En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

affaires

Les premiers arguments de sa défense sont absolument inacceptables, et d’une maladresse insigne.

Fillon fut la divine surprise d’une droite qui se mettait à croire de nouveau au courage, à l’honnêteté, à la clarté. Mais son succès à la primaire fut acquis par défaut, par rejet de ses deux concurrents.

Et, dans ce rejet, un critère fut déterminant pour les trois millions de Français qui lui apportèrent leurs suffrages : la probité. Ils ne voulaient plus des affaires d’appartements, d’emplois fictifs, de financement illégal auxquels le nom de M. Juppé était associé, ni des affaires de M. Sarkozy. Avec Fillon, le peuple de droite pensait avoir tourné la page de la droite affairiste des années Chirac-Sarkozy.

Visiblement, on était allé un peu vite en besogne…

Depuis deux mois, la candidature Fillon patinait : la droite de conviction le voyait se juppéiser depuis la primaire, par sa promotion insensée des Apparu, NKM, et autres UDI. Continuer la lecture

apiePar Altermédia

La présidence Sarkozy c’est la Mitterrandie sur un air de Carla Bruni

Comme au bon vieux temps de la mitterrandie triomphante, la parade Tapie va recommencer.

Le dénouement extrajudiciaire de son différend avec le Crédit Lyonnais a très largement renfloué l’homme d’affaire. S’il on devait s’exprimer plus clairement, il convient de dire que grâce à ses petits arrangements avec son ami Nico, il devrait empocher entre 85 et 150 millions d’euros en fonction des taux d’imposition qui seront appliqués à ses gains.

Durant le débat sur la légitimité de l’arbitrage, conscient qu’il fallait la jouer modeste, il avait laisser entendre qu’on entendrait plus parler de lui. Mais, fidèle à sa réputation de menteur, celui qui n’a comme seul talent que de savoir se « vendre » aux puissants revient plus conquérant que jamais.

Selon des informations qu’il s’autorise à distiller avec gourmandise dans la presse, il se dit intéressé par un retour dans le football à Nice ou à Cannes ou potentiellement acquéreur de participations dans le Club Méditerranée.

Des institutions financières, conscients du danger pour les entreprises visées par l’ancien ministre taulard, ont déjà commencé à se mobiliser pour empêcher ces velléités prédatrices.

Nul doute que comme il y a vingt cinq ans, Nanard aura l’appui de l’Elysée.

Connexion
Art. récents
avril 2017
MTWTFSS
« Mar  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Archives