En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

crise bancaire

trou-noir1Le FMI disait en janvier s’attendre à ce que les avoirs toxiques ayant pour origine les Etats-Unis s’élèvent à 2.200 milliards de dollars d’ici la fin de l’année prochaine.

Mais, dans sa prochaine évaluation de l’état de l’économie mondiale, qui doit être rendue publique le 21 avril, le FMI devrait relever cette estimation à 3.100 milliards de dollars. Il devrait en outre chiffrer à 900 milliards de dollars les avoirs toxiques provenant d’Europe et d’Asie.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

prosperiteLe régulateur bancaire américain FDIC a annoncé hier soir la fermeture d’une banque régionale en Géorgie (sud-est des Etats-Unis), ce qui porte à vingt-et-un le nombre d’établissements de dépôts à avoir fait faillite aux Etats-Unis depuis le début de l’année.

Cette faillite d’Omni National Bank, basée à Atlanta, capitale de la Géorgie, est la plus chère de l’année pour la Compagnie fédérale d’assurance des dépôts bancaires (FDIC), qui estime son coût à 290 millions de dollars.

C’est aussi la troisième plus grosse de l’année au vu des 956 millions de dollars d’actifs gérés par cette banque.

Omni National Bank accueillait 796 millions de dollars de dépôts, qui seront repris temporairement par un autre établissement de Géorgie, SunTrust Banks, le temps que leurs propriétaires les transfèrent vers une autre banque, indique la FDIC dans un communiqué.

La banque est le quatrième établissement de dépôt à être fermé depuis le début de l’année en Géorgie, un des Etats les plus touchés par la crise économique. En 2007, cinq banques géorgiennes avaient déjà connu ce sort.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

crise_eco_fiLe secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde à Moscou contre une « catastrophe du développement humain » et une « crise politique mondiale » si les Etats du G20 n’arrivaient pas à s’accorder sur la stratégie de lutte contre la crise économique mondiale.

« Je vais m’exprimer avec force à Londres (lors du sommet du G20) pour que des actions soient mises en oeuvre pour enrayer une potentielle catastrophe du développement humain », a-t-il déclaré au cours d’un exposé devant des officiels russes. « La crise bancaire est devenue une crise financière, la crise financière est devenue une crise économique. Et désormais, mon inquiétude est que si l’on n’agit pas comme il faut rapidement, on pourrait de manière alarmante s’orienter vers l’instabilité politique, vers une crise politique », a-t-il déclaré.

Le secrétaire général a même jugé qu’il y avait un risque pour que la situation dégénère en « crise politique globale » si les dirigeants des vingt principales économies mondiales, lors de leur sommet du 2 avril à Londres, n’arrivaient pas à s’accorder et à adopter des mesures concrètes anti-crise.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

265960_hypoL’Etat allemand a confié envisager des nationalisations ou des expropriations afin de sauver certaines banques.

Première banque visée: Hypo Real Estate, toujours menacée de faillite, malgré les 90 milliards d’euros d’aides publiques qu’elle a reçus. Actionnaire de HRE à hauteur de près de 25%, le fonds américain JC Flowers serait ainsi menacé d’expropriation.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

islandeL’Islande, petit pays calme et autrefois riche, est le premier pays à être politiquement déstabilisé gravement par la crise bancaire: ruine des banques qui ont dû être nationalisées en urgence, ruine de nombreux épargnants et retraités, crise de la pêche, explosion du chômage -phénomène jusqu’ici inconnu-, …la situation est devenue explosive face à l’impuissance gouvernementale et semble désormais échapper aux autorités publiques.

Depuis mardi 20 janvier, des milliers d’Islandais se relaient chaque après-midi devant le Parlement (Althing) et le bureau du premier ministre pour demander la démission du gouvernement. Ces manifestations se sont transformées en émeutes deux nuits de suite rompant avec une tradition de tranquillité politique absolue.

Ces événements annoncent sans nul doute la situation qui devrait prévaloir dans de nombreux pays dans les tous prochains mois.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

par Michel Chossudovsky

Le marché est fortement manipulé. La force motrice derrière la crise se situe dans les opérations spéculatives. Le système de « régulation privé » sert les intérêts des spéculateurs.

Alors que la plupart des individus investisseurs enregistrent des pertes lorsque le marché s’effondre, les spéculateurs institutionnels gagnent de l’argent lorsque se produit un effondrement financier.

En fait, le déclenchement d’un effondrement du marché peut s’avérer une entreprise très rentable.

Il y a des indices que les régulateurs de la Security Exchange Commission (SEC) [NDT : L’équivalent étasunien à l’Autorité des marchés financiers] ont créé un environnement qui soutient les transactions spéculatives.

Il existe plusieurs instruments, dont les contrats à terme, les options, les fonds indiciels, les produits dérivés, etc. qui sont utilisés pour faire de l’argent lorsque la bourse s’écroule.

Plus elle chute, plus les gains sont importants.

Ceux qui la font chuter sont également ceux qui spéculent sur son déclin.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
septembre 2014
LMaMeJVSD
« août  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 
Archives