En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

franc-maçons

Ne pas avoir d’enfant peut être involontaire, subi et constitue souvent une vraie souffrance à laquelle l’Eglise sait apporter son aide et sa consolation. Les couples concernés peuvent s’orienter vers l’adoption ou discerner une autre vocation. En revanche, lorsque l’on constate que la plupart des dirigeants européens n’ont pas d’enfant, il est légitime de douter de leur capacité à diriger et à protéger leur propre peuple (sauf s’il s’agir d’un pur hasard statistique).

C’est ce qu’a constaté Phil Lawer :

Emmanuel Macron, le nouveau président français, n’a pas d’enfants (il a épousé son ancienne prof, de 25 ans son aînée)

La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas d’enfants

Le Premier ministre britannique Theresa May n’a pas d’enfants

Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni n’a pas d’enfants

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte n’a pas d’enfants

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven n’a pas d’enfants

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel n’a pas d’enfants

Le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon n’a pas d’enfants

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n’a pas d’enfants

Le premier ministre belge, Charles Michel, a deux enfants, une moyenne haute dans cette Europe qui ne se reproduit plus. Mais son prédécesseur, Élio di Rupo, était un homosexuel sans enfant.

Un rapport de recherche de l’Union européenne intitulé « No kids, no problem » (Pas d’enfants, pas de problème) soulignait (encourageait?) cette tendance suicidaire de l’Europe. Il est intéressant de lire l’analyse de Giulio Meotti, journaliste culturel à Il Foglio en Italie : Continuer la lecture

famille

« Familles, je vous hais », « Familles françaises, je vous hais », telle semble être la devise du gouvernement Ayrault, lequel a consacré sa première année à la dénaturation du mariage pour complaire aux exigences libérales/libertaires et satisfaire à tous les caprices du lobby homosexualiste.

Il attaque sa deuxième année en démantelant la politique familiale sous couvert de réforme des retraites.

Dans un système de retraite par répartition, ce sont les enfants des familles nombreuses qui paient les retraites des célibataires ou des couples inféconds ou moins féconds, par choix ou fatalité. Dans un esprit de solidarité, il est donc logique que les parents de familles nombreuses bénéficient d’un bonus (de 10 %, 15 % ou 20 %) sur leurs retraites. Bonus qui vient (partiellement) compenser leurs sacrifices antérieurs en termes de revenus ou de patrimoine. Dans le même esprit, les mères de famille bénéficiaient de deux annuités supplémentaires par enfants.
Le gouvernement Ayrault a décidé de rayer d’un trait ces mesures d’équité.

C’est une réforme injuste précisément en ce qu’elle consiste à diminuer la retraite de ceux qui permettent aux autres d’avoir une retraite. Le message est le suivant : « Pauvres pommes, vos enfants paieront la retraite des autres, mais la vôtre sera diminuée. »

C’est une mesure nuisible : la France a peu d’atouts dans la compétition internationale. Grâce à sa politique familiale, sa natalité en était un par rapport à l’Espagne, à l’Allemagne, à l’Italie et à la Grande Bretagne. Et pas seulement grâce à l’immigration mais aussi grâce à la fécondité des Françaises de souche, nettement supérieure à celle des Européennes de souche des pays voisins.

Voilà qui était insupportable idéologiquement aux socialistes attachés à promouvoir « le grand remplacement » de la population française par haine de l’identité nationale.

D’autant qu’électoralement, les familles nombreuses de la classe moyenne française ne leur sont pas électoralement favorables. C’est donc elles qu’il faut faire payer, de même qu’il faut leur faire payer leur opposition à la loi Taubira.

Ajoutons que les sommes ainsi dégagées ne permettront pas d’équilibrer le régime des retraites mais qu’elles alimenteront le tonneau des Danaïdes des banlieues de l’immigration, gouffre financier mais… vivier électoral du Parti socialiste.

Les socialistes font ainsi d’une pierre deux coups : ils satisfont leurs fantasmes idéologiques et servent cyniquement leurs intérêts électoraux.

Ceux – syndicats et patronat notamment – qui se rendront complices de ces mesures par leur silence sont de beaux salopards.

Face à cela, les familles françaises doivent se mettre en état de légitime défense.

Jean-Yves Le Gallou

big-brother-obama

On croyait avoir déjà tout connu : Colin Powell et sa fiole de poudre de perlimpinpin à l’ONU, les New-Yorkais calfeutrés chez eux, fenêtres hermétiquement closes au scotch marron dans l’attente d’un attentat à l’arme chimique, des agents de la CIA trahis par leur propre gouvernement pour couvrir ses magouilles… Les sbires de Bush, croyait-on, avaient tout tenté – et peut-être tout fait ? 1 – dans le registre de la trouille au ventre pour manipuler leur opinion publique et nous avec.

À l’évidence, Barack Obama a bien retenu la leçon. Désigné par les révélations de Snowden pour ce qu’il est, soit un président des États-Unis semblable à tous ceux qui l’ont précédé, n’agissant que pour sa gueule, tout pour sa gueule, rien que pour sa gueule au mépris de tous les accords et toutes les conventions internationales, il choisit pour s’en sortir la méthode habituelle : la trouille.

Ce bel homme à la peau bronzée et au sourire Ultra Brite qui a reçu en « à-valoir » un prix Nobel de la paix en 2009, ce chantre de la démocratie et des libertés s’assied comme ses prédécesseurs sur le droit international. Avec sa bénédiction, son PRISM nous a tous fichés, enregistrés, traqués. Pour notre bien, assurément, puisqu’il s’agit là encore de « terroriser les terroristes ». Mais Snowden a tout balancé, comme le soldat Manning avant lui, et la planète politique feint de s’offusquer. Alors, pour faire de nouveau briller les étoiles de sa bannière et redorer le S de son caleçon de Superman, Obama nous refait le coup d’Al-Qaïda et de ses attentats géants pour la fin du ramadan. Un piège déjoué par qui ? Par PRISM, bien sûr. Comme ça tombe bien !

Des preuves ? Pas besoin, puisqu’on nous le dit. Et les copains, les Hollande et compagnie, d’annoncer au porte-voix qu’ils ferment leurs ambassades. Une publicité sans précédent, comme le souligne Le Point, relevant que les États « ne communiquent que très rarement sur les mesures de sécurité qu’ils prennent dans leur réseau diplomatique ». Mais que ne ferait-on pas pour notre grand allié, ange du Bien et parangon de la Vertu ?

Aujourd’hui, les USA évacuent avec force publicité leurs ressortissants du Yémen, pays dont le président et les forces armées apportent « toute leur coopération » aux États-Unis dans leur lutte contre le Mal. « Nous avons vu Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) battre en retraite des territoires qu’il contrôlait », a déclaré Obama voilà quelques jours, oubliant de mentionner les pilonnages répétés par des drones américains contre des extrémistes présumés. Oublié de dire aussi que les Yéménites constituent toujours le plus fort contingent des détenus de Guantánamo, détenus jamais inculpés ni jugés et prison dont le président des États-Unis promet depuis plus de quatre ans la fermeture.

La tricherie et le cynisme sont les maux endémiques des États-Unis. Obama n’est pas pire que ses prédécesseurs, il est juste pareil à eux. La bêtise du monde est d’avoir pensé qu’il pouvait être différent.

Marie Delarue dans Boulevard Voltaire

Qui est cet individu grossier qui, à Lyon, essaie d’intimider des Veilleurs en les filmant et ne peut s’empêcher de leur adresser un geste douteux (qui d’ailleurs pour lui ne devrait pas être insultant s’il était un minimum cohérent) ?

C’est Frédéric Haziza, journaliste réputé, à LCP (la chaîne parlementaire) et à Radio J (« la radio juive de Paris et sa région »).

source: Contre-info

Depuis le 19 juin, Nicolas est seul en prison pour avoir défendu le droit des enfants à avoir un papa et une maman. Aujourd’hui, 1er juillet, c’est à Fleury-Mérogis qu’il fête son anniversaire. Aussi, afin de lui apporter un peu de joie, nous lui envoyons ce petit message…

Depuis douze jours maintenant
Tu es prisonnier politique
Pour, dans cette République,
Avoir défendu les enfants

Coupable de t’être levé
Condamné comme un criminel
Ton sort pour nous est un appel
Oui, on ne va jamais lâcher !

Aujourd’hui à travers les murs
Nous te soutenons sois en sûr
De ton combat nous sommes fiers

Et nous sommes rassemblés là,
Tous, pour te souhaiter Nicolas
Un très joyeux anniversaire !

First-Class

Au cours d’un reportage dans le supplément du journal de France 2, « 13h15 le dimanche », consacré à Jean-Luc Mélenchon, le Che de carnaval déclare ne voyager qu’en classe affaire (ma chère). J’ai passé l’âge d’aller me faire briser le dos en classe éco (mon coco) précise-t-il. C’est vrai quoi merde… Ne trouvez-vous pas, Marie-Charlotte, qu’on est également beaucoup mieux assis dans une Mercedes 500 que dans une de ces horribles Clio qui vous cassent le dos, sans même le moindre minibar pour se désaltérer ? Les antifa dans les ventes privées, Mélenchon en business classe… Prenons la Bastille en sportswear Ralph Lauren et stockons les pavés dans nos sacs Vuitton.

Les cathos « petit doigt en l’air » doivent s’attendre à voir débarquer l’élite de la gauche, la crème de la rébellion dans les salons de thé les plus huppés de la Madeleine. Va y avoir du fauché chez Fauchon. Enfin fauché… Sur le papier. L’idéologie seulement. Juste un état d’esprit quoi… Des sans papiers oui… Mais loin, loin, là-bas. À la télé, par exemple. Les sans papiers à la télé, c’est bien. Sur un écran plat dernière génération avec lunettes 3D, c’est mieux. Punaise, on s’y croirait. Pour un peu, on pourrait les toucher. C’est dingue.

Mine de rien, extrême gauche et tradi-cathos ne vont-ils pas finir par fréquenter les mêmes quartiers, partager les mêmes tables et au bout du compte s’apercevoir, un peu gênés, qu’ils partagent aussi les mêmes valeurs ? Les antifa militent pour une société dont ils ne veulent pas. Ne se sont pas aperçus que luxe, mode et confort ne faisaient pas bon ménage avec afflux de sans papiers, musulmans accroupis en pleine rue et multiplications des logements sociaux. Leur idéal est coupé du monde. Leur pensée voyage en classe affaire. Tout là-haut, à 9.000 mètres d’altitude, de leurs fauteuils douillets, ils regardent la terre mais n’en voient que des parcelles à travers les nuages. L’atterrissage sera dur.

France 2 et son « 13h15 le dimanche » rejoignent la cohorte d’émissions dont les producteurs n’ont pas réussi à trouver un titre. 7 à 8, le 19/20, le 28 minutes d’Arte… Faute d’idées, on donne l’heure ou la durée de l’émission… Comme un livre dont le titre serait « 455 pages ». Même en classe affaire, pas la peine de prendre l’avion pour survoler le vide.

Jany Leroy dans Boulevard Voltaire

francois1

Il n’a pas sa langue dans la poche, notre pape François, et c’est pour cela qu’on l’aime. En rappelant aux 45 députés et sénateurs français, reçus en audience samedi au Vatican, que leur tâche peut également consister à « abroger des lois », en affirmant que l’Église « désire apporter sa contribution spécifique sur des questions profondes qui engagent une vision plus complète de la personne et de son destin », non seulement au niveau « anthropologique ou sociétal, mais aussi dans les domaines politique, économique et culturel », et en se félicitant que « la société française redécouvre des propositions faites par l’Église […] qui offrent une certaine vision de la personne et de sa dignité en vue du bien commun », le nouvel apôtre des pauvres prouve à nouveau son courage et sa perspicacité.

Son courage, on n’en doutait plus ; la réforme de gouvernement de la curie qu’il a engagée, sa parole vraie, directe et incisive vis-à-vis de quelques princes cléricaux carriéristes en attestent. Mais l’allusion claire à l’abrogation de la loi Taubira, qu’il relie à une redécouverte en France de la doctrine sociale de l’Église, révèle sa capacité à comprendre ce qui se vit chez sa fille aînée, éternelle jouvencelle, d’une manière bien plus lucide que la plupart des administrateurs, élus ou non, du vieil Hexagone.

S’il est une nation qui a été ratiboisée dans son identité par un laïcisme anticlérical, c’est bien la France. S’il est un pays où moins qu’un autre on pouvait imaginer que des chrétiens, que l’on croyait affadis et tous au moins septuagénaires, se lèvent au nom de leurs valeurs contre un projet de loi gay-friendly, c’est bien celui de la première convention.

Pourtant, la profondeur de ce qui se dit dans les assemblées de Veilleurs partout en France chaque soir, la vitalité des engagements de groupes comme les Mères Veilleuses ou les Hommen, la sagesse qui inspire des associations soucieuses de la formation des leurs, comme Alliance Vita ou Renaissance catholique, témoignent d’une singulière conception anthropologique puisée aux sources d’une Église aussi inspirée qu’à son origine.

Ils ont raison, les commentateurs, quand ils parlent de radicalisation, à condition qu’on la comprenne au sens de retour aux racines que donne son étymologie. Et n’en déplaise à quelques culs bénis, faux chouans et vrais tartuffes, qui cachent leur tiédeur derrière une pseudo-prudence de façade, c’est une bonne chose ! C’est le retour aux racines d’une civilisation qui a porté au plus haut la dignité de l’être humain et à laquelle quelques apprentis sorciers alliant malthusianisme et théorie du genre voudraient substituer la leur, toute imaginaire qu’elle est.

45 parlementaires français vont revenir de Rome, exhortés par le Pape d’insuffler aux lois un « esprit, une âme qui ne reflète pas uniquement les modes et les idées du moment ». Ils vont rencontrer dans leurs départements et leurs circonscriptions des Français galvanisés par neuf mois de combat et de résistance contre une loi parfaitement emblématique de ce qu’est un « projet tendance » dépourvu de tout fondement naturel solide. Si tout ce petit monde est capable de s’entendre, d’entendre surtout le souffle mystique qui peut rendre au sel d’un peuple le goût qu’il croyait avoir perdu, les mois qui viennent nous promettent d’être particulièrement épicés.

Merci François !

Franck Talleu

Liberté pour tous

Bienvenue !

A la Suite des très nombreuses interpellations et gardes à vue qui ont eu lieux ces derniers jours, et en particulier depuis le 26 mai 2013, lors des mouvements de contestations contre le projet de loi « Mariage Pour Tous », La Manif Pour Tous souhaite recenser l’ensemble des arrestations qui paraissent abusives et pour lesquelles il n’y a pas eu de suites pénales à l’encontre des manifestants.

Ce site se propose de permettre aux victimes de ces arrestations de pouvoir témoigner et donner toutes les informations relatives à leur interpellation dans la rubrique en haut à droite « Je témoigne ». Ce travail statistique est essentiel afin de pouvoir montrer à tous, la dureté de la répression et dénoncer les abus des forces de l’ordre et plus généralement de l’Etat.

Face à l’ampleur de l’usage de la force et de la contrainte contre les manifestants, La Manif Pour Tous a aussi décidé d’aider les manifestants qui ont fait l’objet de garde à vue ou d’interpellation à envisager des recours, s’il le souhaite contre l’Etat ou les forces de l’ordre que ce soit au travers de procédures pénales ou autres. La Manif Pour Tous a notamment décidé d’aider les victimes d’interpellations abusives à initier une action contre l’Etat, action que vous retrouverez dans la rubrique « Participez ».

Enfin, craignant que la force soit à nouveau utilisée indûment contre les manifestants, La Manif Pour Tous propose ici un certain nombre d’informations générales sur les droits des manifestants, au cours des manifestations proprement dite aussi bien que face aux forces de l’ordre.

Transmettez nous vos informations, vos témoignages et les améliorations que vous pourriez souhaiter.

Manifestants et sympathisants, ce site est fait pour vous et pour votre sécurité !

On Ne Lâche Rien, Jamais, Jamais, Jamais !

gender

Contre l’enseignement du gender en Primaire : rassemblement lundi prochain, 3 juin, à 19h près de l’Assemblée nationale, place Édouard Herriot.

Avec drapeaux, sifflets, tambours, casseroles, etc.

Le projet de loi Peillon passe en deuxième lecture a l’AN a partir de lundi. Il y a urgence !!!

Non a la propagande auprès des enfants !

Un candidat à la primaire UMP de Paris pointe du doigt les failles informatique du vote électronique

En fin d’après-midi, un des candidats, Pierre-Yves Bournazel, a demandé la suspension du vote. «Des centaines de Parisiens viennent de le constater en quelques heures, soit parce qu’ils n’ont pu s’inscrire pour voter, soit (…) parce qu’il a été possible d’inscrire plusieurs électeurs sans leur consentement», a lancé le candidat dans une déclaration lue à la presse devant l’Hôtel de Ville. «Il convient donc de suspendre le processus d’un vote publiquement ridiculisé.»

«Aucun d’entre nous ne peut sortir légitimé et n’aura l’autorité et la légitimité nécessaires pour affronter la majorité sortante en 2014 en étant désigné par ce processus, notoirement entaché de failles manifestes et d’irrégularités non sanctionnées», a-t-il encore dénoncé, évoquant un «système opaque, faillible et dans lequel certains s’affranchissent des règles les plus élémentaires de la démocratie».

Alors que le président de la fédération UMP de Paris, Philippe Goujon, assurait ce vendredi matin que le système choisi pour ce vote électronique est «?ultra-sécurisé?», «?contrôlé?» et «?validé?» par la CNIL, un huissier de justice et deux experts indépendants, la rédaction de Metronews affirme qu’un de ses journalistes a réussi facilement à frauder . «?Il est possible d’inscrire n’importe quel électeur parisien au scrutin, à condition de connaître son état civil (nom, adresse et date de naissance). Et d’avoir un peu de temps (et d’argent) à perdre?», affirme le quotidien. Metronews explique qu’un journaliste a pu «?inscrire certains de ses collègues à la primaire UMP, sans leur consentement?» et «?voter ainsi au nom de trois électeurs différents?». «?Il s’agit de votes blancs, donc sans effet sur l’équilibre du scrutin. Ils démontrent toutefois la possibilité de fraude?», écrit le quotidien sur son site.

Un vote non validé par la CNIL

La Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) a affirmé vendredi à l’AFP ne pas avoir «?validé?» la procédure de vote choisie par la fédération UMP de Paris pour la primaire ouverte devant désigner son candidat à la mairie de Paris.La Cnil a joué un rôle de «?conseil?» et de «?contrôle?», mais «?le fait que nous ayons validé, ça n’est pas exact?», a déclaré à l’AFP Florence Fourets, directrice des relations et du contrôle de l’institution, en réaction à des déclarations du président de la fédération UMP Philippe Goujon. «?Nous avons joué un rôle de conseil, en disant quelles sont les recommandations de la Cnil dès lors qu’il est fait appel à un système de bulletin électronique, et un rôle de contrôle. Mais dire que la Cnil a validé, autorisé le processus, ou qu’il s’agit d’experts agréés, c’est erroné?», a-t-elle insisté.
La favorite du scrutin septique sur l’ élection par scrutin électronique avant même l’ouverture du vote

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet s’était alarmée dès jeudi soir dans un communiqué de problèmes techniques pour ce scrutin. «?De nombreuses personnes inscrites sur le site des primaires rencontrent un important et récurrent problème technique de compatibilité de leur ordinateur pour le vote?», a-t-elle dit. Il est demandé d’activer «?une version récente de «?Java?» (ce) qui n’est pas une opération simple?», a-t-elle expliqué.

La société Docapost cherche à minimiser l’impact de la fraude

Si l’UMP est restée discrète sur le sujet, la faille était connue des organisateurs du scrutin. « On peut effectivement voter pour deux personnes, mais c’est une décision qui est assumée, explique-t-on chez Docapost. Nous avons prévu le cas de couples qui n’auraient qu’un seul portable ou qu’un seul mail pour deux. Cela ne peut pas permettre une fraude à grande échelle”, veut-on se rassurer. Reste la question du paiement. La même carte bancaire a été utilisée pour les différentes inscriptions. « Mais vous risquez d’être bloqué demain (vendredi) et de ne pas pouvoir voter », assure-t-on du côté de Docapost. Sans pour autant être capable de le certifier?: « Nous sommes capables de repérer ce genre d’anomalies », assure pourtant la filiale de La Poste.

place de l'opéra

Le nombre

C’était écrit à l’avance, depuis plusieurs jours, notamment depuis cette rencontre entre le ministre de l’Intérieur et les dociles représentants des médias qu’il avait convoqués : dimanche 26 mai, selon la préfecture, Civitas rassemblerait 2.800 personnes et la Manif pour tous 150.000. Défense de rire, circulez, il n’y a rien à voir, tout est dit.

Les incidents

Et puisque Manuel Vals était l’auteur du scénario du roman de la journée, il était aussi stipulé qu’il y aurait des « incidents ». D’ailleurs, afin d’effrayer les braves gens et de dissuader de participer à l’une ou l’autre des manifestations de dimanche, Manuel Vals s’est invité au journal télévisé de 20h sur France 2 samedi soir et a pris le ton le plus glacial pour mettre tout le monde en garde (à vue, serait-on tenté d’ajouter).

Donc, pour respecter le scénario du ministre de l’Intérieur, tout a été fait pour créer des incidents là où il n’y en avait pas. Dès le début de la journée, contrôles d’identité arbitraires, vexations et intimidations se multiplient partout : dans la rue, dans le métro, à la sortie des gares, à la terrasse de cafés,…

A l’issue de la manifestation de Civitas, vers 18h, alors que l’essentiel de la foule a déjà quitté la place de l’Opéra et que j’y termine quelques interviews, des CRS reçoivent ordre de la préfecture d’encercler 25 personnes qui discutaient paisiblement. Ces personnes seront interpellées et gardées dans un commissariat jusque 23h pour, selon la version journalistico-policière, avoir refusé d’obtempérer à un ordre de dispersion qui, bien entendu, n’a jamais existé, et pour cause puisque nous avions l’autorisation d’occuper la place de l’Opéra jusque 19h.

Ailleurs et plus tard, sur les Invalides, après la fin de la Manif pour tous, c’est le retour des barbouzes. Des policiers en civil, portant parfois des insignes nazis -caricature oblige-, jouent le rôle de « casseurs d’extrême droite » parmi les nombreux jeunes venus simplement exprimer leur légitime colère devant la promulgation d’une loi infâme. Belle mise en scène ! Plus loin, comme l’ont immortalisé des images filmées par une agence de presse et visibles sur internet, des policiers en uniforme jettent copieusement des bouteilles vides dont les éclats de verre peuvent sérieusement blesser des Français qui ont pour seul tort d’être venus défendre la Famille, socle de base de la société.

Sale besogne pour des forces de l’ordre bien moins présentes et répressives lorsqu’il s’agit de traiter les racailles qui incendient des voitures et pillent des boutiques au Trocadero.

La résistance

Mardi soir, toutes les télévisions ont montré François Hollande nous expliquer, sur un ton professoral, que le mot « résistance » est réservé à la seconde guerre mondiale et ne peut être utilisé par les défenseurs de la Famille. Mais notre président-professeur a la mémoire bien courte. Pour le seul vingtième siècle, s’il y eut la résistance au national-socialisme, il y eut aussi, jusque bien longtemps après la seconde guerre mondiale, la résistance au socialo-communisme. Est-ce parce que la république socialiste française s’inspire de plus en plus des méthodes autrefois pratiquées dans l’union des républiques socialistes soviétiques que François Hollande occulte ainsi la portée du mot « résistance » ? Le nom de Soljénitsyne lui est-il inconnu ? Les écrits de ce résistant russe vont pourtant précieusement pouvoir inspirer la nouvelle génération de résistants français. Car, dans l’esprit de Manuel Vals, du « mariage pour tous » au goulag pour tous, il n’y a qu’un pas…

Alain Escada,

président de CIVITAS

FRANCE-POLITICS-JOBS-YOUTH-CLASHES

L’AGRIF et ses avocats constatent les faits suivants :

Un peu partout, des forces de police et de gendarmerie sont détournées par le gouvernement Hollande à des fins de répression idéologique contre l’immense mouvement d’objection de conscience morale face à la loi radicalement anti-humaine imposée par la dictature LGBT-OGM.

Le pouvoir provisoirement en place emploie contre ce mouvement de défense de la dignité humaine toute la panoplie des moyens des régimes totalitaires :

– Déshonorante tentative d’instauration d’un climat de peur par le ministre des gaz et matraques, Manuel Valls, pour essayer, en vain, de dissuader les familles de venir clamer leur détermination de ne pas accepter une loi de désintégration de l’humanité.

– Arrestations nombreuses, incessantes et totalement arbitraires de personnes pacifiques, pour simple « délit de bonne gueule », ou par exemple pour simple port de vêtements siglés « la Manif pour tous », voir pour simple port d’un drapeau français, manifestement non prisés par les ministres de la dictature socialiste et de l’écologie subvertie.

– Cas de mères de familles attendant leurs enfants à la sortie des écoles, ignoblement embarquées dans les fourgons par de pauvres exécutants sans souci des droits des personnes et du sort des enfants ;

– Placements sur écoutes, filatures, arrestations, rétentions, mises en garde à vue à des fins d’intimidation et de fichage, et en violation flagrante du droit se succèdent ainsi comme aux époques annonciatrices des persécutions jacobines, nazies et communistes.

Cependant, la police et la gendarmerie ne font plus face à la délinquance grandissante dont on occulte des faits très graves. Et rien n’est fait contre les actes de profanation d’églises et de cimetières qui se multiplient et contre lesquelles, malgré les plaintes de l’AGRIF, les enquêtes ne sont pas diligentées.

Les dirigeants et avocats de l’AGRIF constatent, comme des millions de Français, que l’actuel gouvernement, imposant une loi immorale de déni d’humanité par tous les moyens de manipulation et de violation d’une authentique démocratie respectueuse de la loi morale naturelle et éternelle, s’est enfermé dans l’illégitimité et sombre désormais dans l’illégalité la plus grossière.

Ils vont riposter à cette situation d’iniquité par tous les moyens de justice et de droit encore subsistants et en appellent aux magistrats protecteurs de la défense des libertés.

Les forces de l’ordre sont aujourd’hui employées à des missions de répression et d’intimidation des honnêtes gens qui ne réclament que de pouvoir s’exprimer.

Elles savent pourtant que prévaut désormais fermement depuis 1945 dans le droit international et national la doctrine dite des « baïonnettes intelligentes ». Celle-ci dispose que les agents de l’État sont responsables pénalement s’ils exécutent des ordres manifestement illégaux (article 122-4 du code Pénal), notamment les atteintes arbitraires à la liberté individuelle qui sont réprimées par l’article 432-4.

Ce dernier article fait encourir 7 ans d’emprisonnement aux auteurs et aux donneurs d’ordre portant atteinte arbitrairement à la liberté individuelle.

Des dizaines de plaignants, notamment soutenus par l’AGRIF et assistés par ses avocats, et bien d’autres encore en concertation avec eux, vont saisir dans les prochains jours les instances judiciaires de plaintes contre les atteintes aux droits les plus fondamentaux de la personne humaine.

Bernard Antony

dsk-arrestation

La magie du Festival de Cannes, ses stars pour prépubères, ses paillettes, ses robes trop fendues, ses visages trop liftés, ses prédateurs sexuels en? liberté…? À la projection de Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch, Dominique Strauss-Kahn était présent avec sa nouvelle compagne, Myriam L’Aouffir. À la sortie, un « bonne soirée » aux paparazzi et il disparaît à l’arrière d’une voiture. Il y a un Sofitel à Cannes ? ?

Only Lovers Left Alive (« Seuls les amants survivent »), c’est une histoire de sexe, de rock’n’roll et de vampire.? La succion, ça a toujours été son truc, à Dominique.?? DSK, c’est le type qui, après avoir violé l’Afrique en tant que directeur du FMI, a abusé d’une Africaine qui lui avait échappé sur son sol natal.? C’est quasiment de la déformation professionnelle : Dominique est un bourreau de travail…??

En mai 2011, quand on mit les froides menottes autour de ses mains à l’aéroport JFK juste avant qu’il n’embarque, si on lui avait dit : « T’inquiète? pas, mon Dodo, dans deux ans, tu montes les marches de Cannes… » Mal rasé, fatigué, fini, il était plus près du quartier VIP de Sing Sing que du ?tapis rouge sang. Mais les maîtres du monde, ça ne finit pas en prison et ça vous crache au visage leur impunité.??

Aujourd’hui, personne ne semble gêné en sa présence. On s’habitue à tout. ?Polanski, autre monstre sacré qui daigne cette année fouler le sol cannois, est un brave type reçu sur tous les plateaux télé. Son talent excuse? tout, même le viol d’une gamine de 13 ans après l’avoir soûlée et droguée. « Erreur de jeunesse ! », a crié aussitôt BHL. Même si ça ne change rien à ?la gravité des faits, il avait quand même… 43 ans.

??Sa compagne, à Dominique, elle a un certain charme, c’est sûr. Mais quand je vois DSK avec une femme, je me demande toujours si c’est une call-girl? ou juste une tordue. Je n’aimerais pas que ce soit ma cousine… ?Léa Rousseau dirait peut-être que c’est le fantasme du viol, mais comment fait Myriam pour ne pas penser à Diallo ?

http://www.bvoltaire.fr

Connexion
Art. récents
juillet 2017
MTWTFSS
« Jun  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
Archives