En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

france

1 2 3 5

Le 9 mai 2017, à la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, se déroulait un procès pour diffamation intenté par Robert Faurisson à l’encontre d’Ariane Chemin et du journal Le Monde.

ERTV était sur place.

Pour aider Vincent Lapierre dans ses reportages,
rendez-vous sur sa page de financement participatif
en cliquant sur l’image :

 

Tout le monde connaît la légende du roi Midas : le roi qui transformait le plomb en or. Au cours de cette campagne présidentielle, Marine Le Pen a réussi l’exploit de réécrire la légende à l’envers : elle a changé en plomb tout l’or qu’elle touchait. Au début de la campagne électorale, les sondages lui promettaient un score avoisinant les 30 % ; elle a fini à 21 %. Sa place au second tour était assurée ; il n’a pas manqué grand-chose pour que François Fillon et même Jean-Luc Mélenchon lui passent devant. Elle devait sortir première ; elle a fini deuxième derrière Macron. Au début de l’entre-deux-tours, on lui promettait 40 % des voix, voire davantage. Une dynamique pouvait la conduire, non à la victoire, mais à 45 % des suffrages. Une défaite honorable. Et qui préserve l’avenir. Mais avant, il y eut le débat télévisé : Marine Le Pen a fini à 33 % !

Ainsi commence la tribune du journaliste et écrivain. Selon lui, la candidate du FN bénéficie de l’héritage électoral du père qu’elle n’a pas su faire fructifier. Et sa grande faute serait d’avoir abandonné le combat contre l’immigration, qui était si porteur pour son parti. À travers Marine Le Pen, il est clair que Zemmour vise Florian Philippot, et derrière lui Jacques Sapir. Leur souverainisme de gauche ne sied pas au pamphlétaire du Figaro.

La leçon n’a pas servi. Un économiste brillant, Jacques Sapir, homme de gauche et pourfendeur talentueux de l’euro, a convaincu ses nouveaux amis, Marine et Florian, que tout était possible. Que le rapprochement des deux rives, comme disait Chevènement, pourrait s’opérer autour d’un ennemi commun : l’euro. Mais cette alliance avait un prix : il fallait mettre un bémol sur l’immigration. Renoncer à juguler l’islam et sa prétention à régenter des parties de plus en plus importantes du territoire français. Ce que Sapir appelait « un discours républicain », alors que c’est en vérité l’exact opposé. Toute la campagne de Marine Le Pen est inscrite dans ce funeste compromis : Jacques Sapir gère le cerveau de Florian Philippot, qui gère le cerveau de Marine Le Pen. Trio infernal. Trio de l’échec.

La charge est violente, et pas exempte d’arrière-pensées. Zemmour, sur sa ligne nationaliste de droite compatible avec le sionisme, cherche à agrandir le fossé entre la gauche et la droite à l’intérieur du FN pour le faire éclater, tendances qui sont incarnées par le duo Marine-Philippot d’un côté, et Collard-Ménard de l’autre. La nièce Marion ayant rendu son tablier, pour le moment.

En revanche, les attentats, les vagues migratoires, le retour de la lutte des classes, la dissidence des élites occidentales ont remis au premier plan les questions historiques du destin des peuples et des nations : les questions identitaires. C’est la leçon qu’il fallait tirer du Brexit et de Trump, et pas le départ de l’Union européenne ! Marine Le Pen a eu tout faux de bout en bout. Faux sur la stratégie, faux sur la tactique. Un fiasco intégral.

À entendre Zemmour, Marine aurait dû – soyons directs – taper sur les musulmans, pour ne pas dire les Arabes. C’est exactement ce que veut l’oligarchie, et en tirant à boulets rouges sur la candidate malheureuse du FN (11 millions de voix, c’est une défaite absolue, n’est-ce pas), l’auteur du Suicide français dévoile ses propres batteries. On avait tous compris que Zemmour militait pour faire exploser un parti national de plus en plus populaire. Un FN pas assez sous contrôle qui fait peur à l’oligarchie, une peur qui a été transmise aux médias, afin qu’eux la transmettent avec leur extraordinaire levier au peuple.
Et ça a marché : Zemmour devrait applaudir la victoire de l’antinationalisme, puisqu’il s’agit de ça, et seulement de ça.
Pourtant, en 15 ans, le rapport entre les forces nationales et les forces antinationales est passé de 20/80 (score de Jean-Marie Le Pen en 2002 face à Jacques Chirac) à 33/66. Et si l’on prolonge cette courbe, on obtient un renversement de tendance au mieux dans 15 ans. Mais entretemps, l’Internet sera passé par là, qui accélère les prises de conscience des citoyens sur l’oligarchie et ses méthodes…

Continuer la lecture

Intervention de l’homme politique algérien Ali Benouari à propos du second tour de l’élection présidentielle française et du futur des relations entre la France et l’Algérie.

Extrait de l’émission Top 3 de la presse sur Al Magharibia Channel.

source: E&R

Français musulman et patriote,
je voterai Marine Le Pen aux élections présidentielles.

Une grande partie de mes coreligionnaires y voient une contradiction insoluble, usant d’un argumentaire qui est souvent une pure émanation de la longue mainmise du socialo-sionisme sur les esprits de cet électorat de remplacement que furent (et sont encore) les immigrés (et leur descendance) du Maghreb et d’Afrique subsaharienne pour la gauche parlementaire abandonneuse de sa base ouvrière depuis sa conversion libérale (1983 : virage de la rigueur, 1984 : création de SOS Racisme).

Toutefois, j’entends également des Français musulmans de bonne foi, aimant sincèrement leur pays – n’en déplaise à Éric « ex-Crémieux » Zemmour – prêts à voter Front national mais rebutés par certaines saillies islamocritiques un peu faciles de Marine. Je leur dis qu’il est parfois difficile de lui donner tort tant nous, Français musulmans, n’avons pas fait grand-chose pour nous rendre respectables aux yeux du camp national.

D’abord, je rappelle que traditionnellement les « musulmans » votent en masse pour le PS (86 % d’entre eux ont voté Hollande en 2012) ; ensuite, par facilité, désorganisation ou médiocrité chaque clan ethnique (Marocains, Algériens…) ou idéologique (Frères musulmans, salafistes…) au sein de cette abstraction qu’est la communauté musulmane s’est peu ou prou maintenu sous des influences étrangères suivant souvent un agenda contraire aux intérêts nationaux (réseaux FLN, Makhzen marocain, œuvres « bienfaitrices » qataro-saoudiennes…) ; enfin, quand bien même les esprits lucides ont compris que les attentats qui frappent la France sont pilotés par les services des États profonds impériaux, pour beaucoup exécutants et commanditaires sont de confession musulmane point barre, c’est là autant de coups de boutoirs contre la réconciliation nationale.

Par conséquent, je crois qu’il est plus que temps que les musulmans fassent eux-mêmes un peu le ménage dans leurs rangs notamment en s’autonomisant économiquement et intellectuellement, ce qui implique de rompre avec les influences précédemment citées, mais aussi en ne laissant plus voie au chapitre aux extrémistes de tout poil (quiétistes ou pas), ils sont un fardeau pour nous, leur autisme théologique et leur inculture crasse font d’eux (à l’insu de leur plein gré) des agents de déstabilisation et les jouets désignés de toutes les manipulations profondes ; en un mot, Français musulmans, chassons les brebis galeuses et montons le niveau, il en va de notre survie (physique) ! Continuer la lecture

Peu nombreux sont ceux qui se souviennent aujourd’hui des milliers de Vietnamiens et de Chinois qui moururent à Haïphong, à Kien An, à Hanoï, à Nam Dinh ou encore à Ha Giang et Bac Ninh, ou des 67 civils français qui perdirent la vie et les 48 autres disparus à jamais lors des vêpres tonkinoises du 19 décembre 1946.

C’est le lendemain que Hô Chi Minh déclare la guerre à la France ; l’interminable conflit indochinois peut commencer et seule l’armée française l’a suivi sur ce terrain parce qu’aucun des gouvernements ne s’y est aventuré, de sorte qu’on a admis en métropole la présence et l’activité d’agents de l’ennemi.

Les journaux Action, l’Express et France Observateur ont patronné et protégé, durant toute la guerre, Nguyen Van Ba et Pham Huy Thong à Paris, au vu au au sus de tout le monde !

DEVOIR D’OUBLI OU DEVOIR DE MEMOIRE ?

Les gouvernements français, les ministres, les diplomates et surtout les apparatchiks marxistes du Ministère de l’Education nationale ont tout fait pour effacer cette page de l’Histoire de France, parce que leurs complices « progressistes » des gouvernements de l’époque avaient du sang français sur les mains, la félonie et la corruption inscrites sur leurs visages.

Continuer la lecture

L’association Culture Populaire recevra Sébastien JeanJean-Claude Lozac’hmeur et Karl Van der Eyken le dimanche 11 décembre 2016 à 16h à Nice pour une conférence intitulée « Illuminés de Bavière et franc-maçonnerie ».

Sébastien Jean, essayiste sur les Illuminés de Bavière, démystifiera la figure des Illuminati dont le nom est galvaudé, et dévoilera leurs rapports avec la franc-maçonnerie.

Jean-Claude Lozac’hmeur, auteur de Fils de la Veuve et Les origines occultistes de la franc-maçonnerie, historien et professeur émérite (Université de Rennes) nous rendra intelligible sa finalité à travers son secret auquel de nombreux mythes font référence.

Karl Van der Eyken, ancien Vénérable Maître de la Grande Triade (Grande Loge de France) dans laquelle il a passé 22 ans, nous apportera son précieux témoignage et expliquera, notamment, l’escroquerie de la maçonnerie dite « chrétienne et traditionaliste » s’opposant à celle dite « laïque et progressiste ».

3 heures de conférence, une séance de questions/réponses et de dédicaces d’ouvrages avec un entracte permettant au public de se rafraîchir à la buvette prévue à cet effet.

Entrée : 10 euros.

Réservations : cultpop.fr

Emplacement : Nice – Centre ville

Continuer la lecture

Icham et Samir avaient déjà été condamnés 6 et 7 fois

Ces terroristes voulaient frapper la France le 1er décembre, téléguidés par un donneur d’ordre retranché en zone syro-irakienne. Ils ont été interpellés dans la nuit de samedi à dimanche dernier à Strasbourg et Marseille.

Parmi ces 5 suspects, quatre, interceptés dans le quartier de la Meinau à Strasbourg, sont des amis se connaissant de longue date.

  • Yassine B, Français de 37 ans, animateur dans une école et inconnu des services,
  • Icham M, Français de 37 ans, manutentionnaire ayant déjà six condamnations pour des faits de droit commun,
  • Samir B., épicier franco-tunisien de 35 ans condamné à sept reprises
  • Zakaria M, franco-marocain de 35 ans sans emploi et inconnu des services.

Comme leur prénom l’indique, ce sont des padamalgam.

Michel Janva dans Le Salon Beige

Vendredi 21 octobre 2016, plusieurs centaines de policiers en civil se sont rassemblés sur le parvis de Notre-Dame de Paris, avant de défiler rue de Rivoli jusqu’à la place de la Bastille. L’équipe d’ERTV était sur place.

Source: egaliteetreconciliation.fr

Au lendemain de l’annulation par Moscou d’une rencontre prévue à Paris entre François Hollande et Vladimir Poutine, le président russe a expliqué chronologiquement ce qui n’avait pas fonctionné dans les relations diplomatique entre les deux pays.

Au lendemain de l’annulation par Moscou d’une rencontre prévue à Paris entre François Hollande et Vladimir Poutine, le président russe a expliqué chronologiquement ce qui n’avait pas fonctionné dans les relations diplomatique entre les deux pays.

la chaîne YouTube de RT France : https://www.youtube.com/user/rtenfran…

RT en français : http://francais.rt.com/
Facebook : https://www.facebook.com/RTFrance
Twitter : https://twitter.com/rtenfrancais
Google+ : https://plus.google.com/1043966433679…

Diffusé en direct le 8 oct. 2016

Les pays-membres du Conseil de sécurité des Nations unies se réunissent pour voter sur le projet français de résolution concernant l’introduction d’une trêve en Syrie et prendre connaissance du projet alternatif présenté par la Russie.

Source: RT France

La Pravda, célèbre média russe, a voulu contribuer à faire connaître Alain Escada, président de Civitas. La vidéo de l’entretien est diffusée en langue russe, en français, en espagnol et en anglais, accompagnée de l’article très positif que l’on peut lire ci-dessous.

Civitas n’a pas peur des affrontements et entend représenter la vraie France – pas celle du Fouquet’s où Sarkozy fêtait sa victoire le lendemain de l’obtention de son mandat, mais celle des simples travailleurs, des gens qui voudraient que leurs voix ne soient pas pesées à l’aune de cacahuètes – la France profonde, les « sans-dents » comme les appelle dans son milieu l’hôte actuel de l’Elysée. 

Quoi qu’on en pense ou qu’on en dise ce n’est pas l’énergie qui manque à Civitas et à son président Escada, désireux de se débarrasser du règne sans fin d’un pouvoir aussi corrompu que parasitaire.

Afficher la suite

Des commentateurs qui ont appris à se méfier des explications officielles, tels que Peter Koenig et Stephen Lendman, ont soulevé des questions au sujet de l’attentat de Nice.

Les musulmans sont-ils les nouveaux communistes ?

Il semble vraiment étrange qu’une personne seule conduisant un gros camion ait pu accéder à des zones sécurisées où les Français s’étaient réunis pour regarder les feux d’artifice commémorant la prise de la Bastille. Il semble aussi étrange, que cet événement soit qualifié de terroriste lorsque la famille de l’auteur présumé soutien qu’il n’était pas du tout religieux et n’avait aucune motivation religieuse.

Le saurons-nous jamais ? Encore une fois l’auteur présumé est mort, ayant laissé, complaisamment, derrière lui sa carte d’identité.

Il semblerait qu’une des conséquences pour la France sera l’instauration permanente de l’état d’urgence. Cette mise au pas de la société servira également à la marionnette capitalise Hollande d’évacuer les protestations contre l’abrogation des protections du droit de travail en France. Ceux qui protesteront contre la perte, si durement gagnés, de leurs acquis seront restreints par l’état d’urgence.

Continuer la lecture

Tournant de la Deuxième Guerre mondiale, l’offensive Barbarossa, déclenchée le 22 juin 1941, marque le point d’aboutissement du grand suicide européen entamé en 1914.

Le Führer et le « Petit Père des Peuples » s’étaient entendus en août 1939, lors de la signature du pacte germano-soviétique, pour remettre à plus tard un affrontement que l’un comme l’autre jugeait à terme inévitable, mais l’accord conclu leur avait permis de se partager à moindre coût l’Europe orientale. La Pologne anéantie et les États baltes privés de leur éphémère indépendance, l’ordre nouveau ainsi établi pouvait satisfaire les maîtres de Berlin et de Moscou. Mais, une fois la victoire obtenue à l’ouest à l’été 1940, Hitler fut naturellement tenté d’engager la lutte avec une Russie soviétique qui se voulait la patrie d’une révolution communiste à vocation universelle.

Avec une Angleterre contrainte pour longtemps à la défensive et avec une Amérique résolument isolationniste, quelle qu’ait été la volonté interventionniste de Roosevelt, Hitler pouvait penser que la victoire sur l’URSS était à sa portée. Les difficultés rencontrées par l’Armée rouge en Finlande et l’épuration radicale qu’avaient subie ses états-majors pouvaient laisser penser que la mise en œuvre de la blitzkrieg aéroterrestre victorieuse en Pologne, en France et dans les Balkans ne laissait que peu de chances aux Soviétiques. C’était toutefois négliger le succès rencontré en 1939 contre les Japonais sur les frontières mongoles et sous-estimer les atouts géostratégiques majeurs dont bénéficiait la Russie – l’espace, les conditions hivernales, le volume des ressources humaines – qui avaient conduit à l’échec Charles XII et Napoléon. Continuer la lecture

1 2 3 5
Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives