En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Archives quotidiennes : mai 15, 2012


Le discours prononcé par Alain Escada, secrétaire général de Civitas devant plusieurs milliers de personnes rassemblées à Paris, Place des Pyramides, devant la statue de Ste Jeanne d’Arc, à la fin du défilé du dimanche 13 mai 2012

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button


Hongrie. Les mesures d’austérité ayant commencé sous les socialistes et s’étant poursuivies sous les conservateurs, le Jobbik a organisé ce samedi 12 mai 2012 une manifestation devant les locaux du Parti socialiste et du Parti conservateur.

Un député du Jobbik a déclaré aux manifestants : « Vous êtes les soldats de la Hongrie. » et ajouté « Afin de solutionner les problèmes économiques de la Hongrie, boycottez les multinationales et fermez vos comptes en banque au sein de banques appartenant à l’étranger. »

Le Député européen Madame Krisztina Morvai a exhorté les manifestants à descendre dans la rue au sein de chaque ville du pays et à reprendre le pays hors des mains des groupes financiers.


Le Président du Jobbik Gábor Vona a intitulé ce rassemblement « La Marche pour la vie » au cours de laquelle les participants demandent une vie décente, une pension, l’enseignement et un emploi. Il a critiqué le Parti conservateur qui, selon lui, ruine le pays par sa politique de forte austérité. Si le Jobbik gagne les élections, il expulsera les multinationales et établira un système bancaire hongrois indépendant de l’Union européenne, du FMI et d’Israël. La Hongrie quittera l’Union européenne et basera son économie sur sa terre et ses ressources en eau. Les Tsiganes devront respecter la loi et l’ordre, sinon ils peuvent aller au Canada. Gábor Vona a conclu son discours en déclarant qu’à partir de maintenant, une attaque contre le Jobbik est consédérée comme une attaque contre la nation hongroise. Dans le futur, le Jobbik organisera des manifestations similaires au sein de chaque grande ville de Hongrie.
source: Lionel Baland

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button


Ce premier « Banquet patriotique » fut sans conteste un grand succès, à tous les niveaux.
L’affluence était au rendez-vous et la salle était remplie au maximum de sa capacité (80 personnes). Les organisateurs ont dû refuser les inscriptions de dizaines de personnes. Raison de plus pour ne pas tarder à s’inscrire la prochaine fois!
Le repas a été unanimement apprécié : présentation soignée, très bonne qualité des mets , bon vin, le tout dans un cadre agréable et adapté.
Les participants ont par ailleurs pu écouter diverses interventions de qualité, brèves mais puissantes.
Tout d’abord, Thibaut de Chassey, directeur de l’organisation Renouveau français, a évoqué l’utilité de ce type d’activités, de ces rencontres autour d’une bonne table, avant d’évoquer l’Europe des patriotes, se référant aux délégations étrangères présentes.

Puis, Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, a prononcé un plaidoyer pour l’unité des patriotes autour de vrais principes, dans une perspective de résistance face aux menaces du nouvel Etat socialiste.

Jérôme Bourbon, directeur de l’hebdomadaire Rivarol, a pour sa part dressé un portrait au vitriol de la situation politique française et de ses acteurs, dénonçant les reniements.

Ce fut ensuite le tour d’Alberto Torresano, responsable de la Falange espagnole, de décrire aux convives la situation de son pays et la façon dont il voyait les choses.

Enfin, les participants ont eu la bonne surprise d’entendre quelques mots d’invités non annoncés.

Tout d’abord ce fut Jens Pühse, responsable du parti allemand NPD, qui en a profité pour remettre des cadeaux à Thibaut de Chassey, organisateur de l’événement.

Ce fut aussi un responsable du mouvement grec l’Aube dorée, dont le récent succès électoral a fait du bruit.

Puis, tandis qu’un très appétissant dessert était servi, les convives ont pu s’adonner aux discussions ou aux chants de France jusqu’à tard…

Précisons, pour compléter ce tableau, que le public était constitué d’un remarquable mélange des générations !

De l’avis unanime, une expérience à renouveler sans tarder !

Pour être tenu informé du prochain banquet, à Paris ou en province, pensez à inscrire votre adresse courriel en haut à droite de ce site.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button


A Rome, c’est par milliers que les défenseurs de la vie de toutes tendances et de plusieurs confessions ont défilé dimanche matin en un long cortège depuis le Colisée jusqu’au château Saint-Ange. La police a dénombré 7 000 participants, les organisateurs estiment qu’il devait y en avoir plus du double.

Une affluence remarquable si l’on tient compte du fait que c’est seulement la 2e Marche pour la vie en Italie, et la première à Rome puisque l’an dernier le rassemblement, bien plus modeste, s’était déroulé au bord du Lac de Garde. Mais il faut dire que la manifestation avait le soutien de plus de dix cardinaux et trente évêques, le cardinal Burke étant là en personne depuis le début jusqu’à la fin de la marche après avoir célébré une veillée pour la vie samedi soir dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, bondée. Il a dit son « bonheur » de voir un tel événement à Rome, soulignant que cela réveillait en lui « tant de souvenirs » de marches semblables dans son pays d’origine, les Etats-Unis.

« Ces marches remplissent une fonction très importante », a-t-il confié à nos confrères de Catholic News Agency. « D’abord, elles témoignent dans l’ensemble de notre pays de l’inviolabilité de la vie humaine ; mais aussi, en second lieu, elles éveillent les consciences à la réalité de ce qui se passe. » Et d’ajouter : « Je ne puis qu’imaginer que cela croîtra et prendra de l’importance chaque année et que cela jouera un rôle important en Italie, comme c’est le cas aux Etats-Unis, pour restaurer le respect de la dignité de la vie humaine. »

Il faut souligner aussi que le maire de Rome, Gianni Alemanno, a participé à la marche, ainsi que de nombreux élus et représentants de partis politiques.

Car à la différence de ce qui se passe en France, tous ceux qui appelaient à manifester en plein accord avec l’objectif de la marche, dire « non » à l’avortement « sans exceptions et sans compromissions » – c’est aussi le slogan de la March for Life de Washington – étaient les bienvenus, avec leurs banderoles, leurs slogans, leur identité propre.

Plus de 150 associations appelantes, grandes ou petites, étaient donc représentées, personne ne se souciant des titres de la presse de gauche dénonçant le « fascisme » d’untel ou l’« extrémisme » de l’autre. Une masse de gens joyeuse et colorée, beaucoup de jeunes, des centaines de religieuses et de prêtres (parmi lesquels les Français ont eu le plaisir de voir de nombreux prêtres et séminaristes de l’Institut du Christ-Roi, et l’abbé du Chalard de la Fraternité Saint-Pie X) venant de paroisses et d’instituts traditionalistes ou non, ont tôt fait de faire s’envoler les a priori.

Des slogans forts : pour la vie, mais aussi contre le « génocide silencieux » et « l’homicide », voire « l’extermination d’Etat ». « Chaque avortement tue un bébé », proclamaient d’autres bannières.

Certains groupes priaient, d’autres non. Tous étaient bienvenus. Il faut saluer là l’immense travail et le sens de l’unité des organisateurs, au premier rang desquels le marquis Coda Nunziante et surtout sa fille Virginia au nom de l’association « Famiglia Domani » ont été les chevilles ouvrières de ce rassemblement. Qui s’est déroulé au son allègre de la musique du Grand Siècle pour mieux illustrer ce qu’est la culture… de vie.

La France était représentée par Virginie Mercier, de la Marche pour la vie parisienne, le Dr Xavier Dor, très applaudi, et Bernard Antony au nom de Chrétienté-Solidarité dont l’allocution militante contre « la vieillesse du monde » a également suscité beaucoup d’enthousiasme. Magdi Cristiano Allam – avec qui il a pu s’entretenir longuement – était également présent.

Après la dispersion au château Saint-Ange, une bonne part des marcheurs ont poursuivi leur chemin jusqu’à la basilique Saint-Pierre où le cardinal Comastri, rapporte le communiqué de « Droit de naître », a eu des paroles fortes. « L’avortement est un assassinat », a-t-il dit. Lors d’un précédent événement pro-vie, le congrès de Human Life International, il avait prêché au même endroit que les défenseurs de la vie devaient avoir « le courage des martyrs ».

Car oui, c’est une guerre pour la vie ou pour la mort.

Cet article a paru dans Présent daté du 15 mai 2012.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Pierre Vial pendant son discours (Place des Pyramides)

1.500 personnes ont défilé ce dimanche matin contre le mondialisme, et cela pour la troisième année consécutive à l’appel des organisations nationalistes, la Nouvelle Droite Populaire, Terre et peuple, les Jeunesses nationalistes, jeune mouvement créé en janvier dernier et qui participait pour la première fois à cette marche patriotique, les étudiants du GUD, les JNR et leur service d’ordre dont l’efficacité n’est plus à démontrer, le Front comtois, le Renouveau français, le mouvement 3e Voie, venu en nombre, et nos amis belges de NATION, Sans oublier les groupes nationalistes autonomes et régionaux.

La manifestation a débuté vers 10 h devant l’Eglise de la Madeleine, a emprunté la rue Royale et la rue de Rivoli et s’est terminée à 13 h Place des Pyramides, au pied de la statue de Jeanne d’Arc, héroiïne nationale dont nous commémorons cette année le 600e anniversaire de sa naissance. Etait aussi associé à cette manifestation le souvenir de Sébastien, jeune militant mort au cours d’une autre manifestation nationaliste en 1994. Le Renouveau français ouvrait la marche.

La manifestation, à proprement parlé, débutait par le cortège de la Nouvelle Droite Populaire dont la première ligne était constituée par une magnifique rangée de croix celtiques.

A partir de midi, un grand meeting anti-mondialiste aucours duquel prirent la parole Pierre Vial, Président de Terre et peuple et membre du bureau de la NDP, Robert Spieler, Délégué général de la NDP, et Serge Ayoub, Président de 3e Voie. Ils furent longuement ovationnés par la foule présente.

La partie festive de la manifestation fut aussi appréciée par les participants. Un jeune chanteur nationaliste, sur la grande tribune dressée pour la circonstance, accompagnait en chanson l’arrivée des manifestants. Juste avant la dispersion, ceux-ci entonnèrent avec ferveur la Marseillaise, notre hymne national.

Dans un ordre parfait, sans qu’aucun incident serieux soit à signaler, cette manifestation, une semaine après la soirée d’hystérie sous les couleurs des forces d’occupation, dimanche dernier à la Bastille, a prouvé, une fois de plus, que le Peuple français, à l’avant garde duquel se trouvent les nationionalistes, n’entend pas se laisser assassiner sans réagir.

source et plus de photos sur Synthèse Nationale

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button

Le Cercle Georges Sorel reçoit ce vendredi 18 mai Guillaume FAYE pour son ouvrage paru il y a quelques mois « Sexe & dévoiement » ainsi que pour celui à paraitre « Mon Programme ».

Attention : Le nombre de place est limité à 60. Les réservations se font par mail au cerclegs@yahoo.fr

Le lieu de conférence à Paris, dans le 15ème arrondissement, sera communiqué la veille.

Les livres de l’auteur seront en vente et il sera possible de les faire dédicacer.

Pascal Lassalle, animateur sur Méridien Zéro, coordonnera les débats.

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Share Button
Connexion
Art. récents
mai 2012
LMaMeJVSD
« avr juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
Archives