En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

1er mai

Au sommaire de cet entretien :

- contrat géant de la France avec l’Australie pour des sous-marins d’attaque ;
- corruption au Brésil ;
- 30e anniversaire de l’accident de Tchernobyl ;
- succès du FPÖ en Autriche ;
- partialité de la « justice » française ;
- Alain Juppé et le général Soublet ;
- le chantier de reconstruction de la maison des Le Pen visité par l’inspection du travail (!) ;
- conseil de lecture : Le Procès de Jeanne d’Arc, de Robert Brasillach ;
- conseil cinéma : Les Dieux meurent en Algérie, de Patrick Buisson et Guillaume Laidet ;
- le rassemblement du 1er mai.


La police berlinoise était sur les dents aujourd’hui, à la veille des traditionnelles manifestations du 1er mai, craignant des affrontements dans la capitale où pas moins de 41 défilés étaient prévus, dont ceux de l’extrême gauche et de la droite nationale.

Quelque 5.800 policiers, dont des renforts venus d’autres régions, y compris de Bavière, dans le sud du pays, étaient mobilisés, soit près de 800 de plus que l’an dernier.
De violents affrontements étaient survenus entre la police et des centaines « d’autonomes » d’extrême gauche, notamment dans le quartier populaire de Kreuzberg où les bagarres du 1er mai et les incendies de véhicules sont une tradition depuis 1987.
Ces affrontements de l’an dernier avaient fait près de 480 blessés parmi les policiers et s’étaient soldés par quelque 300 arrestations à Berlin.

« J’appelle chacun à manifester pacifiquement, à rejeter la violence sous toutes ses formes et à clairement se distancier des casseurs », a déclaré le maire de Berlin Klaus Wowereit, cité vendredi par le quotidien populaire Bild.
Le syndicat des policiers allemands (DPolG), appuyé par le ministre de l’Intérieur de Bavière, a pour sa part estimé que la législation en vigueur ne réprouvait pas suffisamment les actes de violence lors de manifestations.
« Les lois punissant de tels actes sont totalement insuffisantes », a ainsi déclaré le patron de la DPolG, Rainer Wendt, au quotidien Neue Osnabrücke Zeitung.

La police redoutait notamment une confrontation entre manifestants d’extrême gauche et nationalistes allemands lors d’un défilé prévu du NPD samedi après-midi dans le quartier de Pankow, dans le nord-est de la capitale.
Les autorités redoutaient également des troubles dans d’autres grandes villes allemandes, dont Hambourg, dans le nord du pays.

Connexion
Art. récents
mai 2017
MTWTFSS
« Apr  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Archives