En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Écologie

Pour la dernière conférence de la saison, équipe d’E&R Lille accueillera Monsieur K le vendredi 23 juin 2017 à 19h30 sur le thème de « l’écologie, théorie et pratique ».

Réservations : reservation.erlille@outlook.fr

Découvrez la bande-annonce de l’évènement en vidéo !

Continuer la lecture

Xavier DorMercredi 26 juin à 13h30, le docteur Xavier Dor, Président de SOS Tout-Petits, comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris (chambre 31) au Palais de Justice (boulevard du Palais, 1er arrondissement), pour avoir :

– prié le rosaire sur le trottoir devant l’hôpital Saint-Vincent de Paul à Paris le 2 avril 2011 ;
– distribué des petits chaussons dans les locaux du Planning familial les 25 et 26 juin 2012.

Ces faits ont la qualification pénale de « délit d’entrave à l’avortement » et sont passibles de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 € d’amende.

Il est chaudement recommandé d’aller soutenir face à la justice de la culture de mort celui qu’elle veut faire passer pour un terroriste pro-vie.

Vigilance

Le samedi 25 mai 2013, à Paris, salle Asiem (6, rue Albert de Lapparent, Paris VIIe) se dérouleront les Etats généraux du respect du consommateur et du bien être animal à l’abattoir.

severac simon

La section E&R Île-de-France a le plaisir de vous présenter en conférence le samedi 16 mars à Paris au Théâtre de la Main d’Or à 15h30 (participation sans réservation, entrée 5 €)

giec

Un peu d’humour dans cet océan de bêtise climatique, mondial et tout particulièrement européen…

Comme vous le savez, un redoutable virus, le delirium carbonum, a frappé les neurones d’un nombre impressionnant de personnes (en respectant toutefois la parité H-F), tout particulièrement à l’ONU, l’UNEP (Programme des Nations unies pour l’environnement), l’OMM (Organisation météorologique mondiale), l’UE, ainsi que les politiques, les médias et les écologistes radicaux. Seuls quelques irréductibles Gaulois (accompagnés de Belges, de Suisses et de Canadiens…) teigneux, gavés de potion magique, résistent encore et toujours à ce virus envahisseur.

Ce virus génère des bouffées délirantes, dont la plus symptomatique est le mythe de la Planète Mère (Terra Mater) qu’il faut sauver des méchants humains (« Sauvons la Planète »).

D’autres symptômes assez sérieux ont été relevés :
– la conviction que le terrifiant CO2 anthropique a une action réchauffante non maîtrisable et que nous allons tous griller ou nous noyer sous l’eau des océans qui auront tout submergé (l’enchaînement de ces effets est encore en discussion dans les cénacles GIECquiens (1)) ;
– la croyance aveugle dans les projections des modèles numériques du GIEC ;
– la confiance totale accordée à cette étrange structure politico-scientifique (plus politique que scientifique) qu’est le GIEC ;
– la perte totale de sens critique, qui fait croire que des hypothèses, répétées sans cesse par une propagande lyssenkiste, deviennent, comme par magie, des vérités gravées dans le marbre ;
– les accusations de négationnisme pour les impies qui osent soulever des objections, fussent-elles pertinentes ;
– le refus de prendre en compte les données d’observation qui ne sont pas conformes aux prévisions des modèles numérique (non mais alors, cette Nature, de quel droit ne se rallie-t-elle pas à nos modèles qui sont par essence parfaits ? Il va falloir la mettre au pas!).

Ce virus fait fleurir, comme pâquerettes au printemps, une nuée de normes et de règlements contraignants, génère l’apologie et le développement d’un Renouvelable pourtant fort onéreux et intermittent (donc, selon la loi de Murphy(2), en plein match de rugby, au moment le plus palpitant, les caprices du vent vont couper notre alimentation en énergie électrique ?), tout cela aux frais du contribuable qui en subit, résigné, les conséquences pécuniaires.

Il serait temps que soit enfin lancée une vaste campagne mondiale pour traiter et supprimer cette redoutable pandémie ! La source du virus, le GIEC, devrait être définitivement supprimée, et ses géniteurs, à savoir l’ONU, l’UNEP et l’OMM, devraient faire l’objet d’audits sévères afin de leur rendre — après mise à l’écart des Grand-Prêtres du Dogme du RCA (Réchauffement Climatique Anthropique), désintoxication et débureaucratisation — une virginité au-dessus de tout soupçon…

Jean-Pierre Bardinet dans Boulevard Voltaire

1.Le GIEC est le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. ?
2.La loi de Murphy fonctionne aussi pour le hockey, le football, le tennis, et même (God save the Queen !) le cricket, sport incompréhensible pour les continentaux, ainsi que le base-ball (tout aussi incompréhensible pour les Européens…). ?


C’est le journal le Monde des 14, 15 et 16 juillet qui s’en fait notamment l’écho: les vaccins vivants atténués massivement administrés aux volailles ont fait pire que bien et induisent ainsi jusqu’à 20% de mortalité dans les élevages!

Une étude, publiée le 13 juillet dernier dans la revue Science fait état de l’effet particulièrement pervers des vaccins à virus vivants atténués utilisés chez ces volailles (tout en sachant que d’autres vaccins à virus vivants atténués sont aussi utilisés chez l’Homme): la recombinaison des virus vaccinaux atténués avec d’autres pour former des virus bien plus corriaces et destructeurs encore.

Les volailles, qu’on vaccinait ainsi contre la laryngotrachéite infectieuse aviaire (sic!), une épizootie soumise à déclaration obligatoire et causée par un virus de l’herpès spécifique de l’espèce, IL-TV, sont à présent touchées par deux nouveaux « super virus » dont les séquences génétiques constituent en fait un « mix » de celles des trois virus vaccinaux utilisés (d’origine australienne et européenne), ce qui prouve donc bien que les souches vaccinales ont ainsi trouvé, via l’hôte vacciné, un terreau favorable pour se recombiner et donner lieu au pire.

Au lieu toutefois de comprendre qu’il est absurde de vacciner contre tout et de tirer ainsi de vraies leçons, il est probable que les changements de pratique vaccinale consisteront à recourir sous peu à un autre type de vaccin (tué ou inactivé mais plus à virus vivants atténués).

Pendant ce temps, de nombreux vaccins à virus vivants atténués continuent d’être massivement utilisés chez les humains (ROR, rougeole, oreillons, rubéole, fièvre jaune, varicelle, rotavirus, typhoïde etc) sans que personne ne s’interroge jamais sur les mêmes types de conséquences graves possibles en termes de facilitation de nouveaux virus émergents et possiblement épidémiques. Pourtant, plusieurs spécialistes, comme le Pr Delong, immunologiste et virologue américain (auteur du livre « Live Viral Vaccines, biological pollution), avaient déjà mis en garde et dénoncé cette introduction non nécessaire de virus infectieux dans des organismes sains au départ, et qui consiste en fait à faire des être vivants de véritables « réservoirs de virus latents », sortes de bombes à retardement en puissance… pour le plus grand Bien de tous, cela va sans dire!

On maltraite la nature, on agit en dépit du bon sens?….. C’est simple: LA NATURE SE VENGE!

source: Initiative Citoyenne


Annonciateur d’un possible déferlement de déchets sur les côtes américaines, les premiers débris du tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 ont atteint les côtes de l’Alaska.

De simples ballon de football et de volley ont touché l’île de Middleton à l’ouest des côtes de l’Alaska. Les inscriptions sur les ballons ont confirmé qu’ils provenaient d’une école de la préfecture de Fukushima et qui a été, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américain, sinistrée par le tsunami il y a un an.

Cela aurait pu être simplement anecdotique si ces oiseaux de mauvais augures n’étaient pas suivis par d’autres débris beaucoup plus importants, provenant eux aussi de la zone sinistrée du réacteur nucléaire, mais bénéficiant d’une flottaison moindre et donc sont plus lent. Selon le NOAA, près de 20 millions de tonnes pourraient s’échouer sur les côtes ouest de l’Alaska et du Canada.

Doug Heldon un chercheur de l’équipe du NOAA qui suit la trajectoire des déchets a déclaré à l’Anchorage Daily News que « le Golfe de l’Alaska était susceptible de voir arriver sur ses côtes des objets dérivant léger comme des flotteurs, du polystyrène ou des ballons. Le bois et les matériaux de construction seront beaucoup plus lents.

Des déchets qui inquiètent les agences de surveillances

Pire encore, les débris provenant de la zone sinistrée de Fukushima pourraient avoir été irradié suite à l’accident nucléaire entraînant alors avec eux un nouveau cataclysme écologique en Amérique du Nord.

Déjà, des isotopes radioactifs se trouvent dans la chaîne alimentaire de la faune marine et les produits chimiques dissous dans l’eau ont probablement déjà rejoint les côtes américaines. On dénombre de nombreuses morts prématurées chez plusieurs espèces du fait des irradiations.

Bien qu’une distance de 8.000 kms sépare les côtes nippones des Etats-Unis, les débris ont finit par arriver sur les côtes américaines, et il peut sembler étonnant que les gouvernements concernés n’aient pas levé le petit doigt pour essayer de les ramasser avant de les laisser menacer les écosystèmes marins et terrestres.

Source: zegreenweb

Les vaccinations obligatoires ou encouragées représentent un énorme pactole pour l’industrie pharmaceutique.
Pourtant, l’inocuité vacicnale est un mythe et les injections provoquent parfois de lourds dégâts sur la santé des enfants, entraînant à l’occasion séquelles ou même décès.
Ce documentaire, sans être hostile au principe de vaccination, s’interroge et met en garde.
Il est en tout cas certain que les enfants sont sur-vaccinés.
De nos jours, l’enfant nord-américain reçoit environ 48 doses de 14 vaccins différents avant l’âge de six ans, soit le double du nombre prescrit 25 ans auparavant.
Un documentaire qui donne la parole à des victimes de la vaccination, ainsi qu’à des chercheurs et des spécialistes des domaines médical et juridique au Québec, en France et aux États-Unis. Continuer la lecture

« Qu’on engage quelqu’un pour faire le travail ! »

Le Dr Carmen Rodriguez présidente du Collège des médecins de la province des Asturies, en Espagne, a déclaré qu’une loi autorisant l’avortement, quelle qu’elle soit, transforme les médecins en bourreaux. Carmen Rodriguez y est allée… franco :

« La société édicte des lois mais nous autres, médecins, nous n’avons pas à être ses bourreaux. Qu’on mette quelqu’un pour faire le travail. Mais qu’on ne fasse pas jouer à ce jeu par le médecin. »
Elle réagissait à des manifestations féministes au projet du gouvernement de Mariano Rajoy de modifier la loi d’avortement entrée en vigueur en Espagne en juillet 2010, pour revenir au régime antérieur : d’un droit absolu à l’avortement au cours des 12 premières semaines de gestation, et des conditions de santé ou de détresse particulières jusqu’à 22 semaines, on devrait passer en Espagne à l’avortement dépénalisé sous conditions, et rétablir l’obligation de consentement parental pour les mineures. Continuer la lecture

Des agriculteurs du Sud-Ouest se sont invités jeudi au marché de Rungis (Val-de-Marne), dans le plus grand marché au frais du monde, pour interpeller des grossistes qu’ils accusent de «ne pas jouer le jeu» en important massivement des pêches d’Espagne aux coûts de production plus faibles.

Certains grossistes favorisent les pêches espagnoles pour augmenter leurs marges.
On est déjà obligé de vendre en dessous de notre prix de revient et si on continue comme ça, on ne pourra plus produire en France», a déclaré Laurent Ducurtil, producteur à Perpignan et responsable départemental de la FNSEA.

Rungis

Avant de se rendre dans l’après-midi au ministère de l’Agriculture, une vingtaine de producteurs, majoritairement du Sud-Ouest, ont parcouru dès 5 heures les halles aux légumes de Rungis pour rallier les grossistes à leur cause et les encourager à privilégier les productions françaises sur leurs étals.

«Les grossistes doivent vendre nos pêches comme si c’était leur production»

Dans un tract, les producteurs en colère se demandent également si les négociants sont bien certains de pouvoir garantir «la qualité sanitaire» des fruits et légumes espagnols.

Interpellés, certains grossistes de Rungis ont estimé que les producteurs se «trompaient de cible». La vraie raison de l’écart de prix, c’est la différence du coût du travail en France et en Espagne et les grossistes n’y sont pour rien», a estimé un négociant, Dominique Maloup.

Le Parisien

Des fermiers chinois nettoient leur champ après des explosions de pastèques, le 13 mai 2011.

Tellement dopées aux produits chimiques qu’elles explosent. Les pastèques chinoises posent un sérieux problème aux agriculteurs, qui voient leurs champs transformés en «champs de mines», rapporte la télévision chinoise. Une vingtaine de fermiers de la province de Jiangsu ont déjà perdu, en l’espace d’un mois, l’équivalent de 45 hectares de récolte à cause de ce phénomène. Les fruits, invendables, ont été laissés aux cochons et aux poissons.

Continuer la lecture

Ce que nous achetons est prévu pour n’être plus utilisable au delà d’une certaine durée. Il s’agit pour le système de pousser à la consommation. Cette stratégie a été pensée par John London, un financier israélite de New York. Reprise dans les années 50, le designer Brooks Steevens résume l’approche économique dans laquelle nous nous trouvons et qui est aujourd’hui en crise :

« À l’opposé de l’approche européenne, qui voulait concevoir un produit le meilleur le plus durable possible, l’approche américaine vise à rendre le consommateur insatisfait du produit dont il a profité quelque temps afin qu’il le mette sur le marché de l’occasion pour acquérir à sa place un objet dernier cri au design novateur. »

Pour comprendre le principe « d’usure programmée » dans notre organisation économique, voir ce documentaire fort intéressant :

Source : Actualités News Environnement

 

Près de 40% des espèces de poissons sont menacées d’extinction dans la Mer Méditerranée d’après un nouveau rapport de l’UICN, mettant en cause la pêche excessive, la pollution et la dégradation des milieux naturels.

Certaines des espèces de poisons les plus prisées aux menus des prestigieux restaurants européens sont au seuil de l’extinction aujourd’hui à cause d’une pêche excessive de ces espèces, d’après un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature publiée mardi.

Continuer la lecture

Monsanto est une multinationale spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Elle a été fondée par John Francis Queeny en 1901 et baptisée du nom de sa femme, Olga Mendez Monsanto, issue d’une vieille famille juive ayant pratiqué le commerce d’esclaves dans le sud des USA. Monsanto a produit notamment l’Agent Orange largué par l’armée américaine au Vietnam, produit responsable d’innombrables maladies dans la population civile jusqu’à nos jours. Monsanto est désormais connue comme celle qui cherche à breveter des semences génétiquement modifiées ne poussant qu’une fois, rendant les agriculteurs dépendant de la firme pour leur approvisionnement.

 

Voir le documentaire sur Youtube en totalité :

Claude Bourguignon, né en 1951, est un ingénieur agronome français, ancien collaborateur de l’INRA connu pour ses travaux et expériences sur la microbiologie des sols. Fondateur du LAMS (Laboratoire d’Analyse Microbiologique des Sols)1, il travaille en France, mais aussi en Europe, en Amérique et en Afrique.

Voyant par ses relevés d’activité biologique que les sols cultivés en labour avec des apports d’engrais chimiques et de pesticides perdaient leurs populations microbiennes et fongiques, et « mouraient » en perdant aussi leurs nutriments et en s’érodant de manière accélérée, il est devenu un des promoteurs, développeurs et spécialistes des techniques de restauration et préservation des sols agricoles par des techniques respectueuses de la vie du sol et de son fonctionnement en tant qu’agro-écosystème complexe.

 

Pour Altermedia France, Yann Kermadec

 

L’agriculture moderne  nous pose chaque jour des problèmes plus aigus : effondrement de la qualité de la nourriture, destruction de la biodiversité, augmentation des cancers et baisse de la fertilité, fragilisation du monde paysan européen, dépendance de plus en plus grande vis à vis des multinationales et de la grande distribution. Trop longtemps otage de la gauche, l’écologie, science de la nature issue de la droite, nous permet de choisir un autre modèle de développement plus proche de nos aspirations sociales, économiques et éthiques.

L’agroécologie est souvent caricaturée par les cercles financiers et patronaux, présentée comme « inefficace » pour nourrir la population. Il est nécessaire de faire la lumière sur certaines idées reçues à son sujet.

Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives