En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Grèce

1. Macron ou pas Macron, la faillite de la France demeure un risque majeur.
– Que peut faire le candidat des banques et des médias aux ordres de Bruxelles ?
– A la prochaine élection présidentielle pourquoi ne pas élire directement un banquier ?
– Demain Drahi comme Berlusconi ?
– La dette française et la dette grecque, ce qui attend Macron.
– Impressions de Grèce (retour de reportage). Comparaisons avec la France.
– Les départements ne peuvent plus payer le RSA.
– les centres-villes désertés.
– Les statistiques du chômage publiées maintenant tous les trois mois : le coup du thermomètre.
– La France vend ses bijoux de famille, le cas des 5 KM de La baule vendus à Veolia.
– Grèce la trahison de Tsipras, les procédés fascistes de l’extrême gauche !
– L’invasion des migrants par la Grèce, les révélations explosives de Pierre Jovanovic de retour de Grèce.

2. Et toujours la monnaie de singe !
– Soutenir les marchés actions ?
– L’audition de Mario Draghi mis en difficulté par les députés Hollandais. Continuer la lecture

La Grèce s’est mise en faillite toute seule et l’UE n’y est pour rien. Syriza pose la Grèce en victime, alors qu’elle est coupable et Alexis Tsipras ferait bien de ne pas attribuer aux autres les manquements et les défauts des gouvernements successifs et les reconnaître pour se corriger et s’en sortir. Les Grecs (population, oligarques et politicards) sont responsables de ce qui leur arrive en accusant le FMI, la BCE et l’Union Européenne d’ultra-libéralisme et d’une austérité « criminelle »…C’est un peu rapidement oublier que le pays a vécu très largement au-dessus de ses moyens et ce, depuis très longtemps, parce que les différents gouvernements ont mis en place une politique collectiviste et clientéliste, connue des tous les eurocrates, en utilisant des embauches massives de fonctionnaires, des allocations sociales excessives et des fraudes fiscales pour tous et tolérées par tous. A cela, il faut quand même rajouter que pour entrer dans l’UE et faire partie ensuite de la zone euro, la Grèce a truqué ses comptes publics et a essayé de vivre aux crochets de ses partenaires, complices parce que les coquins socialistes se retrouvaient aussi dans les instances de la Commission Européenne et de l’Internationale Socialiste ! Continuer la lecture


Partie 1 : Présentation du livre & corporatisme en Europe.


Partie 2 : Le « système », le social, la Grèce, l’Euro.


Partie 3 : L’Europe/l’EU, parallèle avec l’histoire italienne, la révolution européenne, l’autonomie.


Partie 4 : La souveraineté monétaire, Casapound, Aube Dorée, la convergence gauche/droite, le G.R.E.C.E., Marine Le Pen.

Conférence de mai 2015, par Zenit Belgique.

Marine Le Pen, présidente du Front national, a estimé dimanche que l »Union européenne est « devenue une véritable secte » qui alterne « lavage de cerveau », « menaces » et « chantage ».

Les Européens doivent décider s’ils veulent continuer à vivre dans des démocraties ou s’ils acceptent de vivre dans ce qui apparaît de plus en plus comme une secte, a déclaré dimanche la présidente du Front national Marine Le Pen sur Sud Radio. Continuer la lecture

Ceux qui suivent de près l’actualité en rapport avec la crise grecque vous le diront : de toutes les parties prenantes à cette affaire, celle qui jusqu’à ces derniers jours s’était montrée la plus dure avec les Grecs, c’est Christine Lagarde ; plus dure encore que l’intraitable Wolfgang Schäuble. Il est donc fort surprenant que le FMI – à deux jours d’un référendum crucial non seulement pour la Grèce mais pour l’Union européenne – rende public un rapport interne dont la conclusion rejoint quasiment en tous points la position défendue par Aléxis Tsípras depuis des mois, à savoir que tout nouveau plan de réduction des dépenses publiques devrait être accompagné impérativement d’une nouvelle renégociation sur la dette grecque existante – 30 % d’abandon de créances supplémentaire pour être précis, soit environ 100 milliards d’euros. Le FMI voudrait-il donner un coup de pouce au camp du « non » ? C’est douteux, car il ressort des confidences recueillies par la presse que ce rapport était sur le bureau de Christine Lagarde depuis février dernier au moins et, donc, qu’elle en aurait caché l’existence sous la pression des partenaires européens. Pour l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, en termes d’image, c’est désastreux et, pour le FMI, pas mieux. Continuer la lecture


Nantes : projection-débat "Grèce en Etat de… par ER_Paysdelaloire

E&R Nantes organise le vendredi 31 octobre 2014 à 20h30 une projection du documentaire Grèce en état de choc, suivie d’un débat en compagnie de David Gendreau, réalisateur, et de François Cravic, journaliste. Continuer la lecture

irlande

Michel Déon a fait découvrir et aimer la Grèce à des générations de philhellènes. Livres à la main, nous avons couru et courons encore ces îles magiques qu’il a arpentées inlassablement avant de se retirer en Irlande, « la Grèce du Nord ». À 94 ans, le dernier Hussard, compagnon de Nimier, Blondin et Laurent, n’a rien renié de son « histoire d’amour avec la Grèce » Extraits de l’entretien qu’il nous avait accordé pour Bonjour Athènes.

Un jour, Michel Déon, vous avez quitté le soleil de Spetsai pour les brumes de l’Irlande, vous avez déserté, oui déserté , la Grèce…

D’abord, je n’ai pas « déserté » la Grèce, mais après une dizaine d’années sans guère quitter mon île de Spetsai, j’ai dû, pour mon travail et l’éducation de mes enfants, passer un hiver au Portugal, puis des hivers en Irlande.

Le parfum de ces îles, Spetsai, Patmos, Hydra, leur séduction n’opéraient plus, un peu comme une histoire d’amour qui se terminait ?

C’est vrai que je me suis installé ailleurs sur la pression des changements qui s’opéraient autour du Paleo Limani (vieux port) de Spetsai. Là où nous étions quelques complices à peupler ce cap admirable et, autrefois, désert, sont venus se coller à grands frais et grands bruits de puissantes et vulgaires fortunes sans aucun respect pour les traditions et l’architecture de l’île. (…) Mais je peux vous garantir que, même si je n’y vis plus, la Grèce est en moi et dans mes livres jusqu’à mon dernier souffle. Mes écrits en témoignent avec la même ferveur qu’à la première révélation. Une histoire d’amour qui n’aura pas de fin…

Ici comme ailleurs , le temps de la « splendeur nue » est révolu. Même défigurée, la vie grecque garde-t-elle une partie de sa magie ?

Naturellement, la vie grecque a gardé de sa magie. Il suffit de s’éloigner des centres touristiques, de choisir sa saison (les hivers et les printemps sont sublimes), ses amis et, surtout, d’emporter avec soi quelques livres essentiels qui abolissent les siècles. Et fuir le kitsch, le toc, le préfabriqué, le luxe grossier des nouveaux riches, les moteurs, une triste architecture moderne. Je hurle quand à une question posée en grec on me répond en pidgin anglais…

Les dieux ont quitté la Grèce, Apollon s’est-t-il suicidé ?

Oubliez ça et trouvez dix minutes de silence sur l’Acropole, au cap Sounion, à Patmos, face à un coucher de soleil ou à une aube radieuse. Alors, vraiment oui, les dieux existent encore et nous sommes leurs enfants.

J’ai lu quelque part que « l’âpre Irlande convenait mieux à votre désenchantement stendhalien »…
« L’âpre Irlande » n’a rien à voir avec ce que vous appelez un « désenchantement stendhalien ». C’est un pays assez rude malgré ses fées et ses fantômes qui me tiennent éveillé. J’aime être fouetté par le vent et la pluie, pincé par le froid qui donnent l’illusion d’exister.

Irlande ou Patagonie, il ne reste plus beaucoup de terres sauvages pour les hommes assoiffés de liberté…

En ce qui concerne la liberté, il y a longtemps que j’en ai fait mon affaire personnelle et ne me suis pas trop mal défendu dans ce monde où, chaque jour, on attente je ne dirais pas à notre liberté mais à nos libertés.

Michel Déon dans Boulevard Voltaire

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Athènes, sous l’égide du parti Aube dorée, pour dénoncer les impérialismes américain et turc, ainsi que l’immigration.
La plus grande manifestation nationaliste depuis très longtemps dans ce pays.
Les ignorants qui accusent ce parti d’être antichrétien savoureront les premières images du rassemblement.

source contre-info

Dimanche 6 mai 2012 : avec près de 7%, le parti nationaliste Aube Dorée fait son entrée au parlement grec. Discours à la télévision de Nikólaos Michaloliákos, président du parti Aube Dorée, après sa victoire électorale.

source: Egalité et Réconciliation

Le PS qualifie « l’entrée de l’extrême-droite » dans le gouvernement grec de « choc » . Ce gouvernement formé vendredi allie gauche, droite et extrême-droite.

La rue de Solférino réagit ainsi à la formation vendredi d’un nouveau gouvernement grec, alliant le PASOK (socialistes), la Nouvelle Démocratie (principal parti de droite) et Laos (Alarme populaire, un parti d’extrême-droite) . C’est la première fois depuis la chute de la dictature des colonels en 1974 qu’un représentant de l’extrême-droite fait partie d’un gouvernement grec.

Les socialistes français « se refusent à féliciter le gouvernement grec »

« Nicolas Sarkozy a félicité le gouvernement Papadémos, les socialistes Français s’y refusent. Monsieur Karatzaféris, leader du LAOS, ancien responsable d’un mouvement de jeunesse soutenant les colonels grecs qui installèrent la dictature dans ce pays ne peut en rien aider le peuple grec à sortir de la crise », poursuit le parti socialiste.

Et de conclure : »Voilà où mène l’Europe quand elle tourne le dos aux peuples, en imposant des austérités brutales et aveugles sans donner la possibilité et le temps pour le redressement et en s’immisçant dans le fonctionnement démocratique des Etats-membres. A la crise économique et sociale s’ajoute une crise politique et démocratique. »

« Honte à ceux qui acceptent de siéger avec les descendants des colonels »

Plus brièvement, Julien Dray a ainsi commenté la nouvelle très tôt samedi sur son compte twitter : » Honte à ceux qui acceptent de siéger avec les descendants des colonels grecs dans un gouvernement ».

Alors que les Etats européens, la Banque Centrale européenne et le Fonds monétaire international organisent la fuite en avant et les replâtrages, multiplient les réunions, les déclarations et les plans de « sauvetage » pour repousser l’échéance de la débâcle financière et de la crise systémique, le premier ministre grec, Georges Papandréou vient de lancer un pavé dans la mare en annonçant la tenue d’un référendum.

Aussitôt, la classe gouvernementale européenne hurle à l’irresponsabilité et à la déloyauté internationale. Mais au nom de quels principes ces habituels parangons de vertu démocratique s’opposeraient-ils au droit du peuple grec de s’exprimer directement sur des politiques qui conditionnent aussi lourdement son avenir ?

Ceux qui condamnent le recours au référendum ne voient-ils pas que la Grèce est en état de chaos social, de grèves à répétition, d’émeutes, de généralisation de l’économie parallèle et de fraudes fiscales exponentielles ?

La caste gouvernementale et les technocrates de la BCE qui pensent pouvoir imposer aux peuples des politiques dont ils ne veulent pas sont, eux, les véritables irresponsables.

Un référendum ou des élections anticipées sont mille fois préférables à la révolution rouge, à la guerre civile ou à un coup d’Etat. C’est par les élections ou le référendum que les Grecs doivent pouvoir, s’ils le souhaitent, sanctionner leur propre classe dirigeante et en changer. Le clanisme, le clientélisme, l’étatisme et la démagogie sociale des différents gouvernements sont responsables d’un endettement public colossal qui étouffe aujourd’hui l’économie grecque et la livre à la loi impitoyable des marchés financiers.

Un peuple mendiant n’est pas un peuple libre : cette leçon devrait, d’urgence, être comprise par la classe politique française.
Les Grecs sont malheureusement condamnés, pour des années, aux difficultés économiques et à la souffrance sociale. Dans l’état de délabrement financier où se trouve leur pays, il n’existe aucune solution miracle pour sortir de la crise.

Dans ces conditions, il appartient au seul peuple grec de faire le choix de la moins mauvaise politique afin d’organiser un rétablissement qui sera, dans tous les cas, long et douloureux.
Ce n’est pas la troïka BCE, FMI et Union européenne qui pourra imposer quelque politique d’austérité que ce soit sans le consentement minimum du peuple et encore moins contre sa volonté. Il n’appartient donc qu’au peuple d’Alexandre de trancher ou non le nœud gordien de la crise grecque.

Quant à la France, loin de l’illusion et des mirages d’une sortie rapide et facile de la crise et compte tenu d’un héritage de trente années de gaspillages, de déficits publics, d’immigration ruineuse et de mondialisation prédatrice, il est encore possible, mais urgent, de mettre en œuvre un plan économique et social de sauvegarde nationale et de gestion patriotique de la crise.
Carl Lang


Le gouvernement grecque veut acheter 400 chars Abrams M1A1 aux Etats-Unis. Le coût sera de centaines de millions d’euros.

C’est ce qu’écrit l’organe de presse spécialisé Hellenic Defense & Technology, rapporte RTL. Les coûts précis ne sont pas connus, mais un char devrait coûter 3,2 millions d’euros. Le gouvernement américain devrait bientôt donner son accord.

L’accord est incroyable vu que la Grèce se trouve au bord de la faillite et doit fortement économiser. Le peuple grec descend mercredi dans la rue afin de protester contre les plans du gouvernement.

De qui se moque-t-on?

Le gouvernement grecque veut acheter 400 chars Abrams M1A1 aux Etats-Unis. Le coût sera de centaines de millions d’euros.

C’est ce qu’écrit l’organe de presse spécialisé Hellenic Defense & Technology, rapporte RTL. Les coûts précis ne sont pas connus, mais un char devrait coûter 3,2 millions d’euros. Le gouvernement américain devrait bientôt donner son accord.

L’accord est incroyable vu que la Grèce se trouve au bord de la faillite et doit fortement économiser. Le peuple grec descend mercredi dans la rue afin de protester contre les plans du gouvernement.

De qui se moque-t-on?

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives