En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Copé

Dans la suite de La Manif Pour Tous et de l’accueil des ministres de François Hollande, harcelés par les défenseurs de la famille dans tous leurs déplacements, nous vous proposons une nouvelle activité ludique au cours de l’année qui vient : l’interpellation des candidats à la présidentielle sur la question du mariage.

Voici par exemple l’agenda de François Fillon, qui a renoncé à vouloir abroger la loi Taubira (et qui considère par ailleurs l’avortement comme un droit fondamental) :

  • Mardi 3 mai : 18h30 à 20h30 : Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux (92)
  • Lundi 9 mai : 19H00 : Salle des Fêtes, Avenue de la 2ème Division Blindée, Schiltigheim (67300)

Pour Jean-François Copé :

  • Lundi 2 mai à 18h00 : Centre André Malraux 112, rue de Rennes, 75006 Paris

Pour Alain Juppé :

Et ainsi de suite pour les autres candidats afin de leur rappeler l’importance de l’institution familiale, fondée sur l’union entre un homme et une femme.

ONLR.

Michel Janva dans Le Salon Beige

Jean-François Copé tire la sonnette d’alarme dans Le Magazine de L’Union, la revue trimestrielle de l’UMP. Le gouvernement aurait « un plan caché » pour après les municipales, un plan qui serait déjà « en préparation dans les ministères » : « droit de vote des étrangers, augmentation des impôts pour les classes moyennes avec la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, ouverture de la PMA pour tous et légalisation de la GPA, réforme Taubira qui vise à éviter aux condamnés de passer par la prison… » Continuer la lecture

Signature-Marion

Lettre ouverte à Jean-François Copé, président de l’UMP

Lundi 15 avril 2013

Monsieur Le Président,

Ce vendredi 12 avril la loi sur l’adoption et le mariage homosexuels a été votée au Sénat à une majorité de deux voix en raison de la complicité d’un certain nombre de sénateurs de vos rangs. Évidemment pour dissimuler cette déloyauté, votre groupe au Sénat s’est bien gardé de demander un vote par scrutin électronique.

Néanmoins, la publication des intentions de vote révèle que plusieurs d’entre eux se sont lâchement abstenus ou ont clairement voté « pour ». Bien que votre mouvement nous ait habitués aux paradoxes et aux grands écarts entre le faire et le dire, permettez-moi de m’offusquer particulièrement de cette situation.

Voilà plusieurs semaines que votre parti s’empare à bras-le-corps de l’opposition sur le mariage et l’adoption homosexuels : grandes déclarations, tête de cortège et discours enflammés lors de la « manif pour tous », obstruction législative à l’assemblée. Bref, ce débat semblait, à juste titre, vous tenir à cœur et faire l’objet d’une attention particulière de votre part. De ce fait, quelle attitude comptez-vous adopter à l’égard de vos élus ?

En effet, ce projet de loi, des mots mêmes de la garde des Sceaux, engendre un véritable bouleversement de civilisation en déconnectant la filiation des lois naturelles de la biologie, en privant sciemment un orphelin des référents père et mère, en faisant de l’amour le seul critère du mariage, ouvrant la voie, demain, à la reconnaissance d’autres formes d’unions voulues par d’autres minorités.

Les droits de l’enfant sont ainsi bafoués pour répondre au désir égoïste de parenté d’adultes qui, eux, ont eu la chance de n’être privés ni d’un père ni d’une mère.
Dans cette société de l’individualisme, de la jouissance immédiate, du droit à tout va sans contrepartie du devoir, il est important de rappeler que l’homme ne peut s’émanciper de tous les cadres, et en particulier de celui de la loi naturelle, sans risquer toutes les dérives qui font que la Nation passe de la civilisation à la décadence.

Tout en plaidant pour la liberté de chacun de vivre sa sexualité comme il l’entend et pour la tolérance de la société qu’implique l’exercice de cette liberté, je me dresse avec mon mouvement contre l’adoption de cette loi et je soutiens l’engagement de Marine Le Pen d’abroger cette loi une fois au pouvoir.

M. le Président, si votre positionnement est sincère et ne relève pas uniquement d’une manœuvre électoraliste, si ces dernières semaines ne traduisent pas seulement la tentative désespérée de ranimer un clivage UMP/PS dépassé, si les droits de l’enfant et l’institution du mariage vous tiennent à cœur, alors vous demanderez logiquement la démission des sénateurs concernés ou du moins, vous leur retirerez votre soutien aux prochaines élections.

En ces temps de troubles et d’amoralité généralisée, j’ose espérer que vous ferez preuve de cohérence éthique.

Marion Maréchal-le Pen
Député de Vaucluse


Les déclarations politiciennes et électoralistes de Jean-François Copé sur le racisme anti-blanc ont déclenché une levée de boucliers du système politico-médiatique, tout en plaçant ce sujet central au cœur des débats. Au final, c’est une bonne nouvelle. Pour autant, le phénomène n’est pas nouveau et a été dénoncé de longue date par les patriotes… Enquête.

En vente cette semaine

Nouvelles de France met en ligne le projet de « programme de base » du Parti populaire européen (PPE), qui doit être approuvé mercredi 17 et jeudi 18 octobre lors de son 21e congrès à Bucarest (Roumanie). Dans ce programme, le PPE souligne « la dignité inaliénable de chaque être humain dès le début et pendant chacune des phases de son existence ». […] Plus intéressante est la mention suivante qui porte sur l’objection de conscience. La plateforme

« [réaffirme] le lien qui existe entre les valeurs chrétiennes basées sur l’Évangile et l’héritage culturel chrétien, et les idéaux démocratiques de liberté, d’égalité fondamentale entre tous les êtres humains, de justice sociale et de solidarité. » […]

L’UMP, membre du PPE, fait part de ses réserves :

« Bien que parfaitement respectables, de telles affirmations n’apparaissent pas compatibles avec le respect absolu de la liberté de conscience qui constitue un principe intangible pour l’UMP. L’attachement indéfectible de l’UMP au principe de laïcité implique également que soit établie une claire distinction entre la sphère politique et la sphère religieuse ».

Ces propos sont signés de Jean-François Copé

, dans un courrier adressé à Wilfried Martens, le Président du PPE.

Sur la question de la protection de la vie,

« le PPE refuse de considérer l’avortement comme une méthode de la planification familiale. Nous encourageons le soutien de programmes et d’initiatives visant à aider les parents et les familles à accueillir chaque enfant, notamment lorsque surviennent des difficultés ou des grossesses non désirées. Aucune pression sociale ne doit être exercée sur les parents qui décident d’accepter un enfant souffrant d’un handicap. »

Nouvelle réserve de l’UMP qui souhaite « des précisions concernant la garantie des droits individuels ».

Dans le chapitre « Approfondir le débat éthique », le PPE affirme que « la vie humaine doit être protégée depuis son début jusqu’à sa fin naturelle ».

« L’intervention génétique au début de la vie humaine doit être restreinte aux interventions visant à guérir ses maladies. La création artificielle et la sélection d’embryons humains à des fins de recherche ou de commercialisation doivent être interdites dans l’Union. Les publicités sur l’avortement ou l’euthanasie doivent être interdites. »

Là encore, Jean-François Copé écrit que

« l’UMP défend l’interdiction de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, tout en acceptant des dérogations dans des conditions extrêmement contrôlées. »

Source: Nouvelles de France

Jean-François Copé a indiqué qu’il n’était plus « tout à fait au clair » sur cette question (le mariage homo) et a revendiqué « le temps de la réflexion », au cours d’un débat à la Sorbonne, intitulé «Citoyenneté, égalité, diversité : comment réinventer le modèle républicain?».

Si les parodies de mariage sont autorisées pour les couples homos, « ça veut dire qu’on va vers l’adoption » a t-il déclaré. « J’y étais hostile. Aujourd’hui je ne sais plus, comme sur un certain nombre d’autres sujets » a expliqué le député-maire de Meaux. Vous l’aurez compris, ça sent le revirement à plein nez…

Et de se justifier lamentablement : « il est des sujets pour lesquels, de temps en temps, il faut des rendez-vous de conscience personnels. Ça a été le cas pour la peine de mort et le pacs. Mais il ne faut pas tomber dans l’excès inverse en se disant ‘ne loupons pas une nouvelle mode' ».

Jean-François Copé tente à la fois de séduire l’électorat de droite avec des mesures cosmétiques (comme l’interdiction de la burqa dans les espaces publics) et l’électorat de gauche libérale avec la poursuite de l’affaiblissement de la cellule familiale.

Connexion
Com. récents
Art. récents
février 2017
MTWTFSS
« Jan  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 
Archives