En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Macron

En revenant sur les résultats du 23 avril, on constate que Macron obtenait 8,65 millions de voix, Le Pen 7,68 Fillon 7,21 et Mélenchon 7,06.

Marine Le Pen arrivait en tête dans plus de 16.000 communes.

Au second tour le 7 mai, largement battue par Macron –avec 20,75 millions de voix- Marine Le Pen progressait encore de 3 millions, pour arriver à 10,64 millions d’électeurs (soit 40% de mieux).

Dès lors, que ceux qui parlent de « défaite » balayent devant leur porte et cessent de donner des conseils, alors même qu’ils n’ont pas pu ou pas su, depuis 25 ans, dépasser le seuil des 3% au nom de leurs groupuscules respectifs.

Doubler, en nombre de voix, les scores du FN entre 2002 et 2017, alors que la TOTALITE de l’oligarchie médiatico-politico-financière lui est opposée, reste tout de même un exploit formidable. L’on n’est pas obligé d’en aimer pour autant la blonde de Montretout.

Allons plus loin : en ayant dépassé les 45% dans 115 circonscriptions le 7 mai, le FN aurait donc de sérieuses chances d’envoyer plus que les 2 députés actuels, siéger à l’Assemblée Nationale le 18 juin (date symbolique).

Contrairement à 2005, 2007 et 2012, l’électorat se divise maintenant en 4 forces plus ou moins équivalentes, dont les courants peuvent s’imbriquer ou se superposer en partie. Les macroneux avec 25%, les patriotes lepénistes avec 22%, les républicains historiques -Fillonaires- et les Insoumis avec chacun 20%. Ce qui permettra des triangulaires et des quadrangulaires.

Rien n’est joué, rien n’est perdu, tout est possible. Continuer la lecture

Durant le débat de l’entre deux tours, Emmanuel Macron a affirmé avec beaucoup de vigueur être opposé à la gestation pour autrui (GPA, ou « recours aux mères porteuses »). Devant ses déclarations souvent contradictoires sur le sujet, Boulevard Voltaire est allé interroger Ludovine de la Rochère. Qu’en est-il exactement ?

A Dijon, Bernard Cazeneuve a enjoint aux socialistes de voter pour Emmanuel Macron, pas seulement en raison du «danger» que représenterait Marine Le Pen, mais aussi pour voir l’œuvre de la présidence Hollande «se poursuivre».

«Faites voter dimanche [le 7 mai] résolument pour Emmanuel Macron […] Faites-le avec la fierté de ce que nous avons accompli et le désir de voir ce que nous avons accompli se poursuivre», a déclaré Bernard Cazeneuve à l’occasion d’un meeting de soutien à Emmanuel Macron, organisé le 2 mai à Dijon à l’initiative du Parti socialiste (PS). Continuer la lecture

Le professeur Adriano Segatori est un psychiatre et psychothérapeute italien. Son analyse du profil d’Emmanuel Macron, basée notamment sur sa biographie et ses images de campagne, le pousse à conclure, de manière très argumentée : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même. »

source: E&R

La France et la démocratie doivent être sauvées « en même temps », et c’est la raison pour laquelle les gaullistes doivent voter pour Marine Le Pen !

Le duel annoncé et gagné d’avance entre le démocrate et la « facho », le pacifiste et la « va-t-en-guerre », le rassembleur et la raciste, l’homme d’ouverture et la femme des frontières est peut-être en train de changer d’âme, et l’espoir de camp. Le ralliement à Marine Le Pen de certains gaullistes, comme Dupont-Aignan ou Marie-France Garaud, est un signal libérateur. Beaucoup de « républicains » engagés derrière Fillon n’ont pas digéré l’adhésion précipitée à l’adversaire victorieux. Cela sentait l’opportunisme et révélait une trahison déjà ancienne des idées au profit des intérêts. La tentative de réveiller le vieux monstre de la diabolisation paraît un artifice usé. L’instrumentalisation mensongère et injurieuse de l’Histoire risque même de se retourner contre le manipulateur qui y recourt. On ne peut récupérer la tragédie d’Oradour ou citer les attentats de l’OAS contre un parti qui n’a aucun lien avec ces événements sans éveiller le soupçon d’une grande malhonnêteté intellectuelle. Car les massacres de populations civiles d’aujourd’hui ou les attentats sur notre sol, ce ne sont pas les nazis qui les commettent, ni l’extrême droite : ce sont les islamistes que le FN combat avec vigueur. Dieu merci, il n’est pas seul.

Macron est le fruit de la manipulation des électeurs par l’oligarchie qui règne sur le microcosme médiatique. Il est assez facile d’inverser l’image positive que ce dernier a essayé d’installer dans les esprits. M. Macron va gouverner par ordonnances puisqu’il n’aura sans doute pas de majorité parlementaire. Au mois de novembre, il était contre. Il est maintenant pour ce type de gouvernement qui contourne le peuple, ses représentants et ceux de la société civile. C’est doublement inquiétant : la surestimation de soi est la semence de la dictature. Continuer la lecture

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle qui a vu Emmanuel Macron et Marine Le Pen se qualifier, nous avons recueilli les réactions d’Alain de Benoist.

Breizh-info.com : Quels enseignements tirez-vous du premier tour de l’élection présidentielle ? En quoi diffère-t-elle de toutes celles qui l’ont précédée ?

Alain de Benoist : Le fait capital de cette élection, celui qui lui confère un véritable caractère historique, ce n’est ni le phénomène Macron ni la présence de Marine Le Pen au second tour. C’est la déroute totale des deux ancien grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains. Je l’avais laissé prévoir ici même en février dernier, à un moment où personne ne semblait s’en aviser : pour la première fois depuis que le chef de l’État est élu au suffrage universel, aucun des deux partis qui depuis près d’un demi-siècle ont gouverné la France en alternance ne sera présent au second tour.

Dans le passé, ces deux partis n’avaient jamais représenté à eux deux moins de 45 % des suffrages (57 % en 2007, 55,8 % en 2012). Aujourd’hui, ils en représentent ensemble à peine un quart (Fillon 19 %, Hamon 6 %), moins que Sarkozy en 2007 ou Hollande en 2012. Tous deux se retrouvent à l’état de champs de ruines et au bord de l’implosion. Leur décomposition marque la fin de la Ve République telle que nous l’avons connue. Ce sont eux les grands perdants du scrutin. Continuer la lecture

Tout est sur la table, rien n’est caché, le choix est d’une absolue clarté.

Le 7 mai prochain, les Français auront à se prononcer de façon simple sur l’avenir de leur pays, en répondant à la question suivante : souhaitez-vous que la France historique perdure, ou préférez-vous qu’elle se transforme en une région multiculturelle soumise à une Europe centralisée, possédant tous les pouvoirs ? Car telle est la question fondamentale.

Emmanuel Macron ne s’en cache pas : il souhaite une ouverture complète des frontières, sans la moindre restriction, la chance qu’offre l’immigration se traduisant par la création de communautés multiples, autonomes, n’ayant aucun passé historique et n’ayant pas utilité à communiquer entre elles.

Son objectif est de transformer la France chrétienne en une sorte de patchwork multiconfessionnel, coupé de toutes racines nationales, et transformant la personnalité française en une collection d’individus anonymes censés s’accepter les uns les autres. De cela résulte une politique résolument européiste, s’appuyant sur une économie totalement libérale et ouverte, dans un cadre moral et culturel axé sur la seule recherche de la jouissance individuelle effrénée, le dieu Argent devenant l’alpha et l’oméga de la vie sociale. Il s’agit donc de créer un magma de « citoyens du monde » indifférenciés, une France déculturée remplaçant définitivement la France bimillénaire détestée.

À l’inverse, Marine Le Pen affiche un programme résolument axé sur le rétablissement de la souveraineté française, afin que la France historique renaisse de ses cendres. Il s’agit d’un projet de reprise en main du destin de notre pays, ayant pour objectif le meilleur épanouissement de chaque Français.

Continuer la lecture

Les vrais ouvriers ont compris depuis longtemps que leur principal ennemi, ce n’était pas « La Bête Immonde », mais les mondialistes.

L’inspecteur du travail en retraite Gérard Filoche, par ailleurs membre du Bureau national du Parti socialiste, est considéré, à gauche, comme le meilleur défenseur des droits des salariés. Dans cet entretien de dix minutes qu’il faut écouter jusqu’au bout, il présente la loi El Khomri-Valls-Macron comme le plus grave recul, pour le monde du travail, depuis 1945. Il explique, par ailleurs, citant nombre d’exemples particulièrement inquiétants, qu’elle incarne l’esprit du XIXe siècle, et absolument pas celui du XXIesiècle.

Pendant le premier semestre de 2016, à l’appel des principales organisations syndicales, des millions de salariés et de retraités descendirent dans les rues de centaines de villes de France. Devant la montée de la protestation, une frange du Parti socialiste (les frondeurs) menacèrent de ne pas voter la loi, qu’on appelait El Khomri, alors qu’elle fut inspirée, sous les ordres de l’Union européenne, par Valls et surtout Macron. Le Premier ministre dut passer en force et utiliser le 49-3.

Un an après ces événements, nous sommes au deuxième tour de l’élection présidentielle. Il reste en course l’auteur de cette loi « du XIXe siècle » et une candidate qui a promis de l’abroger.

Si nous étions dans un monde normal, on pourrait penser que les organisateurs de toutes ces manifestations appelleraient à éliminer celui qui veut la durcir encore, et à voter pour celle qui veut la supprimer.

Sauf que c’est le contraire !

Les bureaucraties syndicales, depuis dimanche soir, multiplient les appels à faire barrage au FN, et donc à voter pour Emmanuel Macron !

Gérard Filoche, auteur de cette si belle démonstration, appelle à voter Macron pour « battre l’extrême droite ».

Quant à Jean-Luc Mélenchon, présent à toutes les manifestations, il a décidé, dans l’esprit de la VIe République qu’il appelait de ses vœux, que c’étaient à ses « Insoumis » de décider. Mais il n’a laissé que trois solutions à ses troupes : l’abstention, le vote blanc ou le vote Macron. Pas le droit de voter Marine !

Les vrais ouvriers, bien loin de ces manipulations politiciennes, ont compris depuis longtemps que leur principal ennemi, ce n’était pas « la bête immonde » mais les mondialistes, partisans de la libre circulation des biens et des personnes et, donc, des délocalisations. À Whirlpool-Amiens, ils ont applaudi Marine, venue saluer le piquet de grève, et conspué Macron qui, dans un premier temps, ne voulait pas aller les voir.

Les vrais ouvriers savent que leur ami, ce n’est pas le père spirituel de Macron, Attali, qui a expliqué que les 290 licenciements dus à la prochaine délocalisation de l’usine d’Amiens en Pologne n’étaient qu’une « anecdote ». Intuitivement, ils comprennent que c’est la défense de l’État-nation, et donc le retour des frontières, qui les protégeront contre la concurrence libre et non faussée voulue et défendue par les européistes, Macron en tête.

Les manifestants qui, par millions, à juste titre, ont protesté dans la rue contre cette loi inique ne doivent pas se laisser enfumer par des dirigeants syndicaux qui défendent davantage leurs positions sociales et leurs subventions que les travailleurs. Ils ne doivent pas davantage tomber dans le piège gauchiste de la lutte contre une prétendue « extrême droite », voire un soi-disant « fascisme ». Le seul vrai fascisme en France, il a le visage des islamistes, dont le principal parti, l’UOIF, soutient Macron et appelle à battre Marine.

Ces militants, très souvent électeurs de gauche, doivent être cohérents, et voter par millions (ce qu’ils étaient dans la rue) pour la candidate qui abrogera la loi contre laquelle ils manifestaient.

Sinon, ils se tireraient une balle dans le pied et feraient preuve d’une soumission à l’ordre dominant qui n’est pas dans la tradition rebelle du monde du travail…

Présumé candidat antisystème, Macron est en fait clone de Hollande, pur produit du système. L’emprise médiatique et l’ignorance de l’histoire font qu’on peut devenir président même si on nie la culture française, explique l’essayiste Jean Bricmont.

Connexion
Art. récents
mai 2017
MTWTFSS
« Apr  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Archives