En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

L’Express


Une émission présentée par Jean-Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp. 

Jeu de chamboule-tout au sommet. Le but ? Faire tomber tous les candidats pour ouvrir un boulevard à Emmanuel Macron : Fillon, Marine le Pen, le PS, ils sont tous attaqués alors que Macron fait la Une de l’Express.

I-Média 137 une émission de TV Libertés

DÉBUT AVRIL, L’INTERNATIONAL CONSORTIUM OF INVESTIGATE JOURNALISTS (ICIJ), BASÉ À WASHINGTON, RÉVÉLAIT PLUS DE 11,5 MILLIONS DE DOCUMENTS CONFIDENTIELS ISSUS DU CABINET D’AVOCATS PANAMÉEN MOSSACK FONSECA. DES PERSONNALITÉS ÉTAIENT CITÉES COMME AYANT EU RECOURS À CE CABINET POUR CRÉER DES SOCIÉTÉS OFFSHORE AFIN DE DISSIMULER LEURS ACTIFS. PARMI ELLES, DES PATRONS DE PRESSE…

PATRICK DRAHI, ACTIONNAIRE DE LIBÉRATION, L’EXPRESS, BFMTV

Propriétaire d’Altice (SFR, Numéricable) et actionnaire de nombreux médias français (Libération, L’Express, BFMTV, RMC), Patrick Drahi a vu son nom repris par L’Obs et « Cash Investigation » (mais pas Le Monde…) dans le scandale des « Panama Papers ».

Aussitôt, Altice s’est fendu d’un communiqué affirmant avoir eu recours tout à fait légalement, entre novembre 2008 et décembre 2010, aux services d’une société panaméenne. « Le groupe international Altice, que contrôle M. Patrick Drahi et qui compte aujourd’hui 262 filiales et participations dans le monde, a recouru à une société panaméenne, dans laquelle ni M. Patrick Drahi ni le groupe Altice n’ont jamais détenu, directement ou indirectement, de participation », explique le communiqué.

Pour Altice, cette société offshore « a été utilisée sur des opérations accessoires pour des raisons de stricte confidentialité et dans des conditions parfaitement légales, sans aucune incidence fiscale, et a fortiori étrangères, de près ou de loin, à toute fin d’évasion, de dissimulation, ou d’optimisation fiscale ».

Il faut dire que l’organigramme de l’empire Drahi est tellement complexe qu’il est difficile de s’y retrouver. Malgré tout, quelques lignes se dégagent, notamment grâce à ce graphique réalisé parCapital (voir également notre infographie).

On peut voir que la holding Altice SA est domiciliée au Luxembourg, État fantôme à la fiscalité aussi attractive qu’opaque. « De là, plusieurs embranchements, dont l’un passe par la société Next LP à Guernesey, autre paradis fiscal, qui détient Jenville SA au Panama qui, elle même, possède Altice Média France », précise Capital. C’est dans le porte-feuille de Jenville SA que se trouvent, justement, les médias contrôlés en France par Drahi.

Si BFMTV s’est empressée de défendre son patron et qu’Altice nie tout en bloc, l’empire Drahi offrira sans doute de nombreux secrets à qui voudra bien s’y intéresser en profondeur…

JUAN LUIS CEBRIAN, PATRON DU GROUPE PRISA (EL PAÍS)

Patron du journal espagnol El PaísJuan Luis Cebrian s’est retrouvé lui aussi, mêlé à cette vaste affaire.

Comme le rapporte le journal El Confidencial, M. Cebrian aurait pour intime Massoud Farshall Zandi, entrepreneur irano-espagnol, qui aurait utilisé les services du cabinet Mossack Fonseca pour cacher au fisc les activités offshore de la société espagnole Star Petroleum. Or cette société, dont les activités ont été cachées au Luxembourg, à Samoa ou encore aux Seychelles, est détenue à 2 % par Cebrian, assure El Confidential.

Pire : ce dernier envisageait il y a peu d’acquérir de nouvelles parts pour près de 14,5 millions d’euros. Concernant Zandi le journal El Mundo en remet une couche : « les documents de l’enquête montrent manifestement que l’entrepreneur a été aidé par le cabinet Mossack Fonseca pour constituer des sociétés offshore aux Seychelles et aux Samoa, à travers lesquelles il contrôlait Star Petroleum, dont le siège administratif se trouve à Madrid et le siège fiscal au Luxembourg. »

Pour Juan Luis Cebrian« ces insinuations sont totalement fausses ». Portant l’affaire devant les tribunaux, le patron du groupe Prisa a même ordonné aux journalistes de son groupe de ne plus accueillir les journalistes des trois médias ayant rapporté l’information que sont la chaîne La Sexta, El Confidential et le site eldiario.es. Ignacio Escobar, rédacteur en chef d’eldiario.es et chroniqueur sur la radio Cadena Ser (propriété de Prisa), a d’ailleurs reçu une lettre de licenciement. « Je ne regrette rien de ce qu’a publié le journal que je dirige, malgré les conséquences. J’ai accompli mon devoir de journaliste », a-t-il commenté. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
avril 2017
MTWTFSS
« Mar  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Archives