En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

le gallou

Les exactions de masse commises le soir du Jour de l’An dans de nombreuses villes d’Allemagne et d’Europe annoncent les risques que représente l’immigration massive pour nos peuples et notre civilisation. Le rouleau compresseur est en marche !
Celui du Grand Remplacement de population, facilité par l’effacement de notre mémoire, de notre identité et de notre fierté d’Européens.
L’Iliade appelle à un sursaut intellectuel et moral afin de réaffirmer nos valeurs, nos libertés et nos droits sur la terre de nos ancêtres.
Autour d’orateurs de premier plan (programme à venir), ce colloque important permettra à la fois de décrypter les mécanismes démographiques et idéologiques de ce choc migratoire, mais aussi d’explorer les voies et manifestations du nécessaire réveil de la conscience européenne. Car en France comme ailleurs, il est possible de gripper la machine à broyer les peuples, d’enrayer la course à l’abîme qui menace de nous engloutir.

La journée sera divisée en deux séquences, et les interventions entrecoupées d’animations vidéos et de témoignages enregistrés d’invités européens, en provenance notamment d’Allemagne, d’Italie, de Hongrie, de Pologne et d’Espagne. Continuer la lecture

Marion a engrangé parce qu’elle a été fidèle à ce qu’elle croit. Et parce qu’elle n’a pas hésité à transgresser les règles du politiquement correct.

D’un tour à l’autre le FN n’a gagné nulle part mais il a progressé en voix partout, y compris dans les triangulaires qu’il ne pouvait guère gagner.

Partout ? Pas tout à fait. Malgré une participation en hausse de 20 % le FN a perdu, en nombre de voix, 10 % de ses électeurs du premier tour en Île-de France. Là où son candidat Wallerand de Saint Just a tenu une ligne mollassonne : timide sur la défense des valeurs et maladroite en réponse aux questions de la Manif pour tous ; frileuse sur l’identité et à contre-emploi dans la recherche du vote immigré (qui de toute façon s’abstient aux régionales !) À force de chercher à rassurer, Wallerand a découragé ses électeurs ! Au final, c’est chéri j’ai rétréci l’électorat ! Continuer la lecture

On répète à l’envi que la faiblesse majeure du FN, c’est son programme économique. Honnêtement, le programme économique du FN est-il crédible ?

Non, selon les nombreux adversaires du FN : les partis concurrents, les groupes de pression (MEDEF et « antiracistes ») et les médias de l’oligarchie qui relaient leurs points de vue. En vérité, la crédibilité et le réalisme d’un programme sont jaugés au regard de la doxa dominante. S’éloigner du politiquement et de l’économiquement correct passe forcément pour « peu crédible ». Pour être jugé « réaliste », il faut être favorable à l’ouverture totale des frontières, à l’euro et à l’Union européenne. Ce n’est évidemment pas la vocation du FN. Continuer la lecture

L’enjeu : Dénoncer sans complexe la dictature culturelle de la gauche et de l’artistiquement correct. Refuser la censure et cesser de se laisser intimider par les faux procès en “diabolisation” et “ringardisation”. Montrer que face aux bobards culturels du (non)art contemporain, il y a un art caché, un retour des traditions vivantes et que la génération 2013 est en train de reprendre l’initiative. Continuer la lecture


Samedi 13 octobre 2012 Polémia organisera la cinquième Journée de la réinformation.
Le thème en sera : « Face à la tyrannie médiatique, pour un grand bond offensif ».
Rendez-vous à Paris, dans les salons Dosnes-Thiers, à partir de 9h30, métro Saint-Georges.

Quelques question à Jean-Yves Le Gallou pour comprendre cette 5ème journée de la réinformation :

Alors les médias ne sont plus intouchables ?Effectivement ! Les médias de l’oligarchie étaient intouchables lorsqu’ils avaient le monopole de l’information.
Les critiquer c’était se condamner à ne jamais voir ses idées ou ses actions évoquées. Bref, c’était la mort sociale.
Résultat : tout le monde les ménageait, voire les flattait. Aujourd’hui c’est fini. Certes, le sectarisme des médias de l’oligarchie n’a pas faibli,
mais il est possible de se passer d’eux grâce aux médias alternatifs sur Internet.

Pourtant les médias de l’oligarchie restent craints…Assurément ! Le pathétique député UMP Lionel Luca a déclaré à Libération : « A droite, nous sommes des lâches.
Si on veut faire carrière dans cette société moralisatrice, il faut être bien vu de ceux qui écrivent, ces curés laïcs qui donnent l’absolution au nom de ce qu’il faut penser. »
Cette peur est minable d’autant qu’elle est de moins en moins justifiée ! L’opinion se méfie de plus en plus des médias. Il ne faut plus avoir peur des « curés laïcs » !

Alors vous voulez libérer la parole sur les médias ?Oui. Il faut dénoncer leur parti pris, leurs à-peu-près, leurs mensonges, leurs bobards. Ce sera l’un des objets de la cinquième Journée de la réinformation.
Michel Geoffroy se livrera sans complexe à une critique sévère des journalistes passés « de Tintin, grand reporter, à la défense des puissants ».
Et Benjamin Dormann nous expliquera comment « ils ont acheté la presse ».
« Ils ont acheté la presse » de Benjamin Dormann — Presse : le grand naufrage des « autorités morales »

« Ils ont acheté la presse », qui sont-ils ?Benjamin Dormann l’a écrit dans son livre et nous le dira. « Ils », ce sont les hommes du pouvoir, et notamment du pouvoir financier.
Un journaliste de Libération, c’est un porte-plume de la banque Rothschild. Un journaliste du Monde, c’est un porte-flingue de la banque Lazard !
Les plumitifs de l’extrême gauche et le grand capital se sont alliés pour détruire les nations et les traditions.

Comment « s’informer sur ceux qui nous informent » ?C’est le travail de l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM)
que son président Claude Chollet viendra présenter, samedi 13 octobre aux auditeurs de Polémia. http://www.ojim.fr/

Vous présenterez aussi des médias alternatifs ?Oui ! Yves Le May (Novobreizh) présentera les agences de presse régionales alternatives.
Et Philippe Milliau, responsable du projet « Notre antenne », interviendra sur le thème « Trente ans après les radios libres, enfin une télévision libre et dissidente ».

Bref, c’est le grand bond offensif ?En tout cas la volonté de se débarrasser de la tyrannie médiatique qui paralyse les meilleures bonnes volontés.

Pour s’inscrire : c’est ici


5e Journée de réinformation de Polémia -… par Agence2Presse

Par Jean-Yves Le Gallou,
Président de la fondation Polémia

Permettez-moi d’abord un instant de politiquement correct. Oui, il existe encore des journalistes intelligents, cultivés et courageux dans les grands médias français. Mais ils sont de plus en plus rares et les créneaux qui leur sont laissés sont de moins en moins nombreux.

Maintenant que cette nuance est apportée, laissez-moi vous présenter dix-sept thèses sur les grands médias français.

Première thèse : la presse est de moins en moins libre en France.

Et ce n’est pas Polémia qui le dit. C’est Reporters sans frontières.

Chaque année Reporters sans frontières publie un baromètre de la liberté de la presse dans le monde. Année après année, la France plonge dans le classement : 11e en 2002, 19e en 2004, 35e en 2006 et en 2008, 43e en 2009 : une place peu enviable ! Certes, devant le Cap Vert mais juste derrière le Guyana et le Surinam. Chapeau !

Deux explications à cela : les lois liberticides de plus en plus sévères et de plus en plus nombreuses et la concentration économique et financière des grands médias.

Deuxième thèse : le système médiatique français est aux mains de grands oligarques.

Le groupe Figaro pour Dassault, Bernard Arnault de LVMH pour Les Echos, Edouard de Rothschild pour Libération, Bouygues pour TF1, « Lagardère active » pour les filiales de Vivendi Universal, de nombreuses radios dont Europe 1, des télévisions dont Canal+, des journaux dont Le Parisien ainsi que des entreprises de production d’images. Sans oublier l’oligarque des oligarques, Alain Minc, qui tisse sa toile entre les uns et les autres et impose ses vues au journal Le Monde.

Troisième thèse : les grands médias français ne donnent pas le point de vue du peuple, ils défendent les intérêts de la superclasse mondiale.

Les intérêts des grands oligarques des médias sont clairs : ils se trouvent concentrés dans le luxe, le transport aérien, notamment d’affaires, l’immobilier et les travaux publics ; leurs principaux clients sont les super-riches et les pétromonarchies. Sans oublier le rôle de la finance. Si vous regardez TF1, n’oubliez pas que BNP Paribas, le Crédit Agricole, la financière Artémis, Groupama et Goldman Sachs, oui, Goldman Sachs, siègent au conseil d’administration de Bouygues.

Il est donc logique que l’orientation générale de ces médias – dont beaucoup perdent de l’argent d’ailleurs – soit conforme aux intérêts des oligarques qui les possèdent. Les grands médias défendent donc un monde sans frontières et sans régulation au service des plus riches et des entreprises transnationales. L’intérêt des oligarques se confond avec celui de la superclasse mondiale : ces quelques millions d’hommes qui, par delà les Etats et les peuples, sont les principaux bénéficiaires du nouveau désordre mondial.

Quatrième thèse : les grands médias français ne dépendent pas de leurs lecteurs mais de la publicité.
Continuer la lecture

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives