En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

économie

1. Macron ou pas Macron, la faillite de la France demeure un risque majeur.
– Que peut faire le candidat des banques et des médias aux ordres de Bruxelles ?
– A la prochaine élection présidentielle pourquoi ne pas élire directement un banquier ?
– Demain Drahi comme Berlusconi ?
– La dette française et la dette grecque, ce qui attend Macron.
– Impressions de Grèce (retour de reportage). Comparaisons avec la France.
– Les départements ne peuvent plus payer le RSA.
– les centres-villes désertés.
– Les statistiques du chômage publiées maintenant tous les trois mois : le coup du thermomètre.
– La France vend ses bijoux de famille, le cas des 5 KM de La baule vendus à Veolia.
– Grèce la trahison de Tsipras, les procédés fascistes de l’extrême gauche !
– L’invasion des migrants par la Grèce, les révélations explosives de Pierre Jovanovic de retour de Grèce.

2. Et toujours la monnaie de singe !
– Soutenir les marchés actions ?
– L’audition de Mario Draghi mis en difficulté par les députés Hollandais. Continuer la lecture

Les sanctions antirusses sont nuisibles aux économies européennes, notamment allemande et autrichienne, provoquant une hausse très importante du taux de chômage, d’après le quotidien autrichien Der Standard.Les pertes liées aux sanctions antirusses au sein de l’Union Européenne, qui se sont montées à 17 milliards d’euros en 2015, ont causé le gel de 400 000 emplois, affirme Günther Oswald, journaliste de l’édition autrichienne Der Standard, citant le nouveau rapport de l’Institut autrichien de recherches économiques (WIFO).

 Le gouvernement de coalition autrichien n’a jamais prôné les sanctions antirusses. En novembre dernier, le ministre fédéral de l’Économie Reinhold Mitterlehner avait déclaré que l’Autriche était opposée au durcissement ainsi qu’à la prolongation des restrictions commerciales », souligne M. Oswald.
Selon lui, la chute des prix du pétrole et la dévaluation du rouble ont également causé de graves dommages aux relations commerciales entre l’UE et la Russie.

En Autriche, un pays « compact » sur le plan économique, 7 000 personnes ont déjà perdu leur emploi, tandis qu’en Allemagne, ces mesures restrictives ont déjà touché 97 000 personnes. Continuer la lecture

L’équipe d’E&R Lille accueillera Francis Cousin
le samedi 30 avril 2016 à 15h pour une conférence sur la

« dictature démocratique du spectacle de la marchandise ».

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Entrée : 5 euros.

ER Lille accueillera Francis Cousin le 30 avril prochain pour une conférence « pour une critique de la dictature démocratique du spectacle de la marchandise terminale. De Marx à Debord, vers l’abolition de l’argent. »
Réservation : reservation.erlille@outlook.fr

 

On ne connaît pas la date de la prochaine crise financière internationale, bien sûr, mais on sait exactement comment elle va se régler : par la ponction des comptes bancaires. Désormais les choses sont claires. Nous avons parlé à plusieurs reprises de la directive européenne BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) qui permet aux banques en situation de faillite de se renflouer en puisant directement dans les comptes de leurs clients. C’est légal en Europe depuis le 1er janvier 2016. Plus récemment nous apprenions que les Etats-Unis s’engageaient sur la même voie au moment où la Fed abandonnait un de ses mandats originaux de 1913, celui de « prêteur de dernier ressort », des banques en difficulté, justement. Dernièrement, c’est le Canada qui a adopté ce même type de procédure en instaurant un régime de recapitalisation interne des banques.

Il s’agit d’un véritable mouvement de fond. D’autres pays ont peut être déjà adopté ces procédures d’urgence sans que les médias s’en soient fait l’écho. Nombre de pays émergents en difficulté, comme la Chine ou le Brésil, vont certainement étudier de près ces législations pour s’en inspirer. Pour le Japon, endetté à hauteur de 250% de son PIB, il s’agit désormais du seul moyen d’apurer sa dette tout en évitant l’effondrement économique.

Car l’avantage déterminant de ce nouveau procédé est bien celui-ci : éliminer les créances pourries et un endettement insoutenable, sans provoquer d’effondrement du système financier, et donc de toute l’économie. Précédemment, c’est-à-dire pendant l’entre-deux-guerres ou immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale, c’est par une vague d’inflation ou même d’hyperinflation que les Etats se débarrassaient de leurs dettes, en ruinant au passage les épargnants, et en provoquant également des faillites bancaires. Continuer la lecture

 

En trois minutes chrono, Sahra Wagenknecht, vice-présidente du groupe Die Linke, soit la gauche de la gauche allemande, colle Merkel au mur en pointant la responsabilité et les hypocrisies du lobby militaro-industriel national dans les 1,3 millions de morts des conflits récents du Proche-Orient.

 

Source: E&R

Conférence de Maurice Gendre à Nantes

 

La section E&R Pays de la Loire recevra Maurice Gendre à Nantes le samedi 13 juin à 15h30 pour une conférence sur le thème :

« ANI, loi Macron, loi Renseignement, ou comment le gouvernement prépare le terrain pour le Traité transatlantique »

 
Continuer la lecture

L’ordre mondial qui régnait depuis 1991 est en train de s’écrouler en ce moment sous nos yeux. La décision du président Poutine de se dispenser du pèlerinage à Auschwitz, juste après son absence remarquée au festival Charlie à Paris, c’est le point de non-retour. C’était très drôle de troller la Russie, tant qu’elle se laissait faire. Mais c’est fini, la Russie a déchiré la règle du jeu. Continuer la lecture


Nantes : projection-débat "Grèce en Etat de… par ER_Paysdelaloire

E&R Nantes organise le vendredi 31 octobre 2014 à 20h30 une projection du documentaire Grèce en état de choc, suivie d’un débat en compagnie de David Gendreau, réalisateur, et de François Cravic, journaliste. Continuer la lecture

merkel-hollande

Les chiffres du chômage européen font généralement peur, mais il y en a qui sont plus effrayants que d’autres : celui des jeunes, par exemple. Six millions, soit 25 % pour toute l’Europe, avec des pointes de 60 % en Grèce, 56 % en Espagne, 38 % au Portugal et 26,5 % pour la France ; contre seulement 8 % en Allemagne.

Le 28 mai, François Hollande et Angela Merkel ont donc lancé, lors d’un colloque tenu à Sciences Po, une sorte d’offensive franco-allemande sur le sujet. Quoique tenant un peu de l’usine à gaz, tout n’est pas négatif dans cette affaire. Un meilleur accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises, par exemple, grâce à la Banque européenne d’investissement. Seulement voilà, premier bémol : la BEI, au lieu de s’autofinancer par le biais de la Banque centrale européenne, devra le faire sur les marchés financiers ; ce qui transforme les dernières velléités d’un volontarisme politico-économique de l’Europe en une soumission de plus à la finance mondialisée. Avec les résultats à venir que l’on devine…

Il est néanmoins un second point positif dans ce plan : la formation en alternance, entre école et apprentissage. Certes, mais à qui tout cela profitera en premier ? À la France, dont le tissu des PME-PMI est exsangue, ou à l’Allemagne qui, en la matière, est florissant ? Allemagne qui, par ailleurs, en réduisant drastiquement coût des salaires et flexibilité, rompant en cela avec l’ancien et désormais moribond consensus du capitalisme rhénan, pratique une dévaluation compétitive qui ne dit pas son nom. Bref, pour Merkel, c’est gagnant-gagnant et pour Hollande, perdant-perdant.

Pis, le troisième volet de cet accord insiste sur la mobilité des futurs ex-chômeurs. Et c’est là que Berlin réussit un coup de maître, pallier sa démographie déclinante en ayant déjà accueilli, pour la seule année 2012, un million de jeunes Européens laissés sur le carreau, accueillant ainsi presque toute la misère du Vieux Continent, mais une misère surqualifiée ou en passe de le devenir, puisqu’elle entend au passage assurer sa formation.

En ce sens, ce même mardi dernier, Éric Zemmour n’avait pas tort de faire de l’humour brun sur les ondes de RTL, en assurant que la puissante Allemagne, après avoir perdu deux guerres mondiales, était en train de gagner la troisième en rétablissant, de fait, un STO de sinistre mémoire.

Avec le traité de Maastricht qui nous conduisait à l’euro, François Mitterrand pensait museler les vieux instincts pangermanistes de notre puissant voisin. Avec le recul, et malgré les bonnes intentions de départ, il s’est fourvoyé, l’instinct des peuples pouvant déjouer les calculs les plus florentins. Le problème de notre stagiaire élyséen est qu’il ne semble rien comprendre ni à l’un ni aux autres.

Nicolas Gautier


La nouvelle grande Russie. De l'effondrement de… par realpolitiktv

Philippe Conrad présente le dernier ouvrage de Xavier Moreau « La nouvelle grande Russie. De l’effondrement de l’URSS au retour de Vladimir Poutine » (Ellipses, 2012).

1-L’électricité à usage domestique est gratuite !

2 – L’eau à usage domestique est gratuite !

3- Le prix d’un litre d’essence est de 0,08 EUROS !

4- Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts !

5- Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas !

6- La Libye est le dernier pays dans la liste des pays endetté ! La dette publique est à 3,3% du PIB ! En France, elle est à 84,5% ! Aux US, 88,9% ! Aux Japon à 225,8% !

7- Le prix pour l’achat d’une voiture (Chevrolet, Toyota, Nissan, Mitsubishi, Peugeot, Renault…) est au prix d’usine (voitures importées du Japon, Corée du sud, Chine, Etats-Unis…) !

8- Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le « gouvernement » attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois !

9- Tout étudiant diplômé reçoit le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouve pas d’emploi !

10- Lorsqu’un couple se marie, l’ »Etat » paie le premier appartement ou maison (150 mètres carrés) !

11- Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 EUROS par mois !

12- Pour tout employé dans la fonction publique, en cas de mobilité nécessaire à travers la Libye, l’Etat fournit une voiture et une maison gratuitement. Et quelque temps après, ces biens sont à lui.

Ma question est celle-ci qu’est ce que la "Communauté Internationale" appelle DICTATURE si la reine d’Angleterre, le roi de Belgique, l’empereur du Japon… doivent mourir au pouvoir avant d’être remplacé? Celui qui peut jeter un comprimé EFFERALGAN dans la mer et le retrouver après dix minutes, pourra me convaincre que KADHAFI est un dictateur. Vous pouvez toujours essayer. On ne tue pas une idée en coupant la tête de celui qui la porte. KADHAFI est un révolutionnaire.

La lutte ne fait que commencer.

Source: Bana sur Facebook

pactl A qui profite le plus la Politique agricole commune (PAC) ? La liste des bénéficiaires des aides payées en 2010 est disponible sur le site du Ministère de l’Agriculture. On découvre ainsi qu’il n’y a pas que les agriculteurs qui touchent ces subventions, mais également les Conseils Généraux, des collèges, des lycées, les fédérations de chasseurs, des associations caritatives et même des banques.

Continuer la lecture

La remplaçante de la Citroën C6 devrait être produite dans l’ex-empire du Milieu et non plus à Rennes. Le groupe s’inspire de Renault en Corée.

La grande limousine Citroën C6 sera-t-elle le dernier haut de gamme « made in France » ? Sans doute. PSA songe en effet sérieusement à délocaliser en Chine la production de sa remplaçante.

Le futur haut de gamme de Citroën sera d’ailleurs largement développé par le China Tech Center (centre technique) du groupe à Shanghai, qui doit plus que doubler ses effectifs à un millier de personnes d’ici à 2012-2013. C’est lui qui a déjà dessiné le concept Citroën Metropolis, esquisse d’une limousine franco-chinoise qui tient la vedette au pavillon français de l’Exposition universelle de Shanghaï. La production est envisagée à Wuhan. Une limousine Peugeot pourrait aussi être lancée.

PSA tient le même raisonnement que Renault en Corée. Puisqu’un vaste marché existe en Asie, autant fabriquer ces grands modèles pour les débouchés locaux et en exporter un reliquat vers l’Europe de l’Ouest. Renault va ainsi lancer sa Latitude, une grosse Renault Samsung SM5 produite dans l’usine de Busan. Il y fabriquera même, dès la mi-2011, une version encore plus huppée qui sera exportée vers la Chine ou la Russie, mais a priori pas vers l’Hexagone !

dollarLa devise américaine a perdu près de 3,5% de sa valeur sur la semaine face à un panier de monnaies de référence et il a touché vendredi son plus bas niveau de 2009. Face à l’euro, elle a franchi le seuil de $1,40.

A l’origine de ce dérapage se trouve le regain d’inquiétude pour la note « triple A » (AAA) des Etats-Unis.

Les Etats-Unis sont dans une situation préoccupante en raison des dépenses engagées pour lutter contre la crise. De plus, les taux d’intérêt de la Réserve fédérale devraient rester proches de zéro.

« La peur est liée aux moyens dont disposent les pouvoirs publics: ils financent le système bancaire, le secteur de l’assurance, le secteur automobile. A un moment donné, les gens vont dire: ‘Mon Dieu, tout cela va-t-il finir par imploser?’
« se dit-on dans les milieux autorisé.

Alors après la faillite des banques renflouées à coup de milliards, après la faillite des économies renflouées on ne sait pas comment, la faillite des états?

recession-cartoonLa croissance, selon Sarkozy, on allait la chercher avec les dents.
Quelques mois plus tard, les présomptueuses déclarations sur l’efficacité du volontarisme politique se sont brisées sur le mur des réalités.

La croissance: encore une promesse qu’il n’aura pas tenue

Après une chute de 1,1% au dernier trimestre 2008, la croissance sera de nouveau négative ce trimestre, le chiffre officiel devrait tomber dans la journée.

Ce deuxième trimestre consécutif de baisse porte un nom en langage économique : la récession.

Le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne tablent sur une chute du PIB français de 3,0% en 2009.

On ne le répétera jamais assez, mais à l’heure où les pouvoirs publics cherchent à engranger davantage de fonds, les véritables chiffres de l’immigration doivent être portés à la connaissance du plus grand nombre.

obama24Quand Krugman se dit “désespéré” par Obama

Le Prix Nobel d’économie n’est pas tendre envers Obama et son équipe. Il leur reproche en particulier leur gestion de la crise financière.

Paul Krugman possède tous les attributs d’un membre éminent de l’establishment progressiste de la côte Est : une tribune dans le New York Times, une chaire à Princeton, un prix Nobel d’économie. Mais dans ses chroniques, et peut-être au plus profond de lui-même, il est antiestablishment. Après avoir été l’un des plus farouches contempteurs du gouvernement Bush, il se montre au­jourd’hui critique, si ce n’est hostile, envers la Maison-Blanche d’Obama. Dans sa chronique bihebdomadaire et sur son blog, intitulé Conscience of a Liberal [Cons­cience d’un progressiste], il reproche à Obama et à son équipe d’essayer de redresser un système financier qu’il juge moribond. Il considère le ministre des Finances Tim Geithner et d’autres hauts responsables comme des instruments de Wall Street. Ces hommes et ces femmes “ne sont pas vénaux”, tempère Krugman, mais ils pèchent par “osmose”, car ils passent trop de temps à côtoyer les banquiers d’affaires et consorts. Le jour où Geithner a détaillé son plan de sauvetage des banques, le 23 mars, Krugman s’est dit “désespéré”, dans le New York Times, de voir qu’“Obama […] est parti du principe que les banques sont fondamentalement saines et que les banquiers savent ce qu’ils font. A croire que le président fait tout pour confirmer le sentiment que lui-même et son équipe économique sont coupés des réalités.” Continuer la lecture

pqdollarComme pressenti, la Banque centrale européenne a réduit, son principal taux directeur de 0,5 point, à un plus-bas historique de 1,50%.

Cette cinquième baisse opérée face à la crise depuis octobre en dit long sur l’état d’impuissance des autorités monétaire à intervenir efficacement.

Pire baisser les taux d’intérêt revient à soigner une crise de l’excès de crédit par une relance du crédit.

Mais le plus inquiétant réside dans les déclarations faites de manière explicite par M. Trichet le directeur de la BCE. Il a annoncé qu’il étudiait « de possibles mesures d’assouplissement quantitatif pour stimuler l’économie », un jargon qui signifie la mise en oeuvre d’une politique monétaire hors normes consistant en la création massive de monnaie.

Lorsque les Etats ressortent des placards la planche à billets, cela annonce généralement l’effondrement des monnaie et la ruine des économies.

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives