En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Bruno Gollnisch

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Share Button

Repas 2013 0314 Bruno Gollnisch

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Bruno Gollnisch
Bruno Gollnisch évoque magnifiquement, sur son blog, « ce culte de tous les temps et de toutes les civilisations. Les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs disait Beaudelaire, dans l’un de ses très beaux poèmes, consacré à la tombe abandonnée d’une « servante au grand coeur » qui avait veillé sur son enfance. Car la France d’aujourd’hui maltraite ses morts. Au nom de la rentabilité, depuis quelques années, on n’a plus le droit de reserver, comme on pouvait le faire autrefois- à grand prix ! – une concession perpetuelle. Les défunts eux-mêmes sont soumis à la précarité. Tout au plus peut-on les héberger 30 ans au maximum. Passé cette date, il faut renouveller ce que j’appellerai, en quelque sorte, le loyer de la concession… si les héritiers y pensent, s’ils le peuvent et s’ils sont toujours là ! Dans un village des Ardennes où j’ai quelques origines familiales, on m’a parlé de la tombe du fils unique de l’ancien forgeron. Il avait forgé lui-même la grille qui entourait l’emplacement où reposait son fils unique, tué à 20 ans à la guerre de 1914-18. C’était, dit-on, une très belle grille, avec un beau crucifix. Le forgeron est mort aussi et sa famille s’est éteinte après lui. Récemment, on a « repris » la tombe ; la grille et la croix sont parties à la décharge ». Et Bruno Gollnisch de poursuivre par cette très belle réflexion, digne de Barrès : Ainsi, rien n’échappe, dans notre société moderne, pas même les morts, à la loi de l’apparente rationalité marchande et la précarité qu’elle engendre. Non pas la précarité inhérente au temps qui passe dans un monde où rien n’est éternel, non pas l’impermanence des choses telle que la conçoit la sensibilité extrême-orientale, mais la rotation forcée, voulue, fruit du matérialisme et de l’impiété de notre génération. « Quelle importance ? » diront beaucoup. « Pourquoi se soucier des restes inertes de ceux qui nous ont précédés, et qui n’éprouvent plus rien ? » Ceux qui pensent ainsi ont tort. Un pays n’est pas seulement la propriété de ceux qui y vivent ; mais aussi de ceux qui y ont vécu. Effacez leur souvenir, et vous déclarez la terre ouverte à tous. Vita mortuorum in mémoria est posita vivorum ; la vie des morts est de survivre dans l’esprit des vivants disait Cicéron et, plus près de nous, Chateaubriand : les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts : les morts, au contraire, instruisent les vivants. Disons-le tout net : un peuple qui n’honore pas ses morts n’a plus d’avenir. D’autres viendront, qui progressivement prendront la place des amnésiques, et ne coloniseront pas que ses cimetières. Car tout se tient.

Barrès avait bien compris le lien charnel qui existe entre la terre et les morts. C’est que la terre de France n’est pas seulement la propriété des soixante millions de personnes qui y vivent aujourd’hui, et dont on ne sait trop s’il faut les qualifier d’habitants ou de nationaux. Elle appartient aussi au milliard d’êtres humains qui, depuis l’aube des temps historiques y ont vécu, travaillé, souffert, aimé, et qui, si souvent, ont donné leur vie pour elle.

En honorant nos morts, en respectant la dernière et intangible demeure, à laquelle ils ont droit, nous nous relions à eux, qu’ils fussent riches ou pauvres, glorieux ou humbles : Dona eis, Domine, requiem sempiternam.”

source: Rivarol

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

 » Il n’y a pas de droit à l’enfant  » (18 novembre 2012 – Paris)

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Communiqué de Bruno Gollnisch

Homme de bien, toujours préoccupé par le service de a nation, et par la volonté d’améliorer le sort des hommes, Maurice Allais était le plus grand économiste de France. Il a consacré sa vie entière à la recherche ; ses travaux économiques avaient comme finalité de remettre l’économie au service de la société. Il connaissait ce bouillonnement constant commun à tous les grands esprits. Bien des années après son départ à la retraite, il enseignait avec la même passion, et poursuivait l’achèvement de sa pensée économique.

Le Front national s’honore d’être le seul mouvement politique qui a combattu pour l’application des théories économiques de Maurice Allais. Nous saluons la mémoire du seul prix Nobel d’économie français, le courage de l’homme qui a dénoncé le mondialisme et l’ultra-libéralisme, qui a milité pour la réforme d’un système financier mondial irresponsable et qui rappelait la nécessité d’un protectionnisme moderne pour sauvegarder notre agriculture et notre industrie. Il avait pour l’Europe de Bruxelles la même aversion que nous, notamment contre le traité constitutionnel européen.

Je n’oublie pas non plus que Maurice Allais s’était à l’époque opposé à ce « crime d’État » qu’avaient été les accords d’Evian, l’abandon de nos compatriotes d’Algérie de toutes confessions.

Maurice Allais s’en est allé mais ses idées continueront à être portées par le Front national.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Bruno Gollnisch était l’invité de C. Barbier sur LCI ce vendredi 8 octobre.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,

De Gaulle mort depuis 40 ans, difficile de ne pas trouver à droite et même à gauche, une personnalité qui ne revendique pas une part de l’héritage de l’homme du 18 juin, des accords d’Evian et du refus de l’Otan. Sarkozy le premier, ces derniers mois, qui place sa démarche sous les auspices du « connétable »… tout en ramenant notre pays dans le giron de l’Alliance atlantique. Demain, un autre héritier putatif du gaullisme, Dominique de Villepin, lance son parti politique à la Halle Freyssinet (Paris, XIIIe) lors d’une manifestation « festive et populaire ». Poète à ses heures, admirateur de Napoléon, auteur d’un discours qui ne manquait pas de panache du haut de la tribune de l’Onu en février 2003 pour expliquer le « Non » de la France à la guerre en Irak, opposant au retour de la notre pays dans l’Otan, M. de Villepin, qui ne s’est jamais présenté à la moindre élection, souhaite en toute hypothèse se lancer dans l’arène pour 2012.

« J’ai décidé de créer un mouvement politique, un mouvement libre et indépendant, ouvert à tous (…) au-dessus des clivages partisans, qui pourra rassembler toutes les bonnes volontés », avait il annoncé le 25 mars, fin « incarner une alternative à Nicolas Sarkozy». Alternative qui n’est pas cependant une nette rupture puisque les adhérents de la formation de l’ex Premier ministre pourront conserver une double appartenance, s’ils le souhaitent, lui même restant encarté à l’UMP.

« Nos militants se retrouvent sur la défense des valeurs républicaines – indépendance des pouvoirs, retour à un équilibre institutionnel – sur la justice sociale et la défense d’une France indépendante qui fasse entendre sa voix dans le monde », explique un de ses soutiens n l’x ministre de l’Outre-mer Brigitte Girardin, présidente du club Villepin.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Communiqué de Presse de Bruno GOLLNISCH, Vice-Président exécutif du FN, Député Européen :

Recevant au Parlement européen une délégation de parlementaires japonais de la majorité et de l’opposition, nous apprenons la démission soudaine du Premier Ministre Yukio Hatoyama, après seulement huit mois de mandat du gouvernement issu d’une nouvelle majorité. Cette démission ressortit du problème de l’île d’Okinawa, siège d’importantes bases militaires américaines de moins en moins bien tolérées par la population.

Mais au delà, ce qui est en cause, c’est la possibilité pour le Japon d’avoir une diplomatie et une politique de sécurité indépendantes de la superpuissance américaine. C’est aussi le problème des pays européens, dont la France. L’amitié est une très bonne chose ; la vassalité n’est pas acceptable. Il est consternant que les gouvernements actuels britannique, allemand et français s’en contentent.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Communiqué de Bruno Gollnisch,

A la suite d’informations faisant état de considérables disparités dans les propositions d’indemnisation faites aux familles des victimes de la catastrophe du vol Rio-Paris, Bruno Gollnisch a interrogé la Commission européenne et le Conseil:

« Voilà un an, l’accident du vol Air France n°447 Rio-Paris faisait 228 morts. Il y a quelques semaines, une polémique éclatait dans la presse au sujet d’une indemnisation variable des ayant-droits des victimes selon leur nationalité (entre 200.000 euros et 4 millions selon la presse, l’indemnisation des Européens et singulièrement des Français se situant, semble-t-il, dans la fourchette basse).

Il semble que la multiplicité des juridictions nationales qui peuvent être déclarées compétentes en cas de catastrophe aérienne selon la Convention de Montréal de 1999 soit source de deux phénomènes :

– une tendance des assureurs à moduler leurs propositions amiables en fonction du risque financier éventuel encouru en cas de poursuites, donc selon la nationalité des victimes et a minima ;

– une tendance des cabinets d’avocats, dont la rémunération dépend du résultat, à conseiller des procédures contentieuses et à les engager devant les juridictions potentiellement les plus généreuses.

Ces deux tendances, toutes deux mercantiles, n’ont qu’un très lointain rapport avec les préjudices réels, matériels (variables effectivement selon les pays et les victimes) et moraux (similaires partout), dont souffrent les familles des victimes.

La Commission a-t-elle connaissance de différences très choquantes entre les propositions d’indemnisation faites aux victimes d’un même drame ? Si oui, quel jugement porte-t-elle sur les causes de ces disparités ?

Quelle proposition peut-elle faire pour améliorer le cadre juridique régissant la protection des passagers et des ayant-droits, et leur indemnisation en cas d’accident ? »

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,

Comme chaque année, beaucoup d’internautes nous ont fait part des « étranges » conceptions géographiques des organisateurs de l’Eurovision –ils ne sont certes pas les seuls-, concours ouvert à des pays comme Israël et la Turquie, candidats plus ou moins déclarés à l’entrée dans l’Union européenne mais qui jusqu’à preuve du contraire ne sauraient être rattachés à l’Europe. Comme souvent la France s’est distinguée dans la propagande cosmopolite et la sidération en confiant au franco-congolais Jessy Matador le soin de représenter notre pays avec une chanson (nullissime) aux rythmes africains qui certes n’a pas beaucoup séduit les foules, nettement moins en tout cas que la Turquie, deuxième cette année derrière l’Allemagne… Pour combattre les préjugés et les pulsions discriminantes le système fait flèche de tout bois et il s’agit dans cesse d’insister sur les mauvais travers des Français qu’il s’agit de corriger, fut-ce par la coercition. Le site Altermedia n’oublie pas de rappeler à ce sujet la phrase de Nicolas sarkozy, prononcée le 17 décembre 2008 : “Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore… ».

Samedi, le quotidien Le Monde a relayé, non sans émotion, le sondage de l’institut BVA commandité par deux structures travaillant souvent en étroite collaboration, à savoir l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme, dans le cadre des « Assises de la lutte contre les préjugés », qui avaient lieu hier. « Assises » qui ont permis à la « quarantaine de responsables associatifs et politiques » présents de disserter gravement sur « la montée de la xénophobie en Europe et du passage à l’acte ». Tout le monde l’aura compris, ce ne sont pas les atteintes physiques, racistes, culturelles, économiques et sociales engendrées par le changement de physionomie de nombreux quartiers des villes européennes sous la pression des flux migratoires et dont sont principalement victimes les populations européennes les plus fragiles, qui sont visées ici, mais l’odieux comportement des « de souche ». A se demander pourquoi il se trouve encore des immigrés en provenance du continent africain ou d’Asie qui daignent rejoindre l’enfer européen…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Communiqué de Presse de Bruno GOLLNISCH, Député Européen, Vice-Président du Front National :

La décision du Conseil constitutionnel déclarant contraire aux principes fondamentaux du droit français la disparité scandaleuse qui existait entre les pensions, déjà très modestes, servies aux anciens combattants résidant en France et ceux qui habitaient des Etats devenus indépendants, nous réjouit.
Cette mesure de justice avait été réclamée depuis longtemps par Jean-Marie Le Pen, et par Le Cercle National des Combattants, que préside Roger Holeindre, ancien député du Front National, et qui se réunit aujourd’hui même à Villepreux (78).

Il est urgent qu’une loi nouvelle prenne acte de cette décision et mette fin à cette injustice, commise au détriment de quelque trente mille survivants anciens combattants de l’Empire français.
Il est navrant que cette décision vienne si tard.
Il reste encore à défendre les intérêts moraux de ces vétérans, qui, comme leurs frères d’armes de France, ont été outragés par la dernière sélection « française » du festival de Cannes, le film de M. Bouchareb « Hors la Loi », financé un peu par l’organisation des anciens « Moudjahidine du FLN », et beaucoup par la télévision française, qui se fait ainsi complice d’une vision caricaturale de la présence française en Algérie, et justifie le terrorisme du FLN, qui a pourtant tué atrocement encore plus de musulmans que d’européens.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Communiqué de Presse de Bruno GOLLNISCH, Vice-Président exécutif du FN, Député Européen :

La Jeanne d’Arc, rentrée à Brest de son ultime navigation, va être retirée du service actif après quarante-cinq années de bons et loyaux services.

Au delà d’une nostalgie bien légitime, se manifeste l’extrême pénurie de nos forces armées. Aucun navire n’est actuellement disponible pour prendre la relève de la « Jeanne » comme navire-école d’applications pour les officiers-élèves. Le BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement) envisagé est encore à l’état de projet, à moins que l’on ne prélève l’un des deux actuellement en service. Au lieu de mettre en chantier un nouveau bâtiment, on s’est bercé de chimères : navire civil (!), navire école européen, etc.

Pénurie dramatique aussi dans les autres domaines : absence de deuxième porte-avions, désarmement des avisos, restriction du nombre des sous-marins nucléaires, ralentissement dans le programme de construction des frégates multimissions.

Comme parlementaire et comme officier supérieur de marine de réserve, je déplore ces carences qui obèrent la protection de nos côtes, de nos communications et de notre domaine maritime, pourtant le troisième du monde.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,
Vice-président exécutif du Front National chargé des relations internationales

Ex ministre des Sports, l’ancien médaillé olympique Jean-François Lamour n’a pas commenté la déclaration du ministre de l’immigration massive, Eric Besson lors de l’émission « On n’est pas couché » samedi soir sur France 2 et à l’occasion de l’inauguration des expositions « Allez la France ! Les Footballeurs africains sont là ! » et « Le Sport s’expose » organisées au Musée national du sport à Paris. Ce dernier s’est plaint de la non présence de joueurs maghrébins dans l’équipe française de football pour le Mondial en Afrique du Sud. « Le seul bémol, même si cette sélection est belle, c’est qu’il n’y ait pas au moins un des Benzema, Ben Arfa ou Nasri. Écarter les trois c’est beaucoup, mais le sélectionneur a de bonnes raisons pour ça », a déclaré M. Besson.

« Le talent ne suffit pas. La sélection des joueurs retenus chez les Tricolores doit-elle également s’effectuer sur les bases de quotas ethniques ? » s’est interrogé le site Novopress .

Maire UMP de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) Catherine Arenou, signataire de la pétition « Lettre à ceux qui ignorent les banlieues » –voir notre article en date du 25 mai- , et qui s’est déclarée mercredi « un peu déçue » par le discours de François Fillon sur la politique de la ville n’a pas non plus commentée la réaction de « certains diplomates algériens » à l’ « éviction » des joueurs en question. Officiels algériens rapporte encore Novopress qui auraient confié au quotidien électronique algérien TAS que « depuis l’annonce de la non-sélection de Karim Benzema et Samir Nasri, tous les deux d’origine algérienne, les échos en provenance des banlieues ne sont pas bons. Les jeunes ne comprennent pas comment aucun Maghrébin ne figure sur la liste de Domenech ».
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Yvan Benedetti,

Prendre le problème de notre isolement politique par le bout de la dédiabolisation est selon nous une erreur car il induit un raisonnement fallacieux : Nous serions relégués au rang de parias car nous adopterions une posture de bannis dont il faudrait se départir. Cette vieille rengaine est la porte ouverte à tous les reniements. Elle a été celle de nombreux militants authentiques comme MM. Longuet et Madelin, qui au lendemain du combat pour l’Algérie française, ont rallié le système avec armes et bagages et en sont devenus les serviteurs serviles et intéressés. Nous sommes ostracisés parce que les idées que nous défendons ne sont pas compatibles avec les fondements du régime. Mais nul ne peut se contenter de rester cloîtré dans une position de replis sur soi. Se pose alors le problème des relations avec le système et les serviteurs du système. Notre méthode d’action doit se résumer à un mot d’ordre : souple avec les hommes et intransigeant avec les principes.

Nous sommes sûr de nous-mêmes, de la justesse de nos convictions et de la véracité de notre idéal. C’est pour cela que nous n’avons pas vocation à rester entre nous, lovés dans le cocon douillet que constituent les certitudes idéologiques. Nous avons vocation à rassembler les Français. Nous devons conquérir les esprits et embraser les âmes. Il faut donc aller au contact des réalités. Certains naissent nationalistes, et évoluant dans un milieu familial favorable, deviennent des militants engagés de la cause nationale. D’autres parcourent un long chemin avant de trouver la source d’eau pure à laquelle ils pourront se désaltérer. Ce chemin là n’est pas déméritant, bien au contraire. Même si la sincérité d’un nouvel engagement doit être testé dans la durée – ce n’est pas au nouveau converti de porter la bannière- il n’en est pas moins respectable.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,

Le comité «Pour la vérité historique – Cannes 2010» manifeste aujourd’hui aux abords du Festival de Cannes pour dénoncer les mensonges odieux véhiculés par le film de Rachid Bouchareb « Hors-la-loi ». Une indignation qui eut été certainement moins forte, si ce brûlot anti-français, «un scénario parsemé d’erreurs », « d’anachronismes et d’invraisemblances parfois grossières » dixit le Service historique du ministère de la Défense –voir notre article en date du 30 avril- n’avait pas été financé à hauteur de 100 000 euros par les contribuables français, via la région Paca. « Une organisation cinématographique » précise « Pour la vérité historique » , qui a donc « profité de fonds publics français complétés par ceux d’un mécénat idéologique d’entrepreneurs dévoués à la cause ». Un film qui « n’aurait jamais dû bénéficier du tremplin publicitaire et médiatique que va lui offrir une institution française, le Festival de Cannes quelques jours à peine après sa sortie officielle en Algérie ».

Comme l’a souligné Roger Holeindre, au nom du Cercle National des Combattants ce long métrage, est une insulte à notre pays et aux populations chrétiennes, juives et musulmanes d’Algérie qui ont perdu des milliers des leurs sous les couteaux des égorgeurs du FLN. C’est le moment que choisit notre ambassadeur à Alger, Xavier Driencourt, pour proposer que l’armée algérienne soit invitée à défiler sur les Champs-Elysées… le 14 juillet 2012 ».

Une proposition du représentant de la France à Alger qui n’est pas anodine quand on se souvient que le 13 janvier dernier « une proposition de loi criminalisant le colonialisme français » a été déposée devant le parlement algérien. Celle-ci a été signée par 125 députés de différents partis, notamment ceux du FLN au pouvoir, mais aussi le Rassemblement national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia, le Mouvement pour la société de la paix (MSP, islamiste) et El Islah (islamiste). Député du FLN, Moussa Abdi précisait alors qu’il était envisagé « de créer des tribunaux spéciaux pour juger les responsables de crimes coloniaux ou de les poursuivre devant les tribunaux internationaux », a-t-il précisé. En outre, les représentants du MSP et du parti Islah ont demandé à la France de « présenter ses excuses pour la période coloniale et d’indemniser le peuple algérien ». Une demande de nature à favoriser la paix civile dans « nos » banlieues, cela va sans dire, et qu’il s’agirait donc d’ajuster en invitant les troupes algériennes à parader le 14 juillet…
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,

Nous évoquions la semaine dernière la mise en garde de François Fillon en direction de ses amis de l’UMP les invitant à éviter toute tripatouillage électoraliste. En l’espèce la volonté de à supprimer la possibilité des triangulaires aux législatives –selon les propositions de lois d’Eric Ciotti et Christian Vanneste approuvées par 200 députés- c’est-à-dire concrètement empêcher le FN de venir jour les trouble-fête entre socialistes et sarkozystes au second tour.

François Fillon n’a pas été entendu. Le bureau politique de l’UMP sous l’égide de son secrétaire général, Xavier Bertrand, a tranché mercredi dernier en faveur d’un « scrutin majoritaire à deux tours secs ». Une mission a été confiée au sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et au député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti pour « déterminer s’il y a ou non nécessité d’une harmonisation entre toutes les différentes autres élections, municipales, législatives ou autres ».

Le même jour paraissait dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles une tribune du président des députés UMP, Jean-François Copé, en faveur de l’interdiction des triangulaires aux législatives. Les arguments utilisés n’ont pas surpris, ils sont toujours les mêmes : les triangulaires « viennent juste créer une confusion dont la gauche sait habilement profiter », elles « brouillent le principe du scrutin uninominal à deux tours sans apporter la moindre avancée en termes de pluralisme », et « n’ont donc aucun intérêt pour notre démocratie ». « L’intérêt » de « notre démocratie » consistant donc dans les faits à empêcher des millions d’électeurs d’avoir des représentants à l’Assemblée…

M. Copé rappelle l’échec cuisant de la droite aux législatives anticipées de 1997, concoctées alors pour prendre par surprise le FN. la manœuvre avait fait long feu, la dissolution ratée ramenant la gauche à Matignon. Ces législatives a rappelé M. Copé avaient débouché sur « 79 triangulaires », avec « dans 95% des cas (un) troisième candidat issu du Front National. Résultat: pas un seul député FN élu mais des victoires supplémentaires pour la gauche » souligne habilement M Copé qui avait à cette occasion été battu dans son fief seine-et-marnais… Bien évidemment il ne viendrait pas à l’idée de l’UMP, toujours selon la même logique anti-FN, de permettre aux différentes formations de se battre à armes égales en réintroduisant la proportionnelle.

Pour autant et le rapport des forces évoluant très vite, les instances sarkozystes savent pertinemment que l’on ne saurait se baser sur la situation politique d’il y a treize ans pour la projeter sur celle de 2012. L’UMP depuis huit ans ayant largement démontré son incapacité à casser la spirale du déclin, des seconds tours opposant dans deux ans un FN ragaillardi d’un côté et des représentants des deux principales formations euromondialistes de l’autre, pourraient révéler des surprises…

Sur son blog vendredi, Jean-Marie Le Pen a relevé que « chaque fois que les pouvoirs aux abois ont voulu changer les systèmes électoraux dans l’espoir d’échapper » à une déculotté électorale, la « manœuvre s’est retournée contre eux ». Le président du FN a affirmé que la suppression des triangulaires « sera ressenti par le corps électoral et les citoyens français évidemment comme une manoeuvre anti-démocratique. Ils s’en vengeront et ça coûtera très cher à l’UMP ! ». « C’est très joli de prévoir une élection où il n’y a que deux candidats au deuxième tour, encore faut-il, M. Bertrand, être au deuxième tour. Et ce n’est pas sûr que vous y serez ».

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,
Vice-président exécutif du Front National chargé des relations internationales

François Fillon annonçait mercredi soir sur TF1 la nécessité pour les Français de se serrer la ceinture pour tenter d’éviter un naufrage social et économique qui découle directement des politiques menées depuis des décennies par l’UMPS. A l’aune des déficits français, l’article publié mardi sur le site du magazine L’expansion expose sans ambages le coût financier d’une criminalité que nos gouvernements successifs se sont révélés incapables de juguler, soit un minimum de 115 milliards d’euros ! Une estimation basée sur une étude menée par l’économiste et mathématicien Jacques Bichot, membre honoraire du Conseil économique et social , professeur émérite à l’université Lyon III, pour le compte de l’Institut pour la Justice . C’est « la première fois en France qu’un travail d’évaluation d’une telle ampleur est réalisé ».

« De la fraudes fiscale aux meurtres, en passant par les agressions, les vols, la cybercriminalité ou encore le crime organisé, la délinquance sous toutes ses formes en France coûterait au moins 115 milliards d’euros chaque année. Soit l’équivalent de 6 points du PIB national. Ou encore du besoin de financement annuel des retraites à l’horizon 2050. Pour parvenir à ce chiffre, Jacques Bichot « précise qu’il a retenu la fourchette la plus basse des diverses études et estimations ». « Cela laisse penser que le coût réel de la délinquance en France pourrait avoisiner plutôt les 150 voire les 200 milliards d’euros » !

Il est indiqué que le professeur Bichot, « a pris en compte la quasi-totalité des crimes et délits (à l’exception des infractions au code de la route et des violences scolaires) commis entre juin 2008 et juin 2009, et comptabilisé leurs coûts, tant directs (préjudice financier et moral pour les victimes) qu’indirects (coût pour la collectivité, dépenses privées et publiques de sécurité, sentiment global d’insécurité).

Ainsi, la fraude fiscale coûterait « entre 29 milliards (estimations du Conseil des prélèvements obligatoires) et 50 milliards d’euros (estimations du Syndicat national unifié des impôts) » ; « les violences (homicides et tentatives d’homicide et autres agressions sexuelles, blessures volontaires, séquestration et chantage) environ 11,5 milliards de préjudices personnels et 2,6 milliards de préjudices diffus affectant l’ensemble de la population. Les vols sont comptés pour environ 10 milliards. Le crime organisé coûte environ 16 milliards d’euros. Le trafic de drogue, par exemple, fait perdre près de 4 milliards de productions licites, auxquels s’ajoutent 200 millions de soins médicaux ou psychologiques, 600 millions de tracas pour les familles et 800 millions pour l’insécurité. La délinquance en col blanc (production de faux, délinquance financière et informatique) coûte encore plus cher : plus de 20 milliards d’euros ».

Xavier Bébin, le délégué général de l’Institut pour la Justice met ses chiffres en exergue avec « les dépenses publiques de sécurité -justice, police, gendarmerie- (qui) ne s’élèvent qu’à 15 milliards d’euros (…), estimant ainsi que les moyens de lutte contre la délinquance sont aujourd’hui nettement insuffisants au regard de son coût pour la société ». A méditer alors que le gouvernement ne cesse de rogner sur les budgets et les effectifs de la police et de la gendarmerie…

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Par Bruno Gollnisch,
Vice-président exécutif du Front National chargé des relations internationales

En mars dernier le très sérieux hebdomadaire allemand Focus ornait sa couverture d’une reproduction de la Vénus de Milo, à laquelle avait été ajouté un bras, ce qui lui permettait de faire un « doigt d’honneur » aux contribuables d’Outre-Rhin ; un visuel choc assorti de la phrase suivante, au cas où le message n’aurait pas été assez clair : « des fraudeurs dans la zone euro ». La réponse du Premier ministre grec Georges Papandréou avait été toute aussi courtoise : « les Grecs n’ont pas la corruption dans les gènes, tout comme les allemands n’ont pas le nazisme dans les leurs ». « Kolossale » finesse…

Les « fraudeurs » en question sont les gouvernements grecs successifs et Athènes a obtenu samedi un accord ouvrant la voie au déblocage de 110 milliards d’euros sur trois ans du FMI et de l’Union européenne, pour l’aider à faire face à une dette de près de 300 milliards d’euros. L’aval final devra être donné par les chefs d’Etat et de gouvernement, probablement le 7 ou le 8 mai. En contrepartie les pays de la zone euro et le Fonds monétaire international demandent des économies allant jusqu’à 25 milliards d’euros sur deux ans. Soit la suppression de deux mois de salaire sur 14 pour les fonctionnaires et autant de mois de pension pour les retraités du public et du privé, ainsi qu’une nouvelle hausse de 1 à 2 points de la TVA. Cela permettrait de réduire le déficit public, estimé à environ 14% du produit intérieur brut (PIB) en 2009, de dix points d’ici fin 2011. Le ramenant ainsi à 4%. « Avec nos décisions d’aujourd’hui les citoyens doivent subir de grands sacrifices (…) ce n’est pas une décision agréable (…). Ce sont des sacrifices durs mais nécessaires (…) sans lesquels la Grèce ferait faillite », or « éviter la faillite est la ligne rouge nationale » a déclaré Georges Papandréou .
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
octobre 2014
LMaMeJVSD
« sept  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
Archives