La justice française a enregistré les premières plaintes de familles de victimes de l’attentat du 14 juillet à Nice (sud-est) contre l’Etat français et la mairie pour déficit de sécurité, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

« Quatre plaintes ont déjà été enregistrées, d’autres sont à l’étude », a précisé à l’AFP Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice. Les plaignants sont des personnes qui étaient proches de la scène de l’attentat ou sont les parents de mineurs qui s’y trouvaient, a-t-il précisé.

L’attentat de Nice, commis par un tueur tunisien au volant d’un camion de location qui a fauché des centaines de personnes sur la Promenade des Anglais en bordure de mer, a fait 84 morts et plus de 350 blessés.

Continuer la lecture