En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

attentat

Icham et Samir avaient déjà été condamnés 6 et 7 fois

Ces terroristes voulaient frapper la France le 1er décembre, téléguidés par un donneur d’ordre retranché en zone syro-irakienne. Ils ont été interpellés dans la nuit de samedi à dimanche dernier à Strasbourg et Marseille.

Parmi ces 5 suspects, quatre, interceptés dans le quartier de la Meinau à Strasbourg, sont des amis se connaissant de longue date.

  • Yassine B, Français de 37 ans, animateur dans une école et inconnu des services,
  • Icham M, Français de 37 ans, manutentionnaire ayant déjà six condamnations pour des faits de droit commun,
  • Samir B., épicier franco-tunisien de 35 ans condamné à sept reprises
  • Zakaria M, franco-marocain de 35 ans sans emploi et inconnu des services.

Comme leur prénom l’indique, ce sont des padamalgam.

Michel Janva dans Le Salon Beige

Au moins 44 personnes sont mortes et 170 ont été blessées dans deux attentats ayant visé les forces kurdes dans un secteur de la ville syrienne de Qamichli (nord-est), non loin de la frontière turque, selon un bilan des médias officiels.

L’attentat qui a touché la ville de Qachmili a fait a tué au moins 44 personnes et blessé 170 autres. Le bilan risque encore de s’alourdir selon des médias locaux.

Selon un correspondant de l’AFP citant une source des forces de sécurité kurdes (Assayech), «il s’agit du plus gros attentat jamais perpétré dans la ville» de Qamichli. Il a fait état de dégâts très importants et de corps ensevelis sous les décombres. Selon la même source, l’attentat a été mené par un kamikaze qui s’est fait exploser à bord d’un gros camion près d’un point de contrôle proche des administrations de la «zone autonome» kurde dans la ville, dont l’organisme chargé des affaires de Défense.

(ATTENTION CES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE DU PUBLIC)

Selon la télévision nationale syrienne, le gouverneur de la province de Hassaké, où se trouve Qamichli, a lancé à la population un appel aux dons de sang «pour les victimes […] dans les hôpitaux publics et privés».

Lire aussi : En deux mois, 5 000 terroristes sont entrés à Alep via la Turquie, déclare Bachar el-Assad

Les premières informations avaient fait état d’un double attentat mais selon des sources dans Qamichli, l’explosion du camion a en fait provoqué une autre déflagration, causée par un réservoir de gaz. Continuer la lecture

Enquête. Selon Le Figaro, la justice a exigé aujourd’hui que soient supprimées toutes les preuves vidéo tournées sur la promenade des Anglais depuis le soir de l’attentat. Une décision incompréhensible et inédite, qui intervient alors que le gouvernement est critiqué pour les failles sécuritaires qui ont permis au terroriste de tuer plus de 80 personnes ce soir-là.

La décision est incompréhensible et risque de faire couler beaucoup d’encre. Dans l’enquête sur l’attentat de Nice, qui a coûté la vie à 84 personnes le 14 juillet, la justice vient de décider de se priver d’un atout considérable. Après le drame, de nombreux experts se félicitaient du réseau de caméras très développé de la ville de Nice, qui permettrait de faire avancer l’enquête à pas de géant. Sciemment, la sous-direction antiterroriste a décidé de faire disparaître définitivement de ces précieuses images. Celles du soir de l’attaque, et tout ce qui s’est passé depuis sur la Promenade des Anglais.

Pourquoi se tirer ainsi une balle dans le pied ? Contacté par Le Figaro, qui a révélé cette information, le parquet de Paris s’est justifié : « Cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images ». La police nationale rappelle également que « sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d’enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d’effacer les images de ces 140 caméras afin d’éviter l’utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande ».

« C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves »
Il n’empêche, la décision ne passe pas auprès des agents du centre de supervision urbain de Nice. « C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves. Continuer la lecture

peut-être une centaine de morts selon Eric Ciotti
Un camion blanc, lancé à pleine vitesse, a foncé sur la foule sur la Promenade des Anglais lors du feu d’artifice.

Le chauffeur a été abattu.

La confusion règne : certains évoquent une prise d’otage en cours, et des coups de feu ont été entendus. Continuer la lecture

Épouse d’une victime de l’attentat contre Charlie Hebdo, Maryse Wolinski a réitéré mardi son information relative aux pressions policières exercées sur des témoins pour cacher l’existence d’un « troisième homme ».

Le 13 janvier, Panamza avait rapporté et synthétisé en vidéo les propos stupéfiants de Maryse Wolinski, auteur du livre-enquête Chérie, je vais à Charlie.

Selon l’épouse du caricaturiste Georges Wolinski (abattu le 7 janvier 2015 dans le local de Charlie Hebdo), des témoins présents lors de l’arrivée des terroristes ont subi des pressions lors de leur audition policière au 36, quai des Orfèvres (siège de la police judiciaire parisienne). Le but : les enjoindre au silence à propos d’un « troisième homme » aperçu en compagnie des tueurs. Continuer la lecture

D’après les informations de Valeurs actuelles, la menace terroriste est montée d’un cran ces derniers jours en France. Les services de renseignements se préparent à plusieurs scénarios d’attaques.

L’État islamique, qui dispose de plusieurs camps d’entraînement en Europe (notamment dans les Balkans) est en train de former des commandos qui pourraient mener des attentats suicide avec un nouveau mode opératoire provoquant un maximum de dégâts. En utilisant des outils numériques à la pointe de la technologie, l’organisation terroriste est aujourd’hui prête à envoyer des convois de véhicules en opération suicide : une première voiture, au blindage renforcé, conduite à distance et chargée d’explosifs aurait pour objectif de faire un maximum de dégâts, suivie d’un second véhicule transportant des djihadistes chargés de tuer le plus grand nombre de civils. Et enfin, un troisième véhicule dont la mission est de “terminer le travail” et de récupérer les commandos. Continuer la lecture

Beaucoup de gens n’arrivent pas à accepter la gratuité des actes terroristes. Dans le but de leur donner un sens, ils se retrouvent a les excuser et blâmer les victimes. On entend des propos du genre : « il ne fallait pas toucher à leurs symboles sacrés ». Vous croyez que les enfants pakistanais massacrés dans leur école faisaient des caricatures contre l’islam ? Vous pensez que les étudiants brulés vivants par Boko Haram au Nigeria les ont offensé d’une manière que ce soit ?

mauvais
Le ministre de l’Intérieur viendra assister à l’exercice NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique chimique et explosif). Manuel Valls, alias Manu le Chimique, participera à cet exercice, à la station de métro de Gerland (simulation d’un attentat chimique).

Michel Janva

Lajos MARTON est connu en France pour avoir été l’un des trois hongrois ayant participé à l’attentat du Petit-Clamart contre le Général DE GAULLE. Pour cela, Lajos MARTON fut condamné à mort… En octobre 1956, lors de l’insurrection anti-communiste, il se bat contre les soviétiques et lorsque ces derniers attaquent la Hongrie en novembre 1956 et reprennent le pouvoir, il prend alors la fuite vers la France. La « justice soviétique » de Hongrie le condamnera à mort par contumace. Il nous a reçus près de quatre heures chez lui et au cours de nos échanges nous avons évoqué et exploré sa vie.
Dans cette troisième partie, Lajos MARTON nous raconte sa mission au Tchad, sa réhabilitation par le Gouvernement Hongrois, son retour dans sa terre natale, le dossier de 1100 pages concocté par les soviétiques à son endroit pour le surveiller et le discréditer, la France et son incapacité à réhabiliter BASTIEN-THIRY et bien d’autres.

Deux soldats britanniques ont été tués aujourd’hui dans le sud de l’Afghanistan, l’un par une bombe artisanale et l’autre dans un accident de la route, a annoncé le ministre britannique de la Défense (MoD).

Un soldat servant dans la province méridionale du Helmand a été tué par une bombe artisanale à Nad-e Ali ce matin, a précisé le MoD dans un communiqué. « Il était en route pour rencontrer des entreprises locales afin de poursuivre la reconstruction quand il a été tué dans une explosion », a indiqué le porte-parole militaire James Carr-Smith.

Un autre soldat a été tué dans un accident de la route, également près de Nad-e Ali dans la province du Helmand. « Il faisait partie d’une équipe qui menait une opération de reconnaissance pour remplacer un pont sur un canal (…) pour que les Afghans puissent se déplacer plus facilement », a indiqué le porte-parole.

La force internationale de l’Otan (Isaf) avait annoncé plus tôt lundi la mort d’un soldat de la coalition en Afghanistan, tué par une bombe artisanale, sans préciser sa nationalité.
284 soldats britanniques au total ont trouvé la mort en Afghanistan depuis le début de l’opération de la coalition contre les talibans en 2001.

Un homme identifié comme un ressortissant américain d’origine pakistanaise a été arrêté dans le cadre d’une tentative d’attentat à la voiture piégée, samedi à New York, ont rapporté plusieurs médias américains ce mardi.

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives