Altermedia France-Belgique

En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

L’actualité – en l’occurrence les errements d’un évêque catholique – fait resurgir un grave problème de société, aussi vieux que l’humanité. Comme pour d’autres sujets, les pitres des media désinforment plus qu’ils n’informent.

La pédophilie, qui ne fut réprimée durant l’Antiquité que par des règlements de comptes entre familles ou individus, fut diversement punie ensuite selon les civilisations, les chrétiens étant les moins laxistes jusqu’à la disparition de l’influence du clergé sur la justice (en France, au milieu du XVIIIe siècle)… même un athée – c’est le cas de l’auteur de ces lignes – se doit de le reconnaître.

Au XXe siècle, elle fut considérée avec un certain détachement par les Occidentaux, lorsqu’elle était pratiquée en milieu exotique. Sa pédophilie menée auprès de jeunes Tunisiens n’empêcha nullement André Gide d’être nobélisé. Henry de Montherlant et Roger Peyrefitte firent un concours de « tableaux de chasse » pédophiles jusqu’aux années 1970. Seul le IIIe Reich lutta très vigoureusement contre la pédophilie incestueuse, les familles étant un haut-lieu de sa pratique, où l’on pratique volontiers l’omerta. Continuer la lecture

L’équipe d’E&R Lille accueillera Francis Cousin
le samedi 30 avril 2016 à 15h pour une conférence sur la

« dictature démocratique du spectacle de la marchandise ».

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Entrée : 5 euros.

ER Lille accueillera Francis Cousin le 30 avril prochain pour une conférence « pour une critique de la dictature démocratique du spectacle de la marchandise terminale. De Marx à Debord, vers l’abolition de l’argent. »
Réservation : reservation.erlille@outlook.fr

 

« La France est un enfer fiscal »

Au sommaire de l’entretien :

- « Panama papers » : une polémique justifiée ?
- Emmanuel Macron est-il « En marche » ?
- Manifestations contre la loi El-Khomri : une mobilisation spontanée ?
- Des menaces terroristes contre Civitas ?
- Le retour en France de l’anneau de Jeanne d’Arc
- « Le coup de gueule du réac’ » : les anglicismes
- Bruno Gollnisch bientôt dans Le Lot

Le chef de l’Office fédéral de protection de la constitution (BfV, le service de contre-espionnage allemand), Hans-Georg Maassen, reconnaît dans une interview pour le Welt am Sonntag que les services allemands ont commis une grosse erreur en croyant que l’Etat islamique n’utiliserait pas l’afflux d’immigrants clandestins pour infiltrer ses combattants en Europe.

Continuer la lecture

Pologne, Varsovie – Chaque année, début avril, les crimes soviétiques sur les prisonniers de guerre polonais sont commémorés.

Les premiers jours d’avril en Pologne ont une importance particulière. Durant quelques jours, les martyrs de la Seconde Guerre Mondiale sont commémorés, de même que les victimes du crash de l’avion présidentiel en 2010, emportant le président Kaczyński et de nombreux officiels. Alors que le public est généralement au courant de la « catastrophe de Smolensk » du 10 avril, du fait de sa gravité et de ses implications politiques, le martyr polonais de 1940, en particulier en Occident, est peu connu ou considéré comme peu intéressant désormais.

En 1939, la Pologne est envahie : d’abord par l’Allemagne nazie, puis en septembre par l’Union Soviétique. Près de la moitié de la Pologne se retrouve sous occupation soviétique et de ce fait, des dizaines de milliers de personnels militaires et policiers sont tombés entre les mains de l’URSS. Avant la fin 1939, tous les prisonniers ont été transférés dans des camps se trouvant dans les actuelles Biélorussie, Russie, et Ukraine. Les principaux camps de prisonniers se trouvaient près des villes de Smolensk, Kharkiv et Tver. Le 5 mars, Joseph Staline signe l’ordre d’exécution des prisonniers polonais, qui étaient des militaires, des policiers et des prêtres catholiques. Du 3 au 5 avril, les Soviétiques ont commencé les exécutions de prisonniers dans les trois camps principaux. A certains endroits, aujourd’hui en Biélorussie et en Ukraine, les exécutions durèrent jusqu’au mois de mai. Au final, 21.857 Polonais ont été assassinés d’une balle dans la nuque. Continuer la lecture

Tous les journalistes le savent : Ségolène Royal est l’une des personnalités politiques qui ment avec le plus d’aplomb. Une seconde nature.

Je le dis calmement mais très fermement : oui, c’est faux. »

Ainsi parle Ségolène Royal, comme hier son collègue Cahuzac. Froidement, les yeux dans les yeux et la main droite levée. Juré craché par terre, elle a géré sa région mieux que personne et tous ceux qui prétendent aujourd’hui, preuves chiffrées à l’appui, qu’elle l’a conduite à la ruine ne sont que de fieffés menteurs. Des hommes qui la jalousent. Qui envient sa réussite, ses belles jambes, ses dents refaites, son chignon de dame patronnesse et son portefeuille ministériel. Continuer la lecture

Qui est George Soros, dont on entend souvent parler en ce moment dans l’affaire des Panama papers, scandale financier que beaucoup d’élus font mine de découvrir, avec une hypocrisie qui force le respect ?

D’après le site georgesoros.com, il « a été un partisan international de premier plan des idéaux et des causes démocratiques depuis plus de 30 ans. Son organisation philanthropique (Open Society Foundations – OSF) soutient la démocratie et les droits humains dans plus de 100 pays. » Jusqu’ici, tout va bien, parce qu’un philanthrope est une « personne qui est portée à aimer tous les hommes » (Le Robert). Tous les hommes ? Pas exactement, parce que tous les hommes ne se valent pas, selon ce milliardaire sulfureux. Continuer la lecture

Le 6 avril 2016 s’est tenue à la 17ème chambre du tribunal de grande instance de Paris l’audience de plaidoirie dans le procès opposant Alain Soral à Serge et Beate Klarsfeld. Il est important de noter que les époux Klarsfeld ne sont pas les initiateurs de cette nouvelle attaque contre Alain Soral : ce sont la LICRA, le BNVCA et autres associations mémorielles qui les ont instrumentalisés pour nuire à l’essayiste.
Des militants de la Ligue de défense juive, milice sioniste responsable d’innombrables agressions impunies sur le sol français, venus pour intimider Alain Soral et ses avocats, ont proféré des menaces à peine voilées à l’encontre de notre journaliste Vincent Lapierre. Dans un procès où Alain Soral est présumé coupable et où la justice lui demande d’apporter la preuve de son innocence, trois mois de prison avec sursis ont été requis contre l’essayiste par le procureur, et près de 70 000 euros par les parties civiles.

Suite sur E&R

L’événement nationaliste tant attendu revient cette année le dimanche 17 avril !

DERNIÈRES NOUVELLES :

– Le prix d’entrée pour toute la journée sera de 10 € seulement !
Payables à l’entrée du lieu.

– Le programme a été précisé : voir ici.

Continuer la lecture

Deux livres de Georges Feltin-Tracol à lire :

Maurice Bardèche et l’Europe: cliquez ici : commander en ligne cliquez là

En Liberté surveilléecliquez là : commander en ligne cliquez ici
Continuer la lecture

Venez nombreux soutenir les nationalistes du Nord avec Ferenc Almassy (journaliste hongrois), Pierre Cassen (Riposte Laïque), Roland Hélie (Synthèse nationale), Carl Lang (Parti de la France), Luc Pécharman (Synthèse nationale), Robert Spieler (Rivarol), et autres camarades… le dimanche 24 avril à Nieppe (près de Lille) Rijsel en Flandre française.

Continuer la lecture


PEGIDA à Dresde, bastion de la Résistance allemande – PEGIDA in Dresden, Hauptstadt des Widerstands

Alors que l’Allemagne fait face depuis des mois à un afflux massif de migrants, PEGIDA organise chaque lundi à Dresde dans l’Est de l’Allemagne une manifestation contre “l’islamisation de l’Occident” qui rassemble des milliers de personnes.
Une équipe de TV Libertés, conduite par Lionel Baland et Nicolas de Lamberterie, s’est rendue en janvier 2016 à Dresde afin d’interroger Tatjana Festerling, figure de proue de PEGIDA et ancienne candidate de ce mouvement à la mairie de Dresde.

Während Deutschland seit Monaten unter einem massiven Zustrom von Migranten leidet, demonstrieren in Dresden jeden Montag Tausende “Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes” (Pegida).
Ein französisches Fernseh-Team von TV Libertés, geführt von Lionel Baland und Nicolas de Lamberterie, ist im Januar 2016 nach Dresden gefahren um Tatjana Festerling, die Sprecherin von PEGIDA und Kandidatin dieser Bewegung zum Amt des Dresdner Bürgermeisters, zu interviewen.

www.tvlibertes.com

Connexion

Art. récents

avril 2016
MTWTFSS
« Mar  
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Archives