En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

antifascisme

La racaille d’extrême gauche s’entraîne déjà à multiplier les scènes de violences au nom de l’antifascisme. De quoi imaginer à quoi vont ressembler les deux semaines de l’entre-deux tours…

Environ 200 militants xénophiles se sont rassemblés aujourd’hui devant la préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille pour exiger la poursuite de la déportation d’immigrants vers l’Europe, cautionnant ainsi la volonté du patronat de bénéficier d’une main d’œuvre bon marché exerçant une pression à la baisse sur les salaires. Les manifestants entendent dénoncer les nouvelles dispositions sur le droit des étrangers, qui doivent être discutées à l’Assemblée mardi et mercredi.

Les manifestants, venus à l’appel de plusieurs groupuscules (NPA, PCF, Parti de Gauche et Verts, Ligue des droits de l’Homme ou Réseau Education Sans Frontières), se sont regroupés derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire: « Non au racisme d’État, Liberté Égalité Fraternité pour toutes et tous ». Ils devaient ensuite défiler jusqu’à la porte d’Aix où ils envisageaient de former une grande chaîne du silence.

A l’appel de différents groupuscules répondant aux doux noms de… Action Antifasciste Paris-Banlieue (AFA), Alternative Libertaire (AL), Association des Marocains de France (AMF), Fédération Anarchiste (FA), Fédération Syndicale Etudiante (FSE), Mouvement des Quartiers pour la Justice Sociale (MQJS), Ras l’front Marne la Vallée, SCALP, Sud Etudiant, SUD ISS Logistique & Production, quelques dizaines de militants d’extrême gauche, dans la perspective de s’opposer à la marche unitaire du Comité du 9 mai ont organisé un rassemblement à… Belleville, c’est-à-dire, pour ceux d’entre vous qui ne sont pas encore familiarisés avec la géographie parisienne, à l’extrême opposé du défilé nationaliste.

Vous pourrez lire ci-dessous le divertissant communiqué de ces malheureux « révoltés »:

Le 9 Mai : Riposte sociale antifasciste !

Depuis de trop nombreuses années, l’extrême droite radicale parisienne tente, avec plus ou moins de succès, de se réunir le 9 mai dans les rues de Paris, au prétexte de la mort d’un de ses militants en 1994. Depuis sept ans, nous nous mobilisons contre cette présence dans la rue. De manifs en concerts, de rassemblements de solidarité internationale en défilés à la mémoire des résistants de la Seconde Guerre mondiale, nous avons affirmé une présence antifasciste dans les rues. Comme rien n’est jamais gagné, cette année encore, nous serons présents le 9 mai pour signifier à l’extrême droite que, quel que soit son mode d’expression, par la rue ou par les urnes, nous serons toujours là pour l’empêcher d’agir.

Le dernier scrutin a mis en évidence le maintien électoral du Front National. Dans le même temps l’activisme de l’extrême droite radicale prospère. Les agressions racistes (comme à Chauny, dans l’Aisne), les attaques envers des militants du mouvement social (comme à Lyon en mars) sont désormais légion. Les sirènes médiatiques se sont tues et pourtant, il est aujourd’hui plus que temps de réagir et d’engager une riposte antifasciste large et unitaire. La banalisation du racisme dans le discours d’une droite décomplexée, les dérapages verbaux d’élus ou de leaders politiques ont remis en selle et légitimé une mouvance politique que certains croyaient au bord du gouffre mais qui aujourd’hui s’exprime avec plus de virulence encore dans le discours comme dans les actes.
Continuer la lecture

sos-pleureuseL’association xénophile SOS Racisme a imploré aujourd’hui le ministre de l’Immigration Eric Besson à renoncer à son projet d’attribuer des « titres de séjour provisoires » aux immigrés victimes de filières clandestines qui les dénonceraient, se disant « inquiet » face à « une officialisation des pratiques de délation ».

« Si la volonté de lutter contre les filières clandestines relève d’un souci louable, la méthode semble surprenante », déclare l’association dans un communiqué.

« La question des régularisations doit être approchée selon des règles claires et transparentes qui seraient issues d’une réflexion relative aux droits des étrangers et en aucun cas de considérations policières », poursuit SOS Racisme.

« Si l’Etat français décidait d’instituer cette manière de procéder, est-il en situation de garantir la sécurité physique dans les pays d’origine des personnes appartenant à la famille de celles et ceux qui auraient décidé de dénoncer tel ou tel passeur ? », s’interroge l’association.

« Nous ne pouvons qu’être inquiets face à ce qui apparaît comme une officialisation des pratiques de délation », ajoute-t-elle, appelant le ministre à renoncer à son projet et à ne pas « livrer plus longtemps les sans-papiers à un arbitraire administratif et à une complexification du droit ».

Eric Besson a annoncé aujourd’hui sur Europe 1 qu’il signerait demain une circulaire par laquelle le gouvernement allait « donner aux préfets la possibilité d’accorder des titres de séjour provisoires aux clandestins victimes de filières clandestines qui décideraient de les dénoncer ».

Par Egalité & Réconciliation

Le bonimenteur Olivier Besancenot à profité d’un énième passage télé (chez Ardisson sur Canal+) pour se vanter d’avoir « fait le ménage » lors de la manifestation de soutien à la Palestine du samedi 29 janvier à Paris!

Pour rappel, les militants « d’extrême gauche » de la CNT ont attaqué les manifestants du Centre Zahra à défaut d’avoir pu s’en prendre aux militants d’Egalité & Réconciliation. Nous avons donc ici la preuve de la connivence entre les milices antifascistes (CNT, SCALP, etc…), Olivier Besancenot et le gouvernement qui les a protégé grâce aux forces de l’ordre. Ceci est finalement tout à fait logique lorsque l’on sait que Sarkozy veut faire de Besancenot son principal opposant…

Ni les promesses de « justification » de Julien Dray ni ses plaintes pour violation du secret professionnel n’auront suffi à éteindre l’incendie médiatique. L’enquête préliminaire qui le vise, pour détournements de fonds présumés, déclenchée par le parquet après un signalement de Tracfin, l’organisme antiblanchiement de Bercy, s’étale désormais à la une des quotidiens.

Mercredi 24, le Parisien, s’appuyant sur la note de Tracfin, révélait que Julien Dray ne serait pas le seul soupçonné d’être destinataire de mouvements de fonds suspects à hauteur de 350 000 euros provenant des caisses des parrains de SOS Racisme et du syndicat lycéen FIDL. Le journal cite les noms de Nathalie Fortis, l’attachée de presse du député, de Thomas Persuy, directeur administratif et financier de SOS Racisme, de Dominique Bouissou, ancienne assistante parlementaire de Julien Dray, attachée de presse de Ségolène Royal, ou encore de Marc Rozenblat, ancien président de l’UNEF-ID. Lequel justifie des mouvements financiers en sa faveur par le remboursement d’un prêt qu’il aurait consenti à SOS Racisme. Toujours selon le Parisien, Tracfin aurait relevé l’encaissement, par Julien Dray, de 113 890 euros de chèques en provenance de « particuliers actifs dans la sphère économique ».

En réaction, l’avocat de Julien Dray, Me Léon-Lef Forster, a annoncé le dépôt d’une plainte en diffamation. « Tous les éléments fournis par le Parisien ne sont en aucune façon des nouveautés. Ils ont été évoqués dès le début par les enquêteurs, et il était clairement entendu que Julien Dray pourrait s’expliquer devant eux sur tous ces points recueillis par Tracfin », a-t-il expliqué à l’AFP. Des « explications » très attendues sur des mouvements bancaires qui laisseraient apparaître, selon le Figaro, une « structure à trois étages » entre associations, intermédiaires et bénéficiaires supposés, à l’origine selon le quotidien des soupçons de « détournements ».

Du côté des associations citées dans cette affaire, c’est la consternation. La FIDL tente vainement de se défandre et dénonce « une tentative de déstabilisation ». « Pas un centime d’euro reçu par l’association n’a été utilisé à des fins autres que la réalisation des actions antiracistes », assure, de son côté, SOS Racisme. Des dénégations qui peinent à effacer l’image désastreuse imprimée par cette enquête à Julien Dray et à l’organisation immigrationiste.

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives