En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Protéger la vie !

Chaque année, depuis 36 ans, l’horreur de l’avortement se répète. Les chiffres officiels comptabilisent 220 000 avortements par an. Sans compter les avortements consécutifs à la prise de pilule abortive (« pilule du lendemain », « du surlendemain », …) La France, qui se targue d’être la patrie des droits de l’Homme, n’en ignore pas moins superbement ceux de l’enfant et blesse profondément la femme. L’avortement est un meurtre et ne laisse pas indemne celle qui y recourt.

Pour profiter d’une liberté ô combien illusoire, on a encouragé le mépris de l’être humain. En niant l’humanité de ce petit être, on s’est donné le droit de le tuer à l’aube de sa vie, endormant ainsi les consciences, créant ainsi de nouvelles habitudes de vie antinaturelles et amorales. Fini le bien commun ou le simple bon sens à cette époque d’eugénisme acharné qui supprime impitoyablement l’enfant non désiré ou malade ! Plus de 90% des embryons diagnostiqués comme atteints de trisomie 21 sont éliminés. Un soupçon de bec-de-lièvre suffit à vous faire passer de vie à trépas !

L’enfant n’est plus qu’un objet, que certains veulent obtenir à n’importe quel prix. Même s’il faut faire porter l’enfant par une femme rémunérée qui le « rendra » ensuite à ses « deux » parents. Cette gestation pour autrui détruit les liens naturels et donc insécables de la filiation.

Dès lors, pourquoi cet eugénisme épargnerait-il les vieillards et les personnes gravement handicapées ? Sous couvert de dignité, on leur donne la mort. Etre vieux ou handicapé est donc considéré comme indigne ! Ces hommes et ces femmes coûtent chers et ne rapportent rien ! Erreur inexpiable dans une société où le profit est roi. La banalisation d’affaires comme celle de la famille Humbert ou du docteur Bonnemaison laisse craindre que l’euthanasie soit bientôt légalisée, avec la complicité coupable des médias.

La restauration de l’amour durable et véritable, est le seul moyen de redonner à la vie toute sa valeur, et d’enrayer ainsi ce tourbillon destructeur qui conduit à une législation mortifère. L’amour soumis aux seuls aléas des passions est destructeur. Dominé par la raison et la volonté, il conduit au bonheur. Qui sommes-nous pour trancher les liens de la vie ? Elle reste un don, le bien le plus précieux que nous ayons. L’homme ne peut faire n’importe quoi de son corps, comme il ne peut décider de sa vie ou de sa mort. Cette décision reste entre les mains de Dieu seul.

source: CEC

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion
Art. récents
avril 2014
LMaMeJVSD
« mar  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Archives