En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

marine

On a le sentiment ces derniers jours que Marine Le Pen se « droitise ». On l’a vu lors de L’émission politique, où elle a parlé de l’école libre par exemple. Est-ce une petite victoire de la ligne Marion Maréchal ?

Je ne crois pas qu’il faille l’analyser ainsi. Cela a été surtout une possibilité pour Marine Le Pen de clarifier ses positions. C’est une émission de deux heures et demie, on a pu aller au fond des choses et éviter les caricatures – il y en a beaucoup, souvent construites par nos adversaires de droite. Caricature sur l’augmentation du SMIC qui n’a jamais été dans le programme du Front National, caricature sur la mélenchonisation du programme économique qui est complètement absurde lorsqu’on s’y penche attentivement. Caricature, aussi, concernant une prétendue laïcisation des espaces publics qui ferait fi des racines chrétiennes de la France alors que précisément nous souhaitons dans la constitution remettre en avant et protéger ce patrimoine chrétien de la France… Ces nombreuses outrances ont été battues en brèche lors de cette émission et c’est heureux.

Au sein du FN, vous êtes celle qui a toujours plaidé pour la politique de la main tendue vers ce que l’on appelle communément la droite hors-les-murs. Le soutien inattendu apporté par Philippe de Villiers, dimanche dernier, à Marine Le Pen (je le cite : « elle a la carrure présidentielle, sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses »)… c’est votre œuvre ?

Je n’y suis pour rien, même si j’ose espérer que les relations privilégiées que j’ai nouées avec Philippe de Villiers ces derniers mois ont pu constituer un premier pas vers cette déclaration. À mon avis, la condition de la victoire de Marine Le Pen sera l’alliance du peuple de droite au sens large, des classes populaires au sens large, avec une partie de la droite conservatrice, incarnée notamment par ce que l’on qualifie de droite hors-les-murs et de personnalités comme Philippe de Villiers. L’enjeu principal de cette campagne est de réussir précisément à briser l’isolement et à ramener à nous un certain nombre de personnalités de droite. Marine Le Pen en a cité quelques-unes comme Nicolas Dupont-Aignan, Henri Guaino, ou certains députés qui ne sont plus vraiment dans la ligne politique des Républicains.

Henri Guaino a refusé cette main tendue puisqu’il a dit qu’il irait à la pêche en cas de second tout Macron – Le Pen…
Continuer la lecture

Au sommaire de ce numéro : 

• Présidentielles : Le candidat officiel du système, c’est Emmanuel Macron. Il n’y a qu’à voir comment l’ensemble du Mainstream médiatique se démène pour lui assurer un second tour face Mme Marine.

• Nouvelle Calédonie : Des automobilistes et les forces de l’ordre se font tirer dessus avec des munitions de gros calibres, du type de celles utilisées au Mali ou au Moyen-Orient. Et en métropole, personne n’en parle !

• Haro sur le cash. L’Europe souhaite supprimer l’argent liquide. Au nom de notre sécurité, on restreint toujours plus, nos libertés.

• Ukraine. Reprise des hostilités. Du côté de Kiev, on s’assure le soutien de l’Allemagne et on teste celui de l’administration Trump.

Et pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France et l’hommage de Carl Lang à Robert Moreau membre fondateur du Parti de la France, qui nous a quitté en début d’année.

En décembre dernier, en agressant publiquement Marion Maréchal-Le Pen qualifiée de « personne seule et isolée », Florian Philippot a commis une double faute.

Il a d’abord attiré l’attention des médias et de l’opinion sur les divergences internes au FN.

Et, par effet boomerang, c’est lui qui apparaît comme isolé.

Un sondage IFOP réalisé pour Le Figaro révèle que 52 % des sympathisants du FN se sentent « plus proches des idées défendues par Marion Maréchal-Le Pen » et seulement 29 % plus proches de Florian Philippot (19 % se sentant aussi proches de l’une que de l’autre).  Continuer la lecture

Alors que l’élection présidentielle ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour la candidate d’un Front National obsédé par sa normalisation et la gauchisation de son discours, les hostilités s’affichent au grand jour entre elle-même, son âme damnée Philippot et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a l’outrecuidance de ne pas vouloir s’aligner sur tous leurs reniements, notamment dans le domaine sociétal.

Pour le frétillant et ambitieux Philippot, il faut absolument se débarrasser de la nièce qui est une concurrente redoutable en interne, car le garçon a sûrement des objectifs plus élevés que de rester seulement le mentor de sa madone, qu’il sacrifiera en temps voulu. Dans son édition du 14 décembre, le Canard Enchaîné rapporte ses élégants propos à l’égard de Marion Maréchal-Le Pen « On va la dégager, on va lui faire fermer sa gueule, à cette conne ! »

ob_ce1e06_7786181851-marion-marechal-le-pen-et-m Continuer la lecture

L’électorat qui rêve d’une droite autoritaire, enracinée, décente et traditionnelle, s’est trouvé un champion avec François Fillon.

La politique est cruelle. Cruelle pour Sarkozy, l’humilié du premier tour. Cruelle pour Juppé, qui n’aura finalement couru toute sa vie que pour une chimère.

Cruelle, elle pourrait l’être aussi pour Marine Le Pen, à qui les échéances présidentielle et législative de 2017 promettaient beaucoup.

La politique est cruelle, mais elle a aussi ses lois. Comme c’est un système fini et que le total fera toujours 100 %, ce que gagne l’un est perdu par un autre, et réciproquement.

Depuis trois ans, la ligne Philippot règne sans partage à la tête du Front national. La rupture a été assumée au moment de la Manif pour tous et ne s’est pas démentie depuis. Positionnement ouvert (c’est-à-dire libertaire) sur les mœurs, gauchisation du discours au nom de l’anti-système, mise en sourdine de la ligne identitaire pour essayer de faire propre sur soi. Continuer la lecture

Improbable, déconcertant, contre tous les sondages et toutes les prévisions des média et des politiques Donald Trump sera le 45ème président des Etats-Unis le 20 janvier prochain ! C’est un véritable coup de tonnerre pour les biens pensants ! Continuer la lecture

Le Siel, Souveraineté, indépendance, et liberté, un petit parti allié au Front national au sein du Rassemblement bleu marine (RBM), va se prononcer samedi sur la fin de cette alliance à l’initiative de son président, Karim Ouchikh.

« Je ne veux pas rompre avec Marine Le Pen. Nous continuerons à soutenir sa candidature pour la présidentielle », indique-t-il, interrogé par l’AFP.

Mais le conseiller régional francilien entend « mettre un terme à la mascarade » de l’alliance entre son parti, 2 000 adhérents revendiqués, et le FN: « il faut prendre acte de la fin du RBM », moribond depuis 2012, « et donc reprendre notre liberté vis-à-vis du FN ». Continuer la lecture

Nos confrères Minute et Présent ne s’en cachent pas : ils soutiennent et soutiendront Marine Le Pen pour la présidentielle de 2017. Dans un éditorial daté du 31 août et intitulé « Pour 2017, ce sera Marine Le Pen », Minute s’engage clairement en faveur de la présidente du Front national. Et l’hebdomadaire ne le fait pas à moitié : « le dimanche 23 avril 2017, date du  premier tour de l’élection présidentielle, nous souhaitons que Marine Le Pen obtienne le meilleur résultat possible afin d’être en position de force pour l’emporter le dimanche 7 mai, date du second tour de cette même élection présidentielle, et qu’elle devienne présidente de la République française, puis qu’elle dispose, à l’issue des élections législatives qui suivront, de la majorité qui lui permettra de mettre en œuvre sa politique. » Le quotidien Présent n’est pas en reste. Dans son allocution le 3 septembre lors du dîner fêtant les cinquante ans de la Diffusion de la Pensée française à Chiré-en-Montreuil, Francis Bergeron, l’un des principaux responsables actuels du quotidien ayant pour devise « Dieu Famille Patrie », a annoncé que le journal d’une part s’engagerait dans la bataille des primaires des Républicains soutenant les candidats les plus à droite et encourageant ses lecteurs à participer à ce scrutin où il faut signer une adhésion explicite aux « valeurs de la République » et d’autre part soutiendrait publiquement Marine Le Pen dans sa campagne présidentielle. Présent du 6 septembre a d’ailleurs fait sa une sur Marine Le Pen, « la femme libre » (sûrement pas libre par rapport au CRIF et à la pensée unique) et lui consacre un article dithyrambique à propos du discours qu’elle a tenu le 3 septembre dans le village de Brachay en Haute-Marne et qui constitue sa rentrée politique après de longues semaines de vacances estivales et de longs mois d’abstinence médiatique.

Nos confrères sont naturellement libres de leur choix éditoriaux (charbonnier est maître chez soi) mais pour notre part, que les choses soient claires, nous ne soutiendrons aucun candidat lors de la présidentielle de 2017. Nous n’avons ni confiance ni estime ni respect pour aucun d’entre eux. Or pour aimer il faut estimer. Continuer la lecture

Quelles répercussions pour l’Autriche ?

Sans doute que du bon. De toutes façons le résultat de Norbert Hofer est plus que remarquable, jamais le FPÖ n’est arrivé à ce niveau. Le Président élu continuera à aligner l’Autriche dans la logique mondialiste et, à terme, comme toutes les nations et toutes les civilisations, elle risque de disparaîtrait. Le vote FPÖ était donc un vote salvateur. Il faut considérer que cette élection est une nouvelle étape vers la victoire finale.

Quelles répercussions pour l’Union européenne ?

Il faudra bien, un jour ou l’autre, que toutes les nations européennes prennent leurs responsabilités. L’UE, telle qu’elle est conçue actuellement, est un épouvantail qui détruit l’idée d’Europe. Les nations européennes sont toutes confrontées aux mêmes dangers, mais Bruxelles n’apporte aucune solution. L’Europe, à mon avis, doit être une complémentarité civilisationelle faite de nations souveraines œuvrant pour le bien commun. Continuer la lecture


« Laissez Les Servir » a été créée par le capitaine (CR) Nourouddine Abdouloussen, officier des Troupes de Marine. Fondée il y a une quinzaine d’années, LLS propose aux jeunes des « quartiers » une activité qui a pour but de les insérer dans notre communauté nationale en les aidant à devenir des « Français à part entière » (et non « entièrement à part », pour reprendre une expression célèbre ).

Ancrée dans les traditions de l’armée française, LLS a connu, à partir de 2005, le soutien officiel de l’Etat, qui lui a permis de se développer et de se faire connaître.

Elle est depuis affiliée à l’Union des cadres et Officiers de Réserve, via l’AOR de la Seine-St-Denis, qui lui apporte son soutien logistique.

Depuis sa création, LLS a aidé plusieurs centaines d’enfants et d’adolescents, souvent issus de la « diversité », à s’approprier vraiment les valeurs de la France, que les cadres de l’association leur apprennent à connaître et à aimer. Cet apprentissage s’effectue, à titre principal,dans des camps de vacances qui, à côté des activités sportives et ludiques, proposent aux cadets des activités civiques exécutées gratuitement au bénéfice de la collectivité : travaux d’entretien et  petites réparations de lieux publics (on nettoie le cimetière du village, on répare une barrière, on débarrasse un local, on le repeint…); participation de groupes de cadets à des cérémonies du souvenir, aux côtés des représentants officiels…

Aujourd’hui, l’ essentiel des ressources de Laissez-Les-Servir est d’ origine privée ;  pour répondre aux très nombreuses sollicitations des familles (notamment en Seine-St-Denis, département où se déroule la part principale de son activité), LLS veut se développer. Ce développement suppose des ressources nouvelles que nous nous appliquons à trouver : auprès de grandes entreprises, de PME, de particuliers.

Les ressources nouvelles permettront à Laissez-Les-Servir de donner à ses activités classiques l’ampleur que requièrent les circonstances . Elles financeront aussi la mise en place pérenne des « Après-Midi de LLS » qui, à partir de juin prochain, le mercredi , alterneront :  activités ludiques, sportives et de création, visites du patrimoine, histoire de la France.

jdelaunoy.lls@gmail.com

Marine Le Pen n’est pas ma tasse de thé. J’explique pourquoi depuis une dizaine d’années, et en quoi la ligne dite Philippot me déplaît. Ça ne me donne que plus de liberté pour m’ébahir de la vague d’hystérie à froid dont le Front national est aujourd’hui victime.

L’hystérie à chaud, nous l’avons connue en avril 2002. Pour qui rentrait alors de l’étranger, c’était proprement hilarant de voir Paris et ses circuits se battre les flancs pour entrer en transe, comme un enfant qui se force à crier et qui crie très bien en effet, tous les réseaux bandés pour hurler au loup, toutes les lies, la lie révolutionnaire et la lie du pouvoir, conjuguées dans l’exploitation appliquée de l’antifascisme. Continuer la lecture

 JEAN-MARIE Le Pen, interrogé par nos soins, il y a quelques jours quant à l’avancement de son projet d’association qui ne serait cependant pas un parti politique concurrent du FN, nous a répondu ceci : « Chez nous, la réflexion précède l’action (sous-entendu, ce n’est pas le cas chez d’autres, suivez son regard). Nous nous consultons de façon à parfaire l’enfant, le petit Jean-Marie ». Trop mignon…

LE “PETIT JEAN-MARIE” VA BIENTÔT NAÎTRE

Il ajoute que l’on peut être à la fois au FN et dans une structure « non partitique ». Continuer la lecture

La présidente du Front National Marine Le Pen a qualifié Bruxelles de « valet des Américains » concernant sa politique en Ukraine. Elle a accusé Washington d’essayer de déclencher une guerre en Europe et d’étendre l’OTAN vers les frontières russes. Continuer la lecture

« Le Pen n’est plus dans la ligne du FN. La ligne du parti c’est moi. Mais il continue tout de même », regrette, dans des propos rapportés Le Point, la présidente du Front national Marine Le Pen en parlant de son père, Jean-Marie, président d’honneur et fondateur du parti. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
mars 2017
MTWTFSS
« Feb  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
Archives