En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

arnaque

A Montagne-Fayel (Somme), les panonceaux fleurissent sur les façades des maisons : « A vendre. Cause : éoliennes ». Une façon pour les habitants d’afficher leur ras-le-bol. L’extrême proximité des éoliennes, à 600 mètres des riverains, provoque depuis deux ans des nuisances parfois inattendues.

« On ne peut pas utiliser à 100% les outils qu’on possède, avec des nouvelles technologies, à cause de l’orientation des champs magnétiques ou l’orientation des pals. C’est un sujet que les constructeurs découvrent, et il n’y a aucune solution apportée« , explique Thierry Pouret, agriculteur à Montagne-Fayel.

20 000 euros pour la commune

Jean-Marie Bachelet, lui, a une grande véranda, qui fait caisse de résonance : « Il est impossible de se parler à un mètre de distance« .  Autour du village, les projets et les parcs éoliens se multiplient. 50 mâts, déjà implantés dans un rayon de 7 kilomètres autour de Montagne-Fayel, et une soixantaine en prévision. Le maire, lui, ne comprend pas cette levée de boucliers : en 2018, sa commune percevra 20 000 euros grâce à son parc éolien.

source: francetvinfo

Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable, est venu évoquer avec nous l’imposture du sommet sur le climat, la COP21. Il est également revenu sur le danger des éoliennes et sur les incohérence du gouvernement en matière d’énergies.

http://www.tvlibertes.com/

https://www.facebook.com/tvlibertes

https://twitter.com/tvlofficiel

Le Crapouillot, magazine non conformiste est en vente dans les kiosques au prix de 7.50€,

et par abonnement :ecologie scandale eolien crapouillot

Rigel Editions, 4 bis rue de Cronstadt 75015 Paris.

Abonnement de lancement : 27 euros pour quatre numéros.

 

 
Le Crapouillot est ressorti de ses tranchées!

Ce journal des poilus, créé en 1915, va vous éclairer sur les sujets de société qui demandent réflexion.

Dans un esprit d’indépendance, d’insolence et de vérité, Le Crapouillot abordera sans tabou tous les thèmes d’actualité que les grands médias n’osent pas aborder.

 

Selon le Canard, sur 21.000 mégawatts de puissance éolienne installée en France : 10.300 sont raccordés au réseau et… 10.700 tournent dans le vide ! La raison ? ERDF et RTE, en charge du réseau et émanations d’un EDF « obsédé par le nucléaire », traînent des pieds pour raccorder les éoliennes.

« Traînent les pieds » à quel point ? En 2015, moins de 1.000 MW éoliens ont été raccordés au réseau. A ce train-là, il faudra plus de 10 ans pour résorber la file d’attente. On espère que vous trouvez que les éoliennes c’est joli, car (dans 50 % des cas) c’est à ça que ça sert.

Eoliennes-arnaque

Source : http://timetosignoff.fr

via Thomas Joly

Soutenez l’association « Stop-Eolien 02 »

Adhérez à l’association (minimum 5€)

3 rue de l’église

02120 Puisieux et Clanlieu

Tél : 06 89 09 98 99

Venez nombreux à la réunion de l’assemblée générale  le vendredi 26 Juin 2015, à 20 heures.

au siège social de l’Association, 3 rue de l’église 02120 Puisieux et Clanlieu (dans l’Aisne 02)

 

L’énergie renouvelable était censée créer des dizaines de milliers d’emplois verts. Pourtant, malgré des centaines de milliards d’euros de subventions, le nombre d’emplois diminue rapidement. Sept emplois sur dix ne resteront que si les subventions continuent d’affluer.

Les subventions des énergies renouvelables n’ont pas conduit à une augmentation significative et durable de l’emploi. Selon des chiffres récents du gouvernement allemand, le nombre brut d’emplois dans les énergies renouvelables est de 363.100 en 2013 et a diminué d’environ 7%. En comptant les salariés des organismes publics et des institutions académiques, les énergies renouvelables ont créé du travail à environ 370.000 personnes. Continuer la lecture

SOS arnaque
L’ARNAQUE « SOS RACISME » A ASSEZ DURE !

? Depuis plus de 25 ans, « SOS Racisme », officine grassement financée par les subventions publiques, joue sur la crédulité et les bons sentiments d’une jeunesse anesthésiée par les médias pour imposer la destruction de nos identités régionales, nationale et européenne.

? Depuis plus de 25 ans, en pratiquant la culpabilisation systématique de notre peuple, « SOS Racisme » s’est aussi imposée comme l’un des principaux vecteurs de l’islamisation de notre pays.

? Or, aujourd’hui, les scandales éclatent au grand jour. En réalité, depuis plus de 25 ans, « SOS Racisme » s’avère n’être qu’une pompe à fric qui ne sert qu’à financer une poignée de politicards, issus de la mouvance gauchiste, et recasés au Parti socialiste, au premier rang desquels on retrouve Harlem Désir.

Cette arnaque morale et financière doit cesser !

Toute la classe politique est mêlée de près ou de loin à cette escroquerie. Que ce soit par dogmatisme idéologique ou tout simplement par trouille de se voir qualifier des pires intentions, la gauche comme la droite ont largement contribué au financement de « SOS Racisme ».

EXIGEONS LA DISSOLUTION DE « SOS RACISME » !

Il faut en finir avec ces associations parasitaires qui, au nom de vertueuses idées, assassinent notre identité et se remplissent les poches sur le dos des contribuables français.

Cette sinistre mascarade doit cesser. La revue Synthèse nationale, soutenue par la Nouvelle Droite Populaire, au nom du Peuple français, exige la dissolution immédiate de « SOS Racisme » et la traduction devant les tribunaux de ces responsables peu scrupuleux. Il s’agit là d’une œuvre de salubrité publique…

Tract à diffuser autour de vous


« Nourrie aux subventions et dons divers, SOS racisme per-çut en 2010, 579 000 € de subventions auxquels s’ajoutent les dons à hauteur de 100 000 € pour Pierre Bergé, 72 000 € pour la Fondation Ford et, le bouquet, 348 000 € en 2009 pour le FASILD, association dédiée à l’accueil des migrants qui elle-même vit de subventions… Sans parler des fonds spéciaux du Premier ministre mobilisés pour sauver SOS racisme de la banqueroute. On vous épargnera les détails des démêlés judiciaires, les perquisitions, les fausses factures (affaire C.Discount), les ventes de tableaux à SOS ra- cisme, les gardes à vue, l’intervention de la Bri- gade financière et autres épisodes crapoteux. Pour simplifier, c’est 98% de ses ressources qui pro- viennent de subventions et de dons tandis que les cotisations n’en représentent que 2%.

En somme, il est demandé aux Français de payer toujours davantage pour se faire soupçonner de racisme et insulter par une organisation qui n’est qu’une, mais non la moindre, courroie de trans- mission du Parti socialiste destinée à recycler des trotskistes en recherche d’emploi, si possible pres- tigieux. La preuve ? Jean-Philippe (Harlem) Désir, promu aux fonctions de secrétaire général du parti en question dont l’ancien locataire est devenu… Président de la république. Le tremplin semble puissant, c’est le moins qu’on puisse dire. Il n’est que temps de dissoudre cette coûteuse officine hostile à la France française.  » Lire le tract dans son intégralité.

Les vaccinations obligatoires ou encouragées représentent un énorme pactole pour l’industrie pharmaceutique.
Pourtant, l’inocuité vacicnale est un mythe et les injections provoquent parfois de lourds dégâts sur la santé des enfants, entraînant à l’occasion séquelles ou même décès.
Ce documentaire, sans être hostile au principe de vaccination, s’interroge et met en garde.
Il est en tout cas certain que les enfants sont sur-vaccinés.
De nos jours, l’enfant nord-américain reçoit environ 48 doses de 14 vaccins différents avant l’âge de six ans, soit le double du nombre prescrit 25 ans auparavant.
Un documentaire qui donne la parole à des victimes de la vaccination, ainsi qu’à des chercheurs et des spécialistes des domaines médical et juridique au Québec, en France et aux États-Unis. Continuer la lecture

Les éoliennes ne marchent pas seulement à la force du vent. Effectivement, leur fonctionnement et leur entretien entraineraient davantage de rejets de gaz à effet de serre, c’est la thèse que défend le rapport du think tank britannique Civitas.

Non seulement, l’énergie éolienne serait coûteuse, mais en plus elle ne serait pas efficiente quant à la réduction des émissions de CO2. « S’il n’y avait pas les objectifs fixés par la Directive des énergies renouvelables, l’éolien ne serait même pas recevable comme moyen rentable de production d’électricité ou de réduction des émissions », conclut le rapport rédigé par l’économiste britannique Ruth Lea. Après quoi, elle recommande au gouvernement britannique d’abandonner son projet de construire 32 000 turbines d’ici à 2020.

Une énergie intermittente
Pour en arriver à ces conclusions, Ruth Lea s’appuie sur un premier constat. L’éolien est par définition une énergie intermittente. Ainsi, quand le vent ne souffle pas, d’autres sources d’électricité doivent prendre le relais, comme le gaz ou le charbon.

Or les centrales à gaz émettent davantage de CO2 lorsqu’elles sont couplées à une éolienne. D’autre part, cela implique un surcoût pour le consommateur. Il paie à la fois pour le renouvelable et pour les combustibles fossiles.

Une électricité coûteuse
Dans son étude, Ruth Lea explique qu’il faut inclure les coûts supplémentaires afin de pouvoir déterminer quelle énergie est la plus coûteuse. Les surcoûts pour l’éolien provenant principalement du fait qu’il est imprévisible.

Verdict : il s’agit de l’énergie la plus chère. A 146 livres par MWh (177 euros) pour le onshore, et 179 livres par MWh (217 euros) pour le offshore, l’éolien arrive bon dernier derrière le nucléaire (82 euros), le gaz (117 euros) et le charbon (135 euros).

Selon Civitas, la Grande-Bretagne s’est lancée dans le défi de la réduction des émissions de CO2. Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement doit prendre en compte les coûts et les technologies les plus fiables : le nucléaire et le gaz.
source: usinenouvelle

Connexion
Art. récents
août 2017
MTWTFSS
« Jul  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives