En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

La justice examine lundi la demande de fermeture, présentée par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), du site internet de la tribu Ka, dont le leader tente désormais d’enrôler dans son combat des organisations d’extrême droite avec un discours prônant la « séparation des races » et contre la « mafia sioniste ».

Le groupuscule noir ultra-radical et antisémite a été dissout par le gouvernement le 26 juillet à la suite d’incidents à caractère antisémite impliquant ses membres le 28 mai, rue des Rosiers à Paris.

Au lendemain de la dissolution, son leader Kemi Seba lançait un appel dans une interview au site internet d’extrême droite Novo Press aux « damnés du sionisme » et précisait que son combat pour le retour des Noirs en Afrique visait aussi à « laisser la France à ceux qui la méritent, la France aux Français ».

Il a franchi une nouvelle étape le 9 septembre en invitant un aréopage de nationalistes blancs à sa conférence de rentrée. Parmi eux, des Maurrassiens du Renouveau Français, des « nationalistes-révolutionnaires » du site vox NR et Hervé Lalin, figure de l’extrême droite ex-FN, condamné pour avoir agressé un prêtre de la basilique de Saint-Denis à qui il reprochait d’avoir accueilli des sans papiers.

La petite dizaine de nationalistes, assis au fond de la salle derrière une trentaine de Noirs, a écouté l’appel de Kemi Seba. « J’exhorte les nationalistes français à prôner la séparation des races », a dit le leader de la tribu Ka, prophétisant que les « Kémites (Noirs) et Skinh head ne s’affronteront plus car ils ont une même aspiration, la séparation des races ». Kemi Seba a ajouté que Jean-Marie Le Pen « aime son pays » et qu’il faut rétablir la peine de mort.

« Nous partageons sa volonté de préserver la diversité humaine et de lutter contre la puissance du lobby sioniste », a expliqué à l’AFP un cadre du Renouveau Français (RF). « Mais on reste des nationalistes français catholiques », a-t-il ajouté.

« On fera tout ce qu’on peut pour le soutenir dans son combat contre le néo-colonialisme sioniste. Mais si son projet c’est d’organiser des ratonnades anti-Blancs ou anti-Juifs, on se séparera de lui naturellement », a précisé à l’AFP Thomas Tribout du site Vox NR qui a assisté à son discours.

« Depuis la rue des Rosiers, beaucoup de gens m’ont contacté. Notamment des identitaires français. On a la même volonté de voir les leucodermes (les Blancs ndlr) et les noirs vivre séparément, et de +désioniser+, voila pourquoi on agit ensemble », dit Kemi Seba à l’AFP. « Certains s’affolent de cette convergence, mais ils ne connaissent pas un millième de mes soutiens », ajoute-t-il.

Adapté d’un article de Stéphane Jourdain (AFP)

3 réponses à Ex-tribu Ka et groupuscules d'extrême droite, le rapprochement noir-brun

  • Il ne faut pas se tromper, quand le gouvernement decele un vrai danger, il est capable de reactivite.
    Un vrai danger pour le gouvernement de la France, ce n’est pas la drogue, la pedophilie etc… c’est tout ce qui pourrait de pres ou de loin remettre en cause l’influence des prepusectomises dans le pays.
    On comprend pourquoi il est si rapide a sevir contre la tribu KA… Le raprochement entre tout les combattants identitaires et les KA n’a donc rien d’illogique.

  • Le prochain président de la République devrait rompre ses liens, non seulement avec les groupes de presse industriels travaillant pour l’Etat (cf la critique justifiée de Bayrou) mais aussi avec le CRIF.

  • liaisons dangereuses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connexion
Art. récents
juillet 2017
MTWTFSS
« Jun  
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
Archives