En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Hollande

Jamais sans doute un Président et son gouvernement n’avaient, sous la Vème République, fini en pareille capilotade.

Jamais, sans doute, un Président et son gouvernement n’avaient, sous la VeRépublique, fini en pareille capilotade. Certes, les sondages remontent pour François Hollande, tant les Français sont heureux de le voir partir, mais quelle que soit l’habileté des thuriféraires des fausses gloires de la gauche qui encombrent notre Histoire, on aura du mal à faire passer une retraite contrainte et honteuse pour un geste magnanime de sacrifice à l’intérêt supérieur de la patrie.

De même, l’air placide, l’habit bourgeois et la parole mesurée de Cazeneuve rassurent, mais de manière trompeuse. Voilà le calme gestionnaire de la chienlit qui a proliféré sous le prétendu état d’urgence, le ministre de l’Intérieur qui a mobilisé contre lui les policiers ulcérés de ne plus pouvoir défendre leur propre vie contre des criminels que, placide, il nommait des « sauvageons », le comptable compatissant des centaines de morts victimes du terrorisme imprévu et impuni, le voilà donc enfin qui, en raison de son « sérieux », remplace le tumultueux Valls à Matignon.  Continuer la lecture

Il a fallu se rendre à l’évidence. Avec une telle impopularité, le seul choix était se barrer ou se barrer.

Il ne se représentera pas. Un président qui ne brigue pas un second mandat, cela ne s’était jamais vu sous la Vème république.

Il a fallu se rendre à l’évidence. Avec une telle impopularité, le seul choix était se barrer ou se barrer. Tel Paul Deschanel en pyjama, un peu hagard, ne sachant trop où il habite, il descend donc du train dans lequel il n’aurait jamais dû monter. La vérité est qu’il a été élu sur deux malentendus, qui ont nom Sarko et Nafissatou Dialo. La deuxième a évincé le favori, le premier a fédéré contre lui. Les Français détestant leur hyper-président charismatique et bling-bling, ont cru un instant aimer cette promesse d’hypo-président, discret, mal fagoté, mélange de Bouvard et Pécuchet.

L’illusion est vite passée. 

François Hollande, dans ce costume trop grand pour lui, a traversé son quinquennat avec, sur les lèvres, l’éternel sourire béat de celui qui a gagné au loto et qui n’y croit toujours pas.  Continuer la lecture

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour «compromission de la défense nationale» suite à la publication par le journal Le Monde de documents classifiés obtenus par les journalistes du quotidien.

C’est le député Eric Ciotti (LR) qui a saisi le 7 novembre le procureur. Le parquet a saisi le ministère de la Défense afin de déterminer si le document incriminé est classifié «secret défense».

Intitulé «Le jour où… Obama a laissé tomber Hollande», l’article publié le 24 août 2016, est signé par Fabrice Lhomme et Gérard Davet, les journalistes auteurs du livre Un président ne devrait pas dire ça… (Stock), réalisé sur base des entretiens et confidences obtenus de la bouche même de François Hollande qu’ils ont rencontré à soixante reprises entre avril 2012 et juillet 2016. Continuer la lecture

L’état d’urgence a beau avoir été décrété par le chef de l’État arborant, pour l’occasion, l’air martial des généraux avant le combat, il n’en demeure pas moins que sa responsabilité – tout comme celle du gouvernement qui, les institutions n’eussent été aussi gravement corrompues, devrait, a minima, lui proposer la démission dans son entier – est directement et sérieusement engagée.

L’on apprend ainsi qu’une des bombes humaines du Bataclan, un dénommé Samy Amimour, revenait de Syrie après avoir quitté la France – et y être revenu pour commettre son irréparable forfait – tandis qu’il était normalement placé sous contrôle judiciaire ! Bien que connu de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui l’avait auditionné en octobre 2012, l’individu, malgré une mise en examen pour association de malfaiteurs terroristes et un contrôle judiciaire, se baladait néanmoins tranquillement dehors. Inouï ! Continuer la lecture

Si le lecteur n’apparaît pas, cliquer ici pour visionner la vidéo

Interrogé ce vendredi sur France Info, le philosophe Bernard-Henri Lévy a dit espérer un second mandat de François Hollande. Selon lui, il a été « un bon président ».

Alors qu’une large majorité de Français jugent sévèrement le bilan de François Hollande, le philosophe Bernard-Henri Lévy apporte son soutien au chef de l’État. Invité ce vendredi sur France Info, il a indiqué qu’il voterait pour lui s’il se représente. « Je trouve que François Hollande a été un bon président », a déclaré le philosophe. Sur le plan international, il a même été « un très bon président, tout à fait formidable » selon BHL, qui salue sa gestion des conflits au Mali, en Centrafrique ou encore en Ukraine.

S’il réserve sa voix à François Hollande, dans l’hypothèse où il se représente, il regarde aussi avec intérêt Emmanuel Macron. « Ce que j’ai lu dans l’Obs (présentation de ses premières mesures, ndlr) cette semaine me semble assez convaincant », assure l’intellectuel.

A l’inverse, BHL critiquéele favori de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé. Pour lui, il a été « un très mauvais Premier ministre » et « un effroyable ministre des Affaires étrangères » lors de son premier passage au Quai d’Orsay entre 1993 et 1995. Il a rappelé s’être opposé à lui sur la guerre en Bosnie-Herzégovine et celle du Rwanda. « Ce sont deux évènements majeurs où la France s’est mal conduite », a-t-il indiqué.

Source: LCI

Nicolas Sarkozy voterait François Hollande plutôt que Marine Le Pen

Le front « républicain » est de retour…Après avoir prôné le ni-ni et rompant ainsi avec les années Chirac/Juppé, Nicolas Sarkozy retourne une fois de plus sa veste avec ses déclaration ce matin sur RMC :

Nicolas SarkozyJe ne voterai pas pour le FN

Jean-Jacques Bourdin : Donc vous voterez pour M.Hollande ?

Nicolas Sarkozy Je ne le ferai pas de gaieté de cœur

Continuer la lecture

La trêve humanitaire est entrée en vigueur ce matin à Alep. Le président russe Vladimir Poutine a évoqué la position de Moscou sur ce dossier avec Angela Merkel et François Hollande.

Mardi 18 octobre, les forces aériennes russes et syriennes ont suspendu leurs frappes à Alep, en Syrie, soit avant la date prévue, pour assurer la préparation d’une pause humanitaire.

Le cessez-le-feu à Alep a débuté ce matin à 08h00 (05h00 GMT). Cette mesure visa à donner la possibilité à la population civile ainsi qu’aux rebelles de quitter la région en proie au terrorisme. Hier, le dirigeant russe a rencontré à Berlin son homologue français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel. M. Poutine a notamment déclaré que son pays était prêt à maintenir le cessez-le-feu à Alep en Syrie aussi longtemps que nécessaire. Continuer la lecture

Au lendemain de l’annulation par Moscou d’une rencontre prévue à Paris entre François Hollande et Vladimir Poutine, le président russe a expliqué chronologiquement ce qui n’avait pas fonctionné dans les relations diplomatique entre les deux pays.

Au lendemain de l’annulation par Moscou d’une rencontre prévue à Paris entre François Hollande et Vladimir Poutine, le président russe a expliqué chronologiquement ce qui n’avait pas fonctionné dans les relations diplomatique entre les deux pays.

la chaîne YouTube de RT France : https://www.youtube.com/user/rtenfran…

RT en français : http://francais.rt.com/
Facebook : https://www.facebook.com/RTFrance
Twitter : https://twitter.com/rtenfrancais
Google+ : https://plus.google.com/1043966433679…

Le vote récent des Anglais, qui ont choisi d’abandonner le « bonheur européen » pour un avenir incertain, a donné lieu à un déferlement de mensonges et un tsunami de propagande orchestrés par les eurocrates de Bruxelles. Il faut donc leur rafraîchir la mémoire.

NON, l’Europe n’a pas connu la paix depuis 60 ans !

Effectivement les Allemands n’ont plus subi les vagues de bombardements nuit et jour sur leurs villes. Nantes, Caen, Le Havre, Boulogne Billancourt, Anvers ou Bruxelles n’ont pas reçu de pluies de bombes américaines. On n’a pas découvert de nouveaux camps d’internement comme ceux du Struthof ou de Breendonk (près d’Anvers), mais la « jungle » de Calais concentre quand même toute la misère du monde…

Si nos arrières grands-parents ou grands-parents espéraient que la guerre de 14-18 serait la « der des ders », c’est avec stupéfaction qu’ils avaient appris que le 3 septembre 1939, la France et l’Angleterre déclaraient la guerre à l’Allemagne.

Mais c’est avec joie qu’ils ont accueilli successivement les traités européens de la CECA le 18/4/1951 au traité de Lisbonne le 13/12/2007, un empilage de dizaines de milliers de pages dont le fondement essentiel était « d’éviter une nouvelle guerre ». Les euro-mondialistes nous ont répété en permanence que plus d’Europe, encore plus d’Europe et toujours plus d’Europe aboutirait in fine à un espace « européen » ou à une « Union Européenne » idyllique et quasi comparable au Paradis.

Une mémoire de choix. 

Les obsédés du totalitarisme mou de la Pensée Unique ont martelé le mythe de la Nouvelle Religion droits-de-l’hommiste, du prêt à penser, de la société multiculturelle et pluriethnique, du métissage à tous les étages et plus récemment du « Padamalgam » et du « Vivr’ensemble ». Tout ce fatras de préjugés dogmatiques était destiné à anesthésier le bon-sens et la réflexion des populations jeunes et moins jeunes.

Plus grave : en occultant la vérité et en niant la réalité, les gouvernements successifs, de la droite comme de la gôche se sont réfugiés dans le déni et les mensonges, causes essentielles de la fuite des électeurs trompés par les partis traditionnels au Pouvoir depuis 71 ans.

Si l’Europe n’a plus connu de « grande guerre », elle n’a pas non plus été un havre de paix, contrairement à ce que nous font croire les politiciens et les médias à leurs ordres qui passent sous silence les tueries, les massacres et les attentats depuis mai 1945.

Février 1948 : « Coup de Prague » qui permet aux communistes de s’emparer de la Tchécoslovaquie.

Octobre 1956 : Insurrection de Budapest matée par les chars soviétiques.

Août 1968 : « Printemps de Prague » avorté par les troupes du Pacte de Varsovie.

En 1974, Bulen Ecevit envoie l’armée turque envahir le nord de Chypre, qu’elle occupe toujours.

De 1988 à 2000 : guerre dans l’ex-Yougoslavie avec frappes aériennes de l’OTAN en 1999.

Amnésie, devoir d’oubli ou déficience mentale ? 

A longueur de discours lénifiants, les Chefs d’Etat et de gouvernements en Europe tentent de nous faire croire que depuis 2015, les attentats seraient une « situation nouvelle » qu’ils assimilent à une « guerre contre les terroristes », éléments perturbateurs de la Pax Europa…Ces dirigeants élus ou nommés à de hautes fonctions seraient bien inspirés à se replonger dans l’histoire contemporaine. Partout en Europe les terroristes ont semé l’effroi et répandu le sang ces dernières décennies, durant lesquelles les civils innocents ont payé lourdement.  Continuer la lecture

Les coups fourrés de François Hollande se nichent toujours au creux des vacances, tandis qu’hors vacances, il a multiplié les cadeaux et pas seulement à son coiffeur. Et il faut bien trouver l’argent quelque part pour régler les factures. Alors le pouvoir socialiste va encore tirer sur sa vache à lait favorite que sont les propriétaires. Alors que les impôts fonciers ont augmenté de 16,5% en moyenne sur les 5 dernières années,  il faudra encore ajouter 0,2 % de la taxe d’habitation et / ou de la taxe foncière, ou peut-être plus. La mesure va figurer dans le projet de loi de finances de 2017. 

Une mesure qui, une fois encore, frappera les forces vives du pays, celles qui épargnent, qui travaillent et qui investissent et qui produisent. Continuer la lecture

Éric Zemmour : « l’État d’Urgence avec Hollande, c’est comme s’il n’y avait pas d’État d’Urgence, les manifestations, les grèves, les violences, les attentats, tout est comme avant l’État d’Urgence, c’est le mot qui change ».

Source: rtl


Au sommaire de cet entretien :

- le massacre d’Orlando ;
- les préfectures recenseront les citoyens français « armés »
- la nécessité d’un remaniement du système sécuritaire ;
- l’Euro 2016 et l’état d’urgence ;
- les rixes entre supporters ;
- loi Travail : le laxisme étrange à l’égard des casseurs ;
- une étudiante rennaise poignardée ;
- Jean-Luc Mélenchon et François Hollande ;
- la Turquie et l’Union européenne ;
- les sanctions contre la Russie ;
- les 24 Heures du Mans ;
- hommage aux policiers tués à Magnanville.

Français, dans la rue ! Hommage aux policiers assassinés ! Dehors ce gouvernement !

Communiqué de Résistance républicaine et de Riposte Laïque

Deux policiers assassinés par un islamiste fiché ! Démission du gouvernement ! Français, descendons dans la rue !

Un couple de policiers a été tué, à Magnanville en son domicile, devant leur enfant de trois ans, par un musulman fiché pour terrorisme, que l’Etat socialiste avait laissé en liberté comme des dizaines de milliers d’autres.

Cet assassinat, perpétué quelques heures après la tuerie d’Orlando, quelques semaines après le massacre de Bruxelles, quelques mois après la boucherie du Bataclan, et un an et demi après les attentats de Charlie Hebdo, confirment que le monde occidental subit une guerre barbare, celle que lui mène l’islam, sur son propre territoire.

Dans notre pays, la France, depuis le 7 janvier 2015, notre gouvernement n’a pris aucune mesure efficace pour protéger nos compatriotes. Il a, au contraire, multiplié les actes d’allégeance en direction de la religion des assassins. Il n’a fermé aucune mosquée, n’a expulsé aucun apologiste du jihad, n’a pris aucune mesure contre le prosélytisme d’un dogme qui, par la construction de mosquées, la profusion des voiles et des boucheries halal, marque de plus en plus agressivement notre pays.

Continuer la lecture

Aristide Briand, qui fut entre les deux guerres mondiales 23 fois ministre, dont 16 fois ministre des Affaires étrangères, et 10 fois président du conseil, était un député socialiste. Il fut même secrétaire général du parti. Il était de nature très optimiste et répétait à l’envi à son conseiller, le diplomate Philippe Berthelot : « Ne vous en faites pas, Berthelot, les choses s’arrangent toujours. » Et Berthelot de lui répondre : « Oui, Monsieur le Président, les choses s’arrangent toujours, mais, généralement, elles s’arrangent mal… » Ainsi est-on arrivé dans l’optimisme à juin 1940 !

Aujourd’hui, on entend le même refrain : « La France va mieux », déclare un Président de la République socialiste qui, lui aussi, fut pendant 9 ans Premier secrétaire du PS. « ça va vraiment mieux », comme en atteste sa mine rose, réjouie et reposée.

Hélas, il s’agit là d’un slogan à mille lieues de la réalité. La France ne va pas mieux. Elle va de plus en plus mal, survivant dans un complet désordre.

À la suite d’une loi dite « El Khomri », du nom de l’actuel ministre du Travail d’origine maghrébine, une loi dont personne ne veut, ni les employés, ni les employeurs, tout est bloqué par une grève qui s’étend peu à peu, imposant aux Français gêne, souci, chômage et parfois sabotages, avec d’interminables débats au parlement, d’autant plus longs que cette loi est compliquée, comme l’est le code du travail de plus de 3 500 pages (l’un des quelque 80 codes qui gèrent, dans une opacité stupéfiante, la vie quotidienne des Français). À cela s’ajoutent les milliards d’euros perdus dans une chienlit générale qui affecte gravement toute l’économie.
Continuer la lecture

Le gouvernement français veut poursuivre en justice ceux qui tiennent des propos « conspirationnistes », c’est-à-dire, en résumé, ceux qui ne se plient pas intégralement à la doxa officielle édictée par l’UEJF ou le CRIF. À force de tirer sur la corde, le pouvoir la fera-t-il céder ? C’est l’opinion de Boris Le Lay, youtubeur breton récemment condamné à deux ans de prison ferme (!) pour opinions non-conformes :

Source: E&R

On ne sait pour le moment qui a commandité les attentats de Paris et de Bruxelles. Plusieurs pistes ont été énoncées. Cependant, seule l’hypothèse d’une opération décidée par la Turquie est aujourd’hui étayée. Thierry Meyssan relate le conflit secret qui hante les relations entre l’Union européenne, la France et la Turquie depuis cinq ans.

Il est trop tôt pour désigner avec certitude le commanditaire des attentats qui ont frappé Paris, le 13 novembre 2015, et Bruxelles, le 22 mars 2016. Cependant, pour le moment, seuls les éléments que nous allons exposer en fournissent une explication raisonnable.

Juste après la mort du fondateur de l’islamisme turc, Necmettin Erbakan, et alors que venait de débuter le « printemps arabe », le gouvernement Erdoğan conclut un accord secret avec la France. Selon un diplomate qui a étudié ce document, il fixe les conditions de participation de la Turquie aux guerres contre la Libye (qui venait de commencer) et contre la Syrie (qui allait suivre). La France, représentée par son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, s’engage notamment à régler la « question kurde » sans « porter atteinte à l’intégrité du territoire turc » ; une formule alambiquée pour signifier que l’on créera ailleurs un pseudo-Kurdistan et que l’on y expulsera les membres du PKK. Ce projet de nettoyage ethnique, qui n’est pas nouveau, avait été jusque-là exclusivement évoqué dans la littérature militaire israélienne qui décrivait le nouvel État à cheval sur la Syrie et l’Irak. Continuer la lecture

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives