En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

BHL

A l’occasion de leur chronique régulière pour MPI-TV, Youssef Hindi et Jean-Michel Vernochet s’interrogent sur le plan de destruction du Maghreb que BHL continue de développer et qui frappe maintenant l’Algérie et le Maroc.

Quatre jours après les attentats, on sait à une exception près qui les a commis, d’où venaient les terroristes, par où ils sont passés et qui les a aidés. Preuve que lorsqu’on veut savoir… En 36 heures, des centaines de perquisitions ont été menées, des armes de guerre et des explosifs découverts dans des planques où, nouveau miracle, on a su en une nuit où aller les chercher et les récupérer ! Comme les terroristes n’en avaient pas la liste dans la poche, on peut donc imaginer que les adresses étaient connues depuis un moment.

Le premier assassin identifié dans la boucherie du Bataclan s’appelait Omar Ismaël Mortefaï. Il aurait eu 30 ans dans huit jours et s’est offert un feu d’artifice hors du commun pour son anniversaire. Né à Courcouronnes, dans l’Essonne. Aux dernières nouvelles vivant à Chartres, sur le mail Anatole-France. Père d’une fillette de 5 ans. Se serait radicalisé à la mosquée de Lucé ! Pour ma part, j’ai bien du mal à associer le nom de Lucé à une mosquée radicale… c’est plutôt le château du Cloux et Léonard de Vinci qui me viennent à l’esprit, mais il faut croire qu’entre mon époque et la sienne, l’école de la République a bien changé…

Avant d’être un musulman convaincu, Ismaël Mortefaï était un petit voyou sans envergure. Exactement huit fois condamné pour des faits de petite délinquance. Des délits mineurs, pas du terrorisme. Et comme la France ne cumule pas les peines et peut remettre en liberté des individus qui comptent parfois plusieurs dizaines de condamnations, ceux-là ne sont jamais incarcérés. Une démotivation foncière pour les forces de police qui passent leur temps à courser des voyous remis dans la nature avant qu’eux-mêmes aient fini le rapport les concernant…

C’est une honte, un scandaleux laxisme, a dit Nicolas Sarkozy au cours de l’entretien fleuve qu’il a accordé à TF1 dimanche soir. Comment la justice a-t-elle pu laisser filer Mortefaï ? Pourquoi n’a-t-il jamais été incarcéré ?

C’est vrai, ça, pourquoi ? Continuer la lecture

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies dimanche à Paris, à l’appel de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), pour soutenir Israël et son « droit à se défendre » face aux attaques « terroristes » palestiniennes.

« Israël a le droit d’exister. Quand on ne reconnaît pas à un pays le droit de se défendre face aux attaques au couteau, au fusil, aux voitures béliers, alors c’est qu’on ne reconnaît pas sa légitimité », a déclaré le président de l’UEJF, Sacha Reingewirtz, à la tribune ornée d’une banderole « Français et Israéliens unis face au terrorisme ». « J’aime Israël et je veux pouvoir le dire sans être traité de criminel, de colonisateur, d’assassin », a-t-il lancé très applaudi.

Quelque 3000 personnes selon la police, 5000 selon les organisateurs, étaient rassemblées, certaines avec des pancartes « Se défendre est un droit », « Le terrorisme poignarde la paix », d’autres avec des drapeaux israéliens, des mouvements du Betar ou de la Ligue de défense juive. L’ambassadrice d’Israël en France, Aliza Bin Noun, a appelé à « ne pas dessiner une fausse symétrie entre les citoyens israéliens et ceux qui leur donnent des coups de couteau et les poignardent à mort ».

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Source: E&R

Rappelons que cet homme qui se veut de gauche a servi indifféremment François Mitterand, Jacques Chirac, Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et maintenant François Hollande, dont il chante les actions dans la guerre de Syrie.
bhl-donne-des-conseils-aux-rebelles

L‘Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN), qui relève du Premier ministre, « a pour mission de donner à des hauts fonctionnaires, officiers supérieurs, cadres des différents systèmes d’activité, une information approfondie sur la défense nationale comprise au sens large du terme ». On ne peut donc, dans ces conditions, que s’étonner de voir invité le 12 octobre 2015, à 18 h 30 à l’École militaire, Bernard-Henri Lévy, autrement dit BHL – cet oiseau de malheur absolu – dans le cadre des « Lundis de l’IHEDN ».

Je ne sais à quel titre : il n’est pas ancien auditeur et se qualifie au choix « écrivain, philosophe, cinéaste », toutes qualités qui lui permettent d’avoir des idées sur ce qu’il faut faire pour la défense des intérêts de la France.

Rappelons que cet homme qui se veut de gauche a servi indifféremment François Mitterand, Jacques Chirac, Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et maintenant François Hollande, dont il chante les actions dans la guerre de Syrie.

On l’a vu en 2008 conseiller Mikheil Saakachvili, président de la Géorgie, dans sa folle tentative de récupérer contre les Russes l’Ossétie du sud. Plus tard en 2011, il poussera Nicolas Sarkozy à intervenir en Libye, entraînant l’assassinat de Mouammar Kadhafi et l’éclatement du pays, la déstabilisation du Sahel et, maintenant, l’afflux de migrants à travers la Méditerranée. Il affirmera le 11 novembre 2011 s’être engagé en Libye en tant que juif et sioniste : « J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël. »

Et maintenant en Syrie, il défend l’intervention de la France sans voir que nous sommes à la remorque des Américains, estimant contre toute évidence que c’est Bachar el-Assad qui est responsable de l’émergence de Daech et des 260.000 morts de la guerre syrienne, que seuls les Kurdes, si on les arme, pourront venir à bout de Daech, ne voyant pas que les Kurdes qu’il considère bizarrement comme de grands démocrates n’ont d’autre but que la reconquête du Kurdistan et que la seule armée à lutter encore efficacement contre Daech est l’armée syrienne.

Pascal Boniface a un jour écrit dans un de ses articles intitulé « BHL n’est pas seulement ridicule, il est aussi dangereux » : « Il est de bon ton, dans de nombreux milieux, de se gausser de Bernard-Henri Lévy et d’affecter, à son égard, une indifférence ironique. […]. La carrière de BHL est faite d’affabulations et de ratés monumentaux, qu’il veuille créer un journal, faire un film, écrire une pièce de théâtre ou un livre. Il y a un écart grandissant entre l’écho médiatique qui lui est donné et la désaffection du public, qui n’est pas dupe. » Malheureusement, il y a encore des gouvernants pour l’écouter.

 dans Boulevard Voltaire

Certains camarades nationalistes, français, belges, italiens et un américain, ont pu goûter ces derniers mois une petite tranche de vie au Liban et en Syrie.

Pendant presque deux décennies (de 1975 à 1990), Beyrouth a été ravagée par la guerre civile et à nouveau en 2006. Plusieurs quartiers de la ville en portent encore les traces et l’armée est omniprésente ; diverses rues sont interdites à la circulation, non pas comme à Paris, à Francfort, à Barcelone ou à Bruxelles afin de complaire aux « bobos » et persécuter les automobilistes ou au prétexte de « Je suis Charlie », mais tout simplement pour éviter les attentats à la voiture piégée, spécialité des sunnites de la région.

Il est à retenir que la moitié de la population du Liban vit dans la capitale, Beyrouth (2.150.000 habitants) ce qui explique en grande partie les embouteillages de 7h à 23h !

Réelle cité cosmopolite, carrefour multiculturel de la zone, croisement pluriethnique du Proche-Orient, ce centre marchand depuis des siècles véritable vitrine de la région , ne peut en aucun cas être un exemple d’importation chez nous, tel que le souhaiteraient des utopistes comme MM. Hollande, BHL, Cameron, Renzi et C°.

Evidemment et pour ceux d’entre nous qui en ont vu les coulisses, la vie des beyrouthins n’est pas « un long fleuve tranquille ». Beaucoup sont armés et les milices surveillent et défendent leur quartier. Continuer la lecture


BHL entarté pour la huitième fois par lalibre

samedi dernier le 30 mai 2015 à Namur, Bernard-Henri « Botule » Lévy a été pour la dixième fois entarté à la crême chantilly par le « terroriste burlesque », Noël Godin alias Le Gloupier. Notre non-philosophe hexagonal devait discuter avec le non-artiste flamand, Jan Fabre, dont l’une des pièces envoyait de véritables chats sur des murs… L’action s’est déroulée dans l’église… Saint-Loup !

Au mois de mars 2011, à l’issue d’une campagne médiatique d’une rare intensité initiée par BHL, Nicolas Sarkozy décida d’entrer en guerre contre le colonel Kadhafi avec lequel il était encore dans les meilleurs termes quelques mois auparavant.

Le 17 mars, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, arracha la résolution 1973[1] au Conseil de Sécurité de l’ONU, ce qui permit d’ouvrir les hostilités.

Le 19 mars, 19 avions français (chasseurs et ravitailleurs) lancèrent un raid de 2h30 au dessus de la Libye. L’incompréhensible guerre franco-libyenne ou otano-libyenne, venait de débuter. Continuer la lecture

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, affirmant que la Libye devenait « un « hub » pour les groupes terroristes » a lancé le 09 septembre 2014, un dernier appel en faveur d’une intervention dirigée par la France en Libye parce que, dit-il : « La Libye est à la fois la porte de l’Europe et du Sahara. »
ISIS Abu Waheeb« L’Etat islamique » suréquipé, est financé par… les membres de la coalition internationale !
Or, il y a trois ans, la France, les Etats-Unis et d’autres membres importants de l’OTAN avaient bombardé la Libye et armé une coalition de milices islamistes et tribales liées à al-Qaïda dans le but de détruire l’État libyen, d’assassiner son dirigeant Mouammar Kadhafi et d’apporter la « démocratie » à son peuple.

Pour cette nouvelle opération, M. Le Drian propose d’utiliser le dispositif militaire français en Afrique de l’Ouest, « Barkhane », qui pourrait être amené à « monter vers la frontière libyenne. Tout cela se fait en bonne intelligence avec les Algériens, qui sont des acteurs majeurs de cette région et dont c’est aussi l’intérêt. »

Mais l’Algérie a mis en garde contre toute ingérence étrangère en Libye et n’est pas prête, aujourd’hui, à participer à une éventuelle campagne militaire dans ce pays. A en croire certaines sources bien informées, l’Algérie aurait dit « non » à une éventuelle opération militaire de l’Armée Nationale Populaire (ANP) en Libye et ce, même sous l’égide du Conseil de sécurité. Pour l’Algérie, l’urgence consiste à aider les Libyens à se réconcilier afin de leur permettre de réinstaller les institutions de l’État et c’est à eux-mêmes de prendre les mesures nécessaires visant à rétablir la sécurité et la sérénité dans leur pays.

Or, c’est précisément en Algérie que vient d’être enlevé et assassiné l’otage français, Hervé Gourdel, par un nouveau groupe terroriste baptisé « Jund al-Khilafah » (« Les soldats du Califat »). Celui-ci, autrefois affiliée à AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), a fait son apparition mi-septembre (selon le journal Le Monde du 24/09/2014), en diffusant un communiqué où elle prête formellement allégeance à « l’État islamique » (EI).

Quelle étrange coïncidence !
M. Le Drian faisait un appel officieux à l’Algérie début septembre, sans succès, puis soudain, apparaît mi-septembre ce groupe armé qui assassine son otage français, fin septembre… Serait-ce un moyen de faire pression sur l’Algérie pour la forcer à prendre part à cette nouvelle guerre contre la Lybie sous couvert de lutte contre des groupes armés financés par la France et d’autres (comme le déplore Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, qui accuse certains pays d’avoir aidé à la création d’organisations terroristes, dont « l’Etat islamique ») ? Il est à noter que c’est à la suite de l’enlèvement et de la décapitation d’otages anglais et américains que la coalition s’est donnée l’autorisation d’intervenir en Irak et en Syrie…

Serions-nous devant le fameux « Printemps arabe algérien » tant souhaité par le sinistre BHL, lors du « débat sur la Guerre d’Algérie, le 01/04/2012 ? Le même BHL avait également déclaré que tous les printemps arabes étaient « bons pour Israël » puisqu’ils affaiblissaient les pays dans lesquels ils se déroulaient…

Le Parti Anti Sioniste condamne cet acte de barbarie qui vient de toucher un citoyen français, mais il condamne également tous les gouvernements, dont celui de la France, pour avoir financé et formé ces groupes qui n’ont rien à voir avec l’Islam et les musulmans.

Par Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

De tous les organismes vivants subsistant dans notre écosystème (fussent-ils unicellulaires ou mammifères), Bernard-Henri Lévy est probablement celui qui suscite encore, de nos jours – hormis l’antipathie –, le plus d’inspiration. On en a tellement dit qu’on ne sait plus quoi dire sur cette espèce d’égérie philosophale et son impénétrable magnétisme cabalistique envers la cour républicaine, qui fait – et qui continue à faire – couler beaucoup d’encre. Et autant de sang. Continuer la lecture

SyrieAPPEL A LA PAIX EN SYRIE :
mardi 3 septembre à Paris

La guerre est un fléau dont on ne peut maîtriser les conséquences et la durée. Une opération militaire de grande envergure aujourd’hui en Syrie n’est pas une solution acceptable. Des dizaines de milliers de civils seraient aussitôt pris pour cible, déplacés, massacrés au prétexte d’exporter la démocratie.
Depuis plusieurs mois, un conflit dramatique ne cesse de faire couler le sang en Syrie. Cette situation ne peut, et ne doit, nous laisser indifférent. Toutefois, l’éventualité d’une intervention armée de la France, simplement alignée sur les positions américaines, comporteraient plusieurs obstacles importants.

Nul ne peut prévoir les conséquences d’une telle intervention, tant sur la population syrienne que sur la région. La tension est extrêmement vive et des pays tels qu’Israël, le Liban et l’Irak peuvent très rapidement, et d’une manière qui échapperait à tous, basculer dans de nouvelles violences. Le sang couleraient donc et bien au-delà même des cibles visées par les pays occidentaux.
Si tant est que cette intervention réussisse à renverser le régime, il n’en demeure pas moins qu’aucune solution de remplacement n’est aujourd’hui pertinente. Le plan actuel consiste simplement à remettre le pouvoir à une coalition hétéroclite de groupes islamistes radicaux qui se battent déjà entre eux : quel en serait l’avantage décisif pour la population syrienne ?
La France est souveraine et ne doit pas s’aligner systématiquement sur les USA ou le Qatar. Elle n’a pas vocation à participer à un embrasement du Proche et du Moyen Orient. Nous y avons une histoire, des devoirs ainsi que des pays alliés et amis. Nous ne pouvons accepter de participer à ce massacre annoncé, tant d’un point de vue diplomatique que dans un souci d’humanité avec ces populations amies.
Enfin, il parait acquis que le régime syrien doit être remplacé par un véritable gouvernement démocratique et non pas par une dictature des frères musulmans qui eux ne protégeront pas l’équilibre entre les différentes communautés présentes en Syrie. Un changement de pouvoir risquerait de mettre directement en péril ces personnes. Là encore, la tradition française et notre devoir d’humanité nous oblige à une reconnaissance de l’ensemble des équilibres en présence au Moyen Orient.

Pour toutes ces raisons, l’AFSP-Liberté politique, signataire de cet Appel à la paix en Syrie aux côtés de France Audace, du Parti chrétien démocrate, de l’Aide à l’Église en détresse et de l’Observatoire de la christianophobie, vous invite
à un grand rassemblement ce mardi 3 septembre à 19h place du Trocadéro.

François Billot de Lochner
Président de l’AFSP-Liberté politique

Pour en savoir plus, sur Libertepolitique.com :

Le glorieux “printemps arabe” qui a eu pour effet de faire sortir de leurs trous les pires arriérés que porte la terre – merci BHL ! –, semblerait montrer qu’une espèce de malédiction pèse sur ces pays les faisant passer des ténèbres aux ténèbres sans jamais connaître la lumière… Une nouvelle preuve nous en est infligée par cette vidéo tournée en Libye et qui a pour origine une page facebook. On y voit toute une tourbe de musulmans renverser et briser des tombes chrétiennes et juives et s’attaquer à la masse à une grande croix qui surplombe le cimetière, aux cris de « Allah Akbar ». La civilisation est en marche en Libye


Une séquence pour l’histoire que les chaînes TV ne vous ont pas montré. Sur cette hilarante vidéo d’anthologie, on voit BHL se faire évincer par deux fois du podium à Tripoli ! La deuxième fois, il est même revenu avec des lunettes noires ! Heureusement que le ridicule ne tue pas.


Une séquence pour l’histoire que les chaînes TV ne vous ont pas montré. Sur cette hilarante vidéo d’anthologie, on voit BHL se faire évincer par deux fois du podium à Tripoli ! La deuxième fois, il est même revenu avec des lunettes noires ! Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Connexion
Art. récents
mai 2016
MTWTFSS
« Apr  
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 
Archives