En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

censure3Peut-on raconter le racisme dans un journal ? Peut-on reproduire dans un article de presse les propos de personnes tenant des propos racistes ? Comment le faire ? Chaque journaliste se retrouve un jour confronté à cette question. Pour avoir relaté, dans un reportage sur un rassemblement de soutien à Israël, les propos racistes de certains participants, une journaliste du Progrès de Lyon a été menacée de sanctions par sa hiérarchie. La société des journalistes du journal se dit très « inquiète », et demande à sa direction « l’instauration d’un débat ouvert sur la manière de traiter ces sujets d’actualité délicats »…

Retour sur les faits

Le dimanche 11 janvier dernier, Muriel Florin, journaliste au Progrès, est envoyée par sa rédaction couvrir un rassemblement organisé à Lyon au parc de la tête d’Or par le CRIF (conseil représentatif de la communauté juive de France). Objet de cette manifestation : à la fois dénoncer la recrudescence des actes antisémites en France depuis la reprise du conflit au Proche-Orient, mais aussi réaffirmer la solidarité de la communauté juive avec la politique d’Israël. Muriel Florin prend en note les interventions officielles, mais va aussi prendre la température dans la foule et interviewer des participants. Il y a ce jour-là près d’un millier de personnes. La tension est palpable. LibéLyon était aussi présent à ce rassemblement. Comme Muriel Florin, nous avons pu constater qu’à côté des discours officiels apaisants, il y avait une peur et une méfiance visible et exprimée de la part de certains participants vis-à-vis de la communauté musulmane française. Sentiments qui parfois, se traduisaient par l’expression de propos racistes. Muriel Florin interviewe un groupe de quelques personnes. Elle rapporte, entre autres, les propos d’un dénommé Roland.

Extrait de l’article paru le 12 janvier dans Le Progrès :

« Ils n’ont qu’à partir. S’ils restent, c’est qu’ils veulent mourir. Les arabes sont des menteurs et des voleurs et la presse française les soutient ». « Ils sont violents, brutes et haineux », ajoute sa voisine. Qui ça ? « Les arabes » souffle-t-elle. Un jeune homme proteste. « Ne dites pas cela. Nous voulons tous la paix… »

Lire la suite

4 réponses à Une journaliste reçoit un avertissement pour avoir rapporté des propos "racistes"

  • En fait ce serait pas mal car la clique antiraciste ne pourrait plus donner de détails sur les actes antisémites ce qui amoindrirait considérablement l’impacte de leurs diatribes histériques. Et quand on leur demanderait des explications ils ne pourraient plusdonner de détails, passibles à leur tour de la loi.

  • [ taisez-vous mefiez-vous les oreilles ennemies vous ecoutent. ] …
    http://www.dicocitations.com/citations/citation-13916.php – 14k

  • Et après on mettra en doute l’influence formidable du lobby juif dans les médias ! Je suggère que Sarko décrète la nomination d’un représentant du CRIF dans chaque rédaction !
    Ah bon ? C’est déjà fait ?

  • Dans une citation en justice on doit préciser la nature des propos . C’est une obligation légale faisait l’objet d’une citation par huissier.

    par exemple il vous est reproché  » d’avoir à Paris le 12 octobre 2008 outragé par gestes , paroles ou menace le brigadier Bonnespérance , agent de la force publique dans l’exercice de ses fontions en lui décernant un doigt d’honneur et en lui disant notamment : » je t’encule , face de craie , toi , tes morts et ta mère qui pompe les juifs … » fait prévu et réprimé par les articles … etc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connexion
Art. récents
juin 2016
MTWTFSS
« May  
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 
Archives