Altermedia France-Belgique

En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

A l’occasion de sa descente des Champs-Elysées, le chef de l’État s’est fait huer une nouvelle fois.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/5 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Notre confrère et ami Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol, vient d’être victime d’une odieuse agression en plein Paris.

Lâchement, des individus aux origines indéterminées l’ont frappé et ont diffusé sur les réseaux sociaux le film de leur méfait. Fort heureusement Jérôme Bourbon a réussi à leur échapper rapidement, limitant ainsi les blessures que ses agresseurs voulaient lui infliger.
Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)
Share Button

Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

ignace_jean_marie_le_pen_justice_president_d_honneur_fn

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Les criminels mondialistes poussent les Occidentaux à faire la guerre à l’islam.
Hervé Ryssen

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.5/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
Share Button

Méridien Zéro Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

«Tiens, regarde, ils ne sont bons qu’à ça : soutirer de l’argent. » Abdelkarim sort de son portefeuille un document qu’il agite fiévreusement. On y reconnaît tout de suite le tristement célèbre logo de Daech, « État islamique » autoproclamé qui entend instaurer un califat médiéval sur l’Irak et la Syrie. Il ne s’agit pas, cette fois, d’une fatwa ou d’un communiqué annonçant fièrement la décapitation d’un journaliste otage, mais d’un simple reçu fiscal. La preuve qu’Abdelkarim a bien réglé sa « zakat », l’impôt islamique. « C’est supposé être 10 %, mais tu parles ! Ils t’extorquent ce qu’ils veulent », affirme le Syrien, à présent réfugié, comme des dizaines de milliers d’autres, à une centaine de kilomètres de Raqqa, au-delà de la frontière turque. Ce qui l’exaspère le plus, ce n’est pas tant l’impôt que l’incurie des islamistes radicaux. « Le Tunisien qui a collecté pour notre zone s’est ensuite enfui avec la caisse. Et il a fallu repayer ! »

Fermier aisé dans la banlieue de Raqqa, « capitale » de Daech depuis la proclamation du califat il y a tout juste un an, Abdelkarim a d’abord cru pouvoir cohabiter avec les djihadistes. « Au début, on ne voyait pas trop la différence avec les autres groupes rebelles. Et tout nous semblait mieux que les ordures du régime de Bachar El-Assad », raconte l’agriculteur, qui a d’abord essayé de sauver sa récolte de coton. Puis le système d’irrigation s’est cassé et Daech a réclamé aux fermiers des sommes énormes pour le réparer, sans jamais y parvenir. « Maintenant, le coton, c’est fini, et il n’y a pratiquement plus de blé ; même les galettes de pain coûtent cinq fois plus cher. » Les djihadistes, parmi lesquels de nombreux étrangers qu’Abdelkarim déteste particulièrement, sont ensuite venus lui soutirer plusieurs de ses chèvres au nom de l’impôt révolutionnaire, pour les rôtir lors de festins. « Ils interdisent à tout le monde la cigarette et la musique, mais moi, je les ai vus qui faisaient la fête entre eux, avec des danseuses du ventre ! » affirme le vieil homme, désignant tour à tour de l’index chacune de ses pupilles selon la gestuelle consacrée des Bédouins pour affirmer « je te le jure sur mes yeux ».

La terreur quotidienne sous Daech© DR La terreur quotidienne sous Daech

Abdelkarim décrit la morgue des djihadistes, notamment de très nombreux Tunisiens, qui contrôlent la « hisba ». Cette police de la charia compte des milliers de « mouhajireen », ou étrangers, explique le réfugié, qui dit avoir croisé de nombreux Allemands, des Américains, blancs et noirs, plein de Tchétchènes et d’Algériens, et beaucoup de Français, « même des blonds, comme vous, affirme-t-il en nous désignant. Ceux-là, il faut baisser les yeux et changer de trottoir quand on les voit. Rien qu’en leur disant bonjour, ils te prennent pour un espion ». C’est cette police de la charia qui fait peser une chape de plomb particulièrement lourde sur les habitants de Raqqa, une cité de plus de 200 000 habitants avant le début de la guerre civile, en 2011. Le commandant de la hisba est un Belge, Hicham Chaïb, ancien militant du mouvement radical mais toléré « Charia4Belgium », aujourd’hui exécuteur en chef. « Au début, dit Abdelkarim, il coupait les mains des voleurs. C’est vrai que, très vite, il n’y a plus eu de vols… sauf ceux commis par Daech ! » Abdelkarim décrit également les corps décapités sur la place du centre-ville, à présent surnommée « Al-Jaheen », l’enfer, où les islamistes, afin d’édifier les masses, laissent presque toujours pourrir quelques cadavres défigurés. Mais aussi le stade de foot, devenu « le stade noir », un centre de détention ; et la biennommée « église des martyrs », dont le prêtre a été décapité et les bâtiments transformés en centre de torture par la cellule de renseignement. Ou encore l’ancienne usine de briques, à présent dans la « zone 11 », interdite aux civils, où le fermier affirme qu’ont eu lieu certaines des exécutions les plus spectaculaires, notamment celle du pilote de chasse jordanien brûlé vif il y a quelques mois.

Des femmes yézidies et chrétiennes sont vendues comme esclaves au marché. Parmi elles, des petites filles

Mais Abdelkarim est un dur à cuire, rien de tout cela ne lui fait baisser le ton. S’il s’est finalement enfui la semaine dernière, c’est uniquement parce que les djihadistes ont voulu l’enrôler de force, avec le reste de son quartier, pour renforcer leurs lignes. Il est pratiquement le seul à bien vouloir nous parler à Eyyubiye, une banlieue de la grande ville turque de Sanliurfa, rebaptisée « Little Raqqa » tant les Syriens y abondent. Des agents de Daech y grouilleraient également. Le seul moment où Abdelkarim se met à flancher, c’est en décrivant les femmes, yézidies ou chrétiennes, vendues sur le marché comme esclaves. « Elles étaient attachées par les mains, certaines n’étaient que des petites filles. Elles pleuraient comme des fontaines. Et si elles tombaient par terre, on les forçait à se relever à coups de pied. » Selon le blog Raqqa Is Being Slaughtered Silently, tenu par des activistes prodémocratie encore cachés en ville, le VIH se répandrait aujourd’hui rapidement parmi certaines victimes et chez les hommes de Daech, qui se partagent les esclaves sexuelles sans précaution. Abelkarim n’en sait rien et ne peut pas le confirmer. « Par contre, ce que j’ai vu, c’est que les esclaves n’ont pas seulement été achetées par les djihadistes, il y a aussi des Syriens », dit-il en baissant les yeux de dépit.

Karazi n’a pas vu la vente des esclaves. Comme la quasi-totalité des femmes de Raqqa, elle a presque totalement cessé de sortir de chez elle. La police de Daech a imposé en ville le port du voile intégral et des gants noirs. Mais dans la touffeur des rives de l’Euphrate, la tenue est presque insupportable, affirme la mère de famille réfugiée avec les siens en Turquie depuis près d’un mois. « Du coup, les femmes ne sortent jamais. C’est mon mari qui allait au marché à ma place ! » s’exclame-t-elle, comme stupéfiée par cette aberration. Karazi a entendu les rumeurs sur les épouses de djihadistes autorisées à conduire des voitures, mais elle dit n’en avoir jamais vu et assure qu’aucune femme locale n’a osé prendre le volant. « De toute façon, avec les écoles fermées, il faut bien rester chez soi pour s’occuper des enfants », explique-t-elle, précisant qu’elle a tout fait pour éviter d’envoyer ses deux jeunes fils à l’école coranique où les petits se font embrigader, voire enrôler pour un des innombrables attentats-suicides. Pendant près d’un an, Karazi a donc fait de son mieux pour éviter que les siens ne croisent les djihadistes. « Le mieux, c’était de vivre cachés, de se faire oublier », explique la femme de 45 ans, si usée par la vie qu’elle semble en avoir vingt de plus. Mais une de ses amies, Alia, a refusé de céder.

Malgré les menaces, elle a continué à sortir dans la rue drapée d’un simple voile islamique, le visage découvert. « Deux fois, ils l’ont attrapée et elle a reçu des blâmes », raconte Karazi, ses grands yeux couleur ambre emplis de tristesse et de lassitude. « La troisième fois, ils l’ont exécutée. Mais comme son crime n’était pas trop grave, ils ne l’ont pas décapitée. Juste tuée d’une balle dans la tête, et sa famille a eu le droit d’enterrer le corps. » Mohammed a également bénéficié de mesures de clémence. Pas son cousin Ibrahim, qui fumait du haschisch. Peut-être en revendait-il, même si le modeste fermier préfère ne pas trop en dire. Il nous parle à voix basse dans « Little Raqqa », tandis qu’un de ses frères guette à la porte, terrorisé qu’un agent de Daech puisse surgir d’un instant à l’autre pour leur régler leur compte, même en Turquie. Faute de disposer de 250 dollars pour payer un chauffeur, la fratrie a fui à pied début juin, à travers champs pour éviter les bombardements américains et ceux du régime de Damas, ainsi que les patrouilles islamistes. C’est tout un clan qui est parti en exil, à plus de 25 en comptant les jeunes enfants qu’il a fallu porter pendant trois jours. Ibrahim, lui, a été passé au fil de l’épée. « Ils l’ont décapité, mais ensuite ils nous ont dit que son crime ne méritait pas la damnation éternelle, explique Mohammed. Alors, après une semaine, ils l’ont ressorti d’un congélateur et nous l’ont rendu, avec la tête dans un sac. On a eu le droit de l’enterrer selon le rite. »

« Le message de Daech est comme du poison, c’est très dur de s’en remettre »

Les soldats du régime sont abattus de dos, d'une balle dans la tête à bout portant. © DR© DR Les soldats du régime sont abattus de dos, d’une balle dans la tête à bout portant. © DR

Ces diktats religieux, farfelus et sinistres, sont peut-être ce qui scandalise le plus le cheikh Ebu El-Huda Naksibendi. Importante figure du soufisme, forme mystique et tolérante de l’islam, le cheikh a vu sa mosquée et son mausolée familial saccagés aux abords de Hassakeh, une des autres grandes villes syriennes longtemps contrôlées par Daech. Il a rétabli une madrasa, ou école coranique, en plein « Little Raqqa », pour y recueillir les réfugiés syriens et maintenir une autre forme d’islam dans les lieux. Une vingtaine de caméras de surveillance protègent le centre de prière, où le cheikh essaie notamment de reprendre en main les jeunes qu’il sent sur le point d’aller rejoindre le djihad. « Depuis un an, je pense que j’en ai sauvé plus de trente. Mais le message de Daech est comme du poison, c’est très dur de s’en remettre », assène Ebu El-Huda, qui contient mal sa fureur contre les maîtres de Raqqa. « Je pourrais discuter avec tout le monde, même avec Satan. Mais pas avec Daech. C’est la pire malédiction jamais portée contre l’islam. » Les atrocités de la guerre civile sont devenues tellement innommables que le cheikh évoque l’apocalypse pour parler de la Syrie. « Dieu a abandonné les Syriens pour les punir de leurs péchés. Il restait à peine 40 % de justes dans tout le pays, alors Dieu a tranché, affirme le cheikh. Mais que les justes ne soient pas en peine : la vie sur cette Terre n’est qu’un épisode de soixante ou soixante-dix ans qui se termine par la vieillesse et la maladie. Ensuite, les Syriens innocents connaîtront la vie éternelle auprès de Dieu. Alors qu’en face Daech et tous ses complices d’Arabie saoudite, du Qatar et d’ailleurs connaîtront l’enfer de la damnation pendant des milliards et des milliards d’années ! »

Malgré les imprécations du cheikh, l’attrait de Daech paraît pourtant loin de s’estomper après un an de règne sur Raqqa et le tiers nord-ouest de l’Irak. A la frontière turque, une trentaine de milliers de réfugiés se sont groupés dans la bourgade d’Akçakale, d’où ils peuvent observer à l’œil nu les combats qui font rage de l’autre côté des barbelés entre les Kurdes et les djihadistes. Aux exclamations des spectateurs, on s’aperçoit qu’un grand nombre continue plutôt de soutenir Daech. Un étrange accord tacite semble même établi entre les djihadistes et la Turquie, pourtant membre de l’Otan et alliée de l’Occident. Ainsi, la frontière demeure étonnamment poreuse, et la police étrangement clémente envers ceux qui vont et viennent pour approvisionner la capitale du califat. « Mon grand frère est parti il y a deux jours avec ses marchandises, explique en toute candeur le jeune Ali, garçon coiffeur de 19 ans. Il fait l’aller-retour une fois par mois. » Membre d’une profession sinistrée depuis que les salafistes ont interdit aux femmes de fréquenter l’échoppe d’un coiffeur et aux hommes de se faire couper la barbe, Ali n’a eu d’autre choix que de passer côté turc pour exercer son métier. Il en profite aussi pour porter des jeans slim, écouter un peu de musique, voire fumer une cigarette quand cessent les heures de jeûne du ramadan. Mais rien de tout cela ne lui paraît très important. « Dans le fond, c’est quand même le “Dawla islamiya” qui pratique le seul vrai islam », déclare-t-il sans ambages, employant le terme élogieux pour parler de l’« Etat islamique », seul vocable autorisé à Raqqa sous peine de coups de fouet.

Les clients du salon où travaille Ali acquiescent pour la plupart, même s’ils sont tous là pour se faire tailler la barbe, épiler les joues à l’élastique ou l’intérieur des narines avec de la cire. « Que leur discipline soit stricte, c’est normal puisqu’ils sont en djihad et servent la cause de l’islam le plus pur », poursuit le jeune homme, assurant que la vaste majorité de ses amis de Raqqa combat à présent dans les rangs de Daech. Lui-même est un peu malingre et d’une allure qui ne semble pas particulièrement martiale. Il avoue que la guerre ne le tente pas beaucoup. Mais, à présent que les bombardements de l’aviation américaine ont permis aux Kurdes d’approcher à moins de 50 kilomètres, le jeune coiffeur est inquiet pour sa ville natale. « Les Kurdes, dit-il, sont les pires ennemis des Arabes. S’ils s’approchent encore, c’est sûr que j’y retourne. J’irai prendre les armes pour défendre le califat. »

 

Source: ParisMatch

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Certaines déclarations récentes appelant à ce que des églises soient transformées en mosquées ont provoqué chez les Français une émotion susceptible de favoriser les pires amalgames en ces temps où le terrorisme islamiste ensanglante la planète et commet des crimes en plein Paris. Elles offensent gravement les catholiques, ainsi que de nombreux imams attachés à la singularité de leur foi et de leur pratique cultuelle.

Une église n’est pas une mosquée, et prétendre que “les rites sont les mêmes” relève d’un déni de réalité scandaleux. Croyants, agnostiques ou athées, les Français savent de la science la plus sûre, celle du coeur, ce qu’incarnent les dizaines de milliers de clochers semés sur notre sol par la piété de nos ancêtres : la haute mémoire de notre pays. Ses noces compliquées avec la catholicité romaine. Ses riches heures et ses sombres aussi, quand le peuple se récapitulait sous les voûtes à l’appel du tocsin. Son âme pour tout dire. De Michelet à Marc Bloch, aucun de nos historiens n’a méjugé cette évidence. Les maires de nos communes rurales, fussent-ils allergiques au goupillon, entretiennent tous leur église avec une sollicitude filiale. Elle ennoblit leur village ; à tout le moins, elle le patine et ils en conçoivent une fierté légitime.

L’angélus que sonnent nos clochers scande le temps des hommes depuis belle lurette. Sur celui du tableau de Millet, il a beau n’être qu’un point infime à l’horizon, il atteste une pérennité culturelle par-delà les aléas historiques. Feu le président Mitterrand connaissait les ressorts intimes de l’imaginaire national : un vieux clocher d’église se profilait sur ses affiches électorales, et sa symbolique n’avait pas de connotation cléricale. Elle racontait l’histoire de France dans une langue accessible à tous nos compatriotes. Ils tiennent à la laïcité de l’État et à la liberté de conscience et de culte qu’il lui incombe de protéger. Pour autant, ils ne peuvent tolérer la perspective d’une pratique religieuse autre que catholique dans leurs églises. Même celles de nos campagnes, souvent vidées de leurs paroissiens par l’exode rural. Elles continuent de témoigner ; leur silhouette au-dessus des toits contribue à un enracinement mental dont nous avons tous besoin pour étayer notre citoyenneté. Du reste, rien ne prouve qu’elles resteront vides ad vitam aeternam.

La France n’est pas un espace aléatoire, et elle n’est pas née de la dernière pluie médiatique : quinze siècles d’histoire et de géographie ont déterminé sa personnalité. Cet héritage nous oblige, de quelque souche que nous provenions et de quelque famille politique que nous nous réclamions. Inscrits au plus profond de notre paysage intérieur, les églises, les cathédrales, les calvaires et autres lieux de pèlerinage donnent sens et forme à notre patriotisme. Exigeons de nos autorités civiles qu’il soit respecté ! Le confusionnisme trahit une méconnaissance de notre sensibilité et ferait peser une menace sur la concorde civile s’il n’était clai rement récusé au sommet de l’État.

Denis Tillinac


Les premiers signataires :
Charles Beigbeder, chef d’entreprise ; François-Xavier Bellamy, philosophe ; André Bercoff, écrivain ; Jeannette Bougrab, ancien ministre ; Pascal Bruckner, philosophe ; Jean Clair, de l’Académie française ; Chantal Delsol, de l’Institut ; Alain Finkielkraut, de l’Académie française ; Marc Fromager, directeur national de l’Aide à l’Église en détresse ; Gilles-William Goldnadel, avocat ; Basile de Koch, humoriste ; Alain Maillard de La Morandais, prêtre ; Élisabeth Lévy, essayiste ; Véronique Lévy, écrivain ; Sophie de Menthon, chef d’entreprise ; Thibault de Montbrial, avocat ; Camille Pascal, écrivain ; Jean-Robert Pitte, de l’Institut ; Jean Raspail, écrivain ; Ivan Rioufol, journaliste ; Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef ; Nicolas Sarkozy, ancien président de la République ; Jean Sévillia, historien ; Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC ; Jean Tulard, de l’Institut ; Philippe de Villiers, ancien ministre ; Éric Zemmour, essayiste.


Signez ICI

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button


Partie 1 : Présentation du livre & corporatisme en Europe.


Partie 2 : Le « système », le social, la Grèce, l’Euro.


Partie 3 : L’Europe/l’EU, parallèle avec l’histoire italienne, la révolution européenne, l’autonomie.


Partie 4 : La souveraineté monétaire, Casapound, Aube Dorée, la convergence gauche/droite, le G.R.E.C.E., Marine Le Pen.

Conférence de mai 2015, par Zenit Belgique.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Conférence de Béatrice Bourges, « L’enfant, grand oublié de la loi Taubira ».

Partie 1

 

 

Partie 2

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Certains camarades nationalistes, français, belges, italiens et un américain, ont pu goûter ces derniers mois une petite tranche de vie au Liban et en Syrie.

Pendant presque deux décennies (de 1975 à 1990), Beyrouth a été ravagée par la guerre civile et à nouveau en 2006. Plusieurs quartiers de la ville en portent encore les traces et l’armée est omniprésente ; diverses rues sont interdites à la circulation, non pas comme à Paris, à Francfort, à Barcelone ou à Bruxelles afin de complaire aux « bobos » et persécuter les automobilistes ou au prétexte de « Je suis Charlie », mais tout simplement pour éviter les attentats à la voiture piégée, spécialité des sunnites de la région.

Il est à retenir que la moitié de la population du Liban vit dans la capitale, Beyrouth (2.150.000 habitants) ce qui explique en grande partie les embouteillages de 7h à 23h !

Réelle cité cosmopolite, carrefour multiculturel de la zone, croisement pluriethnique du Proche-Orient, ce centre marchand depuis des siècles véritable vitrine de la région , ne peut en aucun cas être un exemple d’importation chez nous, tel que le souhaiteraient des utopistes comme MM. Hollande, BHL, Cameron, Renzi et C°.

Evidemment et pour ceux d’entre nous qui en ont vu les coulisses, la vie des beyrouthins n’est pas « un long fleuve tranquille ». Beaucoup sont armés et les milices surveillent et défendent leur quartier. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Share Button

 

Au sommaire de ce vingt-deuxième numéro :

• Pour une fois que les politiciens nous font rire… Le cru 2015, du Presse Club Humour et Politique vient d’être dévoilé… Sarkozy, Hollande, Fleur Pellerin, François Fillon ou encore Dodo la Saumure sont les auteurs de quelques perles d’humour, volontaires ou non, mais qui illustrent de façon remarquable, les mœurs politiques françaises…

• La Cour des Comptes se penche sur le Pôle Emploi. Le bilan est loin d’être bon. Ce n’est pas une leçon, mais une véritable correction, que la Cour des Comptes, vient d’infliger au plus gros opérateur de l’État qui avec 5 milliards de budget par an, ne recase que seulement 2,5% des 6,2 millions de chômeurs

• C’est toujours pour votre sécurité… On vous prive de vos libertés individuelles pour combattre l’islamisme… On vous matraque fiscalement comme conducteur automobile, pour combattre la mortalité routière… Derrière le politiquement correct, la réalité est tout autre : vous êtes fichés et suivis, parce que vous êtes des opposants politiques, et vous êtes flashés tous les 15 kilomètres, parce que c’est très rentable !

• Le dossier du nucléaire iranien révèle un comportement étrange de notre Ministre des Affaires étrangères…  Laurent Fabius met une telle volonté à faire échouer les discussions entre l’Iran, les USA, la Russie, la Chine, le Royaume Uni, la France et l’Allemagne, que l’on peut se demander au profit de qui ? Pas pour les intérêts de la France en tout cas. En revanche, Israël et l’Arabie Saoudite le couvrent de louanges…

et, pour finir, nous détaillerons l’actualité du Parti de la France, et notamment l’intervention de Carl Lang lors du rassemblement du 30 juin dernier à Paris, organisé par Résistance Républicaine et Riposte Laïque, pour demander la démission du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Share Button

Une pétition appelant les Etats-Unis et les pays européens à collaborer avec les BRICS a été signée par plus de 2.000 personnes, la veille du sommet des BRICS.

Le but de la pétition est d’expliquer aux gens qu’il y a une alternative à la politique de confrontation avec la Russie et la Chine, dit Helga Zepp-LaRouche, fondatrice de l’institut Schiller (USA), économiste et candidate à des fonctions politiques à plusieurs reprises. D’après elle, actuellement, on fait face à deux menaces: d’une part, la chute très proche du système transatlantique, dont les centres financiers sont à Wall Street et à la Cité de Londres, et d’autre part, la politique agressive de l’OTAN contre la Russie et la Chine qui risque de mener à la guerre et de mettre fin à l’humanité. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

C’était hier soir et cette nuit partout en France. Une « Nuit de la détresse » pour exprimer leur désarroi face à la situation quotidienne qu’ils subissent chaque jour. Des milliers d’agriculteurs ont manifesté dans plusieurs villes de France contre la chute des cours et la disparition progressive de leur métier. Les éleveurs de porcs et les producteurs de lait sont étranglés par les charges et les baisses des prix de leur production. Exemple, les cours de la viande porcine : 1,23 euro le kilo acheté à l’éleveur quand le coût de production atteint 1,50 euro.

Source: Reinformation.tv

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Philippe Conrad nous invite à l’université d’été 2015

Philippe Conrad, directeur de la Nouvelle Revue d’Histoire, nous invite à participer aux réflexions de l’université d’été 2015 de Renaissance Catholique sur le thème :

La France au risque de l’islam
Vous pouvez encore vous inscrire : renaissancecatholique.org//Inscription-en-…

Du samedi 11 au mardi 14 juillet au Carrousel de Baronville (28)

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button


 

Selon François Rebsamen, ministre du Travail, la liberté d’expression est « totale » en France, mais « la limite, c’est Dieudonné ». Qu’en pensent les Dijonnais ? E&R Bourgogne a mené l’enquête.

Source: E&R Bourgogne

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)
Share Button

Marine Le Pen, présidente du Front national, a estimé dimanche que l »Union européenne est « devenue une véritable secte » qui alterne « lavage de cerveau », « menaces » et « chantage ».

Les Européens doivent décider s’ils veulent continuer à vivre dans des démocraties ou s’ils acceptent de vivre dans ce qui apparaît de plus en plus comme une secte, a déclaré dimanche la présidente du Front national Marine Le Pen sur Sud Radio. Continuer la lecture

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Share Button

Connexion

Art. récents

septembre 2015
LMaMeJVSD
« août  
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 

Archives