Altermedia France-Belgique

En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)


Lors d’une rencontre avec les dirigeants de grandes agences de presse en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine les a accusées de garder le silence sur le déploiement de la défense antimissile américaine.

source: E&R

L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :

  • Affaire Richard Ferrand
  • Levée de l’immunité parlementaire de JM Le Pen
  • L’eurodéputé Sophie Montel soulève un lièvre au Parlement européen
  • Trump et l’Arabie Saoudite wahhabite
  • Poutine reçu par Macron à Versailles
  • Liberté pour le lanceur d’alerte Julian Assange
  • 80 agriculteurs ont mis en vente leur ferme à cause des retards de versements de la PAC

Dans un entretien fleuve accordé au Figaro après sa visite à Versailles le 29 mai, le président russe a prôné le dialogue entre Moscou et les pays membres de l’OTAN, et est revenu sur sa vision d’Emmanuel Macron et de Donald Trump.

L’Union européenne, nous dit-on, est née à la fin de la deuxième guerre mondiale de la volonté des peuples européens de mettre fin une fois pour toutes aux conflits qui ont dévasté notre continent par deux fois au cours du seul XXè siècle. On peut déclamer sans sourciller qu’un véritable projet de paix pérenne pour notre continent est un vieux rêve des peuples d’Europe fatigués de la barbarie des guerres fratricides. Mais l’achèvement de la paix est-elle la seule véritable motivation de cette construction européenne d’après-guerre ? Remontons un peu aux sources.

A la fin de la deuxième guerre mondiale l’Europe est exsangue, détruite, ravagée. Elle n’a plus d’économie, elle est orpheline d’idéologies de salut et elle est désemparée. Dans l’immédiat après-guerre Washington, qui contrôle l’Europe de l’ouest a une peur bleue des communistes qui, eux, contrôlent l’Europe de l’est. Le communisme est d’autant plus menaçant pour l’Amérique qu’il demeure très populaire dans de nombreux pays d’Europe occidentale comme la France, la Grèce ou l’Italie. Washington n’est pas forcément inquiet par ce que le communisme représente en tant qu’idéologie mais pour ce qu’il représente comme menace pour ses intérêts économiques et financiers dans le monde. La guerre froide, contrairement à ce que certains croient n’est pas principalement idéologique mais commerciale. A cette fin les USA doivent impérativement inclure l’Europe de l’ouest dans leur sphère d’influence politique et ils ont pour elle un projet bien déterminé. Pour l’historienne française Annie Lacroix-Riz : « Après 1945, les Etats-Unis fixèrent les termes de la création d’une Europe occidentale intégrée : ils voulaient bâtir une « union douanière », un marché européen géant privé d’emblée de toute protection commerciale et financière contre leur concurrence.[1]»

En Syrie, les groupes terroristes et leurs sponsors sont inquiets. Ils craignent que l’armée syrienne et ses alliés ne parviennent à atteindre les frontières avec l’Irak et à créer une voie d’approvisionnement entre l’Irak et la Syrie.

Récemment, ces groupes ont révélé avoir été contactés par les Américains qui leur demandent de stopper « à n’importe quel prix » l’avancée des forces syriennes et de leurs alliés vers le désert syrien, connu ous l’appellation d’al-Badiya dans le sud-est de la Syrie.

Cette perspective terrorise les terroristes puisqu’elle ouvre la voie à une fusion des forces syriennes et du Hezbollah d’une part et les forces de Mobilisation populaire irakienne dites les Hachd al-Chaabi de l’autre avec en toile de fond la création d’une « force supranationale » contre le terrorisme qui affecte la région entière.

Il y a trois jours, les militaires américains avaient clairement menacé les troupes syriennes de frappes aériennes, s’ils s’approchaient d’al-Tanf, point de passage frontalier syro-irakien non loin de la frontière avec la Jordanie. Continuer la lecture

Marc Fromager, la longue liste des martyrs coptes vient de s’allonger. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l’état d’esprit au lendemain des obsèques ? Les coptes restent-ils terrés chez eux par peur d’un nouvel attentat ?

L’Église, en Égypte, se définit elle-même comme étant l’Église des martyrs. La fidélité au Christ dans les épreuves, c’est la « marque de fabrique » du copte ! Et cette fidélité, les coptes ont malheureusement eu l’occasion de la mettre en pratique bien souvent depuis plus d’un millénaire et demi.

La persécution, c’est la réalité historique des chrétiens dans ce pays, même avant l’arrivée de l’islam au VIIe siècle. Très rapidement, cependant, la croissance de l’islam va faire peser sur les chrétiens un joug de plus en plus pesant. Outre des pogroms ponctuels, c’est la dhimmitude, cette citoyenneté de seconde zone imposée aux non-musulmans vivant dans un pays dirigé par les musulmans, qui va contraindre, ou du moins fortement inciter, les chrétiens à se convertir à l’islam. Mesures vexatoires, pression fiscale, accès quasi impossible à des responsabilités : tout est fait pour exercer une pression permanente en vue de la conversion.

Petit à petit, génération après génération, des chrétiens auront abandonné leur foi et il est impossible, pour nous, de leur en vouloir. Qu’aurions-nous fait à leur place ? Qu’aurions-nous fait si nous nous étions retrouvés dans ce bus, sommés de renier le Christ avec un revolver sur la tempe ? Le plus étonnant, c’est qu’il y ait encore des chrétiens en Égypte après quatorze siècles d’oppression. Continuer la lecture

Soraya Lemaire, candidate FN aux élections législatives dans la 4e circonscription des Français de l’étranger, celle du Benelux, fait dans le symbolique : pour son entretien au site belge Le Peuple, elle a choisi d’être filmée à Molenbeek, à deux pas de la maison familiale de Salah Abdeslam

Avec l’aumônier du pèlerinage de Chartres l’abbé Garnier ainsi que d’Angélique du Chalard, chef adjoint du chapitre Paris Nord. Ensemble il nous présente le programme de cet événement majeur pour les catholiques de France devenu un rendez-vous incontournable pour les catholiques. Pour ce 35ème pèlerinage de Pentecôte, l’association Notre Dame de Chrétienté a choisi comme thème :”Sainte Marie Mère de Dieu”. Plusieurs milliers de pèlerins quitteront Paris le samedi 3 juin pour arriver à la cathédrale de Chartres lundi 5 juin.

Thierry Meyssan observe les actions du président Trump pour convaincre ses alliés et ses partenaires de laisser tomber les jihadistes qu’ils soutiennent, arment et encadrent. Contrairement à ce que présente la presse internationale et ses adversaires politiques, Maison-Blanche poursuit sans relâche depuis quatre mois une politique anti-impérialiste qui commence à porter ses premiers fruits : le processus de cessation du soutien saoudien aux Frères musulmans, la fin de la coordination des jihadistes par l’Otan, et le processus de cessation du financement occidental des Frères musulmans.

De la 3ème conférence des Amis de la Syrie, le 6 juillet 2012 à Paris, à l’investiture du président Trump, le 21 janvier 2017 à Washington, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni n’ont cessé à la fois d’organiser la guerre contre la Syrie et de feindre d’en négocier une sortie politique.

Donald Trump s’est présenté, durant les 16 dernières années et particulièrement durant sa campagne électorale présidentielle, comme un militant anti-impérialiste. Contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, le fait qu’il soit milliardaire n’entache en rien ses convictions politiques.

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche [1], le président Trump se bat d’abord contre sa propre administration, dont 98 % des hauts fonctionnaires ont voté Hillary Clinton, et subsidiairement contre les gouvernements alliés de son prédécesseur.

Aussi, durant les quatre derniers mois, a-t-il poursuivi sa volonté de libérer son pays et le monde en menant une série d’actions que ses adversaires déforment ou présentent comme contradictoires.

Continuer la lecture

Il y a quelques semaines Emmanuel Macron, futur Président de la République, avait déclaré à Alger que « la colonisation fut une barbarie, un véritable crime contre l’Humanité. »

C’est faire preuve d’ignorance ou d’amnésie.

Devoir d’oubli.

Par une dépêche de l’AFP du 30 novembre 2000 nous avions pris connaissance que Hocine Aït Ahmed, l’un des chefs historiques de la guerre d’Algérie (1954-1962) avait été vivement critiqué dimanche par des journaux algériens, pour avoir admis que la torture était également pratiquée par les combattants algériens.

Vendredi 29 novembre 2000, lors du Congrès du Parti Socialiste français à Grenoble, M. Aït Ahmed avait estimé que « ce débat sur la torture, sur les exécutions sommaires, sur les disparitions et crimes atroces… fera aussi découvrir qu’il y a eu des tortures du côté du FLN. »

Fureur au siège du quotidien gouvernemental algérien « El Moudjahid » qui avait qualifié de dérives les propos d’Aït Ahmed, dirigeant l’un des principaux partis d’opposition algériens, le Front des Forces Socialistes (FFS), soutenu par les caciques du PS français…Hollande & C°.

Pour sa part, le journal du FLN « Swat El-Ahrar » avait écrit qu’Aït Ahmed « marchande » avec le Parti Socialiste français en « évoquant des dépassements de l’armée de libération ».

E. Macron notre énarque-chef, quand il était l’assistant du philosophe Paul Ricœur pour son livre « la Mémoire, l’Histoire, l’Oubli » paru en 2000, ne pouvait donc pas ignorer cet aveu éclairant d’un chef du FLN. Continuer la lecture

Le 9 mai 2017, à la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, se déroulait un procès pour diffamation intenté par Robert Faurisson à l’encontre d’Ariane Chemin et du journal Le Monde.

ERTV était sur place.

Pour aider Vincent Lapierre dans ses reportages,
rendez-vous sur sa page de financement participatif
en cliquant sur l’image :

 

A moins de 3 semaines des résultats des élections législatives, le Front National joue une partie de son avenir en espérant s’assurer un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale. Après avoir été député UMP pendant un mandat, Jérôme Rivière a soutenu Philippe de Villiers, pour finalement se rapprocher du Front National.

Au vu de la croissance des inscriptions cette année, afin de pouvoir préparer au mieux les dimensions opérationnelles et matérielles du pèlerinage, nous demandons aux pèlerins qui ne seraient pas encore inscrits au 35e pèlerinage de Chartres de nous aider en s’inscrivant en ligne dans les plus brefs délais sur notre site www.nd-chretiente.com. Continuer la lecture

Connexion

Art. récents

juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Archives