En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Front National

Discours de Marion Maréchal Le Pen, Député à l’Assemblée Nationale, au sujet des réformes institutionnelles qui sont proposées dans le programme de Marine Le Pen pour rendre la parole au peuple et établir une démocratie de proximité, aux assises présidentielles du Front National, à Lyon le 4 février 2017.

Marine Le Pen, présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle de 2017, était l’invitée de Fabien Namias ce mercredi matin.

Alors que l’élection présidentielle ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour la candidate d’un Front National obsédé par sa normalisation et la gauchisation de son discours, les hostilités s’affichent au grand jour entre elle-même, son âme damnée Philippot et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a l’outrecuidance de ne pas vouloir s’aligner sur tous leurs reniements, notamment dans le domaine sociétal.

Pour le frétillant et ambitieux Philippot, il faut absolument se débarrasser de la nièce qui est une concurrente redoutable en interne, car le garçon a sûrement des objectifs plus élevés que de rester seulement le mentor de sa madone, qu’il sacrifiera en temps voulu. Dans son édition du 14 décembre, le Canard Enchaîné rapporte ses élégants propos à l’égard de Marion Maréchal-Le Pen « On va la dégager, on va lui faire fermer sa gueule, à cette conne ! »

ob_ce1e06_7786181851-marion-marechal-le-pen-et-m Continuer la lecture

L’électorat qui rêve d’une droite autoritaire, enracinée, décente et traditionnelle, s’est trouvé un champion avec François Fillon.

La politique est cruelle. Cruelle pour Sarkozy, l’humilié du premier tour. Cruelle pour Juppé, qui n’aura finalement couru toute sa vie que pour une chimère.

Cruelle, elle pourrait l’être aussi pour Marine Le Pen, à qui les échéances présidentielle et législative de 2017 promettaient beaucoup.

La politique est cruelle, mais elle a aussi ses lois. Comme c’est un système fini et que le total fera toujours 100 %, ce que gagne l’un est perdu par un autre, et réciproquement.

Depuis trois ans, la ligne Philippot règne sans partage à la tête du Front national. La rupture a été assumée au moment de la Manif pour tous et ne s’est pas démentie depuis. Positionnement ouvert (c’est-à-dire libertaire) sur les mœurs, gauchisation du discours au nom de l’anti-système, mise en sourdine de la ligne identitaire pour essayer de faire propre sur soi. Continuer la lecture

Sous sa forme actuelle, l’Union européenne ne peut pas fonctionner. Or, tout changement substantiel de ce système exige l’unanimité des pays membres, estime Marion Maréchal-Le Pen, député du Front national.

Source: Sputnik France

Retrouvez toute l’actualité politique de Jean-Marie Le Pen sur son site:jeanmarielepen.com

Au sommaire :

- élection de Trump : les analystes politiques conviés à un « dîner de chapeaux » ?
- la certitude de la victoire de Trump ;
- le budget de campagne de Clinton ;
- stupeur et tremblement dans la classe politico-médiatique française ;
- les sondages ;
- le Front national dans la ligne de mire ;
- les conséquences de l’élection américaine sur les rapports avec la Russie ;
- Calais et les « migrants » ;
- la colère des forces de l’ordre ;
- conseils de lecture.

Une résolution vient d’être adoptée par le Parlement européen, qui vise à un meilleur accueil des réfugiés au sein de l’Union européenne. Les Républicains, à deux exceptions près, ont voté en faveur de cette résolution.
Explications de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front national et député français au Parlement européen.

Source: Boulevard Voltaire

Depuis des semaines, des affrontements entre casseurs d’extrême gauche et forces de l’ordre sèment le chaos dans Paris et plusieurs autres villes à chaque manifestation contre la loi Travail. De nombreux témoignages de policiers attestent qu’ils ont reçu des ordres pour ne pas réprimer ces violences, comme le montrent d’ailleurs des vidéos, où l’on voit des unités de maintien de l’ordre se tenir à distance pendant que les casseurs saccagent tout alentour.

Depuis des semaines, le gouvernement répète que ces violences sont intolérables, qu’il doit y être mis fin, et que, si ça continue, on va voir ce qu’on va voir…
A un tel niveau d’incurie, on ne peut plus plaider l’incompétence. Nous sommes donc dans une manipulation… Il se pourrait même qu’elle soit une double manipulation. Pourquoi faire ?

Le premier niveau de la manipulation répond à un médiocre calcul politicien. Incapable de faire voter une loi devenue inutile depuis qu’elle a été vidée de sa substance, le gouvernement se trouve condamné à faire donner le 49-3 lorsqu’elle reviendra devant les députés début juillet. Comment un gouvernement de gauche pourrait-il justifier une telle décision ? Il a trouvé l’astuce : sommer les députés de choisir entre la loi ou les casseurs. En obligeant toute la classe politique à se démarquer des opposants à la loi El Khomri, sauf à se voir accusé de soutenir les casseurs, le gouvernement espère bloquer une motion de censure qui s’apparenterait à une reddition sous la pression de la rue. Le calcul est risqué, mais il mettra les frondeurs en position d’accusés. Il y a donc tout à parier que, malgré ses menaces d’interdiction, le gouvernement laissera se tenir les prochaines manifestations des 23 et 28 juin, avec leurs cortèges de violence dont il a tant besoin.

Le deuxième niveau de cette manipulation vise les élections présidentielles. La retenue de la police pourrait bien s’expliquer parce qu’elle a pour but de laisser les casseurs s’entrainer. Il est à craindre que nous assistions à des grandes manœuvres en terrain libre, où le gouvernement, sciemment, laisse les milices d’extrême-gauche s’entrainer, s’aguerrir et perfectionner leurs tactiques. Conscient que le Front National sera un acteur majeur de la prochaine campagne électorale, le gouvernement préparer dès maintenant ses « tontons macoutes » à semer le chaos et provoquer la terreur. Il pourra, de cette manière, enjoindre l’opposition à se démarquer de la droite nationale, toute complaisance envers ses thèmes et son programme étant vouée à être dénoncée comme le sont aujourd’hui la CGT et les opposants à la loi Travail. Continuer la lecture

De Béziers le 29 mai 2016 – Robert Ménard a pénétré dans la salle sous les ovations, calme et souriant comme à son habitude. Dans un bref discours qu’il a commencé en souhaitant une bonne fête aux mamans, il a fait allusion à la désinformation ordinaire.  Il a précisé que sa manifestation comptait « plus de 2000 inscrits », (chiffres que je donnais hier soir ndlr), tandis que la contre-manifestation qui s’est déroulée devant la Palais des Congrès n’avait réussi à mobiliser que 200 personnes. Une contre-manifestation si insignifiante que personne ne s’en est rendu compte à l’intérieur où chacun était affairé à débattre pour faire émerger des propositions concrètes pour un programme qui rassemble toutes les sensibilités souverainistes pour les présidentielles de 2017.

Continuer la lecture

Dans « Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI » de dimanche, Marion Maréchal-Le Pen est interrogé sur la polémique récente qui a opposé Florian Philippot à la Manif pour Tous :

Marion Maréchal-Le Pen participait à l’émission Le Grand Jury le 17 avril 2016. Animation et questions: Elizabeth Martichoux, Guillaume Roquette, Christophe Jakubyszyn et Benoît Gallerey.

Plusieurs sujets on été abordé: nuit debout, loi El-Khomri, code du travail et emploi, l’allocution de François Hollande, l’Euro, Macron et une panoplie d’autres sujets.

« Ludovine de La Rochère a été excessive sur ce sujet-là. C’est légitime de demander des éclaircissements à Florian Philippot mais qu’elle aille jusqu’à réclamer des excuses publiques à Marine Le Pen qui a toujours été très claire sur la ligne officielle du Front national qui était celle de l’abrogation votée à l’unanimité en bureau politique, je trouve ça un peu déplacé. J’aurais aimé voir de sa part autant d’intransigeance à l’égard des reniements successifs des Républicains. Je n’ai pas vu cela et cela me dérange un petit peu… »

« Je trouve la phrase de Florian Philippot maladroite. (…) Si la culture du bonsaï entraînait des millions de Français dans la rue, cela mériterait de s’intéresser. »

La déchéance du mouvement national ?

Prolonger l’état d’urgence de trois mois, puis le graver dans le marbre de la Cinquième pour en faire un état de guerre civile permanent, tel est le plan du gouvernement Valls-Hollande-Cazeneuve. Ainsi le régime d’exception deviendra notre régime ordinaire.

Dans le tas de mesures liberticides à prendre d’urgence qui s’empilent, on a glissé exprès une mesurette, destinée à éblouir l’électeur romain du Front national : la déchéance de nationalité.
Mesure simple et logique, normale en dehors de tout état d’urgence, dont le gouvernement n’ignore pas la popularité, mais qu’il prétend ne pas pouvoir appliquer sans une refonte draconienne de la Constitution.
« Je voterai une reconduction de l’état d’urgence au nom du principe de précaution [SIC], mais je n’en prendrai pas la mauvaise habitude ! », dit Me Collard. Ben voyons… Vingt précautions valent mieux qu’une ! Continuer la lecture

Les hommes du Système ont eu chaud aux fesses. Gauche et droite ont révélé, de façon particulièrement spectaculaire en Nord-Pas de Calais-Picardie et en PACA, leur connivence profonde, avec le seul souci de sauver leurs prébendes (c’est ce qu’ils appellent « sauver la République »…).

Leur victoire est une victoire à la Pyrrhus : le quotidien La Provence (14 décembre) est obligé, la mort dans l’âme, de reconnaître que « le paysage politique ressemble bien à un champ de ruines ». Mais nous, nous sommes les hommes au milieu des ruines… Continuer la lecture

 L’heure est venue, pour les patriotes de la Droite classique, de former un grand Mouvement Français avec le FN. La survie du pays est en jeu ! »    Robert Ménard, 18 décembre 2015

La semaine dernière, dans Z&N, Philippe de Villiers a eu à répondre à cette question cruciale : comment expliquer que, depuis plus de 20 ans, les patriotes perdent systématiquement face aux mondialistes (sauf au référendum de 2005, NDLA) ? Continuer la lecture

Le Front national vient d’obtenir un score historique : plus de 6,8 millions de voix. Face à la coalition de tous les partis, il confirme qu’il est bien le premier parti de France. Mais il ne gagne aucune région. Dans le même temps, l’ensemble des droites en France est largement majoritaire. Et pourtant, la gauche l’emporte dans cinq régions, alors qu’elle n’est majoritaire que dans une seule.

Le plafond de verre du système s’est fissuré mais il a résisté. Rien n’indique qu’il cèdera en 2017. Il convient donc de s’interroger sur la stratégie au regard de la situation actuelle, telle qu’elle est et non telle qu’on la souhaiterait. Il convient avant la prochaine bataille de prendre le temps de la préparer, de réfléchir à une nouvelle stratégie. En d’autres termes, de se donner les moyens de gagner. À partir du socle considérable de 28 % d’électeurs, tout est possible pour la droite patriote. Mais sous conditions. J’en vois quatre à cette heure, il peut y en avoir d’autres. Continuer la lecture

Les Frères « trois points » sortent du bois de leurs temples obscurs pour jeter leurs anathèmes « républicains » à la face de leurs adversaires « antirépublicains » du Front national. Les « fils de la veuve » s’affolent à la perspective de voir tomber, dimanche prochain, ne serait-ce qu’une seule euro-région dans l’escarcelle de la « terrrible extrrrême droite » ! « La République gouverne mal mais se défend bien » observait, en substance, le grand Anatole France.

L’état d’urgence instauré consécutivement aux attentats du 13 novembre dernier réduit sensiblement les possibilités de manifester sur la voie publique. Encore que si l’on se ballade du côté du quartier Barbès-Rochechouart, la vision d’attroupements bigarrés sur les trottoirs jouxtant la station de métro relativise fortement cette restriction qui ne semble donc pas concerner les éléments les plus allogènes de la population.

En l’absence d’une telle interdiction, gageons que cette semaine d’entre-deux tours aurait été la réplique de l’incroyable « quinzaine de la haine » qui avait alors pétrifié la France au lendemain du du 21 avril 2002 où Jean-Marie Le Pen s’était qualifié au second tour de la présidentielle, juste derrière Chirac. À l’époque, déjà, la franc-maçonnerie avait fait vibrer ses trémolos en exhortant à voler au secours de « la République en danger », couvrant à peine les éructations hystériques de lycéens incultes manipulés par un corps enseignant lui-même enrégimenté par les mêmes grandes consciences politico-médiatiques. Continuer la lecture

C’est en prévision de la victoire écrasante du Front National, lors du premier tour des élections régionales, que certains semblent préférer fuir la France plutôt que de devoir subir le terrible bruit des bottes dans nos rues.

Il semblerait, d’après notre correspondant sur place, au sobre sommet contre la réchaufette21, que certains participants prenant conscience de la gravité de la situation en Europe n’ont pas hésité le moindre instant  à prendre le large et « fuir » vers des pays où l’on ne connait pas cet horrible sentiment de rejet, de racisme et de haine nauséabonde que l’on vit en France. Il semblerait même que dans cet élan de sauvetage de l’espèce humaine, et oui, il en va de l’espèce humaine , un élan de solidarité est né en ce jour…

Oh, que c’est beau de voir tant de personnes, que dis-je, tant de grandes consciences  venir de tous les coins du monde pour nous sauver, ainsi que nos enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants. Et que dire de leur esprit de pauvreté, de charité, de fraternité, bref, d’Amour pour les autres. Il est difficile de cacher son émotion dans des moments aussi grands. C’est un peu la joie de Noël au coeur de Paris avant Noël…

C’est vraiment dans cet esprit de sacrifice pour la prochaine et le prochain que nous avons pu assister le long de nos côtes au départ d’une première délégation, je dirais presque de missionnaires, mais le mot est mal choisi, car ici la mission est encore plus humanitaire voir même plus humaniste que celle des Pères blancs de jadis. Continuer la lecture

Alain Delon prend, la défense de Nadine Morano qui a évoqué une « race blanche », et lui tire même son chapeau, s’interrogeant sur la « race » d’un pays comme « le Kenya » .

« Juste une question: Le Kenya est un pays de quelle race? Les gens sont noirs. C’est une polémique ridicule, grotesque, qui n’a aucun sens », estime l’acteur dans un long entretien à TV Magazine à l’occasion de son 80e anniversaire qu’il fêtera le 8 novembre. Continuer la lecture

Ma consigne : ne participez pas au vote piège !

Tout d’abord, après avoir pris connaissance du courrier envoyé à tous les adhérents du Front National à l’occasion de la consultation sur le changement des statuts, je ne peux pas laisser sans réponse les termes mensongers et les affirmations diffamatoires de Marine Le Pen, qui, semble-t-il, n’a rien appris de la crise qu’elle et son bras droit Philippot ont ouverte au sein du Front National.
Marine Le Pen présente son Congrès « postal » en pratiquant un scandaleux amalgame. En effet, il faudra répondre par oui ou par non à 33 articles des statuts dont le principal a pour but d’éliminer le Président d’honneur, fondateur et dirigeant du Front National pendant près de 40 ans.
Le caractère parricide de l’opération ne fait pas sourciller la femme-d’Etat-aux portes-du-pouvoir, mais cause un grand trouble dans la conscience et le cœur des militants.
Le texte de Marine Le Pen est une infamie qui m’accuse d’ « initiatives et de propos préjudiciables » pouvant « très gravement nuire au fonctionnement », « au crédit » du Front National et ainsi compromettre nos chances électorales.
Candidats ! Garde à vous !

Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
mars 2017
MTWTFSS
« Feb  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
Archives