En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Israël

Pour atteindre le point de Godwin de manière aussi superficielle, il faut qu’Israël ait épuisé tous ses moyens après six années d’acharnement contre la Syrie. Le prédateur  moyen-oriental a perdu son mordant et sa faiblesse devient de plus en plus criante aux yeux du monde entier. L’esbroufe, les effets de manche et les déclarations tonitruantes ne fonctionnant plus, il lui faut recourir aux vieilles recettes par lesquelles il tient encore l’Europe dans sa poigne pour tenter de mobiliser le monde autour de thèmes qui ont fait leurs preuves.

Nous n’en sommes pas encore aux 6 millions de victimes de chambres à gaz et de crématoriums syriens, mais patience, la guerre n’est pas finie. Après avoir échoué à faire avaler une histoire construite de guingois autour d’une pseudo-attaque chimique à Khan Sheikhoun, Israël tente maintenant de fabriquer un holocauste syrien, et n’hésite pas pour cela à sortir Hitler de son tiroir pour frapper les esprits.  RI  

Le ministre israélien du Logement, Yoav Galant, réclame la mort de Assad. S’exprimant devant une exposition d’armement à Tel-Aviv, il a très clairement appelé au « renversement du régime syrien » et à « l’assassinat de Assad ».

Se référant à une nouvelle allégation formulée par le département d’État comme quoi le régime de Assad aurait « exécuté » puis « brûlé » les corps des « prisonniers politiques », Galant a affirmé : « Nous sommes là, en train de franchir toutes les lignes rouges et il est grand temps que Assad soit éliminé. » Continuer la lecture

On le voyait donner des leçons de morales à Marine Le Pen au sujet de l’utilisation des attachés parlementaires. Martin Schulz, ancien Président du Parlement Européen vient de se faire prendre la main dans le sac…

Il est sous la menace d’une enquête pour fraude après les révélations de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel du 11 février et de l’hebdomadaire britannique Sunday Times du 12 février. Le parangon de la « morale «  a utilisé un jet privé coûtant 20 000 euros de l’heure, pour voyager entre Bruxelles, Strasbourg et Berlin, et ce alors que son lieu de travail n’est limité qu’à la capitale belge ; demandé à ses assistants de se livrer à des tâches non comprises dans leurs prérogatives (l’un d’eux a démissionné après s’être vu demander à plusieurs reprises… de repasser les pantalons du « maître » qui a dû oublier que l’esclavage avait été aboli) ; mais des pratiques de clientélisme : nomination de proches à des postes grassement payés au sein de l’administration du Parlement, sans passer par les procédures régulières de recrutement et sans avoir les qualifications requises pour ses postes. Pas mal pour un homme qui avait attaqué le Front National pour fraude…  Comme dit le vieux dicton paysan : « Quand tu grimpes au mât de cocagne, t’as intérêt à avoir le caleçon propre ». Continuer la lecture

Le général Wesley Clark, ancien commandant des forces armées de l’OTAN, a déclaré à la chaîne de télévision américaine CNN que l’Émirat islamique (Daech) avait été « créé par nos amis et nos alliés pour vaincre le Hezbollah ».

Dans une interview accordée à la chaîne américaine CNN, le général Wesley Clark a déclaré que « l’Etat islamique (l’organisation takfiriste Daech) a été crée grâce au financement de nos amis et de nos alliés … dans le but de se battre jusqu’à la mort contre le Hezbollah ».

Selon les aveux du général US, la création de Daech par l’Occident n’a eu pour seul but que d’assurer la sécurité de l’Etat hébreu face au Hezbollah.

Homme politique et ancien général des Forces armées des Etats-Unis, Wesley Clark est bien informé des secrets du Pentagone. D’après lui, les allégations selon lesquelles l’Iran, la Syrie et le Hezbollah seraient la principale menace à la sécurité d’« Israël » n’est qu’une escroquerie créée de toute pièce par l’Etat sioniste. Continuer la lecture

Selon l’agence de presse turque, Anatolie, l’ambassadeur russe à Tel-Aviv a été hospitalisé jeudi soir en raison d’une intoxication dont l’origine reste à déterminer.

Alexandre Petrovich a été transféré à l’hôpital, jeudi, alors qu’il manifestait des symptômes d’une grave intoxication. Il a été admis aux services de soins intensifs. Ses jours ne sont pas toutefois en danger.

Les autorités russes n’ont pas encore réagi à cette information, à peine une semaine après l’assassinat d’un autre haut diplomate russe en Turquie.

L’ambassadeur Andreï Karlov a été tué lors d’un discours dans une galerie de photos en plein centre d’Ankara par un ex-agent des services de sécurité turcs qui s’est revendiqué d’Al Qaida, avant d’être abattu à son tour par les policiers.

Continuer la lecture

Vendredi 18 novembre, plusieurs journaux ont repris une dépêche de l’AFP (agence de presse sous contrôle gouvernemental) selon laquelle « des avions de chasse israéliens se sont entraînés en Corse » début novembre panamza

Selon le colonel Olivier Celo, porte-parole de l’armée de l’air française interrogé par l’AFP, « ce n’était pas un exercice conjoint mais un partage d’expérience ».

 
L’image contient peut-être : avion et texte

 

Problème : le mercredi 16 novembre, Anna Ahronheim, correspondante militaire du quotidien israélien Jerusalem Post (premier média généraliste à rapporter l’information), avait indiqué qu’il s’agissait là du « premier exercice conjoint » dans l’espace aérien hexagonal entre la France et Israël ICI

La journaliste précise d’ailleurs que cette opération conjointe résulte d’une démarche initiée en 2013 par le général israélien Amikam Norkin et que « le site de l’armée israélienne » rapporte « l’invitation » adressée par la France aux « pilotes » israéliens de venir « voler » au-dessus du territoire national.

Source: panamza

Bruno Guigue, ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de La Réunion, écrit à propos de la polémique sur Poisson :

[…] Les super-financiers de Wall Street ? Mme Clinton les aime et ils le lui rendent bien. Lors d’une conférence à 650 000 dollars rémunérée par Goldman Sachs, elle avouait qu’elle se sentait plus proche de son auditoire de banquiers que de la classe moyenne américaine. Il est vrai, confessait-elle ingénument, qu’elle et son mari ont amassé une fortune de plusieurs millions de dollars. Les péquenots qui se lèvent tôt le matin et bossent dur pour rembourser leurs prêts et payer les études de leurs enfants apprécieront.

Mais peu importe. L’important, c’est de dire aux financiers ce qu’ils veulent entendre et de faire ce qu’ils veulent qu’on fasse. Comme le montre l’exemple de Goldman Sachs, la haute finance sait choisir son camp. La banque aux 700 milliards d’encours s’est enrichie durant la crise de 2008 en recyclant des créances pourries et en spéculant contre certains de ses clients. Magnanime, l’administration Obama l’a blanchie comme neige de ses turpitudes passées. Evidemment, un renvoi d’ascenseur s’imposait.

Lors de la campagne pour sa réélection, en 2012, le président-candidat n’a pas lésiné sur les moyens. Les dollars ont coulé à flots. Pour remporter la Maison Blanche, une condition est requise : il faut dépenser davantage que son adversaire. Barack Obama a donc pulvérisé le record historique des dépenses de campagne avec 1,1 milliard de dollars. Résultat : il a été élu. Merci Wall Street ! Cette lune de miel avec des démocrates aussi coopératifs, l’oligarchie financière rêve désormais de la prolonger avec Mme Clinton.

A entendre ses discours martiaux, les affaires du complexe militaro-industriel sont prometteuses si elle est élue. La finance new-yorkaise entend bien en profiter. Elle soutient donc la candidate démocrate, mieux placée que son adversaire un peu obtus pour lui offrir de nouvelles opportunités de profit. Blanchi par Obama, le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, devient alors un supporter enthousiaste d’Hillary Clinton. Il a même interdit à ses 30 000 employés de soutenir Donald Trump. Au club huppé des richissimes supporters d’Hillary, Blankfein rejoint le magnat israélo-américain de la presse Haïm Saban, l’un des principaux bailleurs de fonds de la caisse noire de la candidate, la Fondation Clinton. Continuer la lecture

Le candidat à la primaire des Républicains est dans le collimateur du CRIF après avoir critiqué Hillary Clinton sur ses relations avec Wall Street et les lobbies pro-israéliens. L’organisation demande des sanctions exemplaires.

«Le Crif est consterné par les propos abjects tenus par Jean-Fréderic Poisson dans Nice Matin», a indiqué l’organisation communautaire juive dans un communiqué.

«Ce dernier a déclaré dans l’édition du 19 octobre que la proximité d'[Hillary] Clinton avec les super financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France »», poursuit Françis Kalifat.

Le CRIF a demandé à la haute autorité qui régule la primaire du parti les Républicains de prendre une «sanction exemplaire à la mesure de la gravité de ces affirmations», qui placeraient Jean-Frédéric Poisson «aux côtés d’un Alain Soral ou d’un Dieudonné dont il épouse les thèses».cvnt-rw8aaaqep-jpg-large

Interrogé sur la question par la radio juive RCJ, le député des Yvelines a rappelé l’existence d’un «lobby sioniste aux Etats-Unis, notamment l’AIPAC, qui fait profession d’exercer son travail de pression sur les politiques américains». Ainsi, Jean-Frédéric Poisson fait référence à l’American Israel Public Affairs Committee, groupe de pression destiné à favoriser les intérêts israélien aux Etats-Unis et dans la politique étrangère américaine.

Se référant à la possibilité de l’élection d’Hillary Clinton à la tête des Etats-Unis, le candidat à la primaire des Républicains a indiqué : «[Hillary] Clinton est plus sensible que ne l’est [Donald] Trump à cette pression-là, je pense que nous courrons le risque d’un déséquilibre au Proche-Orient. Il n’y a aucune affirmation qui serait condamnable dans ce que je dis là.»

«Peut être qu’à la place du mot lobby j’aurai pu employer le terme de groupe de pression, mais excusez-moi, mais c’est absolument la même chose», a-t-il conclu.

Les événements au Moyen-Orient, en Syrie et à Alep, sont au centre de l’attention mondiale. Rarement bataille n’a été aussi décisive sur l’issue de la guerre et le sort de centaines de millions de gens dans le monde.

Lors du dernier débat présidentiel, Hillary Clinton a plusieurs fois exigé de créer une zone d’interdiction de vol en Syrie. Demandé à plusieurs reprises, ce concept se heurte à une révélation dans ses courriels privés, qui admet que l’implémentation d’une zone d’interdiction de vol entraînerait l’élévation de la mortalité chez les civils syriens. Lors d’une récente audition devant le Comité sénatorial des forces armées, il a été demandé au général Philip Breedlove quel genre de truc des forces armées US serait requis pour imposer un zone d’interdiction de vol au-dessus du ciel syrien. Manifestement dans l’embarras, le général a été forcé d’admettre que cela impliquerait de s’en prendre aux aéronefs et véhicules russes et syriens, ce qui ouvrirait la voie à une confrontation directe entre Moscou et Washington, une décision que le général n’était tout simplement pas prêt à prendre. Le leadership militaire a toujours fait preuve d’empressement à mettre en œuvre l’option militaire ; ils doivent cette fois avoir reniflé le risque d’un conflit direct avec Moscou.

Continuer la lecture

Enquête. Selon Le Figaro, la justice a exigé aujourd’hui que soient supprimées toutes les preuves vidéo tournées sur la promenade des Anglais depuis le soir de l’attentat. Une décision incompréhensible et inédite, qui intervient alors que le gouvernement est critiqué pour les failles sécuritaires qui ont permis au terroriste de tuer plus de 80 personnes ce soir-là.

La décision est incompréhensible et risque de faire couler beaucoup d’encre. Dans l’enquête sur l’attentat de Nice, qui a coûté la vie à 84 personnes le 14 juillet, la justice vient de décider de se priver d’un atout considérable. Après le drame, de nombreux experts se félicitaient du réseau de caméras très développé de la ville de Nice, qui permettrait de faire avancer l’enquête à pas de géant. Sciemment, la sous-direction antiterroriste a décidé de faire disparaître définitivement de ces précieuses images. Celles du soir de l’attaque, et tout ce qui s’est passé depuis sur la Promenade des Anglais.

Pourquoi se tirer ainsi une balle dans le pied ? Contacté par Le Figaro, qui a révélé cette information, le parquet de Paris s’est justifié : « Cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images ». La police nationale rappelle également que « sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d’enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d’effacer les images de ces 140 caméras afin d’éviter l’utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande ».

« C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves »
Il n’empêche, la décision ne passe pas auprès des agents du centre de supervision urbain de Nice. « C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves. Continuer la lecture

L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :
– élections présidentielles autrichiennes : le vote annulé
– ce qu’était Michel Rocard
– les résultats du bac
– la fessée bientôt interdite ?
– circulation dans Paris : la persécution continue
– le Parti Socialiste annule sa grande université d’été
– Abdeslam protège sa vie privée et porte plainte contre un parlementaire
– Neyret et l’escroquerie de franco-israéliens à la taxe carbone

En visite à Israël le mois dernier, le Premier ministre a été prié de laisser son téléphone sécurisé de côté, sans surveillance par des agents français. Le chef du gouvernement a accepté, au risque de faciliter l’espionnage.

L’information est étonnante et révèle, soit une extrême confiance dans les talents des ingénieurs français qui travaillent pour l’État, soit un certain amateurisme de Matignon. L’Express révèle ce mardi qu’à l’occasion de sa visite en Israël, du 21 au 24 mai 2016, le Premier ministre Manuel Valls et ses collaborateurs ont été priés de «  laisser leurs téléphones sécurisés avant d’être reçus en haut lieu », et qu’ils ont… accepté de les perdre ainsi de vue, au risque qu’ils soient subtilisés par des agents israéliens.

Du coup, les agents de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) sont aujourd’hui priés de mener des investigations poussées, puisque « en les reprenant, la délégation a eu la mauvaise surprise de constater que plusieurs d’entre eux présentaient des signes « d’anomalie » » qui auraient alerté les services français. Continuer la lecture

Publié par Wikileaks, un email envoyé par l’ex-secrétaire d’Etat Hillary Clinton, aujourd’hui candidate à la présidence des Etats-Unis, apporte des détails sur les motivations américaines à «aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad».

La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad»

C’est ce qu’écrit Hillary Clinton en préambule de ce document.Hillary-Clinton-Israel

email_clinton-israel-syrie

La journée du Symposium des Australiens pour la Palestine : « Dans l’oeil de la tempête : la Palestine et les nouveaux médias » a eu lieu à Melbourne, en Australie, au Centre de conférence Telstra le jeudi 31 mars 2016. Les conférenciers Ali Abunimah et Ramzy Baroud (par la vidéo dont la transcription peut être lue plus bas) y sont intervenus.

Bonjour à tous, je m’appelle Ramzy Baroud. Je suis un auteur et journaliste palestinien. Je suis né et j’ai grandi dans la Bande de Gaza. Je suis né dans le camp de réfugiés de Nuseirat. C’est le plus grand en superficie de la Bande de Gaza et le second en termes de population après le camp de réfugiés de Jabalia Les habitants de Nuseirat viennent de villages qui furent dépeuplés en 1948 après l’attaque, la guerre et le nettoyage ethnique de la Palestine il y a 68 ans. La plupart des villageois qui vivaient dans le sud de la Palestine furent soit expulsés, soit ont réussi à s’enfuir et à se réfugier à Gaza. Voilà d’où viennent la plupart des réfugiés.

En 1948, il y avait environ 200 000 réfugiés dans la Bande de Gaza, aujourd’hui la population est d’environ 1,8 millions, dont la grande majorité sont des réfugiés et leurs descendants. Il y a bien sûr des camps de réfugiés en Cisjordanie, au Liban, en Syrie et à travers tout le Moyen-Orient. Leur histoire est celle que nous, Palestiniens avons tous en commun. Nous, les Palestiniens somment unis par de nombreux aspects de notre vie, par la culture, par l’histoire, par le sang, par tant d’autres aspects, mais nous sommes aussi unis par notre histoire originelle, par ce que nous appelons notre …. (en arabe) notre souffrance, notre douleur, ce qui nous est arrivé en 1948. La Palestine a été ethniquement nettoyée et une nation totalement différente est venue d’Europe et d’autres parties du monde, et s’est emparée de notre patrie. Et pendant 68 ans le Moyen-Orient n’a pas connu de réelle stabilité à cause de ce péché originel, auquel personne n’a jamais essayé de remédier, pas de façon juste du moins.

C’est comme une plaie purulente, qui a non seulement favorisé l’instabilité et les conflits et la guerre sur la terre de Palestine mais aussi au Moyen-Orient dans son ensemble, je doute qu’il y ait un seul conflit au Moyen-Orient qui ne soit d’une manière ou d’une autre lié à la Palestine. Et bien sûr,

Israël est impliqué dans la plupart de ces conflits, Israël a envahi pas seulement la Palestine, et l’a nettoyée de ses habitants, mais a aussi envahi le Liban, envahi l’Égypte, occupé le Sinaï, envahi la Syrie, occupé le Golan, envahi la Jordanie et ainsi de suite.

 C’est un pays qui a été crée par la guerre, et le nettoyage ethnique et le sang, depuis lors il s’est juré de devenir cette nation guerrière, il s’est convaincue qu’il était intrinsèquement incapable de vivre en paix avec ses voisins.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a répété cette fausse analogie, très récemment vraiment, en février plutôt, lorsqu’il a décrit Israël comme une villa dans la jungle, Ehud Barak a utilisé ce terme, d’autres l’ont utilisé, nous sommes une villa dans la jungle, Israël est ce paradis, qu’ils doivent construire des clôtures, des murs, dont ils doivent s’entourer à cause des bêtes sauvages. Vous savez, la terminologie israélienne est extrêmement, extrêmement avilissante pour ses voisins. Les Palestiniens sont des cafards, sont des bêtes, et tout ceci remonte à la fondation d’Israël. Cette terminologie n‘est pas nouvelle, elle n’est pas liée aux attentats suicides, elle n’est pas liée aux roquettes tirées de Gaza, à rien de tout ça. Leur perception, qu’ils ont apportée avec eux d’Europe est vraiment plutôt fasciste et raciste depuis le tout, tout début.

C’est la même mentalité raciste et fasciste qui a fondamentalement inspiré le discours de dirigeants israéliens précédents, Golda Meir, par exemple, quand elle nia l’existence des Palestiniens, « non pas que nous soyons venus et ayons pris le pays de quelqu’un d’autre, » a-t-elle dit, « les Palestiniens n’existaient pas ». Ce postulat, vous savez, que les Palestiniens n’existent pas, a été répété et l’a encore été récemment, en fait dans les débats des primaires américaines, et ce n’est pas qu’ils ne reconnaissent pas que nous existons en tant qu’individus, que Ramzy Baroud n’est pas qui il dit être, ils ne nous voient pas tous comme constituant un peuple, une nation, nous avons été inventés, comme cela a été dit parfois, que nous sommes cette nation fabriquée, nous sommes des bédouins, des nomades, et ainsi de suite. Cela a contribué au processus de déshumanisation. Continuer la lecture

Au colloque « Les nouveaux terrains de l’antisémitisme » organisé par le Musée d’art et d’histoire du judaïsme et la Bibliothèque nationale de France en mars 2016, le journaliste sioniste Frédéric Haziza a poursuivi son opération de manipulation de l’opinion concernant Alain Soral et Dieudonné, toujours avec le même objectif cousu de fil blanc (et bleu) : associer la critique d’Israël et des élites juives françaises au salafisme égorgeur et à l’antisémitisme. Rappelons que la BnF est une institution sous tutelle du ministère de la Culture et que Haziza officie sur le service public via La Chaîne parlementaire. Une conférence parrainée par les pouvoirs publics donc, dont on se demande s’ils ne vont pas très prochainement, galvanisés par le petit dictateur Valls, pénaliser purement et simplement l’antisionisme pour achever la prise de contrôle de la France par une puissance étrangère…

L’imbroglio du Moyen-Orient devient de plus en plus lisible si on le regarde avec l’œil des israélo-américains.  Les deux pays Israël et États-Unis jouent là-bas un jeu où chacun se cache derrière l’autre mais opère pour le même but. La création de Daech par les USA ne fait plus de doute pour tous ceux qui se renseignent, certaines personnalités américaines ayant eux-mêmes révélées le pot aux roses. L’entrainement en Jordanie et l’armement de ce terrorisme est avéré. Le bombardement de Daesh par les américains est fait parcimonieusement et souvent après avoir averti par tract de l’imminence d’une attaque. C’est ainsi que Ramadi est tombé sans coût férir, Daesh prévenu était parti. Le commandement a été de plus récupéré en hélicoptère pour une destination… inconnue. Le fait que l’EI s’implante en Libye n’est pas étranger à tout cela. Il ne faut pas s’étonner que Daesh dispose d’un armement moderne et lourd tout d’un coup et nargue pendant quatre ans une coalition des plus grandes armées du monde. Sans l’aval et l’aide de la plus puissante armée du monde, ceci ne pouvait pas se produire. Israël est partie prenante de ce conflit et a tissé des liens avec l’Arabie Saoudite pourvoyeuse de fonds. Ses avions attaquent les positions syriennes dans le Golan.  Il pactise avec le sunnisme, récupère et soigne les blessés de Daesh. Sa stratégie est toujours orientée contre l’Iran mais il apparaît qu’il participe à une autre action de grande envergure contre l’Europe.

Des déclarations de certains rabbins sont révélatrices du fait que Daesh travaille pour Israël. Le flux migratoire et l’exportation du djihadisme sur l’Europe sert les intérêts d’Israël et plus précisément les tenants du Nouvel Ordre Mondial, largement influencé par les grands banquiers et lobbies juifs-américains. Le voile se déchire pour ceux qui veulent bien observer sans se laisser influencer par les médias occidentaux « mainstream ».

Les propos de Valls, lors de la commémoration de la mort d’Yitzhak Rabin, sont d’ailleurs révélateurs : « La France et Israël sont deux nations sœurs ». Mais qu’est-ce qui nous rapproche tant ? Quand Valls parle d’antisémitisme à ce propos, alors que Y. Rabin a été assassiné par un juif extrémiste, il détourne sciemment la vérité. On sait les liens étroits de Valls avec le CRIF. Il s’agit d’une offensive des politiques français et de leurs laquais pour criminaliser l’antisionisme par association avec l’antisémitisme afin de cacher les actions sionistes inavouables comme le révèlent les déclarations ahurissantes de plusieurs rabbins qui vous expliquent dans le détail le plan kabbaliste de domination mondiale. Le fait que ces déclarations deviennent publiques montrent que leurs actions sont en cours et qu’ils n’ont plus peur des conséquences. Ils se permettent même de dire que la situation géopolitique actuelle coïncide parfaitement avec leurs prophéties, même s’ils se sont trompés une bonne trentaine de fois, en ayant annoncé l’arrivée du Machiah, le Messie des juifs.

Les peuples, et en particulier le nôtre, sont abêtis par 50 ans d’abrutissement scolaire ainsi que par l’arme de destruction télévisuelle. La puissance de ceux qui contrôlent le monde est telle et notre ignorance de leurs actions est si grande que le complot mondial pour une ère nouvelle aux contours dessinés par eux peut se dérouler en toute impunité. Si vous regardez le monde à travers ce prisme, vous prendrez conscience de ce qui se passe réellement et dont on ne vous parle jamais. Tous les grands évènements planétaires sont influencés et orientés vers une nouvelle vision du monde par une oligarchie dont la puissance n’a jamais atteint un tel niveau dans l’histoire du monde. Sa puissance financière et militaire, met la guerre et la science à ses ordres. Cette dernière lui permet même de façonner les hommes, de les détruire, de les transformer, de les rendre dépendants, amorphes, téléguidés. Nous en reparlerons prochainement. 

Deux nations veulent contrôler le monde

Mais en réalité elles n’en font qu’une 

Dans le même but ! 

Claude Trouvé 

Coordination MPF du Languedoc-Roussillon

Avant de quitter Moscou le 14 Février 2016, le ministre iranien de la Défense a donné une interview diffusée sur TV2 IRIB, dans laquelle il dit que l’Iran a l’intention d’obtenir la licence pour la fabrication en Iran de nouveaux types d’armes. Il a mentionné les avions russes Sukhoi Su-30 SM. Le Su-30 et le Su-35 sont les fleurons de la haute technologie russe dans le domaine des avions multi-rôle de génération 4 ++. Le Su-30 a été produit à plus de 700 exemplaires pour les forces aériennes de la Russie, l’Algérie, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, l’Ouganda, le Vietnam, le Venezuela et le Kazakhstan. Continuer la lecture

Des soldats israéliens ont tiré sur l’adolescente palestinienne Yasmin Rashid al-Zarou, puis ont empêché que quiconque ne s’en approche alors qu’elle gisait au sol, se vidant de son sang. Une vidéo dévoile la scène macabre.

Les images sont bouleversantes. Yasmin Rashid al-Zarou, une adolescente palestinienne de 14 ans, franchissait un check-point de l’armée israélienne à Hebron, non loin de la Mosquée d’Abraham, ce dimanche 14 février. Les soldats ont tiré sur la jeune fille et l’ont laissée au sol, grièvement blessée. Sur la vidéo, on peut voir le sang couleur et la jeune rester immobile.

Des dizaines de personnes tentent de s’approcher pour l’aider, mais les soldats les repoussent en les visant avec leurs armes et en les menaçant. Les gens crient, désespérés, en voyant Yasmin à quelques mètres de là, à l’agonie. Une personne en fauteuil roulant tente de rejoindre l’endroit où se trouve la jeune fille, mais un soldat lui donne des coups de pieds et le renverse brutalement à terre. Un autre soldat court vers les témoins de cette violente scène meurtrière, en hurlant et en tirant pour les disperser.

L’armée israélienne se défend en prétextant que l’adolescente aurait tenté de poignarder l’un des soldats. Il ne s’agit ni plus ni moins que de la « version officielle » qui a servi à justifier des dizaines de fusillades de rues envers des jeunes, des femmes et des hommes sur les territoires palestiniens. L’Etat d’Israël a ordonné à ses soldats de « tirer pour tuer » face à n’importe quelle menace, et pour eux toute la population palestinienne est considérée comme telle.

Les territoires palestiniens sont plongés dans un état de guerre permanente menée contre la population palestinienne, qui subit au quotidien les fusillades, les détentions illégales et le harcèlement.

Source: Révolution Permanente

Conformément à l’accord conclu en vue d’un règlement pacifique de la guerre civile en Syrie, il a été créé un Groupe international de soutien pour la Syrie (ISSG : International Syria Support Group), qui comprend la Ligue arabe, l’Union Européenne, les Nations Unies et 17 pays, dont les Etats-Unis et la Russie. Le cycle des négociations, qui a pris fin le 29 Janvier 2016 à Genève, n’ayant fait aucun pas en avant, est considéré comme un échec, en raison de l’attitude totalement non constructive de l’Arabie Saoudite, qui ignore la résolution 2254 de l’ONU et continue à soutenir le renversement de Bachar Al Assad par la force [1]. En outre, tous les groupes terroristes composés d’étrangers, armés et soutenus par l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie, qui ont envahi et ruiné la Syrie, veulent être représentés dans la nouvelle formule gouvernementale. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives