que c’était le seul sur lequel nous pouvions tous tomber d’accord » ! ! !

Alors, méfiez-vous du poids des mots et du choc des photos ! TOUT se manipule, se travestit et se transforme…selon les intérêts en jeu.

Avec le « Printemps arabe », la « Révolution de Jasmin », les manifestations en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen, à Bahreïn, la guerre au Mali, et maintenant la rébellion en Syrie, la « propaganda-staffel » américano-sioniste déverse ses mensonges grâce à la complicité des medias aux ordres.

En France, au mois de juin, l’Assemblée Nationale a observé une minute de silence à la mémoire de Clément Méric, « tué par le fââââchisme »…alors même que la réalité des faits oblige aujourd’hui la classe politique, médiatique et culturelle a reconnaître que ce militant gauchiste était l’agresseur et qu’il est mort accidentellement. En état de légitime défense, Estéban, la cible de Meric, croupit injustement dans les geôles de la gueuse. Une fois encore, le Pouvoir a utilisé la désinformation pour tromper le public.

Comme l’écrivait Paul VALERY : « Le mensonge et la crédulité s’accouplent pour former l’opinion ».

Pieter Kerstens

Dans notre Édition Spéciale, nous analyserons la portée et les différentes composantes de cette opposition au projet de loi qui veut changer la nature même du mariage et de la filiation. De nombreux reportages permettront de découvrir la diversité des manifestants : élus et parlementaires, juristes, éducateurs, médecins, familles, sans oublier les collectifs d’adoptés ou même de personnes homosexuelles. La rédaction de KTO vous propose de rencontrer ces personnes dont la voix a longtemps été occultée, voire brocardée dans les médias. Sur le plateau, avec le philosophe et académicien Rémi Brague et le sociologue des religions Jean-Louis Schlegel nous chercherons ensuite à discerner et mettre en perspectives les questions de fond : les tentations de notre époque concernant le mariage et l’identité sexuelle, l’affrontement de visions anthropologiques différentes, la difficulté à faire exister un véritable débat démocratique, et la place des chrétiens dans ce débat. Une émission en direct, avec Philippine de Saint Pierre et Etienne Loraillère à partir de 20h40.
Émission du 13/01/2013.

COLLOBRIÈRES: FAIT DIVERS POLITIQUEMENT INCORRECT
Les médias occultent 24 heures le nom du tueur des deux gendarmes

Jean Ansar
le 21/06/2012

« Si ce drame était survenu quelques jours plutôt, on perdait les élections». Un dirigeant socialiste a fait cette confidence, » out of the record » bien sûr, à quelques journalistes du Sud-Est de la France, après le drame de Collobrières. Il s’agit de ces deux femmes gendarmes abattues par un délinquant, dont l’une coursée avant d être tuée. C’est une première et un drame horrible.

Deux femmes gendarmes abattues : une première
et un drame horrible

On fera une constatation. Le nom du tueur, même après ses aveux, a été occulté volontairement par les grands médias audiovisuels. Il faut plonger dans les pages intérieures de la presse régionale, mieux encore de la presse locale, pour découvrir qu’il s’agit d’un certain Abdallah Boumezaar, récidiviste condamné pour la dernière fois… le 13 juin dernier, à Toulon, pour violence sur sa mère. Pourquoi était-il en liberté, ce « jeune », comme les médias ne l’ont pas dit, déjà détenu pour violences trafics de drogue etc?

Le nom du tueur occulté par la plupart des médias

Le fait de boire serait presque une excuse pour son geste. On commence à expliquer qu’il ne s’est pas remis de la perte de son papa, que c’est la prison qui l’a cassé etc. Air connu. On n’arrive pas tout de même à dire son nom, clairement et distinctement. Ca leur brûle la bouche. Il faudra pourtant attendre plus de 24 heures pour que télés et radios révèlent l’identité du personnage et de son entourage. Les médias préfèrent leur idéologie à la vérité de l’information. On ne cesse de l’écrire ici. Une preuve sanglante supplémentaire est apportée par ce drame unique.

« Si ce drame était survenu quelques jours plutôt, on perdait les élections »

Drame unique et révélateur. Pour la première fois, en France,deux femmes gendarmes trouvent la mort dans une intervention. Elles auront un hommage national mérité. Mais il faut aller plus loin. La hiérarchie a-t-elle été lucide en les envoyant? Ont-elles été des victimes du militairement correct de la féminisation? Le mouvement de féminisation est irréversible et incontestable, mais il mérite tout de même une approche diversifié. Une femme de 60 kilos, même bien entraînée, est vulnérable face à une brute urbaine, habituée aux bagarres de rues et maniement d’armes, de 100 kg et de 1m90.

Une féminisation excessive ?

Faire comme ci tout était égal et comparable, c’est mettre en péril des personnels, au nom d’une idéologie égalitaire parfaitement imbécile et dangereuse. Peut être des femmes dans l’armée et la gendarmerie, mais pas pour tout faire comme les hommes. Ce n’est pas de la misogynie mais un principe de précaution. Il y a des situations inadaptées et des comportements inappropriés. Quand, à l’aéroport, on voit déambuler les patrouilles « Vigipirate », qui incluent toujours une femme, sorte de quota, qui se sent rassuré? Qui ne se dit que le trio serait bien impuissant face à un terroriste armé et déterminé?

24 heures avant les autres, seul Nice Matin Var Matin donnait le nom du criminel. Car les gens du coin, qui lisent le journal, savaient… Tant pis pour les autres. Si ce n’est pas de la désinformation volontaire, par rétention d’information pour des raisons politiques, c’est quoi? Refuser de dire la vérité sur un meurtre, pour ne pas faire le jeu de la Droite ou du FN, est-ce vraiment conforme à la déontologie journalistique ? Surtout que, finalement, on se fait prendre la main dans le sac!

Source…

Connexion
Art. récents
mai 2017
MTWTFSS
« Apr  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Archives