En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Général De Gaulle

Par Bruno Gollnisch,

De Gaulle mort depuis 40 ans, difficile de ne pas trouver à droite et même à gauche, une personnalité qui ne revendique pas une part de l’héritage de l’homme du 18 juin, des accords d’Evian et du refus de l’Otan. Sarkozy le premier, ces derniers mois, qui place sa démarche sous les auspices du « connétable »… tout en ramenant notre pays dans le giron de l’Alliance atlantique. Demain, un autre héritier putatif du gaullisme, Dominique de Villepin, lance son parti politique à la Halle Freyssinet (Paris, XIIIe) lors d’une manifestation « festive et populaire ». Poète à ses heures, admirateur de Napoléon, auteur d’un discours qui ne manquait pas de panache du haut de la tribune de l’Onu en février 2003 pour expliquer le « Non » de la France à la guerre en Irak, opposant au retour de la notre pays dans l’Otan, M. de Villepin, qui ne s’est jamais présenté à la moindre élection, souhaite en toute hypothèse se lancer dans l’arène pour 2012.

« J’ai décidé de créer un mouvement politique, un mouvement libre et indépendant, ouvert à tous (…) au-dessus des clivages partisans, qui pourra rassembler toutes les bonnes volontés », avait il annoncé le 25 mars, fin « incarner une alternative à Nicolas Sarkozy». Alternative qui n’est pas cependant une nette rupture puisque les adhérents de la formation de l’ex Premier ministre pourront conserver une double appartenance, s’ils le souhaitent, lui même restant encarté à l’UMP.

« Nos militants se retrouvent sur la défense des valeurs républicaines – indépendance des pouvoirs, retour à un équilibre institutionnel – sur la justice sociale et la défense d’une France indépendante qui fasse entendre sa voix dans le monde », explique un de ses soutiens n l’x ministre de l’Outre-mer Brigitte Girardin, présidente du club Villepin.
Continuer la lecture

Les Etats-Unis sont « ravis » de la décision de la France de rejoindre le commandement militaire intégré de l’Otan, quitté par Paris il y a 43 ans, a indiqué le département de la Défense.

Les Etats-Unis se réjouissent de « travailler encore plus étroitement avec (les Français) dans les décennies à venir », a poursuivi le porte-parole.

L’Otan a salué l’intention de la France de reprendre sa place dans le commandement intégré de l’Alliance.
« Je salue chaleureusement le choix du président français », a déclaré le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, dans un communiqué.
« Sa décision représente à la fois la culmination d’un rapprochement constant de la France vers l’Otan depuis 15 ans et une nouvelle impulsion aux relations entre la France et l’Alliance à quelques semaines du sommet de l’Otan de Strasbourg/Kehl, où l’Otan sera confrontée à des décisions stratégiques pour son avenir », a-t-il ajouté.

Pour Pierre Lellouche, « cela fait 20 ans que la France se rapproche de manière rampante » des Etats-Unis et « le président (Nicolas Sarkozy) a raison de mettre fin à un tabou et une hypocrisie ». Le terme rampant employé par M. Lellouche semble parfaitement adapté à la situation.

La France va donc pouvoir s’engager plus activement dans les aventures militaires américaine sous le commandement de généraux turcs.

Connexion
Art. récents
juillet 2017
MTWTFSS
« Jun  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
Archives