En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

AFD

Le prochain ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie sera très probablement un représentant de la CDU au sein d’une coalition CDU-SPD.

Ce dimanche 14 mai 2017, les électeurs de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l’État fédéré le plus peuplé d’Allemagne, étaient appelés à élire leur Parlement. Le parti patriotique Alternative pour l’Allemagne (AfD) devait franchir le seuil électoral des 5 % des votes valables (ou obtenir un mandat direct) afin de pouvoir entrer au sein de cette assemblée. Il récolte 7,4 % et 16 sièges (sur 199).

La coalition en place, regroupant les sociaux-démocrates du SPD et les écologistes, subit une cuisante défaite et ne dispose plus, désormais, d’une majorité au sein de l’Assemblée. Un sondage Infratest dimap montre que les électeurs sont mécontents de la gestion du Land dans le domaine de la circulation, de la formation, de la lutte contre la pauvreté des enfants et contre la délinquance. Les Pirates s’effondrent et disparaissent du Parlement.

Continuer la lecture

Ce dimanche 26 mars 2017, les électeurs de la Sarre – un État allemand qui compte 800.000 habitants, soit 1 % de la population totale du pays – ont élu leur Parlement. Le parti chrétien-démocrate CDU a emporté largement le scrutin en décrochant plus de 40 % des voix, les sociaux-démocrates du SPD obtiennent moins de 30 %, le parti post-communiste Die Linke reçoit 12,9 % et les patriotes de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) font leur entrée au sein de l’Assemblée avec 6,2 %. Les Pirates s’effondrent et se retrouvent en dehors du Parlement, à l’instar des écologistes du Bündnis 90/Die Grünen et des libéraux-centristes du FDP, qui reculent.

Seuls quatre partis siègent désormais dans cette Assemblée : la CDU obtient 24 sièges sur 51, le SPD 17, Die Linke 7 et l’AfD 3.

Continuer la lecture

Congrès des Nations et des Libertés

Samedi, à l’occasion d’un congrès réunissant à Coblence (Allemagne) les Allemands d’Alternative für deutschland (AFD), les Néerlandais du Parti pour la liberté (PVV), les Autrichiens du Parti de la liberté (FPÖ) et la Ligue du Nord italienne, Marine Le Pen a appelé, devant quelque 5 000 personnes enthousiastes, les Européens à se « réveiller » et à suivre l’exemple des Britanniques et des Américains lors des scrutins des prochains mois.

Un appel au réveil de la force des électeurs déçus par les formations politiques conventionnelles incapables de gérer le chômage, l’austérité et la crise migratoire, provoquée par la chancelière Angela Merkel, qui frappent leur Europe.

Continuer la lecture

Depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun parti patriotique n’est arrivé à s’implanter durablement au sein du paysage politique allemand. Pourtant, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), née en 2013 en réaction à la politique de sauvetage de l’euro mise en œuvre par le gouvernement d’Angela Merkel, est désormais en passe de surmonter ce défi.

La tâche est pourtant ardue car l’Allemagne est un État fédéral composé de seize Länder (États fédérés) qui ont chacun leurs propres spécificités. Les problèmes qui touchent leurs habitants sont très différents d’un endroit à l’autre, ainsi que la mentalité et les idées de la population. De plus, « le Mur est toujours présent dans les têtes » car les citoyens de la partie orientale du pays, qui a connu le communisme, ont des opinions différentes et sont moins enclins à voter pour les partis du système en place, ce qui profite à l’AfD mais aussi au parti post-communiste die Linke et au parti ultranationaliste NPD.  Continuer la lecture

Le parti d’Angela Merkel a enregistré dimanche le pire résultat de son histoire pour des élections régionales à Berlin, dans un climat de mécontentement croissant sur l’immigration, à un an des prochaines élections législatives. Il s’agit du deuxième revers électoral consécutif en deux semaines lors d’un scrutin régional pour l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

Berlin, la CDU n’a recueilli que 18% environ des suffrages, en recul de plus de 5 points par rapport au dernier scrutin de 2011, tandis que l’AfD fait son entrée dans le parlement local de la capitale allemande avec plus de 12% des voix.

Le parti social-démocrate (SPD) essuie lui aussi à Berlin de lourdes pertes mais il reste le premier parti de la ville avec un peu moins de 23% des voix. Continuer la lecture


Bienvenue pour ce nouveau numéro de Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France, du 12 septembre 2016.
Au sommaire de ce numéro :

• 10 000 migrants à Calais. Répartis dans la jungle de Calais mais aussi dans d’autres camps plus ou moins sauvages, les migrants s’organisent en véritables mafias. Le gouvernement n’a rien trouvé de mieux que de les disperser sur tout le territoire français.
• Cadeau fiscal d’un milliard. Attention les élections arrivent et c’est le moment des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. La réalité à ne pas oublier, c’est que tout ce qui est donné d’un côté, est repris de l’autre.
• Nouvelle stratégie turque. Les évènements de cet été en Turquie donnent un nouvel éclairage sur la situation géopolitique de cette région. Les cartes sont rebattues et une stratégie semble se mettre en place, avec la Russie, obligeant les américains et les européens à revoir leur copie.
• Nouveau succès pour l’AFD. Le dernier venu de la scène politique allemande vient d’infliger une correction électorale au parti d’Angela Merkel. Les élections régionales en Allemagne ont vu se confirmer la montée de la contestation des politiques européennes, au sein même de l’Union.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Afin de tourner en ridicule un projet de loi en faveur du respect de la diversité sexuelle, un membre du parlement de l’Etat fédéral de Brandebourg (Allemagne) a énuméré lors de son intervention à l’assemblée pas moins de 60 genres.

Steffen Königer, élu du parti conservateur et eurosceptique Alternative pour l’Allemagne (AfD), a choisi la voie de l’humour pour manifester son opposition à un projet de loi régional déposé par ses homologues écologistes, ayant pour objet d’améliorer «l’acceptation de la diversité des genres et des sexes» et de lutter «contre l’homophobie et la transphobie».

Montant à la tribune du parlement de Brandebourg pour s’exprimer à ce sujet, l’élu a commencé son intervention par : «Cher Monsieur le Président [de l’assemblée], Mesdames, Messieurs»… avant de saluer – dans un soucis ironique de ne discriminer personne – toutes les minorités sexuelles possibles : «Chers homosexuels, chers lesbiennes, chers androgynes, chers bigenres (…) chers genres neutres, chers asxuels, chers non-binaires (…) chers pansexuels (…)».

Après une minute et douze secondes de salutations de ce type, le président du l’assemblée a tenté d’interrompre Steffen Königer, en lui demandant de «passer au vif du sujet». Déclinant la proposition, l’élu de l’AfD a assuré qu’il «n’avait pas terminé son introduction» – provoquant des rires dans la salle – avant de poursuivre son énumération.

Près d’une minute de déclinaison de genres et d’orientations sexuelles plus tard, l’homme politique allemand a finalement annoncé – sans grande surprise – que son parti rejetait le texte des écologistes.

Source: RT France & ICI

 

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives