En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

FN

Soraya Lemaire, candidate FN aux élections législatives dans la 4e circonscription des Français de l’étranger, celle du Benelux, fait dans le symbolique : pour son entretien au site belge Le Peuple, elle a choisi d’être filmée à Molenbeek, à deux pas de la maison familiale de Salah Abdeslam

En revenant sur les résultats du 23 avril, on constate que Macron obtenait 8,65 millions de voix, Le Pen 7,68 Fillon 7,21 et Mélenchon 7,06.

Marine Le Pen arrivait en tête dans plus de 16.000 communes.

Au second tour le 7 mai, largement battue par Macron –avec 20,75 millions de voix- Marine Le Pen progressait encore de 3 millions, pour arriver à 10,64 millions d’électeurs (soit 40% de mieux).

Dès lors, que ceux qui parlent de « défaite » balayent devant leur porte et cessent de donner des conseils, alors même qu’ils n’ont pas pu ou pas su, depuis 25 ans, dépasser le seuil des 3% au nom de leurs groupuscules respectifs.

Doubler, en nombre de voix, les scores du FN entre 2002 et 2017, alors que la TOTALITE de l’oligarchie médiatico-politico-financière lui est opposée, reste tout de même un exploit formidable. L’on n’est pas obligé d’en aimer pour autant la blonde de Montretout.

Allons plus loin : en ayant dépassé les 45% dans 115 circonscriptions le 7 mai, le FN aurait donc de sérieuses chances d’envoyer plus que les 2 députés actuels, siéger à l’Assemblée Nationale le 18 juin (date symbolique).

Contrairement à 2005, 2007 et 2012, l’électorat se divise maintenant en 4 forces plus ou moins équivalentes, dont les courants peuvent s’imbriquer ou se superposer en partie. Les macroneux avec 25%, les patriotes lepénistes avec 22%, les républicains historiques -Fillonaires- et les Insoumis avec chacun 20%. Ce qui permettra des triangulaires et des quadrangulaires.

Rien n’est joué, rien n’est perdu, tout est possible. Continuer la lecture

La maçonnerie mondialiste à l’œuvre.

Apparemment les cercles mondialistes ne semblent pas se contenter de la nomination d’un ancien membre de la triplette Young Leader, Rothschild, Bilderberg, à la présidence française. Celui qui pourrait être tout prochainement nommé Premier ministre n’est autre que le maire du Havre, juppéiste de longue date, Édouard Philippe. C’est en tout cas ce qu’annoncent de nombreux médias.

 

En 2016, il avait participé à la réunion de la maçonnerie mondialiste Bilderberg. Il semble qu’Emmanuel Macron ait son nom en tête depuis longtemps. On peut supposer que ce choix lui a été imposé par les cercles mondialistes qui ont besoin d’un tandem qui leur est fidèle à 100 %.

D’après le Grand Maître franc-maçon italien Gioele Magaldi, Emmanuel Macron serait effectivement initié à la franc-maçonnerie. Il appartiendrait aux loges « Fraternité Verte » et « Atlantis Aletheia ». Il y a une véritable démonstration de force de la maçonnerie locale et mondialiste. En avril dernier, sept obédiences maçonniques avaient appelé à voter contre le Front national.

Il faut dire que le jour de son élection, Emmanuel Macron avait déjà mis tout le monde dans le bain avec sa mise en scène de la Pyramide du Louvre. D’après le franc-maçon Serge Moati, « Macron est devenu président en marchant vers la lumière ».

Pour comprendre l’emprise de la franc-maçonnerie sur le pouvoir en France, rien ne vaut un petit résumé d’Alain Soral sur la question :

Source: E&R

Selon un vent favorable porté par une source proche du Parlement Européen, les cadres dirigeants du Front National auraient décidé de changer le nom du parti.
Marine Le Pen avait prononcé dans son discours lors des résultats de la présidentielles un recours à « L’Alliance Patriotique Républicaine ».
La nouvelle appellation du F.N serait maintenant « Les Patriotes ».

Continuer la lecture

Clotilde Libert, 39 ans, secrétaire de circonscription FN à Dunkerque, mariée, 9 enfants (dont un enfant africain adopté), déclare à La Croix du Nord :

Clotilde-libert J’ai rejoint l’UDF, puis Christine Boutin et ensuite Philippe de Villiers.

 

Je tournais autour du FN car ce vote était tabou chez les chrétiens. Mais un jour je me suis dit que si c’était ce parti qui incarnait mes idées, alors je devais les soutenir.

 

Ce n’est pas un coup de colère anti-système, j’ai toujours eu la même colonne vertébrale ».

Et ce n’est pas seulement sur la position concernant la famille qu’elle se sent proche du FN.

 Quand mon immeuble brûle, je sauve mes enfants d’abord. Les élus délaissent leurs administrés pour s’occuper d’autres populations dont ils n’ont pas la charge ». « Je ne pensais pas revoir des camps en France ». « Des racistes, il y en a dans tous les partis. Au FN, ils ne sont pas en responsabilité ».

« Je n’ai jamais connu autant de fraternité qu’au FN ». « On y trouve toutes les classes sociales et on sait mieux que dans les presbytères qui est au chômage, qui n’a pas rempli son frigo… »

« Je suis bannie depuis que j’ai affiché ma proximité avec le FN. Lorsque les membres de l’Emmanuel auquel j’appartenais l’ont su, je me suis fait insulter. Chez les scouts, on nous sollicite moins. Je me suis auto-bannie aussi, je reste pratiquante mais dans une petite église où je reste au fond sans chercher à m’engager. »

« Si les chrétiens étaient cohérents, ils voteraient tous pour Marine Le Pen ». « Notre éthique sociale est héritière de la doctrine sociale de l’Église ». « Travail le dimanche, homme jetable : voter Macron est-il compatible avec la foi chrétienne ? »

Au FN, un seul point sur lequel elle ne déroge pas par rapport à sa foi : son attachement au pape François, qui ne fait pas l’unanimité au sein de son parti.

 Je le défends car il n’est pas toujours compris. Il accueille des migrants au Vatican, mais un petit nombre adapté à la taille du pays ».

Michel Janva dans Le Salon Beige

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

À la veille de cette échéance décisive pour l’avenir de notre pays, vous vous interrogez peut-être encore. Au-delà de sa personne, vous n’avez pas de sympathie particulière pour le programme de Monsieur Macron, ni pour l’action passée de ceux qui le soutiennent aujourd’hui, mais vous hésitez à voter pour sa concurrente.

Peut-être êtes-vous de ceux qui avez cru, en votant pour François Fillon, soutenir des convictions plus proche des vôtres, bien qu’en matière de défense de la vie il se fût empressé de dire que ses convictions personnelles n’auraient aucune conséquence sur son action politique, et d’ailleurs n’en avaient jamais eu. Aujourd’hui les masques sont tombés  ; l’intéressé déclare à qui veut l’entendre que la principale cause de son échec est le soutien que lui a apporté «  Sens Commun  », cette frange de catholiques courageux qui pourtant l’avaient soutenu jusqu’au bout et qui en dépit de la publicité faite sur les faiblesses du personnage, ne l’avaient pas abandonné au milieu du gué, contrairement à ses amis politiques les plus proches, et avaient permis, lors de la grande manifestation du Trocadéro, de maintenir une candidature bien compromise.

Dans ces conditions, vous n’êtes évidemment pas tenu, bien au contraire, de le suivre dans un ralliement immédiat et inconditionnel à l’ancien ministre de l’Économie de M. Hollande, dont la veille encore il dénonçait le programme néfaste pour la France.

Certains aujourd’hui voudraient aussi vous faire croire que le vote en faveur d’Emmanuel Macron est celui de l’ouverture, de la générosité aux antipodes de celui en faveur de Marine Le Pen, représentant le repli, l’hostilité au monde extérieur, l’égoïsme, etc. L’une de vos principales réticences tient peut-être à la volonté de la candidate nationale de restreindre voire d’inverser le courant migratoire : on veut faire croire aux chrétiens que ce serait un manque de charité, une violation du devoir d’hospitalité, la force de la propagande est telle que certains vont le répétant, qui sont de bonne foi. Continuer la lecture

Dans ce nouveau numéro de l’émission « Avant j’aimais pas la politique » François Durpaire revient sur les racines de l’engagement politique de Jean-Marie Le Pen, député au Parlement Européen, fondateur et président d’honneur du Front National ( FN ) et président des comités Jeanne.

Une production FDMTV / FDM TV / France Diversité Média


L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :

  • Affaire Fillon (« Penelope gate ») : quelques réflexions de bon sens…
  • Le FN gêné aux entournures ?
  • De quoi la « société ouverte » des progressistes est-elle le nom ?
  • L’aveu : quand Pierre Moscovici dit tout haut… ce que les « complotistes » disent tout haut !
  • CETA : les euromondialistes ne désarment pas
  • Trump : le grand méchant loup applique son programme ?
  • L’Agence Moody’s menace les Français : si vous votez Marine…
  • Brexit : le désastre annoncé se fait attendre
  • Cérémonie des Bobards d’or : à vos votes !

Congrès des Nations et des Libertés

Samedi, à l’occasion d’un congrès réunissant à Coblence (Allemagne) les Allemands d’Alternative für deutschland (AFD), les Néerlandais du Parti pour la liberté (PVV), les Autrichiens du Parti de la liberté (FPÖ) et la Ligue du Nord italienne, Marine Le Pen a appelé, devant quelque 5 000 personnes enthousiastes, les Européens à se « réveiller » et à suivre l’exemple des Britanniques et des Américains lors des scrutins des prochains mois.

Un appel au réveil de la force des électeurs déçus par les formations politiques conventionnelles incapables de gérer le chômage, l’austérité et la crise migratoire, provoquée par la chancelière Angela Merkel, qui frappent leur Europe.

Continuer la lecture

Les forces nationales et identitaires d’Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l’invitation du Comité Jeanne de l’Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front national. Plus de 700 personnes s’étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d’autres sont venues écouter les intervenants.

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.  Continuer la lecture

Voilà des années que nous l’écrivons dans une grande solitude et les faits — hélas ! — nous donnent raison chaque jour davantage : Marine Le Pen n’est pas du camp national. C’est fondamentalement une femme de gauche, une bobo, une libérale-libertaire.

L’avortement, l’euthanasie et le “mariage” homosexuel ne lui posent aucun problème. Pour elle, se battre sur ces questions, refuser l’IVG, ou même seulement son remboursement intégral, combattre le “mariage” homosexuel, n’a aucun sens. Ne comptent que les questions économiques. Comme l’a dit avec son mépris habituel son maître à penser Philippot, l’éventuelle abrogation du « mariage pour tous » est aussi importante que « la culture du bonsaï ».

Marine Le Pen a dit substantiellement la même chose dimanche au grand jury RTL-LCI, tous ces débat dits sociétaux sont des sujets “lunaires”, des thèmes « de diversion ». Il faut éviter les “chicayas” sur des questions qui, pour la présidente du Front national, n’ont non seulement aucune importance mais ne présentent aucun intérêt. Ces questions sont à ce point négligeables qu’elle reconnaît avoir menti activement par le passé lorsqu’elle s’était prononcée, à plusieurs reprises, en 2011 et en 2012, pour le déremboursement de l’avortement.

C’était, avoue-t-elle avec un parfait cynisme, pour donner des gages aux partisans de Bruno Gollnisch. Elle reconnaît ouvertement qu’elle ne pensait pas un traître mot de ce qu’elle professait à l’époque, elle confesse publiquement, mais sans contrition ni ferme propos, qu’elle n’est qu’une sale menteuse prête à tous les reniements, toutes les entourloupettes, tous les coups tordus, pour faire carrière, pour parvenir à ses fins. Continuer la lecture

Le 22 novembre 2016 à 19h30 sur LCI, Yves Calvi recevait Marion Maréchal Le Pen (Députée Front National du Vaucluse et Présidente du groupe FN en PACA) qui réagissait au 2nd Tour de la Primaire Les Républicains qui opposera François Fillon à Alain Juppé. Elle a aussi parlé de Marine Le Pen et du FN à la fin de l’interview.
EXTRAITS :
« Fillon a été député 8 ans avant ma naissance. C’est un des rares qui refuse de me serrer la main. »
« Fillon se dit conservateur mais ne veut pas revenir sur le Mariage Pour Tous, ni même sur l’adoption! »
Marion Maréchal Le Pen affirme que c’est elle qui a refusé d’être dans l’exécutif de campagne 2017 par manque de temps (députée,région,..)
« Les candidats de droite dénoncent avec virulence le multiculturalisme dont ils ont fait l’apologie depuis 20 ans. »
Marion Maréchal Le Pen dit que le changement de logo du FN c’est pour mettre en avant Marine et non une volonté de gommer le passé.
« Ca m’a traversé l’esprit (d’arrêter la politique) mais j’ai une responsabilité (…) car la France se délite. »
« On a la démonstration avec Trump qu’un système coalisé contre 1 candidat ne suffit plus à en détourner le peuple »
« Le FN subit un acharnement judiciaire assez pénible à vivre au quotidien (…) mais ça n’aboutira pas. »
« Quand on a le sentiment d’être près de la victoire et qu’elle nous est due, elle nous est parfois volée injustement »

Quelles répercussions pour l’Autriche ?

Sans doute que du bon. De toutes façons le résultat de Norbert Hofer est plus que remarquable, jamais le FPÖ n’est arrivé à ce niveau. Le Président élu continuera à aligner l’Autriche dans la logique mondialiste et, à terme, comme toutes les nations et toutes les civilisations, elle risque de disparaîtrait. Le vote FPÖ était donc un vote salvateur. Il faut considérer que cette élection est une nouvelle étape vers la victoire finale.

Quelles répercussions pour l’Union européenne ?

Il faudra bien, un jour ou l’autre, que toutes les nations européennes prennent leurs responsabilités. L’UE, telle qu’elle est conçue actuellement, est un épouvantail qui détruit l’idée d’Europe. Les nations européennes sont toutes confrontées aux mêmes dangers, mais Bruxelles n’apporte aucune solution. L’Europe, à mon avis, doit être une complémentarité civilisationelle faite de nations souveraines œuvrant pour le bien commun. Continuer la lecture

Historien, politologue, Nicolas Lebourg déclare à Politique magazine, dont le dossier est consacré à Marion Maréchal-Le Pen :

« […] Marion Maréchal-Le Pen est au confluent des droites catholiques et identitaires. Elle fédère un « bloc des droites » qui entre en concurrence avec les tenants d’une ligne « ni droite, ni gauche » nombreux au sein du Front national. Son libéralisme économique – pas très différent de celui qu’affichait son grand-père – et son conservatisme sur le plan des mœurs, qui s’est affirmé dans l’opposition à la loi Taubira, vont dans cette logique.

Des idées qui tranchent avec celles de sa tante, Marine Le Pen…

La présidente du FN est persuadée que ces combats politiques, en particulier l’opposition au mariage pour tous, n’ont pas d’intérêt stratégique. Il s’agit d’une réflexion ancienne chez elle, mûrie depuis son passage à la tête de l’association Génération Le Pen en 2002. Contrairement à ce qu’on a raconté, ce ne sont pas les « néopaïens » et autres « racialistes » qui ont été écartés des instances de direction du parti lorsqu’elle en a été élue présidente en 2011. Ce sont d’abord ceux qui incarnaient le courant national et catholique, traditionnel au sein du FN. Marine Le Pen a pris le FN par la gauche. D’où, entre autres, l’importance accordée à la défense de la laïcité. Continuer la lecture

Marion a engrangé parce qu’elle a été fidèle à ce qu’elle croit. Et parce qu’elle n’a pas hésité à transgresser les règles du politiquement correct.

D’un tour à l’autre le FN n’a gagné nulle part mais il a progressé en voix partout, y compris dans les triangulaires qu’il ne pouvait guère gagner.

Partout ? Pas tout à fait. Malgré une participation en hausse de 20 % le FN a perdu, en nombre de voix, 10 % de ses électeurs du premier tour en Île-de France. Là où son candidat Wallerand de Saint Just a tenu une ligne mollassonne : timide sur la défense des valeurs et maladroite en réponse aux questions de la Manif pour tous ; frileuse sur l’identité et à contre-emploi dans la recherche du vote immigré (qui de toute façon s’abstient aux régionales !) À force de chercher à rassurer, Wallerand a découragé ses électeurs ! Au final, c’est chéri j’ai rétréci l’électorat ! Continuer la lecture

Entretien avec Alain de Benoist

« Front national, un perdant qui pèse lourd », titre Le Parisien, tandis que le député FN Gilbert Collard se félicite d’une « défaite victorieuse ». Votre avis ?

Le Front national n’a certes emporté aucune région, mais l’important n’est pas là. L’important est qu’il continue à progresser à chaque élection. Les régionales n’ont pas fait exception. La barre des 40 % a été enfoncée dans plusieurs régions, et le mouvement de Marine Le Pen est désormais assuré d’avoir plus de 350 conseillers régionaux (ce qui résout au passage le problème des parrainages pour la présidentielle). Le fait essentiel est qu’un parti qui a contre lui la gauche et la droite, tous les grands partis de gouvernement, tous les grands journaux, toutes les stations de radio et de télévision, sans oublier les ligues de vertu, le show business, le CRIF, le MEDEF et le Grand-Orient, Pierre Gattaz, BHL et Dany Boon, n’en est pas moins en passe de réunir les votes de près d’un Français sur deux. Bref, plus on met en garde les Français contre le FN, et plus ils votent pour lui, ce qui montre à qu’ils ne croient plus rien de ce qu’on leur dit, et à quel point leur colère et leur dégoût sont immenses. Continuer la lecture

Dans son «livre» retraçant son parcours à l’UMP, l’ex ministre Rama Yade rapportait cette anecdote : en 2010 la très immigrationniste Valérie Pécresse,   déjà  tête de liste  sarkozyste en Ile-de-France, lui aurait proposé d’être candidate dans le Val d’Oise. Au motif lui aurait dit Mme Pécresse « qu’il y a beaucoup d’Africains là bas qui ont zéro degré de sens politique. Et toi tu sauras leur parler » (sic).  Claude Bartolone lui aussi sait parler, pas toujours à bon escient.  Dans un entretien accordé à l’Obs, le candidat socialiste  à la région Île-de-France, a décrit cette même Mme Pécresse (celle là même qui disait  qu’elle préférerait voter PS que FN), comme une candidate  qui «défend en creux Versailles, Neuilly et la race blanche». Et nous qui pensions que M.  Bartolone était convaincu  comme ses amis socialistes que les races n’existent pas… «Je viens de recevoir un coup de file de Calixthe Beyala, la fondatrice des Africains de France (et romancière, ndlr), qui me soutient», a déclaré Valérie Pécresse sur LCI et Radio classique. Et Calixthe Beyala de confirmer: «Je trouve ça aberrant, malhonnête, c’est de la calomnie».  Un beau et bon brevet de moralité,  d’impartialité  quand on se souvient que Mme Beyala  fut  récompensée  pour  son « combat historique » en faveur  la promotion des « minorités visibles »par Nicolas Sarkozy,  qui l’éleva au rang de Chevalier   de la Légion d’honneur. Il est vrai  que les Français sont habitués à cette distribution à tort et à travers de la rosette, même  si le site  du magazine Télérama  qualifia Calixthe Beyala de plagiaire , de  « récidiviste de la kleptomanie littéraire ». Une kleptomanie qui est une pathologie plus largement répandue au sein de la droite, mais uniquement en période électorale quand il s’agit d’enrober son discours, de  reprendre à son compte les concepts défendus par le FN, pour mieux les oublier  une fois au pouvoir… Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
juillet 2017
MTWTFSS
« Jun  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
Archives