En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Marion Maréchal-Le Pen

Discours de Marion Maréchal Le Pen, Député à l’Assemblée Nationale, au sujet des réformes institutionnelles qui sont proposées dans le programme de Marine Le Pen pour rendre la parole au peuple et établir une démocratie de proximité, aux assises présidentielles du Front National, à Lyon le 4 février 2017.

Alors que l’élection présidentielle ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour la candidate d’un Front National obsédé par sa normalisation et la gauchisation de son discours, les hostilités s’affichent au grand jour entre elle-même, son âme damnée Philippot et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a l’outrecuidance de ne pas vouloir s’aligner sur tous leurs reniements, notamment dans le domaine sociétal.

Pour le frétillant et ambitieux Philippot, il faut absolument se débarrasser de la nièce qui est une concurrente redoutable en interne, car le garçon a sûrement des objectifs plus élevés que de rester seulement le mentor de sa madone, qu’il sacrifiera en temps voulu. Dans son édition du 14 décembre, le Canard Enchaîné rapporte ses élégants propos à l’égard de Marion Maréchal-Le Pen « On va la dégager, on va lui faire fermer sa gueule, à cette conne ! »

ob_ce1e06_7786181851-marion-marechal-le-pen-et-m Continuer la lecture


Les Éveilleurs d’espérance accueillaient, mardi soir à Versailles, dans une salle comble, Philippe de Villiers venu présenter son dernier livre.

Avec de nombreuses personnalités présentes pour l’écouter et l’applaudir, au premier rang desquelles… Marion Maréchal-Le Pen !

Reportage de Boulevard Voltaire

La semaine dernière, Florian Philippot a confié à l’un de ses fidèles, qui pilote l’un de ces collectifs qui attirent plus de journalistes que d’adhérents et qui se gargarise de ses nouvelles fonctions à la tête d’une fédération départementale du FN, une mission discrète : recenser tous les comptes Twitter qui ont apporté leur soutien à Marion Maréchal-Le Pen, après que le vice-président du Front national l’a décrite comme une personne « seule et isolée ».

6a00d83451619c69e201bb095f3438970dOn ne voudrait pas interférer dans sa tâche, mais il ferait mieux de recenser ceux qui ont défendu Philippot, ça lui prendrait moins de temps… »

« Depuis le congrès de Lyon de fin 2014, où il fut élu, le comité central, présenté par Marine Le Pen elle-même com me le Parlement du parti, n’a d’ailleurs pas été réuni une seule fois.Le sera-t-il avant son renouvellement au prochain congrès, qui doit se tenir fin 2017 s’il se déroule à la date prévue ? Sans chercher à créer de nouvelles chikayas, Marion Maréchal-Le Pen devrait aussi intégrer dans sa réflexion cette anomalie, elle qui craint, dans l’hypothèse où Marine Le Pen ne serait pas élue à la présidence de la République, de se retrouver à siéger dans un groupe qui serait présidé par un autre qu’elle et où elle serait cernée par les philippotistes… »

Source:  Minute

Le 22 novembre 2016 à 19h30 sur LCI, Yves Calvi recevait Marion Maréchal Le Pen (Députée Front National du Vaucluse et Présidente du groupe FN en PACA) qui réagissait au 2nd Tour de la Primaire Les Républicains qui opposera François Fillon à Alain Juppé. Elle a aussi parlé de Marine Le Pen et du FN à la fin de l’interview.
EXTRAITS :
« Fillon a été député 8 ans avant ma naissance. C’est un des rares qui refuse de me serrer la main. »
« Fillon se dit conservateur mais ne veut pas revenir sur le Mariage Pour Tous, ni même sur l’adoption! »
Marion Maréchal Le Pen affirme que c’est elle qui a refusé d’être dans l’exécutif de campagne 2017 par manque de temps (députée,région,..)
« Les candidats de droite dénoncent avec virulence le multiculturalisme dont ils ont fait l’apologie depuis 20 ans. »
Marion Maréchal Le Pen dit que le changement de logo du FN c’est pour mettre en avant Marine et non une volonté de gommer le passé.
« Ca m’a traversé l’esprit (d’arrêter la politique) mais j’ai une responsabilité (…) car la France se délite. »
« On a la démonstration avec Trump qu’un système coalisé contre 1 candidat ne suffit plus à en détourner le peuple »
« Le FN subit un acharnement judiciaire assez pénible à vivre au quotidien (…) mais ça n’aboutira pas. »
« Quand on a le sentiment d’être près de la victoire et qu’elle nous est due, elle nous est parfois volée injustement »

Sous sa forme actuelle, l’Union européenne ne peut pas fonctionner. Or, tout changement substantiel de ce système exige l’unanimité des pays membres, estime Marion Maréchal-Le Pen, député du Front national.

Source: Sputnik France

L’opération Voscouleurs a été initiée par des militants non partisans mais aux convictions politiques certaines, amoureux de la France, avec pour but de rassembler les leaders de la droite de conviction par la pression populaire. Vous êtes donc invités à signer et à diffuser une grande pétition pour inciter ces leaders à se réunir en vue de l’élection présidentielle de 2017.

Nous avons rencontrés les initiateurs de Voscouleurs :

Depuis plusieurs années maintenant nous espérions cette recomposition qui seule peut permettre le redressement de la France avant qu’il ne soit trop tard, les Français eux aussi la veulent. Il est inutile et dangereux d’attendre 2022 pour s’y atteler. »

Pour eux :

Les barrières symboliques sont si fortes, le poids des appareils si lourd, qu’aucune tentative de recomposition de la droite ne peut réussir si elle ne vient pas des citoyens eux-mêmes. Seule une initiative citoyenne de grande ampleur peut permettre de faire tomber les murs des partis au profit de la constitution d’une grande majorité populaire. C’est à l’invitation des Français que les huit personnalités pourront se rendre. Elles se sentiront alors libres d’accepter et seront à égalité devant cet appel.»

Ils réservent des surprises pour les semaines à venir et lancent : 

Nous appelons à signer, à soutenir la démarche, à la faire connaître. Plus nous serons nombreux, plus nous serons entendus. » 

Seul un nombre conséquent de signatures peut les inciter à réagir. L’organisation Voscouleurs les invitera ensuite dans un endroit neutre et publiera les noms des participants… et donc des absents.

Il y en a qui se contentent des promesses ou s’illusionnent sur des discours, promesses qui seront remisées au placard une fois le vote passé. Il s’agit, avec cette nouvelle initiative, de réclamer des actes avant la tenue du scrutin. C’est la nouveauté pertinente de cette action qui, quelques jours après son lancement, suscite un engouement certain.

Fini les recours à l’homme providentiel, les calculs politiciens sur le meilleur cheval, aux « moi je » des pédants et autres contorsionnistes de la politique-spectacle. Ils veulent le bien de la France qu’ils aiment ? Qu’ils se réunissent sans honte et qu’ils discutent sereinement autour d’une table. A 6 mois de l’élection présidentielle, ils ont vraiment le pouvoir de rebattre les cartes. 

Marion Maréchal Le-Pen, députée du Vaucluse, était l’invitée ce mercredi matin de BFMTV et RMC. A la suite des attentats qui ont frappé la France, l’élue FN a affirmé vouloir rejoindre la réserve opérationnelle et se mettre à disposition “là où on a besoin de moi” pour “aller au-delà de cet engagement politique”. Elle a déclaré être “prête” à se “mettre sous les drapeaux” pour aider cette réserve qui a été “mobilisée parfois plus que de raison pour compenser le plan Vigipirate” :

Le Biterrois est gallo-romain depuis bien avant Jules César, chacun s’en souvient. Il a manqué les Gracques, mais il avait déjà son opinion sur Marius et Sylla, aussi était-il bien rodé pour commenter le rendez-vous fixé par le maire de la ville aux droites françaises les 27, 28 et 29 mai, et le clash subséquent avec Marion Maréchal Le Pen. Les mille participants en ont causé dans tous les rades, du palais des Congrès qui distribuait le gros de la bonne parole au Cristal où se dispensaient des nourritures plus terrestres. Et la Dépêche du midi a titré avec gourmandise : « Le FN claque la porte au nez de Robert Ménard ».

Au fait, de quoi s’agit-il ? D’un énième remake d’un drame politique français classique, dont le succès ne se dément pas depuis la Libération. Yves Adeline en avait fait le titre d’un livre : Le pays où la droite n’arrive jamais. Tous les enfants du baby-boom en connaissent le thème et les variations par cœur. Les plus âgés se sont ralliés avec Tixier à Pompidou, les plus naïfs ont collé des affiches enthousiastes avec des tee-shirts Giscard à la barre, les plus bêtas ont cru en Jacques Chirac, les plus obstinés ont élu Nicolas Sarkozy, et c’étaient parfois les mêmes, on n’empêche personne d’aimer être cocu. Pendant ce temps-là, la gauche compte les morts, fait passer ses réformes de société, se soumet économiquement, militairement, politiquement, moralement, à l’empire mondial et promeut l’homme nouveau.

Le lecteur, tout aimable qu’il est, me fera remarquer gentiment que j’ai moi-même voté Sarkozy à titre personnel au deuxième tour. Je m’en souviens comme d’hier, c’est un des éléments du problème, et nous allons le réserver sur un coin de notre fourneau pour la bonne bouche. Revenons à nos moutons biterrois. Robert Ménard, ancien gauchiste, a choqué le sérail dont il fut chouchou quand, instruit par son enfance pied-noire et par son œil de reporter, il a compris ce qui se passait en Europe et en a tiré les conséquences. Depuis, il a décidé d’agir, et dans notre apparence de démocratie, cela suppose une majorité qui soutienne l’action envisagée. Il a donc fait ses comptes et jugé indispensable d’y intégrer le FN. C’est la politique du pas d’ennemi à droite que plusieurs amis de Chirac conseillaient à celui-ci en 1986, et qu’il refusa en bon homme de gauche soumis aux valeurs de gauche et aux lobbies qui les actionnent. Continuer la lecture

Samedi 7 mai 2016, l’Action française tenait un colloque à Paris sur le thème « Je suis royaliste, pourquoi pas vous ?  » Parmi les intervenants, Marion Maréchal-Le Pen ou Robert Ménard. Loin d’être tous royalistes, mais un point commun les réunissait : leur amour de la France.

Dans « Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI » de dimanche, Marion Maréchal-Le Pen est interrogé sur la polémique récente qui a opposé Florian Philippot à la Manif pour Tous :

Marion Maréchal-Le Pen participait à l’émission Le Grand Jury le 17 avril 2016. Animation et questions: Elizabeth Martichoux, Guillaume Roquette, Christophe Jakubyszyn et Benoît Gallerey.

Plusieurs sujets on été abordé: nuit debout, loi El-Khomri, code du travail et emploi, l’allocution de François Hollande, l’Euro, Macron et une panoplie d’autres sujets.

« Ludovine de La Rochère a été excessive sur ce sujet-là. C’est légitime de demander des éclaircissements à Florian Philippot mais qu’elle aille jusqu’à réclamer des excuses publiques à Marine Le Pen qui a toujours été très claire sur la ligne officielle du Front national qui était celle de l’abrogation votée à l’unanimité en bureau politique, je trouve ça un peu déplacé. J’aurais aimé voir de sa part autant d’intransigeance à l’égard des reniements successifs des Républicains. Je n’ai pas vu cela et cela me dérange un petit peu… »

« Je trouve la phrase de Florian Philippot maladroite. (…) Si la culture du bonsaï entraînait des millions de Français dans la rue, cela mériterait de s’intéresser. »

Dans un billet tout en humour, Christian Vanneste disserte sur la vie politique et la campagne électorale des régionales sur le thème de la cuisine et conclut :

« Dimanche prochain, il faudra faire le choix de la bonne cuisine, et en politique, la meilleure est fondée sur les plats les plus simples, ceux où tout se voit et pour lesquels tout est dit sur le menu, sans s’interdire le plaisir de la nouveauté et de la découverte. »

Pour ceux qui n’auraient pas compris, il précise sa pensée dans un tweet explicite :

Image2

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives