L’accord de paix Minsk-2, conclu dans les termes dictés par le Kremlin, représente une victoire incontestable pour Vladimir Poutine. L’essence de cette victoire réside dans la réalisation d’un clivage visible entre l’Europe et les Etats-Unis, Washington étant l’auteur du déclenchement de l’Euromaïdan et qui, par la suite, a tout intérêt à livrer un armement moderne à l’Ukraine pour que les combats ne cessent pas dans le Donbass, et donc en Europe, représentée par les deux principaux pouvoirs économiques et militaires: l’Allemagne et la France.

Pour obtenir ce qu’il s’était proposé, le subtil Poutine a fait, ces deux derniers mois, quelques mouvements d’échecs magistraux qui ont abouti à mettre les Américains mat. Si avec l’Allemagne les choses ont été plus simples à résoudre, il en était autrement pour la France. Après avoir constaté le refus de livrer à temps les porte-hélicoptères Mistral (sur l’ordre de Washington), Poutine s’est vu obligé de jouer de telle manière qu’il puisse rétablir les relations avec la France sans que les Etats-Unis puissent avoir leur mot à dire.

http://reseauinternational.net/si-la-France-ne-livre-pas-le-porte-HELICOPTERE-Mistral-elle-perd-20-milliards-deuros/

Au mois de Décembre 2014, Poutine est revenu de sa visite de 24 heures en Inde avec des contrats pour la réalisation de 12 réacteurs nucléaires, pour la livraison de pétrole pour les 10 années à venir et pour la réalisation conjointe avec GAIL (la plus grande compagnie indienne de gaz) de l’extension des gazoducs russes en Inde, qui pomperont annuellement 30 milliards mètres cubes de gaz. Continuer la lecture