En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Emmanuel Macron

Robert Ménard appelle les électeurs à se mobiliser dimanche contre les candidats qui soutiennent le Président, son idéologie et la politique qu’il entend mener.

Les résultats du 1er tour des législatives témoignent, cependant, de la déception de l’électorat des Républicains comme du FN. La droite doit maintenant dépasser ses oppositions stériles et mortifères et se rassembler dans un grand parti conservateur, car « ne pas construire des alliances, c’est se suicider ».

Après l’élection d’Emmanuel Macron, c’est le plébiscite d’En Marche! au moins pour les Français qui ont été voter, mais c’est surtout l’échec de la droite et du Front national. Quelle lecture faites-vous de cet échec ?

Ce que je constate dans ma ville – et je crois que je ne suis pas le seul maire à le constater -, c’est que les gens sont désabusés. D’une part, ils sortent fatigués, un peu écœurés de la politique et de ces combats qui ont duré plus d’une année entre les différentes primaires et la présidentielle. D’autre part, pour ce qui est des gens de notre sensibilité, ils sont un peu sonnés. Sonnés quand on est des Républicains par toutes les affaires autour de Fillon, tous les revirements aujourd’hui de leurs chefs de file dont on ne comprend plus rien de ce qu’ils veulent. Et puis, du côté du Front national, ils ont le sentiment d’être revenus cinq ans en arrière. Vous ajoutez tout cela et vous avez une espèce de déception, d’écœurement, d’abandon qui fait que les gens qui votent traditionnellement pour la droite, dans son ensemble, n’étaient pas présents dimanche dernier dans les isoloirs.

Quelle est, pour vous, la remise en question qui doit suivre ce nouvel échec ?

Pardon de me répéter de mois en mois et d’année en année : on ne peut pas gagner dans le système électoral français sans alliance. Ne pas construire d’alliances, c’est se suicider. C’est se suicider non seulement pour le Front national, qui va sortir étrillé de cette affaire, mais également, de la même façon, pour Les Républicains. Je le regrette pour l’un et pour l’autre. Il n’est pas possible qu’il y ait une poignée de députés du Front national alors que Marine Le Pen vient de faire plus de dix millions de voix et qu’il y ait quelques dizaines d’élus des Républicains alors qu’ils représentent un courant important de la vie politique de ce pays. Dans les conditions institutionnelles, compte tenu du mode de scrutin, la droite doit prendre conscience qu’il faut absolument qu’elle s’allie. Sur 90 % des questions, l’électorat du Front national et celui des Républicains pensent exactement la même chose. Soit elle prend acte de cela et elle sort du sectarisme et de l’imbécillité des divisions mortifères qu’elle connaît aujourd’hui, soit elle sera définitivement ringardisée et renvoyée en dehors du match.

Sur le Front national lui-même, nous avons vu que les questions économiques avaient été un gros blocage. Elles ont été extrêmement importantes pendant la campagne. Pensez-vous que c’est la question qui doit agiter le Front national de l’intérieur après ces élections ?

Il faut réguler un certain nombre de questions et c’est l’affaire du Front national. Je n’y suis pas, mais si on me demande mon avis (et un certain nombre de gens, au Front national, me le demandent), tant qu’ils n’auront pas définitivement tourné la page de cette idée stupide de la sortie de l’euro, tant qu’ils n’auront pas, sur les questions économiques, envisagé autre chose qu’un discours d’extrême gauche identique ou presque à celui de monsieur Mélenchon, tant qu’en termes d’alliance des liens n’auront pas été tissés avec d’autres partis, tant que le Front national ne reverra pas son mode de fonctionnement et une partie des gens qui l’incarnent, il ne s’en sortira pas et c’est la France qui ne s’en sortira pas. Il faut construire un grand parti conservateur. Cela inclut le Front national, mais ce n’est pas que le Front national.

Un dernier mot pour les électeurs. Les électeurs de droite ne se sont pas mobilisés et ceux du Front national peut-être encore moins. Est-ce qu’il est trop tard ou est-ce que, pour vous, dimanche peut être décisif sur un certain nombre de circonscriptions ?

Comment ne pas aller voter quand on a en face de nous des candidats qui soutiennent un président de la République qui a dit que la culture française n’existait pas, qui a dit de l’immigration que c’était une chance sociale, économique et culturelle, qui a dit de la présence française en Algérie que c’était un crime contre l’humanité, qui pense que les économies que l’on doit faire, on doit les faire sur les plus âgés, sur les retraités, et qui estime qu’une retraite à 1.200 euros fait de vous quelqu’un qu’on peut encore un peu plus saigner d’un point de vue des impôts.

Rien que pour ces quatre raisons-là, aujourd’hui, il faut absolument que la droite et l’électorat du Front national se mobilisent pour faire gagner les candidats qui font entendre un autre son de cloche dans un certain nombre de circonscriptions et, bien entendu, le plus grand nombre de circonscriptions possibles. On ne peut pas se contenter d’une Assemblée nationale, au palais Bourbon, d’une seule couleur politique. Ce n’est pas possible. Si on aime ce pays, si on aime ce peuple, si on se soucie de son avenir, on va voter dimanche !

Pour défendre la liberté d’expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

 

1. Macron ou pas Macron, la faillite de la France demeure un risque majeur.
– Que peut faire le candidat des banques et des médias aux ordres de Bruxelles ?
– A la prochaine élection présidentielle pourquoi ne pas élire directement un banquier ?
– Demain Drahi comme Berlusconi ?
– La dette française et la dette grecque, ce qui attend Macron.
– Impressions de Grèce (retour de reportage). Comparaisons avec la France.
– Les départements ne peuvent plus payer le RSA.
– les centres-villes désertés.
– Les statistiques du chômage publiées maintenant tous les trois mois : le coup du thermomètre.
– La France vend ses bijoux de famille, le cas des 5 KM de La baule vendus à Veolia.
– Grèce la trahison de Tsipras, les procédés fascistes de l’extrême gauche !
– L’invasion des migrants par la Grèce, les révélations explosives de Pierre Jovanovic de retour de Grèce.

2. Et toujours la monnaie de singe !
– Soutenir les marchés actions ?
– L’audition de Mario Draghi mis en difficulté par les députés Hollandais. Continuer la lecture

L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :

– retour sur l’élection présidentielle

– Les Patriotes : courant nouveau au sein du FN ?

– cérémonie d’investiture pour Emmanuel Macron

– nouveau gouvernement avec Édouard Philippe

– l’enjeu des élections législatives

– nouvelle polémique pour Donald Trump : a-t-il divulgué un secret d’État

– colloque sur la maltraitance des enfants au Parlement européen

– Corée, cercle Aristote et autres déplacements : le point agenda

– Marion Maréchal Le Pen se met en retrait de la vie politique

« […] Champion de l’esprit libéral libertaire, Emmanuel Macron est sans doute le plus conservateur de tous les candidats,il conserve la société telle qu’elle est, en flattant encore ses travers, en faisant la promotion de tous les droits sociétaux. Il conserve l’économie française telle qu’elle est, en implorant l’Allemagne d’Angela Merkel de partager les bénéfices. C’est apparemment sa seule marge de manœuvre : ce que l’Allemagne voudra bien nous laisser de sa part du gâteau européen. Il change le personnel politique ou tente de le changer, à travers un mouvement à ses initiales, En Marche, rebaptisé La République en Marche, mais c’est pour utiliser les mêmes rituels et la même langue de bois, voire – François Bayrou en sait quelque chose déjà – les mêmes coups de poignard dans le dos et le même cynisme calculateur. Il n’y aura pas d’état de grâce pour le parti d’Emmanuel Macron. Il faudra vraiment pour lui que les Législatives arrivent très vite, avant que la supercherie ne se dévoile et que l’on comprenne que, comme dit Alain de Benoist, Macron n’avait pas d’autres idées que de faire (lui) ce qui se fait et de dire (lui) ce qui se dit. Là est le changement : autrefois, il y avait des images de l’homme, des idéologies différentes, un intérêt porté par l’animal humain à sa condition. Aujourd’hui tout se réduit à l’argent, celui que l’on peut faire sur le moment. Emmanuel Macron n’a pas seulement plu par sa mine de gendre idéal. Il a été élu sur le prestige de cet argent-là et de son parcours Rotschild. L’argent donc ? Continuer la lecture

Ne pas avoir d’enfant peut être involontaire, subi et constitue souvent une vraie souffrance à laquelle l’Eglise sait apporter son aide et sa consolation. Les couples concernés peuvent s’orienter vers l’adoption ou discerner une autre vocation. En revanche, lorsque l’on constate que la plupart des dirigeants européens n’ont pas d’enfant, il est légitime de douter de leur capacité à diriger et à protéger leur propre peuple (sauf s’il s’agir d’un pur hasard statistique).

C’est ce qu’a constaté Phil Lawer :

Emmanuel Macron, le nouveau président français, n’a pas d’enfants (il a épousé son ancienne prof, de 25 ans son aînée)

La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas d’enfants

Le Premier ministre britannique Theresa May n’a pas d’enfants

Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni n’a pas d’enfants

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte n’a pas d’enfants

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven n’a pas d’enfants

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel n’a pas d’enfants

Le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon n’a pas d’enfants

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n’a pas d’enfants

Le premier ministre belge, Charles Michel, a deux enfants, une moyenne haute dans cette Europe qui ne se reproduit plus. Mais son prédécesseur, Élio di Rupo, était un homosexuel sans enfant.

Un rapport de recherche de l’Union européenne intitulé « No kids, no problem » (Pas d’enfants, pas de problème) soulignait (encourageait?) cette tendance suicidaire de l’Europe. Il est intéressant de lire l’analyse de Giulio Meotti, journaliste culturel à Il Foglio en Italie : Continuer la lecture

La maçonnerie mondialiste à l’œuvre.

Apparemment les cercles mondialistes ne semblent pas se contenter de la nomination d’un ancien membre de la triplette Young Leader, Rothschild, Bilderberg, à la présidence française. Celui qui pourrait être tout prochainement nommé Premier ministre n’est autre que le maire du Havre, juppéiste de longue date, Édouard Philippe. C’est en tout cas ce qu’annoncent de nombreux médias.

 

En 2016, il avait participé à la réunion de la maçonnerie mondialiste Bilderberg. Il semble qu’Emmanuel Macron ait son nom en tête depuis longtemps. On peut supposer que ce choix lui a été imposé par les cercles mondialistes qui ont besoin d’un tandem qui leur est fidèle à 100 %.

D’après le Grand Maître franc-maçon italien Gioele Magaldi, Emmanuel Macron serait effectivement initié à la franc-maçonnerie. Il appartiendrait aux loges « Fraternité Verte » et « Atlantis Aletheia ». Il y a une véritable démonstration de force de la maçonnerie locale et mondialiste. En avril dernier, sept obédiences maçonniques avaient appelé à voter contre le Front national.

Il faut dire que le jour de son élection, Emmanuel Macron avait déjà mis tout le monde dans le bain avec sa mise en scène de la Pyramide du Louvre. D’après le franc-maçon Serge Moati, « Macron est devenu président en marchant vers la lumière ».

Pour comprendre l’emprise de la franc-maçonnerie sur le pouvoir en France, rien ne vaut un petit résumé d’Alain Soral sur la question :

Source: E&R


Je bénis tous ceux qui coopèrent à la résurrection de la France. Je les bénis dans le but (laissez-moi vous le dire) de les voir s’occuper d’une œuvre bien difficile mais bien nécessaire, celle qui consiste à faire disparaître ou à diminuer une plaie horrible qui afflige la société contemporaine, et qu’on appelle le suffrage universel. Remettre la décision des questions les plus graves aux foules, nécessairement inintelligentes et passionnées, n’est-ce pas se livrer au hasard et courir volontairement à l’abîme ? Oui, le suffrage universel mériterait plutôt le nom de folie universelle ; et quand les sociétés secrètes s’en emparent, comme il arrive trop souvent, celui de mensonge universel. »

Pie IX. 5 mai 1874.

Toutes les loges, rassemblées le 1er mai, avaient appelé à voter Emmanuel Macron. Photos ici. Continuer la lecture

Jeudi 4 mai sur la chaîne CNews, Emmanuel Macron a estimé que le député européen MoDem Sylvie Goulard, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR) et l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) « avaient vocation » à l’accompagner en cas de victoire.

Ce sont trois personnes qui ont chacune leurs qualités propres ».

« Xavier Bertrand a lui-même pris des positions très claires en soutien à ma candidature pour ce second tour.
Il a en même temps réaffirmé son identité politique forte. C’est un président de région avec qui j’ai toujours très bien travaillé ».

« Sylvie Goulard m’accompagne depuis la première heure. C’est une femme remarquable, qui défend l’Europe avec beaucoup de vigueur et conviction.

(…) Quant à Bertrand Delanoë, il m’a rejoint il y a plusieurs mois et c’est un homme de gauche, ancré à gauche, qui a beaucoup de force de conviction, qui a une hauteur d’éthique qui fait du bien au débat français ».

En marche vers le recyclage de la gauche caviar.

Michel Janva dans Le Salon Beige

Samedi dernier, le 29 avril 2017, ER Lille recevait Marion Sigaut pour une conférence sur « le projet mondialiste de destruction de l’enfance et de la famille ».
Elle nous a mis en garde contre le projet LGBT de Macron.

Le collectif Antioche réunit des prêtres et des religieux de tous âges, ruraux et urbains, à différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, qui ont souhaité prendre leurs distances par rapport à l’hystérie électorale ambiante – qui n’a, hélas, pas épargné certains bureaux de la Conférence épiscopale. Il nous a demandé de publier le communiqué suivant:

La Conférence des évêques de France (CEF), tout en affirmant ne pas le faire, donne des consignes de vote aux catholiques français. C’est un fait puisqu’elle a dénoncé ouvertement un parti politique, et un seul. Son porte-parole l’a déclaré en 2015 : « la position de l’Église en France sur le Front national n’a pas varié ». Selon lui : « le rejet de l’étranger, le refus de l’accueil de l’autre, une conception et une vision de la société renfermées sur la peur, posent problème » et un « certain nombre de points développés par le Front national ne sont pas conformes à la vision que l’Évangile nous invite à défendre ». Il s’est fendu d’une déclaration bien orientée, dès le soir du 1er tour à 22h.

Nous ne discutons pas ce droit de dénonciation. Une question se pose, pour s’en tenir à l’enjeu du 2e tour de 2017. Qu’en est-il du programme de M. Emmanuel Macron, ultra-libéral oligarchique, mondialiste, transhumaniste, technocratique, anti-famille, européiste, euthanasique, abortif et eugéniste assumé ? Bon nombre de points ne sont pas plus conformes à l’Évangile ou aux principes non négociables de l’Église que chez son adversaire, en particulier si l’on en croit le Pape François et Laudato si’.

Une méthode honorable (et surtout courageuse) aurait été de rechercher le positif dans chaque programme proposé au vote des Français. Il aurait été possible ensuite, avec équité, d’énumérer les points négatifs de l’un ou l’autre candidats. Chaque catholique aurait été ensuite renvoyé à sa conscience d’adulte, pour faire son choix en toute responsabilité, sans être traité comme un mineur. Au lieu de cela, un discours flou, parfaitement tendancieux, mêle chantage moralisant et péché par omission.

Pourquoi ce « deux poids, deux mesures » ahurissant ?

Force est donc de constater que les propos de la CEF se trompent de cible avec une régularité d’horloge depuis 30 ans. Ils ne sauraient donc plus ni mobiliser ni intimider quiconque, en tout cas pas nous. Nous ne regardons plus la télévision depuis longtemps, nous ne lisons plus vos déclarations, Messeigneurs… Nous étions à la Manif pour Tous et à la Marche pour la Vie et vous n’y étiez pas… La situation s’aggrave chaque jour. Nous partageons la souffrance d’un peuple que vous fréquentez bien peu. Tout cela interroge, pour parler votre jargon.

Voilà pourquoi, sans « appeler » à voter, ni « canoniser » personne ni aucun programme, sans donner de leçons de morale à quiconque, sans jouer sur la peur, soucieux du bien commun politique dans le « moindre mal », nous disons paisiblement que nous voterons pour Mme Le Pen dans deux semaines.

Le second tour de l’élection présidentielle 2017 pourrait bien atteindre un taux d’abstention record.

Des partisans de Jean-Luc Mélenchon aux électeurs LR, ils sont nombreux à refuser de soutenir l’un des deux candidats finalistes.

Dernière illustration en date, l’intervention du député LR Henri Guaino sur LCI ce mardi matin:

 Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron. Je suis en désaccord avec tout, je me bats depuis des années en politique contre ce qu’il incarne, contre ce qu’il représente, contre ce qu’il fait. »

 Henri Guaino : « Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron »

 

Marine Le Pen a accusé François Fillon de «trahison» envers ses électeurs pour son appel à voter Macron au second tour de l’élection présidentielle.

«J’ai quand même une petite pensée pour les électeurs de François Fillon», «Voilà des gens qui ont défendu leur candidat dans des conditions extrêmement difficiles, qui sont restés fidèles jusqu’au bout, et qui se sont fait récompenser en écoutant à 20h02 leur candidat dire : « il faut voter pour Emmanuel Macron »

«Est-ce que vous vous rendez compte, quelque part, de la trahison dont ces gens sont victimes ? Je pense que c’est un manque de respect total de la part de François Fillon à l’égard de ceux qui l’ont soutenu contre vents et marées, qui sont restés fidèles jusqu’au bout et qui se trouvent trahis par leur chef de la pire des manières», a déploré, à l’adresse de la presse, Marine Le Pen à l’issue d’une visite matinale à l’immense marché alimentaire de Rungis. Continuer la lecture

Certains nous présentent Emmanuel Macron comme l’homme nouveau tant attendu, le charmeur de ces dames, mais il est surtout le bateleur de foire qui hypnotise une clientèle crédule.

Produit marketing du Nouvel Ordre Mondial, fabriqué par les banksters, représentant de la Davos Goldman Sachs Idéologie (DGSI), il récoltera sans nul doute l’assentiment des bourgeoises endiamantées et des fanatiques de la compromission.

Quant à François Fillon, il a démontré sa capacité de persévérance et de résistance face au Régime qui cherche à tout prix à préserver ses prébendes, en le noyant sous un tombereau d’ignominies. Son programme de réformes structurelles permettrait, nous dit-on, à l’Etat de retrouver son lustre terni par le quinquennat hollandais.

Rien n’est moins certain. Parce que ces 15 dernières années, plus de 40 milliardaires et 60.000 millionnaires ont quitté la France, sous les présidences de Chirac (deux fois), de Sarközy et de Hollande. « Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche » affirmait le président américain Abraham Lincoln en 1860, devant le Congrès. Continuer la lecture

Dans une interview à La Croix, le candidat d’En Marche ! s’explique sur son patrimoine financier. Comme secrétaire général adjoint à l’Elysée, payé 12 000 euros brut, il ne gagnait “plus assez pour payer ses impôts”, dit-il.

Suite aux rumeurs de fausses déclarations de patrimoines, Macron s’est expliqué auprès du journal La Croix, et Valeurs Actuelle. Pour rappel, Macron n’avait déclaré que 200 000 euros de patrimoine.

Extraits :

“J’avais le statut d’indépendant” dit-il dans le quotidien. Sur son salaire, il devait retirer “cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu”. 

Continuer la lecture

Au début du mois de février 2017, Julian Assange, le patron de WikiLeaks confie au quotidien russe Izvestia:

« Nous possédons des informations intéressantes concernant l’un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron. Les données proviennent de la correspondance privée de l’ex secrétaire d’État américain, Hillary Clinton”.

Et comme si Assange tenait à nous donner des indices, quelques jours plus tard, il nous informe qu’en 2012 la CIA avait demandé à la NSA (centrale d’écoute et de tri du renseignement) de suivre de près la campagne présidentielle française et ses différents protagonistes. Assange veut il nous faire comprendre que Macron a été ciblé en 2012 par la CIA comme un candidat à promouvoir et à soutenir pour les élections présidentielles de 2017 ?

Peut – être. Dans ce cas on comprend mieux l’inquiétude des russes qui le considèrent alors comme un agent de l’influence américaine en Europe. Mais cette hypothèse est elle plausible ? En cherchant un peu, on trouve, quand même, des éléments troublants dans le parcours de Macron. Il n’échappe à personne que la campagne de Macron est habitée par deux objectifs: tout faire pour créer un pôle social libéral par une l’alliance droite–gauche et rester dans un schéma de la mondialisation de l’Économie. Comme beaucoup, vous croyez que ces idées sortent de la tête de ce brillant énarque? Eh bien vous vous trompez ! La stratégie de Macron est dans la droite ligne de celle définit par les États Unis et la CIA dans les années 80 s’agissant de ce que doit être la démocratie et l’économie dans le monde.

Des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise, des banquiers, relais d’influence de la stratégie américaine en France, ont choisi Macron et l’ont façonné pour qu’il entre exactement dans ce schéma. Vous ne le croyez pas ? Ce sont des élucubrations, des supputations, des délires ? Lisez bien ce qui est écrit, c’est surprenant ! […] Continuer la lecture

Pour ce troisième épisode de la série « Soral, vite ! », Alain Soral analyse l’attaque portée par l’oligarchie contre le libéral-conservateur François Fillon, laissant un boulevard au candidat « 100% soumis » : Emmanuel Macron. Bon visionnage !

Pour soutenir ERTV : egalité et réconciliation

Marine Le Pen, présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle de 2017, était l’invitée de Fabien Namias ce mercredi matin.

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives