En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

géorgie

Les garde-côtes russes ont l’intention d’intercepter tous les navires qui violeront la frontière maritime abkhaze, y compris ceux venant de Géorgie, a annoncé jeudi le chef du contingent de gardes-frontières russes en Abkhazie, le général Iouri Zviryk lors d’une conférence de presse à Soukhoumi.

« Nous agirons conformément aux lois russes et abkhazes réglementant la protection de la frontière nationale et l’utilisation des armes », a affirmé M.Zviryk interrogé sur la réaction éventuelle des garde-côtes russes aux violations des eaux territoriales abkhazes.

Le chef de la garde côtière russe en Abkhazie, le capitaine de vaisseau Alexandre Toudakov, a pour sa part déclaré mercredi aux journalistes que depuis le déploiement de vedettes de patrouille russes dans cette jeune république indépendante en décembre 2009, aucun navire géorgien n’avait transgressé la frontière maritime abkhaze.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

saakachvili2La police géorgienne, aux ordres de l’atlanto-mondialiste saakachvili, a dispersé aujourd’hui à coups de matraques des manifestants de l’opposition à Tbilissi, a constaté un photographe de l’AFP, les tensions étant subitement montée d’un cran après des semaines de manifestations contre le pouvoir.« Nous étions venus pour un rassemblement pacifique, mais la police nous a immédiatement attaqués, frappant les gens avec des bâtons et des matraques », a raconté Levan Sosselia, 22 ans, venu se joindre à la manifestation devant un centre de détention.

« Les gens couraient pour s’échapper mais la police les a pourchassés et frappés », poursuit-il. Un photographe de l’AFP a vu des policiers et des hommes en civil s’en prendre aux manifestants, dont plusieurs ont été blessés, avec des bâtons et des matraques.

La police a aussi saisi du matériel photo auprès des journalistes présents, tandis qu’un photographe était passé à tabac. Elle a rendu le matériel quelques heures plus tard, dont celui d’un photographe de l’AFP, sans les cartes mémoires.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Chota Outiachvili, a minimisé l’importance de l’incident, le décrivant comme « une petite bagarre ». « Les manifestants bloquaient l’accès au bâtiment de la police », a-t-il dit, « la police leur a dit de libérer le passage et lorsqu’ils n’ont pas obéi, la police est intervenue et une petite bagarre a éclaté ».
Une vingtaine de manifestants ont été interpellés, a précisé le porte-parole.

La vice-ministre de l’Intérieur, Eka Zgouladze, s’est de son côté excusée du traitement réservé aux journalistes: « Le ministère de l’Intérieur regrette profondément ces faits et fera tout son possible pour que de tels événements ne se reproduisent pas », a-t-elle dit dans une déclaration télévisée.Deux chaînes de télévision proches de l’opposition, Kavkasia et Maestro, ont pour leur part décidé de cesser temporairement leurs programmes « pour protester contre les violences qui ont visé aujourd’hui nos journalistes ».

Nino Bourdjanadzé, ancienne présidente du Parlement passée dans l’opposition, a estimé que les violences policières étaient le résultat du silence de l’Occident face à la politique répressive du président Mikheïl Saakachvili.
« Il n’y a pas eu de réaction adéquate après les arrestations illégales de manifestants d’opposition, et cela encourage les autorités à agir de la sorte », a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’opposition géorgienne manifeste depuis le 9 avril pour obtenir la démission du président Saakachvili, accusé de dérive autoritaire et d’avoir mal géré le conflit militaire avec la Russie en août 2008, qui s’est soldé par une défaite cuisante pour Tbilissi.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

jaap-de-hoop-schefferL’OTAN ne reconnaît pas les législatives organisées dimanche dernier en Ossétie du Sud, lit-on dans une déclaration du secrétaire général de l’Alliance, publiée mardi à Bruxelles.

« La tenue de telles élections ne contribue pas à un règlement pacifique de la situation en Géorgie », stipule le document.

L’Alliance atlantique a réitéré son soutien à la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie dans ses frontières internationalement reconnues.

Le parti Unité au pouvoir en Ossétie du Sud a remporté les législatives du 31 mai dernier avec 46,38% des suffrages exprimés. Ces données provisoires ont été citées par la Commission électorale centrale (CEC) de la république à l’issue du dépouillement des protocoles de tous les bureaux de vote.

Une mission internationale comprenant 11 observateurs d’Allemagne, d’Italie, de Pologne, de République tchèque et de Russie chargés de contrôler la procédure de vote et de décompte des voix n’a pas enregistré d’infractions sérieuses aux élections parlementaires sud-ossètes. Les observateurs ont constaté lundi: « La législation sud-ossète est conforme aux normes électorales internationales et permet d’organiser des élections libres et démocratiques. »

Le 8 août 2008, l’armée géorgienne a lancé une offensive militaire contre l’Ossétie du Sud, détruisant Tskhinvali, la capitale, tuant des centaines de civils ainsi que des soldats de la paix russes déployés dans cette république autoproclamée. La Russie a opposé une riposte militaire de grande envergure destinée à contraindre la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. Affirmant avoir été « victime d’une provocation russe », la Géorgie a rompu les relations diplomatiques avec Moscou et décrété les républiques « territoires occupés ».

L’Occident, OTAN en tête, a sévèrement reproché à la Russie l’usage disproportionné de la force en Ossétie du Sud.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

sakachviliLa Géorgie s’est retirée définitivement de la Communauté des États Indépendants (CEI) et son partenaire le plus logique est l’Union européenne (UE), a déclaré lundi le président géorgien Mikhaïl Saakachvili dans une interview à la radio russe Écho de Moscou.

« Après que la Géorgie s’est réellement retirée de la CEI, et définitivement, j’en suis sûr, nous ne pouvons pas rester dans le vide. Notre partenaire naturel c’est l’Union Européenne », a indiqué M.Saakachvili expliquant la décision de Tbilissi de participer à l’initiative Partenariat oriental.

Le 7 mai dernier, le sommet constitutif du programme Partenariat oriental de l’Union européenne s’est tenu à Prague pour assurer un rapprochement entre l’UE et l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie, la Moldavie, la Biélorussie et l’Ukraine. L’UE entend octroyer 600 millions d’euros aux six pays d’Europe orientale et du Caucase du Sud qui participent au Partenariat oriental avant 2013 pour renforcer leurs institutions d’État, améliorer le contrôle des frontières et aider les PME.

La participation au programme permet à la Géorgie de « signer un accord de libre échange avec tous les pays membres de l’UE et assouplir le régime des visas », a ajouté M.Saakachvili.

La Géorgie entend « réaliser tous les projets d’infrastructure de l’UE », selon lui. « Nous construisons déjà des routes et mettons en oeuvre d’autres projets grâce au financement de l’UE et des États-Unis qui nous ont versé plusieurs milliards de dollars », a déclaré le président géorgien.

Dans le même temps, tous les pays de la CEI « sauf la Russie » souhaitent toujours coopérer avec la Géorgie, a-t-il ajouté avant d’espérer que Moscou changerait de position dans l’avenir.

Source: Novosti

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

otan5L’Arménie ne participera pas aux exercices de l’OTAN Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 en Géorgie du 6 mai au 1er juin prochains, a confirmé mardi le ministère arménien de la Défense cette information publiée antérieurement dans les médias.

« Le ministère arménien de la Défense rapporte que, compte tenu de la situation actuelle, les représentants des forces armées d’Arménie ne participeront pas aux exercices militaires de l’OTAN Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 sur le territoire de la Géorgie », lit-on dans le communiqué.

L’OTAN organise en Géorgie dans le cadre de son programme Partenariat pour la paix (PPP) des manoeuvres multinationales placées sous le nom de code Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 devant se dérouler dans la base militaire de Vaziani et censées réunir quelque 1.300 militaires de 19 pays membres et partenaires de l’Alliance.

Pourtant six pays ont renoncé à y participer. A part l’Arménie, la Lettonie et l’Estonie ont motivé leur décision par des raisons économiques.

Le Kazakhstan, la Moldavie et la Serbie ont décidé de ne pas y participer à l’issue de consultations avec la Russie.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

soldats-georgiens1Un bataillon de troupes blindées des forces armées géorgiennes a annoncé mardi son insoumission au pouvoir dans le village Moukhrovani, a indiqué le ministre géorgien de la Défense David Sikharoulidze.

« Le complot militaire était de grande envergure et visait notamment les exercices de l’OTAN prévus par Tbilissi », a fait savoir le ministre, avant d’ajouter que la rébellion avait débuté après que le ministère géorgien de l’Intérieur a annoncé avoir découvert un complot dont les participants préparaient un coup d’Etat militaire en Géorgie.

« Selon le ministère, il s’agit d’anciens responsables du ministère de la Défense qui étaient liés aux services secrets russes », a déclaré mardi le porte-parole de l’Intérieur géorgien, Chota Outiachvili.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

soldats-georgiensLe ministère abkhaz des Affaires étrangères appelle les pays de l’OTAN à renoncer à organiser des exercices militaires en Géorgie et se dit profondément préoccupé par ces manoeuvres prévues pour le mois de mai, stipule une déclaration du ministère.

Prenant en compte l’agression militaire de la Géorgie contre l’Ossétie du Sud et les provocations à l’encontre de l’Abkhazie, le ministère abkhaz des Affaires étrangères estime que ces exercices sont « une action politique » visant à déstabiliser la situation dans la région.

Est-ce que la poursuite des fournitures d’armes et de l’aide à la formation des militaires d’un Etat qui, pendant 15 années, a agressé à maintes reprises les Etats voisins est une décision légitime, éthique et politiquement rationnelle, poursuit le communiqué du ministère.

« Il faut rappeler une fois encore que les événements d’août 2008 ont eu lieu tout de suite après des exercices conjoints de ce type », poursuit le message du ministère abkhaz.

Le ministère abkhaz des Affaires étrangères appelle toutes les parties à s’abstenir d’aggraver la tension dans la région et à s’intéresser à l’accroissement du potentiel militaire de Géorgie qui pourrait déboucher sur une nouvelle escalade du conflit.

Les manoeuvres multinationales sous le nom de code Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 sont prévues en Géorgie du 6 mai au 1er juin 2009. Organisées sous l’égide de l’OTAN, ces exercices réuniront quelque 1.300 militaires de 19 pays membres et partenaires de l’Alliance.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

abkhazie_georgieLa Russie a démasqué un espion géorgien tandis que deux observateurs de l’OSCE étaient brièvement interpellés dans la région séparatiste géorgienne d’Ossétie du Sud, dans un nouveau regain de tensions à l’approche d’exercices de l’Otan en Géorgie.

« Le FSB (ex-KGB) a démasqué et mis un terme aux activités d’un agent des services de renseignement géorgiens, Mamouka Maïssouradze, envoyé illégalement sur le territoire de Russie pour espionnage et autres activités subversives », a déclaré une source au FSB citée par l’agence Interfax.

Le suspect, détenteur d’un passeport ukrainien, était arrivé en septembre 2007 à Sotchi (sud), sur les bords de la mer Noire, où il a ouvert un café internet qui lui servait de couverture pour communiquer avec ses chefs, selon cette source.

Il avait pour mission de « créer un réseau d’agents dans la région de Krasnodar » où Sotchi est situé, selon une source au FSB, citée par l’agence Itar-Tass.

Le suspect devait « fournir des renseignements sur la situation sociale et politique dans cette région, ainsi que sur la préparation des Jeux Olympiques » d’hiver en 2014 à Sotchi, selon cette même source.

M. Maïssouradze a « confirmé tout cela » et « donné les noms » de ses complices, y compris de Russes qui étaient « en contact avec les services de renseignement géorgiens », poursuit le FSB.

Au même moment, deux observateurs de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) étaient brièvement interpellés en Ossétie du Sud, république séparatiste pro-russe de Géorgie.

« Les observateurs de l’OSCE ont franchi illégalement la frontière avec l’Ossétie du Sud en voiture, dans le district de Tskhinvali (capitale de la région, ndlr), et ont été interpellés par les garde-frontières sud-ossètes », a dit le président de la région séparatiste, Edouard Kokoïty.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

rogozineSi des provocations se produisent lors des prochains exercices de l’OTAN Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 en Géorgie, l’Alliance en sera la seule responsable, a mis en garde vendredi le représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN Dmitri Rogozine.

« Nous avertissons qu’il est très probable que des incidents surviennent car on peut s’attendre à tout du (président géorgien) Saakachvili… Imaginez une provocation visant les Américains ou des militaires européens en Géorgie et organisée de telle sorte que la piste mène en Ossétie du Sud ou en Abkhazie. L’Alliance en sera la seule responsable », a indiqué M.Rogozine à la radio « Service russe des actualités ».

Organisées sous l’égide de l’OTAN, les manoeuvres multinationales auront lieu en Géorgie du 6 mai au 1er juin 2009. Elles réuniront quelque 1.300 militaires de 19 pays membres de l’OTAN et de leurs partenaires. Selon un porte-parole de l’Alliance, Robert Pszczel, il s’agit d’exercices d’état-major qui se dérouleront sans faire usage d’armes ni de matériel de guerre.

M.Rogozine a également estimé que l’organisation des manoeuvres était loin d’améliorer les relations Russie-OTAN. « C’est au chef suprême des armées (russe) de décider comment les exercices influeront sur les relations », a ajouté le diplomate en allusion aux propos du président russe Dmitri Medvedev, qui a déclaré vendredi que les exercices ne contribueraient pas au rapprochement entre la Russie et l’Alliance et risquaient d’envenimer leurs relations.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

zuyganovLe leader des communistes russes a mis en garde samedi contre les risques d’une « révolution colorée » en Russie préparée par les services secrets occidentaux sur fond de crise financière mondiale.

« Les services de renseignement occidentaux et la cinquième colonne libérale en Russie ont déjà un plan de « révolution colorée » testé dans d’autres pays, un plan consistant à exploiter le mécontentement et la grogne des masses populaires pour permettre l’arrivée au pouvoir des Iouchtchenko et des Saakachvili », a-t-il déclaré, lors d’une séance plénière du Parti communiste (KPRF), évoquant les présidents ukrainien et géorgien.

Les « théoriciens de la résistance », Mikhaïl Kassianov et Garry Kasparov, ont essayé d’attirer les communistes dans leur jeu, mais « nous avons dit clairement que nous sommes opposés au scénario orange », a affirmé M. Ziouganov.

Selon le chef des communistes russes, ces pseudo-libéraux proposent de placer l’économie russe sous la dépendance des compagnies multinationales, du Fonds monétaire international (FMI) et des banques occidentales.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

prosperiteLe régulateur bancaire américain FDIC a annoncé hier soir la fermeture d’une banque régionale en Géorgie (sud-est des Etats-Unis), ce qui porte à vingt-et-un le nombre d’établissements de dépôts à avoir fait faillite aux Etats-Unis depuis le début de l’année.

Cette faillite d’Omni National Bank, basée à Atlanta, capitale de la Géorgie, est la plus chère de l’année pour la Compagnie fédérale d’assurance des dépôts bancaires (FDIC), qui estime son coût à 290 millions de dollars.

C’est aussi la troisième plus grosse de l’année au vu des 956 millions de dollars d’actifs gérés par cette banque.

Omni National Bank accueillait 796 millions de dollars de dépôts, qui seront repris temporairement par un autre établissement de Géorgie, SunTrust Banks, le temps que leurs propriétaires les transfèrent vers une autre banque, indique la FDIC dans un communiqué.

La banque est le quatrième établissement de dépôt à être fermé depuis le début de l’année en Géorgie, un des Etats les plus touchés par la crise économique. En 2007, cinq banques géorgiennes avaient déjà connu ce sort.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

poutine-barrosoEn visite à Moscou, le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso s’est permis de provoquer le Premier ministre Vladimir Poutine lorsqu’il a évoqué la question des droits de l’homme en Russie lors d’une conférence de presse conjointe.

L’échange tendu entre les deux hommes s’est produit après des entretiens destinés à améliorer les relations entre Moscou et Bruxelles, qui ont souffert du conflit en Géorgie et de la récente crise du gaz.

S’ils ont tous les deux qualifié ces échanges de constructifs, l’atmosphère s’est dégradée lorsque Jose Manuel Barroso a indiqué avoir mentionné la question du respect des droits de l’homme lors d’un entretien avec le président Dimitri Medvedev plus tôt dans la journée.

« Je viens d’apprendre que M. Barroso s’est entretenu avec le président Medvedev de l’établissement d’un Etat de droit », a déclaré à la presse un Vladimir Poutine visiblement irrité. « M. Barroso a abordé cette question au Kremlin mais en parle ici, lors d’une conférence de presse dont est absent M. Medvedev, qui ne peut rien dire sur ce sujet ».

Le Premier ministre russe a alors tenté d’inverser la question, affirmant que les droits des migrants, prisonniers et citoyens d’origine russe n’étaient pas respectés dans certains pays de l’Union européenne. « Nous pensons qu’il faut discuter de l’ensemble des problèmes, à la fois en Russie et dans les pays de l’Union européenne », a-t-il souligné.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

saakachvili1Intervenant vendredi en direct à la télévision nationale, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a déclaré qu’il ne considérait pas le peuple russe comme l’ennemi de la Géorgie et qu’il était prêt à « s’entendre avec les Russes » sur les plus graves contentieux « si le dialogue devient possible ».

« Ni le peuple russe, ni encore moins les Ossètes ne sont nos ennemis », a-t-il dit.

M.Saakachvili a attribué toute la responsabilité pour les événements d’août dernier au premier ministre russe Vladimir Poutine.

« Après le shah Abbas Ier le Grand (shah d’Iran tristement célèbre pour avoir écrasé dans le sang l’insurrection populaire en Géorgie), la Géorgie n’a pas eu d’ennemi aussi zélé », a affirmé le président géorgien.

M.Saakachvili a insisté sur la nécessité de rétablir l’intégrité territoriale de la Géorgie, en rappelant que personne, sauf « le président fou du Nicaragua », n’avait imité l’exemple de Moscou et n’avait reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

Le président géorgien préconise le renforcement de l’économie du pays, son intégration ultérieure dans l’Europe et son rapprochement avec l’Alliance de l’Atlantique Nord.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

saakachvili-medvedevLe refus de la Géorgie d’admettre des inspecteurs sur son territoire, conformément aux prescriptions du Document de Vienne de 1999 concernant les négociations sur les mesures de confiance et de sécurité de l’OSCE, ne restera pas sans conséquences politiques, lit-on jeudi dans un commentaire de la diplomatie russe.

Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) rappelle que lors de la rencontre de Genève (17-18 décembre 2008), Moscou a signalé que Tbilissi ne respectait pas l’ensemble des engagements du plan Medvedev-Sarkozy du 12 août dernier sur le retour des troupes géorgiennes vers leurs lieux de cantonnement.

« Selon nos informations, toutes les unités et tous les armements offensifs géorgiens n’ont pas réintégré les casernes et se trouvent toujours à une proximité dangereuse de la frontière osséto-géorgienne », a alors indiqué la délégation russe.

En réponse, le chef de la délégation géorgienne a invité les experts russes à se rendre en Géorgie pour vérifier et s’assurer du contraire, note le service de presse du MID.

Néanmoins, toutes les requêtes de Moscou visant à réaliser des inspections sur le territoire géorgien ont été rejetées par Tbilissi. [...] « Un tel comportement de la Géorgie contredit l’esprit même du Document de Vienne de 1999 et ne peut rester sans conséquences politiques », déclare le MID.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

ossetie8L’installation de bases militaires russes en Ossétie du Sud et en Abkhazie se déroulera en plusieurs étapes également après 2009, a fait savoir à l’agence de presse russe RIA Novosti l’adjoint du chef de l’Etat-major général des Forces armées de Russie, le général-colonel Anatoli Nogovitsyne.

Le chef de l’Etat-major des forces armées de Russie, le général d’armée Nikolaï Makarov avait antérieurement déclaré à la presse que des bases militaires russes de 3700 hommes chacune seraient créées en Abkhazie et en Ossétie du Sud d’ici la fin de 2009.

« L’aménagement de bases en Abkhazie et en Ossétie du Sud ne pourra pas être achevé en 2009, les travaux étant considérables, mais le délai de 2009 demeure et ce sera la première étape », a précisé A.Nogovitsyne.

La Russie a reconnu l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud – deux entités autonomes faisant naguère partie de la Géorgie soviétique – le 26 août 2008. Depuis le début des années 1990 les deux républiques sécessionnistes étaient de facto indépendantes de Tbilissi, sans être toutefois reconnues en tant que telles par aucun pays dans le monde.

Cette démarche diplomatique de Moscou a été précédée par une opération militaire contre la Géorgie dont le but était la sécurisation des citoyens russes et la protection des soldats de la paix. Dans la nuit du 8 août la Géorgie avait envahie l’Ossétie du Sud, détruisant sa capitale Tskhinvali et de nombreux villages sud-ossètes.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

La Flotte russe de la mer Noire, en service au large des frontières maritimes abkhazes, a abattu cinq drones géorgiens, a indiqué à l’agence de presse russe RIA Novosti un des officiers du navire Eïsk.

« Des drones géorgiens effectuent constamment des vols et un navire militaire américain est également présent. Si les drones s’approchent à 200 mètres du navire, nous les abattons. Pour le moment, nous avons abattu cinq appareils. La partie géorgienne s’intéresse apparemment aux possibilités de la défense antiaérienne et à nos moyens de liaison », a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button


Urgent

La Géorgie concentre ses troupes à la frontière avec l’Ossétie du Sud, rapporte lundi le Comité d’Etat pour l’Information et la Presse de la république, se référant au ministère sud-ossète de la Défense.

« Selon les informations en provenance de la région, la partie géorgienne a transféré à Gori, où est stationné un bataillon de blindés, 28 chars. En outre, dans le village de Nikozi, à proximité immédiate de la frontière avec l’Ossétie du Sud, on observe l’apparition de blindés Cobra », indique le communiqué.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

La poursuite de la politique otanienne d’intégration de l’Ukraine au Plan d’action pour l’adhésion (MAP) à l’OTAN ne fait que déstabiliser le pays et détériore ses relations avec la Russie, a déclaré vendredi à Moscou le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko.

Lors du sommet de l’Alliance à Bucarest, en avril dernier, les demandes ukrainienne et géorgienne d’intégration au Plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN ont été déclinées, mais Kiev et Tbilissi espèrent pouvoir s’associer au MAP en décembre prochain.

« Je ne sais qu’une chose, si une telle politique (de rapprochement de Kiev avec l’OTAN) se poursuit, elle déstabilisera l’Ukraine, car il est impossible de pratiquer une politique de rapprochement avec l’Alliance sans affecter les relations avec la Russie », a indiqué le chef adjoint de la diplomatie russe.

« S’agissant de la Géorgie, la politique de rapprochement avec l’OTAN a débouché sur une agression, ce n’est pas une politique de paix, mais une politique de guerre », a rappelé M.Grouchko.

Evoquant les relations au sein du Conseil Russie-OTAN, le vice-ministre a constaté avec regret que la situation était très pénible, notamment dans le domaine politique.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Selon le ministre sud-ossète de l’Intérieur, les postes de police sud-ossètes ont reçu l’ordre de déclencher un tir de précision contre les positions géorgiennes en cas de tirs de leur part.

« Tous nos postes ont reçu l’ordre de déclencher, dès aujourd’hui, un tir de précision contre les positions géorgiennes en réponse aux tirs de précision dirigés sur nous. C’est la seule solution possible », a-t-il affirmé.

M. Mindzaïev a souligné que la Géorgie continuait ses provocations afin de forcer la partie sud-ossète à user de rétorsion.

« Il s’agit d’une chaîne de provocations qui doivent inciter la partie sud-ossète à prendre des mesures de rétorsion. Plus ces provocations se multiplient, plus il devient difficile de retenir nos forces de l’ordre qui se sentent constamment en danger. Nous avons du mal à leur expliquer pourquoi elles ne doivent pas réagir », a souligné le ministre par intérim.

Cela dit, il a évoqué le rôle « incompréhensible » des observateurs européens dans la zone de sécurité.

« Aux termes des accords [Medvedev-Sarkozy], il ne doit pas y avoir de militaires dans cette zone. Or, la Géorgie viole grossièrement les ententes au vu et au su des observateurs de l’UE. Ils ne s’opposent pas à ces violations et leur influence sur les militaires géorgiens est absolument nulle », a conclu M. Mindzaïev.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Revenant de New Delhi à Washington, la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a fait escale au Kazakhstan dimanche, où elle a passé quelques heures à Astana afin d’essayer de comprendre sur place les subtilités de la politique tous azimuts appliquée par le Kazakhstan, lit-on lundi dans le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Il se peut que la secrétaire d’Etat américaine ait mis en doute les propos du ministre kazakh des Affaires étrangères Marat Tajine au cours de la 63e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, qui a affirmé qu’Astana continuerait à participer, comme auparavant, à tous les grands projets énergétiques. Des doutes sont apparus à la suite d’une récente rencontre entre les présidents de la Russie et du Kazakhstan, Dmitri Medvedev et Noursoultan Nazarbaïev, à Aktioubinsk: lors de l’examen des problèmes énergétiques, Astana a clairement confirmé son orientation vers Moscou.

Prenant le taureau par les cornes, le chef du Département d’Etat a indiqué lors de son passage dans la capitale du Kazakhstan que la politique des Etats-Unis dans ses rapports avec le Kazakhstan dans le domaine énergétique ne prévoyait pas de léser les intérêts des pays voisins: « Les Etats-Unis ne sont pas en concurrence avec d’autres pays pour obtenir l’affection du Kazakhstan dans le domaine énergétique ».
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
septembre 2014
LMaMeJVSD
« août  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 
Archives