En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

france inter

Un récent sondage Sofres/Kantar média publié par la Croix révèle que « la confiance dans l’information relayée par les différents médias est historiquement basse ». Avec 41 %, la télévision perd 9 points de confiance, la radio perd 3 points à 52 %. Ce sondage n’est que la confirmation d’une défiance de plus en plus grande des Français à l’égard de ceux que l’on appelle « les grands médias ».

Jean Claude Bourret, ancien présentateur des journaux de TF1 et de la Cinq

Pour répondre aux questions posées par Armel Joubert des Ouches dans ce documentaire, nous avons interrogé Jean-Claude Bourret, ancien présentateur des journaux de TF1 et de la Cinq. Le journaliste, qui fut également rédacteur en chef à France Inter et à RMC, évoque la mainmise des milliardaires sur les médias depuis ces 20 dernières années en particulier.

« J’ai toujours dénoncé l’interpénétration qui existait entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique, explique-t-il, mais de façon mesurée car vous ne pouvez pas attaquer de front ceux qui sont beaucoup plus puissants que vous sinon ils vous écrasent ! Je l’ai dénoncé dans des journaux comme Télé Star, Télé 7 jours. Cela m’a valu de perdre le journal de 20 heures sur TF1 au moment où il y a eu la grande manifestation (1984) en faveur de l’école libre parce que j’avais fait mon métier de journaliste ! »
Ce jour-là en effet, parce qu’il est le seul à annoncer un chiffre officiel « censuré par l’Agence France presse » – 800.000 personnes présentes à la manifestation – Jean Claude Bourret s’attire les foudres du pouvoir socialiste de l’époque. C’est alors François Mitterrand qui dirige le pays.

Une défiance envers les médias, conséquence de la mainmise des milliardaires Continuer la lecture

Le groupe public Radio France a annoncé vendredi le licenciement des journalistes Didier Adès et Dominique Dambert, présentateurs de l’émission économique « Rue des Entrepreneurs » diffusée les samedis sur France Inter, sans en préciser les raisons.
Les deux journalistes animaient l’émission depuis septembre 1983.

La direction de Radio France a précisé dans un communiqué qu’elle « ne fera aucun commentaire sur cette mesure de licenciement ». L’émission ne sera plus diffusée à partir du 1er mai. Elle sera remplacée par le « Carrefour de l’Economie », présenté par Brigitte Jeanperrin.

Dans un communiqué séparé, les deux journalistes disent avoir « appris ce matin que l’émission préparée et enregistrée prévue à l’antenne demain 1er mai ne serait pas diffusée ». Une lettre de licenciement leur a été envoyée « pour faute grave qui fait suite à plusieurs mois de procédure disciplinaire », expliquent-ils.

« A aucun moment, et malgré nos demandes répétées, nous n’avons été reçus par Jean-Luc Hees (PDG de Radio France), Philippe Val (directeur de France Inter », assurent les deux journalistes, qui se disent « choqués » par les méthodes utilisées.

sh_valtragiquePar Jean Guiraud

Le directeur du fanzine Charlie Hebdo, présenté comme « anti système » et « irrévérencieux », va être nommé à Radio « France ». Grand gagnant de la courses aux honneurs médiacratiques, l’anarchiste institutionnel a revêtu depuis longtemps le gilet rayé des vieux larbins; pro-israélien, pro-américain, professeur de morale antiraciste, il a tout pour plaire au pouvoir et devrait prendre la direction de la très gauchiste sarkozyste radio « France Inter ».

Copinage: un Val dévot

Derrière cette nomination, il y a la main de l’Elysée, une main plutôt féminine puisque le nouveau promu est un ami de la gracieuse Carla. Entre gens de culture, on se reconnait….

Ouverture: un Val, des veaux

Contrairement à Kouchner, Val n’a pas encore indiqué s’il votera UMP aux prochaines européennes. En revanche, comme la soupe sera certainement excellente, on sait par avance qui il soutiendra à la prochaine présidentielle.

Nicolas Sarkozy s’est rendu en Egypte à bord d’un jet privé appartenant à Vincent Bolloré.

Le député PS Arnaud Montebourg s’est interrogé mardi sur les « contreparties » que l’homme d’affaires « est en droit d’attendre », dénonçant « ce mélange des intérêts privés et publics ».

Le président de la République est arrivé mardi à Louxor en compagnie de la chanteuse et ex-mannequin Carla Bruni, pour un séjour privé à l’hôtel Winter Palace.

« Je regrette de devoir m’interroger sur les contreparties que M. Bolloré, homme d’affaires rusé, est en droit d’attendre de la République, car dès lors que le président de la République se met en situation de dépendre des faveurs de milliardaires il y a forcément une contrepartie et nous nous interrogeons lesquelles », a déclaré Arnaud Montebourg sur France Inter. Suite »

dessin_gofman2.jpg

18 déc. 07. Bernard-Henri Lévy chez la Folle du Roi, sur Franc Sphincter. Le milliardaire prophétise… le passé et le présent, comme la plupart des prophètes. Tout fier de son job de conseiller de Ségolène (et habitué aux flops), il préconise la refonte du PS en parti Démocrate à l’américaine et l’adoption par la France de la politique bipartisane amerloque.

BHV est seul à ne pas voir que c’est chose faite. Pour la présidentielle en vue aux US, il y a une femme de gauche, Hillary, qui a voté la boucherie en Irak et convoque Jésus sur les estrades ; et un homme de droite, Giuliani, qui est pour l’avortement et le “mariage” gay.

Qu’avons-nous de mieux, entre Ségolène, enrubannée par Ogilvy France, et Sarkö l’Américain, avec son gouvernement farci de socialauds ? En nous souhaitant bruyamment le malheur qui déjà nous accable, ce B.-H. Lévy alimente la judéophobie. Heureusement, il y en a d’autres, des Lévy. Elizabeth, qui a pulvérisé “Les Maîtres penseurs”, BHV en tête, dans un livre. Et mon pote E. Lévy, patriote français si radical qu’il me fait peur…

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives