En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Loges


Je bénis tous ceux qui coopèrent à la résurrection de la France. Je les bénis dans le but (laissez-moi vous le dire) de les voir s’occuper d’une œuvre bien difficile mais bien nécessaire, celle qui consiste à faire disparaître ou à diminuer une plaie horrible qui afflige la société contemporaine, et qu’on appelle le suffrage universel. Remettre la décision des questions les plus graves aux foules, nécessairement inintelligentes et passionnées, n’est-ce pas se livrer au hasard et courir volontairement à l’abîme ? Oui, le suffrage universel mériterait plutôt le nom de folie universelle ; et quand les sociétés secrètes s’en emparent, comme il arrive trop souvent, celui de mensonge universel. »

Pie IX. 5 mai 1874.

Toutes les loges, rassemblées le 1er mai, avaient appelé à voter Emmanuel Macron. Photos ici. Continuer la lecture

Montpellier

La mise en scène était parfaite. Salle froide, cadre contemporain, branchitude tendance skaï, métal, verre et plastique. La cérémonie a coûté cher à la ville de Montpellier, en protections de ministre et rapporteur, députés et élus, forces de l’ordre et retransmission mondiale par internet. Le premier “mariage” gay de l’ère Taubira vient d’avoir lieu entre Bruno et Vincent, qui nous auront donné la nausée… en ondulant, incertains, pendant leur courte allocution finale.

Mais le pire, la signature certaine de cet événement que les pouvoirs publics ont voulu si exemplaire et grandiose, était dans le décor.

Hélène Mandroux, maire de Montpellier, l’avait soigné, dans la salle des Rencontres plus vaste et plus solennelle que celle réservée aux mariages ordinaires, banals – les mariages de papa. Derrière elle, sur sa droite, un portrait de Hollande. A sa gauche, une froide Marianne, mieux à sa place ici, à vrai dire, qu’à la Manif pour tous, le bonnet phrygien rappelle davantage la Terreur et les tricoteuses que l’ordre naturel…

Et derrière, bien visible face à la caméra, déployé à côté du drapeau européen et de l’autre drapeau de Montpellier, un « M » sur fond bleu et blanc, (pas de drapeau français), le blason de la ville. Un blason orné d’une Vierge à l’Enfant assise sur son trône d’or, et surmonté de deux lettres : A et M, Ave Maria.

ND

Oui, elle a osé, ils ont osé mêler l’image de la Vierge très pure à cette cérémonie de refus de Dieu et de sa loi, comme pour la narguer encore plus sûrement que par la présence de Sœurs de la perpétuelle indulgence, ces travestis qui se sont installés parmi les invités triés sur le volet.

Comment Notre-Dame qui est Reine de France peut-elle protéger et secourir ses enfants si elle est ainsi officiellement conspuée ?

Eh bien elle le peut, car elle est aussi la Mère de toute Miséricorde. Et Dieu sait si nous en avons besoin.

Jeanne Smits

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives