En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

identitaire

Venez nombreux soutenir les nationalistes du Nord avec Ferenc Almassy (journaliste hongrois), Pierre Cassen (Riposte Laïque), Roland Hélie (Synthèse nationale), Carl Lang (Parti de la France), Luc Pécharman (Synthèse nationale), Robert Spieler (Rivarol), et autres camarades… le dimanche 24 avril à Nieppe (près de Lille) Rijsel en Flandre française.

Continuer la lecture

Les téléspectateurs de TVLibertés connaissent bien Jean-Yves Le Gallou qui anime, chaque semaine, la très suivie émission de réinformation : I-Media. Ce qu’ils savent peut être moins, c’est qu’il est l’auteur de nombreux essais sur l’immigration et la préférence nationale.
Spécialiste reconnu des questions migratoires, Jean-Yves Le Gallou vient de publier un ouvrage dense et référencé intitulé : « Immigration, la catastrophe, que faire ? » . En plus de 500 pages, l’auteur fournit un travail irréfutable sur un sujet qui suscite systématiquement polémiques et contre-vérités. Fort de son expérience politique mais aussi administrative en qualité de haut fonctionnaire, l’auteur affirme que la France a besoin d’une grande loi de rétablissement identitaire et préconise la mise en place d’une véritable préférence de civilisation.

http://www.tvlibertes.com/

Continuer la lecture

Bonjour,

Nous nous définissons comme étant apolitiques dans le contexte actuel de la conception de la politique, ce qui ne nous empêche pas d’être vigilants et proches du point de rupture quant au respect de la légalité républicaine. Nous sommes un certain nombre à penser qu’il est désormais temps, face à une menace qui qui monte en puissance, et ne se cache pratiquement plus, de revendiquer haut et fort nos racines.

Nous avons choisi d’afficher publiquement notre dégout et notre refus d’une politique collaborationniste française qui relève de la haute-trahison. Les coupables : tous les gouvernements, de droite, comme de gauche, qui se sont succédé depuis trois décennies. De Giscard d’Estaing, initiateur du regroupement familial en 1974, au personnage doté d’un charisme redoutable que chacun aura reconnu, et qui, actuellement, est censé être chef de l’état Français.

Nous avons choisi d’afficher notre résolution par le biais d’un symbole historique explicite, et le proposons à tous ceux qui, comme nous, refusent de subir le joug de la tyrannie étatique, de se couper de leurs racines, et de se suicider culturellement pour faire place à l’invasion imposée au nom du sacro-saint dogme du « vivre-ensemble ».

Rendez-vous sur le lien suivant : www.resistancecitoyenne.com

Peut être vous serait-il possible d’insérer ce lien sur votre site ?

Amicalement.

Résistance Citoyenne

Le vendredi 28 mai 2010 les responsables de la « Maison Flamande » ( Vlaams Huis ) à Lille et du « Local » à Paris se sont rencontrés pour échanger leurs expériences et leurs objectifs.

Cet échange franc et amical a révélé que ces deux espaces autonomes, populaires et enracinés produisent un travail et ont des objectifs similaires. De plus, ces lieus culturels, nos associations, s’animent comme autant de bases d’actions pour défendre l’âme et les intérêts de notre peuple. Une défense qui concrètement ne se conçoit que par le peuple est pour le peuple !

Tout naturellement, ces constats nous ont amené a envisager une unité d’action dans le respect de nos spécificités.

Nos deux initiatives populaires isolées et spontanées se sont reconnues retrouvées et unies dans des temps difficiles ou beaucoup, hommes comme organisations, se sentent seuls face à un système économique et politique déshumanisé; Mais, enfin, ce 28 mai 2010, nous pouvons dire que nous sommes deux !

LE LOCAL & le VLAAMS HUIS

Par Bruno Gollnisch,
Vice-président exécutif du Front National chargé des relations internationales

La Belgique est menacée d’implosion par la montée grandissante des tensions entre flamands et wallons. Une crise identitaire qui s’est accélérée ces derniers mois autour de la question des droits linguistiques des francophones et qui s’est matérialisée par la démission du gouvernement d’Yves Leterme. Nous relevions le 23 avril dernier que la menace que fait peser sur la cohésion et l’identité du royaume de Belgique l’immigration de peuplement arabo-musulmane nous apparaissait autrement plus inquiétante. Dans ce contexte, il est à relever que la Belgique est devenu hier le premier État européen a voté l’interdiction totale du voile intégral dans tout l’espace public, et ce, par un vote à l’unanimité de la Chambre des représentants.

En France, nous l’évoquions encore hier sur ce blog, le principe même d’une loi d’interdiction du port du voile intégral, y compris dans le rue, est contestée par le Conseil d’Etat qui a évoqué dans son rapport sur cette question remis à François Fillon le 30 mars, les risques constitutionnels posés par une prohibition générale de la burqa. Michel Janva, sur le site Le salon beige relève à cette occasion, la déclaration du porte-parole adjoint de l’UMP, Dominique Paillé, qui a affirmé que « le Conseil d’Etat ne détient pas la vérité. La vérité c’est le peuple français qui l’a ». Mais comme le souligne M. Janva « quand le peuple vote non au traité constitutionnel européen, il n’a plus la vérité. Allez comprendre ».
Que faut-il comprendre également de la montée au créneau d’un « pilier » de l’UMP en PACA, membre du groupe d’amitié parlementaire France-Israël, le député et vice-président du Conseil Général des Alpes-Maritimes Lionnel Luca contre le film algérien « Hors-la-loi » ? Ce film réalisé par Rachid Bouchareb est en compétition au Festival de Cannes qui se déroulera du 12 au 23 mai. Cette suite d’ « Indigènes » qui avait déjà beaucoup heurté les Pieds-Noirs, expose « l’histoire de trois frères, « survivants des massacres de Sétif de mai 1945 engagés pour l’indépendance de l’Algérie ». Un film à charge, «anti-Français» estime justement M. Luca qui, rapporte Le Figaro, « a saisi le secrétaire d’Etat à la Défense, Hubert Falco, pour avoir un avis du Service historique du ministère de la Défense» (SHD). SHD qui a établi que « le scénario est parsemé d’erreurs et d’anachronismes » et « d’invraisemblances parfois grossières ».

Ce député UMP s’insurge également à bon droit du fait que ce brûlot ait été financé à hauteur de 100 000 euros par fonds de soutien à la production d’œuvres cinématographiques de la région Paca, « le fait que la France subventionne Hors-la-loi par des aides publiques, à hauteur de 7% du budget du film ». Lionnel Luca a donc choisi de mêler sa voix à celle du comité intitulé «Pour la vérité historique – Cannes 2010», qui a promis de venir à Cannes pour clamer son indignation. Nos compatriotes commencent à en avoir assez d’être obligé de mettre la main à la poche pour ceux qui les insultent.

Ce n’est pas la première fois que Lionel Luca embraye sur des positions qui sont celles du FN, comme lorsqu’il avait suivi Jean-Marie Le Pen qui s’était indigné de l’hospitalisation du président algérien Bouteflika en France juste après ses déclarations haineuses contre notre pays en 2005. Campant sur des positions qui sont généralement celles de la « droite de conviction », les propos de M. Luca, certainement sincères, se heurtent cependant à l’idéologie officielle véhiculée et mise en pratique par le parti auquel il appartient, le plus souvent à l’opposé des valeurs patriotiques. Pour une déclaration de Lionel Luca allant dans le bon sens, combien de mauvaises actions de Valérie Pécresse, de Roselyne Bachelot, de Xavier Bertrand, d’Eric Besson et… de Nicolas Sarkzozy ?

Communiqué du Projet Apache

Invité ce vendredi 16 avril par l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC, Marcel Campion, organisateur et responsable de la Foire du Trône, a évoqué une « chasse aux blancs » en réaction aux énièmes ratonnades anti-blancs ayant émaillé la célèbre fête foraine parisienne de la Porte Dorée.

Brisant courageusement le tabou imposé par les autorités et les média, qui se bornent à parler « d’incidents » impliquant des bandes de « jeunes », Marcel Campion jette un véritable pavé dans la marre du politiquement correct en évoquant le caractère indéniablement raciste de ces agressions.

Comme ils l’avaient fait suite à la dernière Techno-Parade, qui s’était terminée en pogrom anti-blanc Place de la Bastille, les jeunes identitaires parisiens du Projet-Apache appellent tous les témoins et victimes de ces agressions racistes à entrer en contact avec eux au plus vite. Espérant que le recueil de ces témoignages permettra d’obtenir, enfin, une réaction claire et honnête des pouvoirs publics face à cette situation, le Projet-Apache exprime tout son soutien aux nouvelles victimes des violences quotidiennes des bandes multi-ethniques qui pourrissent, un par un, les événements populaires parisiens. Et ce, sans que ni les autorités ni les officines soi-disant antiracistes ne daignent réagir.

Les 25 et 26 avril, les jeunes identitaires parisiens et franciliens du Projet Apache se réunissaient pour un week-end de cohésion à la campagne.

Au programme : formations militantes, sport, visites culturelles, intégration de nouveaux membres et, bien sûr, camaraderie festive.
La première demi-journée fut consacrée à des ateliers pratiques décrivant les différentes méthodes d’agit-prop utilisées par les Apaches, puis à une présentation plus générale de la pensée identitaire et de ses positionnements sur les grandes questions politiques, économiques et sociales.
Après un roboratif repas, les Apaches se rendirent sur un site archéologique gallo-romain, occasion d’évoquer le patrimoine culturel et historique de la région. A proximité de ces vestiges de notre plus longue mémoire, une enrichissante discussion s’ouvrit alors avec les nouveaux arrivants au Projet Apache autour d’un approfondissement des thématiques identitaires réunies dans la FAQ.

Prendre contact avec le Projet Apache

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives