En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

FN

Dans ce nouveau numéro de l’émission « Avant j’aimais pas la politique » François Durpaire revient sur les racines de l’engagement politique de Jean-Marie Le Pen, député au Parlement Européen, fondateur et président d’honneur du Front National ( FN ) et président des comités Jeanne.

Une production FDMTV / FDM TV / France Diversité Média


L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :

  • Affaire Fillon (« Penelope gate ») : quelques réflexions de bon sens…
  • Le FN gêné aux entournures ?
  • De quoi la « société ouverte » des progressistes est-elle le nom ?
  • L’aveu : quand Pierre Moscovici dit tout haut… ce que les « complotistes » disent tout haut !
  • CETA : les euromondialistes ne désarment pas
  • Trump : le grand méchant loup applique son programme ?
  • L’Agence Moody’s menace les Français : si vous votez Marine…
  • Brexit : le désastre annoncé se fait attendre
  • Cérémonie des Bobards d’or : à vos votes !

Congrès des Nations et des Libertés

Samedi, à l’occasion d’un congrès réunissant à Coblence (Allemagne) les Allemands d’Alternative für deutschland (AFD), les Néerlandais du Parti pour la liberté (PVV), les Autrichiens du Parti de la liberté (FPÖ) et la Ligue du Nord italienne, Marine Le Pen a appelé, devant quelque 5 000 personnes enthousiastes, les Européens à se « réveiller » et à suivre l’exemple des Britanniques et des Américains lors des scrutins des prochains mois.

Un appel au réveil de la force des électeurs déçus par les formations politiques conventionnelles incapables de gérer le chômage, l’austérité et la crise migratoire, provoquée par la chancelière Angela Merkel, qui frappent leur Europe.

Continuer la lecture

Les forces nationales et identitaires d’Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l’invitation du Comité Jeanne de l’Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front national. Plus de 700 personnes s’étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d’autres sont venues écouter les intervenants.

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.  Continuer la lecture

Voilà des années que nous l’écrivons dans une grande solitude et les faits — hélas ! — nous donnent raison chaque jour davantage : Marine Le Pen n’est pas du camp national. C’est fondamentalement une femme de gauche, une bobo, une libérale-libertaire.

L’avortement, l’euthanasie et le “mariage” homosexuel ne lui posent aucun problème. Pour elle, se battre sur ces questions, refuser l’IVG, ou même seulement son remboursement intégral, combattre le “mariage” homosexuel, n’a aucun sens. Ne comptent que les questions économiques. Comme l’a dit avec son mépris habituel son maître à penser Philippot, l’éventuelle abrogation du « mariage pour tous » est aussi importante que « la culture du bonsaï ».

Marine Le Pen a dit substantiellement la même chose dimanche au grand jury RTL-LCI, tous ces débat dits sociétaux sont des sujets “lunaires”, des thèmes « de diversion ». Il faut éviter les “chicayas” sur des questions qui, pour la présidente du Front national, n’ont non seulement aucune importance mais ne présentent aucun intérêt. Ces questions sont à ce point négligeables qu’elle reconnaît avoir menti activement par le passé lorsqu’elle s’était prononcée, à plusieurs reprises, en 2011 et en 2012, pour le déremboursement de l’avortement.

C’était, avoue-t-elle avec un parfait cynisme, pour donner des gages aux partisans de Bruno Gollnisch. Elle reconnaît ouvertement qu’elle ne pensait pas un traître mot de ce qu’elle professait à l’époque, elle confesse publiquement, mais sans contrition ni ferme propos, qu’elle n’est qu’une sale menteuse prête à tous les reniements, toutes les entourloupettes, tous les coups tordus, pour faire carrière, pour parvenir à ses fins. Continuer la lecture

Le 22 novembre 2016 à 19h30 sur LCI, Yves Calvi recevait Marion Maréchal Le Pen (Députée Front National du Vaucluse et Présidente du groupe FN en PACA) qui réagissait au 2nd Tour de la Primaire Les Républicains qui opposera François Fillon à Alain Juppé. Elle a aussi parlé de Marine Le Pen et du FN à la fin de l’interview.
EXTRAITS :
« Fillon a été député 8 ans avant ma naissance. C’est un des rares qui refuse de me serrer la main. »
« Fillon se dit conservateur mais ne veut pas revenir sur le Mariage Pour Tous, ni même sur l’adoption! »
Marion Maréchal Le Pen affirme que c’est elle qui a refusé d’être dans l’exécutif de campagne 2017 par manque de temps (députée,région,..)
« Les candidats de droite dénoncent avec virulence le multiculturalisme dont ils ont fait l’apologie depuis 20 ans. »
Marion Maréchal Le Pen dit que le changement de logo du FN c’est pour mettre en avant Marine et non une volonté de gommer le passé.
« Ca m’a traversé l’esprit (d’arrêter la politique) mais j’ai une responsabilité (…) car la France se délite. »
« On a la démonstration avec Trump qu’un système coalisé contre 1 candidat ne suffit plus à en détourner le peuple »
« Le FN subit un acharnement judiciaire assez pénible à vivre au quotidien (…) mais ça n’aboutira pas. »
« Quand on a le sentiment d’être près de la victoire et qu’elle nous est due, elle nous est parfois volée injustement »

Quelles répercussions pour l’Autriche ?

Sans doute que du bon. De toutes façons le résultat de Norbert Hofer est plus que remarquable, jamais le FPÖ n’est arrivé à ce niveau. Le Président élu continuera à aligner l’Autriche dans la logique mondialiste et, à terme, comme toutes les nations et toutes les civilisations, elle risque de disparaîtrait. Le vote FPÖ était donc un vote salvateur. Il faut considérer que cette élection est une nouvelle étape vers la victoire finale.

Quelles répercussions pour l’Union européenne ?

Il faudra bien, un jour ou l’autre, que toutes les nations européennes prennent leurs responsabilités. L’UE, telle qu’elle est conçue actuellement, est un épouvantail qui détruit l’idée d’Europe. Les nations européennes sont toutes confrontées aux mêmes dangers, mais Bruxelles n’apporte aucune solution. L’Europe, à mon avis, doit être une complémentarité civilisationelle faite de nations souveraines œuvrant pour le bien commun. Continuer la lecture

Historien, politologue, Nicolas Lebourg déclare à Politique magazine, dont le dossier est consacré à Marion Maréchal-Le Pen :

« […] Marion Maréchal-Le Pen est au confluent des droites catholiques et identitaires. Elle fédère un « bloc des droites » qui entre en concurrence avec les tenants d’une ligne « ni droite, ni gauche » nombreux au sein du Front national. Son libéralisme économique – pas très différent de celui qu’affichait son grand-père – et son conservatisme sur le plan des mœurs, qui s’est affirmé dans l’opposition à la loi Taubira, vont dans cette logique.

Des idées qui tranchent avec celles de sa tante, Marine Le Pen…

La présidente du FN est persuadée que ces combats politiques, en particulier l’opposition au mariage pour tous, n’ont pas d’intérêt stratégique. Il s’agit d’une réflexion ancienne chez elle, mûrie depuis son passage à la tête de l’association Génération Le Pen en 2002. Contrairement à ce qu’on a raconté, ce ne sont pas les « néopaïens » et autres « racialistes » qui ont été écartés des instances de direction du parti lorsqu’elle en a été élue présidente en 2011. Ce sont d’abord ceux qui incarnaient le courant national et catholique, traditionnel au sein du FN. Marine Le Pen a pris le FN par la gauche. D’où, entre autres, l’importance accordée à la défense de la laïcité. Continuer la lecture

Marion a engrangé parce qu’elle a été fidèle à ce qu’elle croit. Et parce qu’elle n’a pas hésité à transgresser les règles du politiquement correct.

D’un tour à l’autre le FN n’a gagné nulle part mais il a progressé en voix partout, y compris dans les triangulaires qu’il ne pouvait guère gagner.

Partout ? Pas tout à fait. Malgré une participation en hausse de 20 % le FN a perdu, en nombre de voix, 10 % de ses électeurs du premier tour en Île-de France. Là où son candidat Wallerand de Saint Just a tenu une ligne mollassonne : timide sur la défense des valeurs et maladroite en réponse aux questions de la Manif pour tous ; frileuse sur l’identité et à contre-emploi dans la recherche du vote immigré (qui de toute façon s’abstient aux régionales !) À force de chercher à rassurer, Wallerand a découragé ses électeurs ! Au final, c’est chéri j’ai rétréci l’électorat ! Continuer la lecture

Entretien avec Alain de Benoist

« Front national, un perdant qui pèse lourd », titre Le Parisien, tandis que le député FN Gilbert Collard se félicite d’une « défaite victorieuse ». Votre avis ?

Le Front national n’a certes emporté aucune région, mais l’important n’est pas là. L’important est qu’il continue à progresser à chaque élection. Les régionales n’ont pas fait exception. La barre des 40 % a été enfoncée dans plusieurs régions, et le mouvement de Marine Le Pen est désormais assuré d’avoir plus de 350 conseillers régionaux (ce qui résout au passage le problème des parrainages pour la présidentielle). Le fait essentiel est qu’un parti qui a contre lui la gauche et la droite, tous les grands partis de gouvernement, tous les grands journaux, toutes les stations de radio et de télévision, sans oublier les ligues de vertu, le show business, le CRIF, le MEDEF et le Grand-Orient, Pierre Gattaz, BHL et Dany Boon, n’en est pas moins en passe de réunir les votes de près d’un Français sur deux. Bref, plus on met en garde les Français contre le FN, et plus ils votent pour lui, ce qui montre à qu’ils ne croient plus rien de ce qu’on leur dit, et à quel point leur colère et leur dégoût sont immenses. Continuer la lecture

Dans son «livre» retraçant son parcours à l’UMP, l’ex ministre Rama Yade rapportait cette anecdote : en 2010 la très immigrationniste Valérie Pécresse,   déjà  tête de liste  sarkozyste en Ile-de-France, lui aurait proposé d’être candidate dans le Val d’Oise. Au motif lui aurait dit Mme Pécresse « qu’il y a beaucoup d’Africains là bas qui ont zéro degré de sens politique. Et toi tu sauras leur parler » (sic).  Claude Bartolone lui aussi sait parler, pas toujours à bon escient.  Dans un entretien accordé à l’Obs, le candidat socialiste  à la région Île-de-France, a décrit cette même Mme Pécresse (celle là même qui disait  qu’elle préférerait voter PS que FN), comme une candidate  qui «défend en creux Versailles, Neuilly et la race blanche». Et nous qui pensions que M.  Bartolone était convaincu  comme ses amis socialistes que les races n’existent pas… «Je viens de recevoir un coup de file de Calixthe Beyala, la fondatrice des Africains de France (et romancière, ndlr), qui me soutient», a déclaré Valérie Pécresse sur LCI et Radio classique. Et Calixthe Beyala de confirmer: «Je trouve ça aberrant, malhonnête, c’est de la calomnie».  Un beau et bon brevet de moralité,  d’impartialité  quand on se souvient que Mme Beyala  fut  récompensée  pour  son « combat historique » en faveur  la promotion des « minorités visibles »par Nicolas Sarkozy,  qui l’éleva au rang de Chevalier   de la Légion d’honneur. Il est vrai  que les Français sont habitués à cette distribution à tort et à travers de la rosette, même  si le site  du magazine Télérama  qualifia Calixthe Beyala de plagiaire , de  « récidiviste de la kleptomanie littéraire ». Une kleptomanie qui est une pathologie plus largement répandue au sein de la droite, mais uniquement en période électorale quand il s’agit d’enrober son discours, de  reprendre à son compte les concepts défendus par le FN, pour mieux les oublier  une fois au pouvoir… Continuer la lecture

Devant les échecs, les reniements, l’aveuglement des partis du Système, l’accélération d’une crise et de menaces  multiformes qui ont été  annoncées, prédites  de longue date par le FN,   les procès en extrémisme, la diabolisation du Mouvement national  sont  ils encore audibles, efficaces? Nous en doutions sur notre blogue jeudi dernier, à trois jours de ce premier tour, évoquant les éditorialistes et autres spécialistes es FN qui craignaient un vote sanction.  Dans les faits un  retour au réel, lequel comme s’en désole le directeur de la rédaction de Libération, Laurent Joffrin,  «est toujours réactionnaire»… Cette réaction, ce réflexe de survie du peuple Français, cette volonté de changement, d’une alternative patriotique,  ce sont manifestés à  un pourcentage  jamais atteint  dans les urnes ce dimanche. Du moins chez les 50% d’électeurs (chiffre cependant  en progression  de près de trois points par rapport à 2010) qui ont daigné se rendre aux urnes. Ce sont  ainsi plusieurs  21 avril  qui ont   déferlé sur ce scrutin, dans les six régions sur treize ou le FN est arrivé en tête,  vague tricolore  dont ont été victimes les deux principaux partis dits de gouvernement,  co-gestionnaires depuis des décennies du déclin Français. Au niveau national, le FN totalise   27,96 % des suffrages exprimés, soit six millions d’électeurs,  devant  la coalition   LR-MoDem-UDI (26,89 %) et  l’alliance PS-radicaux de gauche ( 23,33 %).Quant à la nébuleuse de partis catalogués à  l’extrême gauche , trotsko-communiste et (pseudo) écologiste, elle  réalise un score très marginal. Continuer la lecture

La liste FN est conduite par Paul-Henry Hansen-Catta, 59 ans, rédacteur en chef du mensuel «Plaisirs de la chass » et président d’honneur de la très puissante fédération des chasseurs de l’Aisne qui compte 14.000 membres et qui avait signé un accord politique avec Les Républicains ! La surprise ne vient pas tant de la personnalité d’Hansen-Catta, celle d’un journaliste engagé à droite, que de sa proximité connue avec l’ancien ministre et député-maire de Saint-Quentin, Xavier Bertrand, tête de liste des Républicains dans l’Aisne et dans la région Nord-Picardie. Continuer la lecture

Le député européen Aymeric Chauprade a annoncé lundi sur iTELE qu’il « quitte le Front National de Florian Philippot et de Marine Le Pen », critiquant notamment le choix de la direction du parti d’extrême droite d’avoir écarté Jean-Marie Le Pen. Aymeric Chauprade explique être à partir de maintenant « dans une logique de droite indépendante » et précise qu’il « reste parlementaire ». Enfin il prend pour cible son ancien parti en critiquant son positionnement politique: « Je crois que le FN ne correspond pas à un projet crédible et ne répondra pas aux attentes des Français ».

Source : itele.fr

« Ce que je reprocherais à Florian Philippot, c’est que ses positionnements sont ringards »

Ainsi s’exprime Julien Rochedy, ancien patron du FNJ, qui a quitté le FN à la suite de son éviction. Il est interrogé par Le Rouge & Le Noir :

Source: Le Rouge & le Noir

Le Front National vit une époque sacrificielle paradoxale : comment réaliser le meurtre du père pour instituer définitivement la légitimité de la dynastie Le Pen ?

 

Jean-Marie Le Pen, un bouc émissaire ?

René Girard a tout au long de son œuvre insisté sur la dimension symbolique et sacrificielle du bouc-émissaire. Pour un Jean-Marie Le Pen qui a toujours désigné les étrangers comme étant les responsables des maux de la France, le destin a un parfum d´ironie. Au-delà de la mise en scène spectaculaire de la dynastie Le Pen en allant de la fille un temps légitimiste jusqu´à la petite-fille qui soigne l´héritage des valeurs, on peut se demander si cette mise à l´écart est de l´ordre de la régénération symbolique du parti ou au contraire si elle participe d´un tournant idéologique de cette formation engrangeant des succès électoraux successifs. Continuer la lecture

Lu sur Marianne :

« Marie-Christine Arnautu a été débarquée de la Commission d’investiture du parti et Bruno Gollnisch, ancien rival de la présidente du FN, de celle des conflits. Des sanctions qui font suite au limogeage de plusieurs secrétaires départementaux. Quant à Jean-Marie Le Pen, on vient de lui retirer l’usage personnel d’une carte bancaire du parti…

Continuer la lecture

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives